Bilan d'un an à Montréal - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada

Bilan d’un an à Montréal

Cela fait bizarre d’être dans un avion en destination de Montréal, un an après notre installation. Nous venons de passer quelques semaines avec nos familles et amis à Alger.

Un an !!! C’est passé tellement vite, un sentiment à la fois similaire et différent m’habite durant ce voyage, il faut dire que plusieurs heures de vol nous donnent assez de temps pour cogiter. Comme il y a un an, je me disais durant tout le voyage, on l’a fait ! Vraiment fait ! On a tout quitté, famille, amis, travail, pays et on a recommencé à zéro, est-ce du courage ou de la folie ? Je pense que ce doute persistera encore quelques années.

J’avais également le sentiment de rentrer chez moi, j’étais bien évidemment heureuse et dans mon élément au sein de ma famille -malgré que j’ai été malade durant tout mon séjours et que je n’ai pas pu voir toutes les personnes que je voulais- mais Montréal m’a manqué, mon quotidien au sein de l’île m’a manqué et j’étais donc heureuse aussi de rentrer. J’ai longtemps culpabilisé d’aimer autant Montréal, comme si je trompais la ville où je suis née et qui m’a vu grandir, mais grâce à ce séjour j’ai compris que je pouvais aimer les deux et que rien ne m’oblige à choisir pas vrai ?

Un an ! Beaucoup de choses se sont passé, on est retourné aux études, ce n’était pas facile de retourner sur les bancs de l’école après tant d’années et je suis tellement fière de mon mari et des efforts qu’il a fait et qu’il fait tous les jours. Ma fille a passé l’année en classe d’accueil et va intégrer la classe régulière cette rentrée. Nous avons aussi rencontré de nouvelles personnes, amis et famille que l’on fréquente régulièrement aujourd’hui et sans qui cette année aurait été un enfer, on les remerciera jamais assez pour leur soutien, leur présence, de nous pousser toujours vers le haut et de nous remonter le moral quand cela ne va pas, c’est important de s’entourer de personnes positives et qui se réjouissent sincèrement de vos réussites, aussi petites soient elles.Un an ! On a survécu à l’hiver ! Un hiver qui n’était pas si terrible que ça … sauf peut-être un peu pour mon mari qui a dû travailler certains soir à -35° et déneiger la voiture le matin après les tempêtes de neiges, je pense que c’est la plus grande crainte de la plupart des futurs immigrants, surtout ceux qui viennent des pays chauds, personnellement j’ai apprécié cet hiver, on a essayé pleins de nouvelles choses (pour nous) comme le chien de traineau, les glissades, les tires d’érables, le patinage ou devrais-je dire tentative de patinage, ça ressemblait plus à des vidéos gag qu’à du patinage mais on s’est amusé et on a adopté notre nouvelle ville. Oui j’ai apprécié l’hiver, c’était notre premier donc aucun point de comparaison … on en reparlera dans trois ans il se pourrait que je change d’avis mais d’ici là je deal avec. Si vous ne vous équipez pas comme il faut, en vêtements et chaussures, c’est clair que vous allez détester et aller passer un hiver en enfer ! Quand je dis s’équiper cela ne veut pas dire investir des milliers de dollars, il y en a pour tous les budgets, cela ne tient qu’à vous de choisir, et n’hésitez pas à demander autour de vous, mais aussi au niveau des centres communautaires de votre quartiers, ils vous orienteront vers des commerces où se procurer des vêtements adaptés sans que cela vous coute un bras. Ce n’est pas un secret l’hiver il faut s’occuper, je peux comprendre que ces activités qui m’animent tant puissent ne pas intéresser certaines personnes, et sortir dans la neige et le froid déplaire, dans ce cas il y a des activités dans la ville sous-terraine et dans les centres d’achats bien au chaud, le plus important c’est de s’occuper et de sortir, cela fait toute la différence. C’est important aussi de filtrer son entourage et d’éviter les personnes négatives, particulièrement la première année, il faut un bon départ pour bien avancer ensuite et être armé à supporter leurs lamentations, mais les premiers mois vous serez encore fragile émotionnellement parlant et vous n’avez pas besoin de ce genre d’ondes négatives donc … filtrez !

Un an ! Je pensais que je n’allais pas survivre au fait de ne pas voir mes parents, mon frère et ma sœur, ma belle famille et mes amis, leurs parler tous les jours grâce aux nouvelles technologies apaise ce manque mais il ne vous quittera pas du moins c’est notre cas, ils vous manqueront toujours autant mais vous allez vous y faire sans que ce sentiment ne disparaisse. On a hâte qu’ils viennent nous voir et passer quelques jours avec nous, partager avec eux notre quotidien, leur faire découvrir notre nouvelle vie, et peut être cela les aidera à comprendre notre choix d’exil. Je sais que cela peut sembler fou pour certains de nos proches de quitter une vie qui était stable, on avait une situation plus qu’acceptable, nous vivions bien et notre qualité de vie était tout aussi convenable par apport à la moyenne, mais on a fait un choix et on a fait le deuil de notre ancienne vie, c’est primordiale pour avancer, se lamenter ne vous aidera en rien au contraire, cela vous enfoncera et vous allez déprimer, regardez vers l’avant et avancez, avancez vers l’objectif que vous vous êtes fixé, les débuts sont toujours difficiles mais c’est juste une question de temps pour que les choses se mettent en place et comme je dis toujours, ceux qui sont venus avant nous n’ont rien de plus, on peut y arriver aussi !

