Traumatisé par ma vie au Québec

Il y a un peu moins de 3 mois, j’ai quitté le Québec pour rentrer au « pays ». J’ai passé en tout 10 ans dans la belle province.

Quelque part, j’ai senti en arrivant ici il y a 10 ans que je n’y passerais pas toute ma vie: je n’ai jamais eu ce « déclic ». Je suis venu ici un peu par nécessité, ne trouvant pas de travail dans mon pays. J’en ai vraiment bavé ici: j’ai dû refaire une bonne partie de mes études, étudiant le soir et travaillant le jour pour payer mes études, des jobs « au-dessous » de mes compétences.

J’ai déménagé  6 fois en tout à cause de problèmes en tous genre avec des propriétaires abusifs (insectes, souris, refus de louer pour toutes sortes de raisons bidon, refus de me louer à cause de mon chat…). J’ai toujours été choqué par la mauvaise qualité des logements à Montréal et l’intolérance des bailleurs Québécois.

Déçu au travail ensuite: que de remarques racistes, de questions inappropriées et maladroites, de questionnements sur mes origines et les raisons de ma présence ici, de dénonciations sans fondements aux RH pour des raisons floues… à l’université impossible de se faire des amis. J’ai l’impression d’être chez les fous, de vivre dans un monde absurde.

Je me mets inconsciemment à éviter les Québécois, limitant mes relations avec eux au strict minimum. Mais ce n’est pas assez. Peu à peu, je m’isole, sors de moins en moins, évite les gens. Au début j’accepte mon sort et décide d’ignorer les ignorants (j’ai eu droit à des « rentre dans ton pays », « on est pas au — ici »).

Puis le burn-out: le médecin me diagnostique une dépression majeure et me prescrit un arrêt de travail. Je me soigne, prends des antidépresseurs, suis une thérapie, en ressort un peu plus fort et là je décide de me battre, de ne plus me laisser faire: je ne laisse plus rien passer: remarque raciste? une plainte automatique s’en suit. Je vais les éduquer, moi. Je me retrouve dans un état de bataille constant: plainte à l’égard de ma chef dans la plus grande compagnie québécoise pour des remarques racistes, plainte pour la même raison contre l’arbitre désigné par mon employeur pour tenter de régler ma plainte à l’amiable et qui prend bien sûr la parti de son compatriote…

Où es la justice dans ce pays? je perds confiance en le système. Un terroriste Québécois qui prend 25 ans de prison pour avoir tué une dizaine de personnes: quelle blague!

Intolérance totale envers l’utilisation de toute langue étrangère: au travail mon service reçoit constamment des plaintes de Québécois qui ont entendu deux collègues s’exprimer en espagnol ou en arabe: « je pense qu’ils parlent de moi ».

J’ai l’impression d’être mort et d’avoir été envoyé en enfer. J’étouffe au Québec. Les choses empirent pendant le Covid: on se rend compte que la dénonciation est encouragée ici, chacun est invité à descendre son voisin à la moindre occasion: où est passée la compassion, l’humanité, le pardon, le non jugement? On nous tient par la peur alors que dans les autres pays les gens continuent à vivre.

Je ne me reconnais plus dans cette société. Une décision s’impose: soit je reste ici et sombre dans la dépression, soit je quitte tout et recommence à 0. Je tiens à ma vie. Et surtout je réalise que jeune suis pas fou: « ce n’est pas un signe de bonne santé mentale que de se sentir bien dans une société profondément malade ».

Aujourd’hui j’ai un seul regret: pourquoi avoir supporté aussi longtemps? Pourquoi ne pas avoir quitté avant? Et cette idée me fait déprimer: je pense à toutes ces années perdues au Québec, les meilleures années de ma vie, que je ne retrouverai jamais et je pleure. Oublier. Comment se remettre des traumatismes?

Je fais encore des cauchemars de ma vie au Québec. Ce n’est que maintenant que je suis sorti de cet enfer que je réalise à quel point j’étais malheureux. Je n’ai pas encore trouvé du travail mais mon moral se porte beaucoup mieux: je dors, je mange normalement. Je ne me bats plus avec les monstres. Chuuuut c’est fini maintenant.

Posté par PTSDQC dans le forum de discussions.

Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/
  • Bonjour,

    Interessant comme bilan et triste de vous lire.

    Cependant, attention aux recommandations pour les futur(e)s immigrantes/immigrants.
    Votre expérience est le résultat de ce que vous avez vécu et ressenti avec votre personnalité et vos goûts personnels.
    Comme mentionné dans un autre commentaire: émigrer dans un autre pays pour fuir quelque chose qui n’est pas réglé dans son pays d’origine n’est pas une bonne idée (et je ne parle pas de conflit armé ou autres problèmes de ce genre).

    Futurs immigrantes et immigrants:
    Une très bonne préparation, une très bonne connaissance du pays d’accueil vous aideront dans votre processus. Émigrer en pensant retrouver vos habitudes/votre vie d’avant est une erreur.

    Je vous souhaite de retrouver le bonheur et je souhaite aux futur(e)s immigrantes/immigrants de réussir leur vie ici.

    Cordialement

  • Je suis arrivé au Québec en 1981 de France. J’ai été accueilli avec chaleur et je me suis fait plein d’amis. J’avais quitté Paris car je trouvais les parisiens arrogants et nombrilistes. J’ai réessayé la France et je suis reparti en moins d’un an. Racisme, intolérance, encore nombrilisme et j’en passe. J’encourage ceux qui se plaignent ici du Québec à se demander ce qu’ils ont fait ou pas fait pour vraiment s’intégrer. Lisez ce que la plupart des pays disent des migrants français. Arrêtez d’accuser les québécois et regardez vous dans un miroir. Vive le Québec et les Québécois!

