Réponses sur la vie au... - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Blogs > Réponses sur la vie au…

Réponses sur la vie au…

Réponses sur la vie au Québec et l’immigration.

Tout d’abord, comme je suis “dans les langues”, je peux dire qu’ici c’est bilingue, oui, mais que les deux communautés ne se mélangent pas vraiment énormément.
Un certain nombre de francophones ne veulent pas parler anglais et ont par conséquent presque uniquement des amis francophones (ce qui est logique puisque les amis se font à l’école, etc. et donc vont dépendre du cercle où l’on évolue, anglophone ou francophone) et les anglophones (en fait beaucoup d’allophones-anglophones), restent entre eux également, souvent en communautés allophones finalement trilingues ayant en commun une autre culture (italienne, arménienne, grecque, etc.)
Évidemment il existe des anglophones qui ne parlent pas français, soit des récalcitrants rejettant la culture francophone (pas si si courants que ça), soit des nouveaux immigrants qui n’ont pas encore appris le français (le gouvernement, et tout québécois francophone comprenant la situation précaire du français ici, espérant qu’ils l’apprendront éventuellement). Bref, pour pratiquer ton anglais ici, il faut que tu te fasses des groupes d’amis anglophones car il me semble que c’est rare d’avoir des groupes d’amis qui appliquent le bilinguisme

Non les Français ne sont pas vraiment haïs, s’ils le méritent! 🙂 en gros s’ils ne l’ouvrent pas trop négativement et s’ils oublient un peu leurs défauts français. Les Françaises sont très aimées 😉

Pour ce qui est de bien gagner sa vie…. Il faut d’abord avoir à l’esprit et ne jamais perdre de vue que : Qui dit immigration dit recommencer une nouvelle vie et assez souvent la recommencer un peu plus bas que l’ancienne (mais on peut remonter bien plus vite et bien plus haut qu’il sera jamais possible en France). Bref, comme on dit souvent, on vient pas au Québec pour faire fortune. À moins que comme moi, tu puisses réussir à estimer que la fortune se calcule également en qualité de vie, richesse culturelle et amour d’un pays. Tout ça est évidemment facile à dire lorsque l’on gagne largement de quoi manger et se loger…
Ce que je veux dire, c’est que oui on entend souvent que les salaires sont bas ici au Québec mais la vie n’est pas vraiment chère non plus, donc ça revient au même, sauf qu’en plus on est plus heureux ici 🙂 🙂
Alors si effectivement le but est de partir à l’aventure sans souhaiter perdre des acquis initiaux avec en tête de retourner plus tard en France… [personnellement je trouve ça beurk, mais ça n’engage que moi ;-)]…. disons que tu risques de ne pas vraiment améliorer ton anglais ni te faire de l’argent rapidement. Étant donné que c’est un pays au climat rigoureux, il faut être motivé et positif pour vraiment s’y sentir bien. Je connais beaucoup de gens qui avaient surtout leur carrière en tête, ou leurs acquis sociaux français, et qui sont rentrés en France éventuellement, terrorisés qu’ils étaient de ne peut-être pas avoir une retraite confortable. Chacun ses priorités… Personnellement je vois pas du tout l’intérêt de vieillir en France à être lobotomiser par des médias racistes en attendant qu’une p’tite guerre civile éclate… Mais bon… toute ma famille le fait bien, après tout, et je les aime quand même J

Personnellement je n’ai pas eu de problèmes d’emplois. Ceux que je connais qui en ont sont généralement en informatique (trop de développeurs Web tout à coup alors que le secteur plongeait un peu) ou en journalisme (car il ne faut pas rester à Montréal pour ça, semblerait-il)
On m’a déjà dit plusieurs fois que pour gagner de l’argent en Amérique du Nord, il faut avoir l’esprit entrepreneurial et se mettre à son compte. Bref, ne pas espérer faire des milles et des cents si on met en priorité un désir de sécurité. Cela dit on parle d’une société nord-américaine, donc même dans le cas d’emploi qui ne paient pas super, bon nombre peuvent tout de même se payer tout le luxe de tout un tas de trucs totalement inutiles dans la vie 😉 Je trouve que ceux qui se débrouillent le mieux en arrivant, sont ceux qui gardent l’esprit ouvert et accueillent les opportunités et la nouveauté à bras ouverts, bref, si dans ta branche ça ne marche pas, il ne faut pas forcément toujours s’entêter mais essayer autre chose… Y’a forcément une solution puisqu’il n’y a pas assez de monde dans cette belle société!

Les diplômes, je trouve qu’on s’en fout pas mal ici. Il faut plutôt se concentrer sur nos expériences personnelles dans tous les domaines rencontrés au cours de nos vies. Ici c’est surtout le réseau qui fonctionne. Faire des connaissances, créer des liens et un jour tout doucement ça donne des opportunités.

Opportunités qui sont bien plus fréquentes ici qu’en France. On peut facilement se retrouver à faire des choses auxquelles on n’aurait jamais cru participer et dans lesquelles on n’a aucune formation, juste parce que … pourquoi pas (d’où la moindre importance des diplômes et vive la liberté! ;-).
En revanche, c’est l’Amérique du Nord et le travail y est roi. Les attitudes type “je fais mes heures sans plus et je me casse” ne sont jamais vraiment récompensées, il me semble, et contrairement à la France, l’avancement dépend des capacités et non pas de l’ancienneté (bon y’a aussi sans doute des fois du piston, mais je trouve ça mille fois moins flagrant qu’en France). D’où l’intérêt de faire des choses qu’on aime vraiment.

Donc voilà, personnellement je trouve qu’il faut avoir foncièrement envie de venir vivre ici presque innocemment, pour y être heureux et non pas le voir trop comme un avancement de carrière, ce qui n’est pas garanti. Mais quand on en veut ici, tout est pas mal possible car c’est une petite population ouverte sur un grand territoire vide.

Je viens d’avancer d’un chapitre de mon livre sur l’histoire et la culture du Québec et j’ai trouvé génial et emblématique que depuis le début de la société québécoise il y a toujours des problèmes pour recruter dans des domaines vitaux car historiquement les gens qui venaient préféraient déjà courir les bois que de construire des maisons. Trop cool!!! (enfin, pour ceux qui courent … 🙂 :))

FrenchPeg
Cette Française originaire du Mans est arrivée au Québec en bateau en 2001. Elle a participé activement aux blogs du forum au début des années 2000. Peggy a toujours continué de travailler en traduction au Québec. Elle a pris racine à Montréal et a fait un bilan en 2017 de son immigration dans la Belle Province. https://www.immigrer.com/equipe-chroniqueurs-frenchpeg/
http://www.immigrer.com

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada