Prends ta pelle ou un samedi d'hiver comme les autres - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Blogs > Prends ta pelle ou un samedi d’hiver comme les autres

Prends ta pelle ou un samedi d’hiver comme les autres

Samedi matin. Il fait un temps magnifique, le ciel est bleu des mers du sud et le sol est immaculé. Il a neigé toute la semaine. Il fait -20°C. Une magnifique journée d’hiver québécoise comme on les aime ! Nous décidons d’aller faire de la luge au parc.
Il est 13h45. Mon homme part en éclaireur pour déneiger la voiture:
– “Attendez avant de vous habiller, je veux être sûr que la voiture démarre.
 
On est collés à la porte fenêtre, admirant l’homme pelleter vaillament. Il grimpe enfin dans l’auto, le moteur part du premier coup. Les enfants sont surexcités, moi aussi. On saute dans nos habits de neige. Emmitouflés, encapuchonés, nous ressemblons à une famille de télétubbies. 14h, Hop dans la voiture, à nous l’aventure !
 
Mais voilà, impossible de sortir de notre cour. Une épaisse couche de glace sous les roues nous fait patiner. Nous sommes coincés.
14h 05: L’homme nous fait descendre et prend les choses en main, avec le sérieux d’un commandant chef. Je joue un moment dans la neige avec les enfants.
14h 15: L’homme m’appelle à la rescousse. Je pousse, j’accélère sous ses ordres de plus en plus agacés. Nous tentons des techniques inédites qui échouent toutes lamentablement: nous avons essayé de glisser de vielles nappes sous les roues, des spaguettis de piscine, tout et n’importe quoi pour essayer de sortir de ce piège de glace. Rien n’y a fait.
 
Je commence à avoir froid. J’ai les poils du nez qui gèlent. Les enfants ont des engelures qui apparaissent sur les joues. L’homme s’escrime. La voiture patine. J’ai envie de rentrer. Les enfants aussi. Mais voilà que l’homme a réussi à se dégager  après ¾ d’heure de pelletage, accéleration, poussage et autres efforts. Nous grimpons dans la voiture et partons précipitamment, laissant derrière nous le portail ouvert, des pelles, des nappes et des spaguettis de piscines boueux…trop contents d’avoir pu s’extirper. Il est 15h.
15h15: Nous trouvons, enfin, une place à proximité du parc mais un banc de neige en empêche l’accès. Je propose d’aller pelleter. Mon homme me regarde avec un drôle de sourire:
 
– je n’ai pas pris de pelle”.
 
– “QUOI???”
 
Nous éclatons de rire. Nous sommes vraiment des touristes. La pelle est la meilleure amie du Québécois en hiver, encore plus du Français qui vient vivre au Québec…On trouve une autre place dégagée cette fois mais plus éloignée.
15h40; le temps d’arriver au parc, les enfants font deux glissades puis nous disent qu’ils veulent rentrer. Nous sommes tous mort de froid. Ce n’est pas une goutte que j’ai au nez mais une stalactique.Mon homme est bleu. Mes enfants violets. Moi je ne veux même pas savoir…J’ai perdue une mitaine dans la bataille et je ne sens plus ma main gauche.
 
15h55: Nous sommes rentrés. Épuisés. Je suis déjà tannée de la neige. Sur le chemin du retour, mon homme regarde l’avenue Mont Royal toute blanche avec le soleil éclatant, pleine de télétubbies emmitouflés qui trottinent et me dit, avec un sourire d’extase:
C’est cool la neige quand même, hein?
Je n’en reviens pas.
Le pelletage aurait-il les mêmes vertus que les champignons hallucinogènes?
 
Cet article est tiré de mon blogue:
Les tribulations d’une française à Montréal:
http://mhlps.wordpress.com
et la page facebook où je partage mes découvertes québécoises:
https://www.facebook.com/LesTribulationsDuneFrancaiseAMontreal
 

Maudite Française
Arrivée au Québec en 2010 avec son mari et ses deux enfants en bas âge, de 4 et 6 ans, Marie, notre blogueuse Maudite Française est une Française habitant le fameux Plateau Mont-Royal. Je suis une Française expatriée à Montréal. J’ai quitté la France avec mon mari et mes deux enfants de 4 et 6 ans. J’écris ce blog pour partager mon expérience d’immigrée et toutes les étapes que j’ai traversées, des périodes d’euphorie à celles moins drôles de doutes et de manque de ma terre natale. Aujourd’hui, j’ai assez de recul pour rire de situations qui me paraissaient dramatiques il y a quelques mois…Parce que quand on débarque et que l’on a plus aucun repère, le moindre grain de sable devient une montagne…j’ai re-fait ma vie…pas avec un autre homme mais avec un autre pays
https://mhlps.wordpress.com/

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada