L’aérospatiale au Québec : un Eldorado pour les immigrants

L’aérospatiale au Québec : un Eldorado pour les immigrants

Me voilà lancée dans une nouvelle aventure vraiment ambitieuse! Je travaille désormais pour Aéro Montréal, la grappe aérospatiale québécoise, à titre de directrice de la relève et de la main d’œuvre. Une belle évolution pour une jeune immigrante française arrivée il y a bientôt 10 ans à Montréal en tant que résidente temporaire.

En février 2019, j’ai eu le plaisir immense d’obtenir ma citoyenneté canadienne. Et aujourd’hui, je suis notamment en charge de développer des stratégies d’attraction de talents pour combler la forte de demande de main d’œuvre qualifiée dans le secteur aérospatial au Québec. J’espère que certains d’entre vous se reconnaîtront en lisant cet article!

Voici un peu d’informations pour vous mettre dans le contexte. Le Canada se classe au 1er rang mondial pour la fabrication de simulateurs de vols et au 2e rang mondial pour la production d’avions d’affaires. Le pays se spécialise dans la production d’avions et d’hélicoptères commerciaux, de moteurs d’aéronefs et de systèmes spatiaux en plus d’offrir une vaste expertise en entretien et révision d’avions.

Montréal est l’une des 3 capitales mondiales dans le secteur aérospatial. Cette industrie est une source de fierté pour le Québec, qui a été en mesure de bâtir un écosystème performant, reconnu à l’échelle internationale. Tous les principaux maîtres d’œuvres sont présents au Québec. Parmi ces chefs de file du secteur, on compte des entreprises telles que Airbus, Bombardier, Bell Helicopter, CAE, et Pratt & Whitney Canada. À cela se rajoutent plusieurs fournisseurs de premier rang, équipementiers et spécialistes de maintenance majeure ainsi que de nombreuses petites et moyennes entreprises (PME) qui agissent principalement comme sous-traitantes des maitres d’œuvre et des fournisseurs.  Cet écosystème en grande demande de main d’œuvre rassemble plus de 200 entreprises au Québec.

Saviez-vous que ce secteur emploie près de 160,000 travailleurs au Canada, dont plus de 40,000 sont au Québec? Le secteur aérien compte pour 44% des emplois, suivi du secteur de la fabrication en aérospatiale pour 34%, et finalement les activités de soutien pour 22% des emplois.

A vrai dire, la première richesse de l’industrie aérospatiale québécoise est sa main d’œuvre qualifiée. C’est un secteur créateur d’emplois de qualité et bien rémunérés. Il est prévu que la main d’œuvre dans le domaine de l’aviation et de l’aérospatiale augmentera de 9% d’ici 2025. Les entreprises canadiennes auront besoin de plus de 50,000 nouveaux employés d’ici 2025, dont 37 000 uniquement au Québec, afin de combler les départs à la retraite et maintenir le rythme de croissance prévu. Certaines estimations démontrent que les diplômés canadiens représenteront seulement un quart des travailleurs recherchés. Le Québec devra donc attirer le plus grand nombre de travailleurs pour combler les demandes dues à l’accroissement démographique, ce qui représente plus de 16,000 postes d’ici 2025.

Dans le but d’assurer la relève de la main d’œuvre nécessaire à la croissance, des initiatives sont mises en place pour sensibiliser les jeunes à l’aérospatiale et éveiller leur intérêt. Il faut dire que le grand public connait encore peu la diversité et la qualité des métiers de ce secteur. La promotion vise particulièrement les femmes, les adultes retournant aux études et les immigrants. Voyez-vous pourquoi je vous écris aujourd’hui? Les immigrants qualifiés représentent actuellement un quart de la main d’œuvre dans cette industrie!  

Comme je vous le disais, l’aérospatiale offre une multitude de possibilités de carrières. Plusieurs catégories de métiers manquent sérieusement de candidats. L’industrie a un besoin grandissant de techniciens en entretien d’aéronefs, des assembleurs de structures, des ingénieurs, des pilotes d’avions et des machinistes. Les régions principalement concernées par cette pénurie de main d’œuvre comptent Montréal, les Laurentides, la Montérégie et la Mauricie. A titre d’exemple, les mécaniciens et techniciens d’avionique sont très en demande. Ces travailleurs installent, règlent et réparent les systèmes avioniques ainsi que les instruments et les appareillages électriques d’aéronefs. On prévoit également que l’industrie réclamera plus de 5,000 nouveaux mécaniciens d’aéronefs d’ici 2025. Ces travailleurs entretiennent, réparent et révisent les systèmes structurels, mécaniques et hydrauliques des aéronefs.

Le Canada cherche ainsi à attirer les talents et souhaite recruter à l’étranger. Pour cela, les gouvernements doivent accélérer et adapter les processus d’immigration afin d’aider l’industrie à combler ses besoins en main d’œuvre. Québec prévoit d’investir près de 55 millions de dollars lors des deux prochaines années pour faciliter le recrutement et l’intégration à l’emploi des immigrants. Quelque 21 millions seront consacrés aux démarches de recrutement, alors que le reste servira à mieux intégrer les travailleurs.

Tout récemment, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale Jean Boulet a annoncé une mesure pour soutenir les entreprises dans leurs démarches de recrutement à l’international. Cette mesure permettra de rembourser jusqu’à 50% des frais engagés par le recours à des experts dans une démarche de recrutement. Ces experts peuvent être par exemple des consultants en immigration reconnus par le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration. «Dans le contexte de rareté de la main-d’œuvre, ce soutien arrive au bon moment», a déclaré le ministre à l’occasion du Sommet de l’immigration de Montréal qui s’est tenu le 16 octobre 2019.

Parallèlement, Montréal International organise une mission de recrutement en aérospatiale chaque année au mois d’octobre à Toulouse et peut compter sur le soutien d’Aéro Montréal.

L’an passé, cet événement sectoriel a permis d’accompagner plusieurs entreprises et de rencontrer plus de 350 candidats. Pour plus d’informations sur l’industrie, les métiers, les formations et les opportunités d’emploi, je vous invite à consulter l’AéroPortail. Ce portail unique a pour mission de représenter notre secteur industriel et de le faire connaître auprès du plus grand nombre.

J’espère vous avoir donné le goût d’en apprendre davantage et peut être d’envisager une carrière en aérospatial au Canada, tout comme je l’ai fait. A la prochaine!

Avatar
Béatrice Montréal
BéatriceMontréal est arrivée en 2010 au Québec avec son mari et ses deux enfants alors âgées de 2 ans et 4 mois! Jeune française dans la trentaine originaire du Sud-ouest de la France, elle s'installe dans l'Ouest de la l'île de Montréal.

Commentaires sur “L’aérospatiale au Québec : un Eldorado pour les immigrants

  1. Allô Caroline, je ne prétend pas etre une experte en immigration mais il y a plusieurs critères qui sont pondérés et l’age est seulement l’un d’entre eux. Si ton projet est sérieux, alors commence tes démarches d’immigration.

  2. Bravo !! C’est génial ! Félicitations, quel parcours. J’ai étudié à l’université de l’UQAM et après avoir eu mon diplôme en 2006 je n’ai pas pu rester car j’avais besoin d’un visa de travail. Ce fut une expérience inoubliable pendant 6 ans. Avec le temps cette vie si heureuse me manque beaucoup. C’est une qualité de vie incroyable. Bonne continuation. Raph

  3. Allo, merci pour les commentaires. Il faut entreprendre des démarches d’immigration si ce n,est pas déjà fait. Les documents officiels d’immigration à obtenir sont: le permis de travail, le visa de résident temporaire (émis par un bureau des visas à l’étranger) et l’autorisation de voyage électronique (AVE).
    Les programmes des travailleurs étrangers temporaires sont régis par le gouvernement fédéral. Ils permettent à des employeurs d’engager des citoyens étrangers, sur une base temporaire, pour combler leur manque de
    main d’oeuvre. Chaque province ou territoire possède ses propres politiques qui affectent l’administration des programmes.
    Le PTET a été créé par le gouvernement fédéral en 1973 pour faciliter la croissance économique au Canada en répondant aux pénuries de travailleurs. Il permet aux employeurs d engager des citoyens étrangers sur une base temporaire pour combler leur manque de main d oeuvre.
    En 2015, le PTET a été divisé en deux:
    – Le PTET pour les travailleurs étrangers qui peuvent entrer au Canada à la demande des employeurs suivant l approbation de l évaluation d impact sur le marché du travail ( EIMT),
    – Le Programme de mobilité internationale ( PMI pour les travailleurs étrangers qui ne font pas l objet d une EIMT et dont l objectif principal est de défendre les intérêts économiques et culturels globaux du Canada plutôt que de pourvoir des postes en particulier.

  4. Bonjour , je travaille depuis 15 ans dans l’aéronautique en France , et je souhaite depuis toujours immigrer au Canada, mais jusqu’ici nous avons eu , mon mari et moi un problème d’âge pour y parvenir. Aujourd’hui , avec ces nouveaux besoins de personnels dans l’aéronautique Canadien, ai-je une chance d’être embauchée ( je suis Coordinatrice technique logistique aéro), à 55 ans ?

    Merci de votre réponse
    Cordialement,

    Caroline

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut

Bienvenue au Canada