Petit bilan Aujourd’hui, le temps… - Immigrer.com
mercredi , 22 mai 2024
Accueil Blogs Petit bilan Aujourd’hui, le temps…
Blogs

Petit bilan Aujourd’hui, le temps…

0
0
(0)

Petit bilan

Aujourd’hui, le temps est magnifique. Et je peux vous dire que ça fait du bien ! Je commençais à en avoir marre de la pluie de ces deux dernières semaines…. Et puis à présent que mon activité dépend des conditions météorologiques, j’y attache une importance capitale !
Je décide donc de mettre à profit cette belle journée pour entamer un travail qui promet d’être assez difficile…. J’ai en effet prévu de fabriquer une trail supplémentaire dans le bois de Mario et Lucie, afin de pouvoir m’y promener pendant une heure complète avec des éventuels débutants. Ce qu’il faut savoir ici, au Québec, ou tout du moins dans les Hautes-Laurentides, c’est que toutes les forêts ne sont pas aménagées comme en France ou en Belgique ! A part quelques chemins, qui ont été travaillés à la pelle mécanique et entretenus au fil du temps, le reste, c’est de la forêt vierge. Il faut donc se créer ses propres trails, ou bien rester sagement dans les beaux sentiers des parcs provinciaux !

Je charge mon petit trailer avec tout le matériel nécessaire : débroussailleuse, tronçonneuse, sécateurs, pinces en tout genre, râteau, essence, bouteille d’eau, et, sur les conseils avisés de Lucie, un peu d’anti-moustiques…. Et me voilà partie au guidon de mon super quad, à fond de train dans le pré, mon petit trailer brinquebalant derrière moi…. Innocente que j’étais, et même si j’imaginais bien que le travail pouvait être ardu, j’étais sure d’y trouver mon plaisir vu que j’avais déjà construit une ou deux cabanes en forêt quand j’étais petite…. Vous voyez pas le rapport ? Et bien bravo ! Vous êtes plus perspicaces que moi….

Je choisi donc le départ de mon nouveau sentier à partir d’une trail existante, et me voilà partie à travers bois, cherchant le meilleur passage, évitant les gros arbres, les pentes trop raides, les grosses pierres, et posant des petits rubans oranges dans les arbres, tels des fil d’Ariane, pour me souvenir de mon chemin.

Une fois le travail de repérage effectué, je sors la débroussailleuse et son harnachement, et c’est parti !! Au bout de deux heures, la chaleur devient accablante. C’est vraiment le pays du tout ou rien ! Je n’en peux plus. Le vrai problème, en fait, c’est les mouches noires qui commencent à sortir le bout de leur museau. Il y en a partout. Elles se faufilent derrière vos oreilles, DANS vos oreilles, dans vos yeux, sous votre casque, dans votre pantalon, sous votre tee-shirt…. On a beau calfeutrer toutes les ouvertures possibles, elles trouvent toujours un moyen de venir vous achaler. Tout en m’aspergeant de D15, je bénis Lucie, qui a eu la présence d’esprit de mettre cet anti-moustique dans mes bagages.

Les mouches noires seront l’élément déclencheur de mon premier bilan de vie au Québec. Je savais déjà que le plus dur pour moi ne serait pas de survivre à l’hiver, mais bien au mois de juin…. M’y voici donc, à ce fameux mois de juin ! Déjà 7 mois que je suis ici…. Décidemment, le temps passe trop vite ! En 7 mois, j’ai fait tant de choses, et en même temps si peu ! Vous allez me dire, c’est vraiment bizarre comme bilan, mais c’est ainsi que je le ressens.

– Côté business, j’ai un peu de mal à décoller. La période d’hiver a été l’occasion d’une préparation acharnée d’un point de vue comptable et administratif : rédaction du plan d’affaire, pêche aux subventions, visite des infrastructures existantes, recherche des chevaux et des poneys, développement du réseau de contacts etc…. Mine de rien, pour quelqu’un qui vient d’arriver et qui se lance dans une nouvelle aventure, ça prend beaucoup de temps tout ça…. Maintenant que les beaux jours sont revenus (enfin presque), il faut entraîner les chevaux, acheter le matériel qui manque, visiter les sentiers, organiser l’intendance pour les randonnées de longue durée, construire des nouvelles trails, déblayer celles qui existent déjà….
Il faut ensuite créer les cartes de visite et les petits dépliants publicitaires, mais au dernier moment, on se rend compte que le seul numéro de téléphone qu’on peut mettre dessus va se périmer au 1er juillet…. Alors il faut envisager la création d’une adresse mail spécifique, l’acquisition d’un téléphone cellulaire (avec les engagements draconiens d’ici, on est au moins sûr que ce numéro restera fixe pendant 3 ans….), penser à acheter un nom de domaine pour le futur site Internet qui est écrit, mais pas encore mis en ligne…. Une fois qu’on a tout ça, on peut penser à créer des cartes de visite qui ressemblent à quelque chose, et les envoyer à l’imprimerie.
Et puis il faut aussi, et surtout, régler le plus urgent, le plus important, et le plus galère…. La question de l’assurance…. Mesdames et Messieurs les investisseurs, les aventuriers, les passionnés de plein air, et autres frappadingues comme moi, méfiez-vous !! Il est devenu quasiment impossible de trouver une assurance responsabilité civile pour se prémunir des risques encourus lors de la pratique des activités de plein air. Les compagnies d’assurances ne veulent plus de centre équestre, de traîneau à chiens, de canoë, ou de mur d’escalade…. Trop d’accidents, trop de risque, trop de « yahoo », comme on les appelle ici (des gens qui n’écoutent rien, qui croient tout savoir, et qui hurlent « yeeaaahoooo !!! » lorsqu’ils sont sur un cheval).
Il faut avouer qu’ici, les choses sont tellement faciles ! Sans aucun diplôme, on peut créer son business et enseigner la discipline de son choix ! Et certaines personnes qui ont trois ou quatre chevaux dans le fond de leur jardin se disent alors qu’emmener des clients en promenade peut éventuellement constituer une source de revenus supplémentaires…. Ils ne se posent aucune question quant à la sécurité, ni même à propos de leurs connaissances équestres…. D’où la méfiance actuelle des compagnies d’assurances….
Mais bon, bref, ce n’est qu’un obstacle de plus, il va bien falloir le franchir ! Et avant de pouvoir penser aux premiers clients, il faut que tout soit en règle, ou du moins, c’est comme ça que je le conçois.
Après moult recherche, me voici devant ma seule et unique soumission : 3 000,00 $ par an, sous condition d’adhérer à une association touristique de renom, dont l’adhésion annuelle me coûtera la bagatelle de 500,00 $… Quel débutant peut se permettre ça ? Si je gagne ce montant là pendant ma première saison d’été, ce sera déjà le bout du monde pour moi…. Allons, allons…. Ce n’est pas raisonnable…. On laisse tomber ? Ben non, évidemment…. La belle subvention du CLD passera là-dedans, et puis c’est tout…. On verra bien….
Du coup, voilà où j’en suis…. J’ai fait quand même beaucoup de choses, mais je suis un peu frustrée de voir que ça n’avance pas très vite à mon goût…. M’enfin en tout cas, le lancement officiel de WINDIGO Découverte n’est plus qu’une question de jours ! Après, il n’y a plus qu’à espérer….
– Côté personnel, c’est le bonheur total ! Je m’éclate. J’adore ce pays, j’adore les habitants, j’adore ma région, je me sens bien, je suis comme un poisson dans l’eau dans cette ferme où je me suis quasiment trouvé une deuxième famille, j’ai des amis très gentils, un carnet d’adresse qui commence à se remplir, une maison au bord d’un lac, je vais apprendre à tondre les moutons, j’ai un petit chaton tout mignon, j’ai fait du bateau sur « mon » lac ce week-end, je vais chanter à la chorale au mois de septembre …. Que demander de plus ?
Pour les côtés négatifs…. Evidemment, la famille me manque. Mais c’est en fait, c’est vraiment par période. Ou bien c’est quand j’entends ma mère me dire avec une petite voix que « elle a pas trop le moral en ce moment ». Autre côté négatif…. heu…. Le coût excessif du fromage et des yaourts, le système bancaire que j’ai un peu de mal à appréhender (quand on prend une marge de crédit pour rembourser sa carte de crédit, quand on fait payer des frais pour tout et n’importe quoi, quand on gèle les chèques pendant « on ne sait combien de temps » et « on ne sait pas pourquoi »)… Heu…. Bon, ben c’est à peu près tout. Mais c’est vraiment pour dire de trouver quelque chose….
– Côté amours…. Heu…. Je passe ….
– Côté finances…. Ben là, il y a deux visions…. La vision personnelle, et la vision globale. D’un point de vue personnel, je vais bientôt tomber sur la réserve. J’ai passé le stade critique, alors je vis le plus économiquement possible en attendant mes premiers clients. J’ai d’ailleurs l’intention de me trouver un petit job d’appoint dans les prochains mois pour soutenir l’effort de guerre imposé par mon business. D’un point de vue plus global, ça va déjà beaucoup mieux. Ma mère a décidé de me prêter un peu de sous (c’est la meilleure banque du monde, on rembourse quand on peut….) et je viens de trouver une jolie petite maison, en plein milieu du village de Ferme-Neuve. Adieu mon lac et adieu mon chalet, mais aussi adieu les 90 kilomètres à conduire par jour, les 250 dollars d’essence par mois et le loyer de 650 dollars…. Je déménage le 1er juillet !