Un an ! Durant cette année, on a perdu des proches, des personnes qui avaient une grande place dans nos vies et nos cœurs, c’est dur de vivre un deuil de loin, il n’y a pas de remède miracle pour ça, le deuil est fait pour être vécu, notre présence sur les lieux n’aurait rien changé, cette personne serait parti quand même et la distance ne fait pas qu’on aime moins cette personne, à nous de gérer ce deuil ici ou ailleurs. On a aussi vécu des moments difficiles, comme la perte du fœtus que je portais que depuis quelques jours, on ne sait jamais vraiment comment gérer ce genre d’évènements, je suis passé par des moments durs où je ne parlais à personne, où je jouais à la fille forte pour ne pas affecter mon mari et ma fille, mais au fond de moi j’étais meurtrie, je n’arrivais même plus à écrire … mais j’ai la foi et je suis convaincue que dans cette vie rien n’arrive par hasard et que si je devais passer par une épreuve comme celle-ci c’est que j’ai la force de la surmonter et ce voyage à Alger m’a beaucoup aidé à remonter la ponte.

Un an ! une année riche en rencontres et en diverses activités, le fait d’être aux études m’a permis de faire beaucoup de bénévolat, j’ai aidé lors d’une opération de noël au SNAC et ensuite assurer la réception dans ce même centre communautaire une fois par semaine, j’ai aimé également mettre la main à la pâte dans les cuisines du Santropol roulant en préparant des repas pour des personnes qui vivent en isolement, j’ai adoré participer aux différents évènements, toujours en tant que bénévole comme Mobilisons Montréal le festival du monde arabe ou encore Club Avenir, cela m’a permis de rencontrer des personnes merveilleuses dont la plupart font parti de ma vie maintenant. J’ai également fait du bénévolat au sein de l’école de ma fille, ça la rendait à la fois heureuse et fière et voir cette admiration dans ses yeux vaut tout l’or du monde.

Un an ! Et ce n’est que le début d’une folle aventure, l’histoire d’une famille qui a traversé l’Atlantique pour adopter un nouveau pays, à la quête d’un idéal … le nôtre, car la perfection n’existe pas et chaque pays a ses qualités et ses défauts, le Québec et le Canada n’est pas le paradis mais on aime notre nouvelle vie ici et en un an on a vécu tellement de choses qu’il ne tiens qu’à nous pour que cet avenir soit radieux.

Nassima
Née au début des années 80 près d'Alger, Nassima est arrivée en juillet 2017 à Montréal avec son conjoint comptable et sa fille. Elle a oeuvré dans le monde des blogs et de la communication en assurance dans son pays d'origine. Clochette pour ses intimes, elle a ouvert les "Cahier de Clochette" où elle partage expériences culinaires et de tourisme local.

Commentaires sur “Bilan d’un an à Montréal

  1. merci pour ce joli témoignage qui fait preuve de volonté et de courage ; oui j’imagine que tout quitter ainsi n’est pas facile et mon dernier fils à fait cette expérience il y a 8 années ! aujourd’hui il est heureux à Montréal, même si je pense la solitude familiale lui pèse ! mais il travaille il a son couple et à chaque fois que je le vois sur MSN il semble heureux et il n’attend qu’une chose c est la venue de moi même sa maman, je pense y aller au plus vite car c est aussi douloureux pour une maman de ne pas pouvoir serrer dans ses bras son denier BB ! oh oui pas facile mais la vie est ainsi faite et nous ne faisons pas nos enfants pour nous ; ce que je regrette c est que ses liens se coupent car chacun à sa vie et les communications s’espacent hélas pour lui ; en tout cas le bonheur est semble t il à Montréal pour Lui… bonne chance à tous ceux qui osent faire le pas….

  2. Merci ma soeur infiniment pour ce partage d experience et sentiment …alors moi j y etais au canada en 2005 apres des année de lutte et de sacrefices pour atteindre ce but mais helas le destin a dit son mot le mari rabi yarhmou decede en 2006 a cause d un arret cardiaque alors j etais tellement choqué a un point que j ai quitter meme la vie pour lui pendant 13 ans j etais absente coeur et cerveau juste un corp qui bouge comme sa pour accomplir la mission d educais ma unique fille et ce n etait pas facile de recomencer une dexieme fois de zero parceque en a vendu tous meme le travail ont a quitter ….imaginez …..dieu est grand …
    Ma petite maintenant 20 ans etudiante en 3 em anné biologie ..elle a regler sa residence mais j ai juste besoin d aide pour son installation au canada ….car moi le destin a dit son mot et je me suis remarié ici en algerie et je ne pourais pas l acompagner 😧 si ma soeur vous m orionter comment puis je faire sa sera un geste noble pour yatima que dieu vous garde et bonne contunuation ….merci

    Ta soeur habiba berramdane

  3. Je suis fière de vous Nassima , BENT BLADI , comme on dit chez , bravo et bonne continuation, vous êtes géniale , vos pubs et commentaires me donnent un espoir et une force inimaginable , merci encore une fois 😘😘

Les commentaires sont fermés.

Haut

Bienvenue au Canada