  • Je pense que chacun devrait respecter ce témoignage, que l’on approuve ou non. L’expatriation est quelque chose de particulier et chacun vit sa propre aventure.
    Bonne ou mauvaise, seule la personne concernée peut juger.

    Moi aussi j’ai vécu une sorte de discrimination au Québec, ça m’a rendu très triste, mais ça m’a aussi rendu encore plus fort.
    Pour ne raconter qu’une chose, c’est ce qui m’a le plus marqué.
    Ma première job, au bout de 15 minutes on me dit : « Un maudit Français. Je vais te mettre sur la queue d’une baleine et tu vas revenir d’où tu viens. »
    Après du temps à encaisser cette remarque, je me suis dit qu’il ne fallait pas généraliser, qu’il y a et qu’il y aura toujours des c*** partout, peu importe les origines. J’ai lu, j’ai entendu et j’ai constaté la difficulté de se faire des amis Québécois. Je pense que tout dépend de la nature de chacun. Personnellement, je suis quelqu’un de très sociable, mais d’introverti alors ça n’aide pas forcément. J’ai su me faire quelques amis Québécois qui habitent, ils font comme partie de ma famille québécoise ; je n’ai qu’eux ici.
    Malgré quelques points d’ombre sur mon expérience québécoise, j’aime trop ma vie ici et je ne souhaite pas revenir en France. Comme je le disais plus haut, chacun vit sa propre aventure et les expériences changent d’une personne à l’autre.

    J’aimerais juste ajouter une chose. Il ne faut pas que ce témoignage et ces commentaires bloquent les gens qui souhaitent s’expatrier. La seule véritable façon de se faire un jugement est d’essayer par soit-même. C’est toujours très intéressant et très important de prendre connaissance des bonnes et des mauvaises choses, mais jugez uniquement par vous-même et non par des témoignages.

    En tout cas, bonne chance à tous pour la suite de vos projets.

    @Yannick, sauf erreur de ma part, en aucun cas la personne qui témoigne dit qu’elle est Française. Peut-être qu’elle est, mais il n’y a pas que la France qui est un pays francophone hein 😉

  • Pas du tout d’accord avec vous.
    Cela fait 55 ans au Québec venant de Montpellier, j’ai obtenu 3 fois plus que la France ne pouvait m’offrir.
    Il faut oublier cette mentalité Française que j’avais en 1967 en arrivant.
    Ci non pas la peine de rester.
    Je me suis habitué à leur façon de parler et quand je vais dans la famille en France ils me disent que j’ai l’accent Québécois, alors que les Québécois me disent que j’ai l’accent de Marseille, et de plus ils me disent qu’ils aiment ça.

    Alors pour s’adapter changer votre mentalité et votre attitude, penser comme eux, c’est la seule façon de réussir et qu’ils vous acceptent.

  • Quelle mauvaise expérience ! Je me reconnais totalement en vous. Moi aussi j’ai quitté la France en janvier 2021 pour le soi-disant eldorado, avec en poche un permis de travail de 3 ans. Résultat: j’y suis resté seulement 1 an et 3 mois. Je ne rentrerai pas dans les détails, mais le Québec est vraiment un pays arriéré et que je considère en sous-développement. C’est comme une prison à ciel ouvert. On ne ressent aucune liberté. Tout est contraignant. Le système est étouffant. Les règles trop strictes et inutiles. La santé et l’éducation sont une catastrophe. Les gens sont totalement soumis, asservis au système où l’hypocrisie est poussée à son paroxysme.
    Je suis content et soulagé d’avoir quitté ce Québec. C’était une question de survie pour ma famille et moi-même. Le Canada est un pays « marketing ». Ce n’est pas du tout l’eldorado qu’on nous vend. C’est même un cauchemar. Je le déconseille à toute personne souhaitant s’y établir. Réfléchissez-y à 2 fois avant de prendre votre décision.
    N’hésitez pas à me contacter si vous voulez plus de détails.
    Le but de mon commentaire n’est pas de nuire à la réputation des Québécois, mais seulement de faire un constat sur une réalité. Le Québec, un pays en déroute qui court à la catastrophe.

  • Je ressens exactement la meme chose depuis que je suis ici…Merci d’avoir eu le courage de publier ce temoignage, on ne parle pas assez des mauvaises experiences…Je n’ai qu’une hate c’est de partir et trouver autre chose ailleurs. Je vous conseille d’ecrire un livre au sujet de votre experience, car vous avez du materiel (10 ans c’est toute une vie et il y en a des choses a dire) et vous semblez avoir une belle plume. Si j’avais lu un livre detaillant quels genre de problemes et d’injustices on peut rencontrer ici, jamais je n’aurais fait l’erreur de venir ni de rester car on se laisse coincer ici au bout d’un moment, et comme vous dites ca evitera a d’autres jeunes de perdre leurs plus belles annees ici…

  • Bon courage pour la suite. Merci pour ce témoignage, les expériences sont diverses pour un immigrant au Québec, la vôtre mérite aussi d être partagée. J espère que les autres commentaires ne seront pas dans le jugement, ce témoignage est aussi une réalité que de nouveaux arrivants doivent aussi connaître.

  • Haut
    Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
    © 2022 immigrer.com
    Advertisement Advertisement
    >