Bref, voilà un peu où j’en suis. Je lève les yeux de ma débroussailleuse…. Et j’aperçois le bout du tunnel. Encore 20 mètres, et ma nouvelle trail est terminée ! Je ris au nez des moustiques qui n’auront pas réussi à me dégoûter, en tout cas pour aujourd’hui. Leurs piqûres sont quasiment invisibles. Je pense que c’est grâce à un précieux conseil qui m’a été donné par un vieux d’ici, et qui était de prendre des pilules de « Réactine » un mois avant le début de la période des mouches. La Réactine est un médicament contre les allergies, et qui (paraît-il) rend l’odeur de la peau désagréable pour les bibittes. A bon entendeur !!

Maintenant, excusez-moi, il faut que je vous laisse, je dois aller seller mon cheval et essayer ma nouvelle trail !

PS : Ca fait trois fois que j’essaye d’envoyer cette chronique à Laurence, et bizarrement, ça ne marche pas…. Après un rapide diagnostique et un café chez chacun de mes voisins pour confirmation, je décide de rajouter quelques lignes à cette chronique pour implorer votre pardon…. Oui, je suis (encore !) en retard, mais cette fois, c’est la faute à l’orage de ce matin…. Il n’y a plus de téléphone nulle part, et donc, encore moins d’Internet…. Je suis coupée du monde, dans le grand nord québécois. Intéressant non ? hi hi hi !

PS 2 : Encore un petit supplément, écrit par l’entremise du PC de mes amis…. Finalement, mon modem interne est cramé, toujours because of the storm…. Vu la difficulté que j’ai a acheter un nouveau modem externe ici, mon absence risque de se prolonger !! hi hi hi….

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 0 / 5. nombres de votes: 0

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Leave a comment

Centre Éducatif

Publicité

Les plus lus récemment

Publicité

Abonnez-vous à notre Newsletter

S’abonner

Publicité

Les plus commentés récemment

Derniers commentaires

Discussions en cours

Articles similaires

3 choses que j’aurais aimé savoir sur l’emploi au Québec

0 (0) Dans deux ans, je vais avoir 20 ans d’expérience québécoise. En...

Ce que j’aurais aimé savoir sur l’hiver à Montréal ?

0 (0) Avant de venir au Québec, je me posais la question :...

D’immigrante à responsable de l’attraction de travailleurs internationaux

0 (0) En juin 2010, je quittais la France avec mon mari...

Mieux comprendre les taxes au Québec

0 (0) Introduction pratico- pratique : Pour des raisons de commodité, l’utilisation...

>
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com