Conseiller d’orientation au Québec, tous les détails - Immigrer.com
samedi , 18 mai 2024
Accueil FAQ Conseiller d’orientation au Québec, tous les détails
FAQMétiers divers

Conseiller d’orientation au Québec, tous les détails

2
0
(0)

Conseiller d’orientation au Québec

Ecrit par: puce 9-07 à 17:45

Bonjour à toutes et à tous,

Conseiller d’orientation psychologue en France (Bac + 5), je m’interroge sur les possibilités d’emploi au Québec dans ce domaine. J’ai vu qu’il était possible de déposer une demande d’équivalence auprès de l’ordre professionnel. Quelqu’un saurait-il si l’équivalence des formations (France – Quebec) est reconnue ou s’il faut reprendre ses études au Canada?
De plus, il me semble que la profession est un peu différente au Québec. En France, on travaille en CIO et en établissements scolaires. Au Québec, des conseiller en orientation travaillent dans d’autres secteurs (jeunes retraités, …). Pouvez-vous confirmer?
Toutes vos infos seront les bienvenues!

————————-

Ecrit par: O’Hana 10-07 à 11:39

Salut Puce,

QUOTE
Quelqu’un saurait-il si l’équivalence des formations (France – Quebec) est reconnue ou s’il faut reprendre ses études au Canada?

Je te pointe ici un document PDF sur la procédure d’admission à l’OCCOPPQ (ordre professionnel des conseillers et conseillères d’orientation et psychoéducateurs et psychoéducatrices du Québec – ouf !) : clique www.occoppq.qc.ca/site/pdf/CO_proc_adm.pdf

Tu aurais d’ailleurs tout avantage à consulter le site de l’OCCOPPQ car on y donne une description détaillée de ce que fait un conseiller d’orientation (c.o.), les coordonnées du bureau exécutif (dont le service d’admission), etc : www.occoppq.qc.ca/

QUOTE: je m’interroge sur les possibilités d’emploi au Québec dans ce domaine

Les possibilités se font de plus en plus intéressantes pour les raisons suivantes :

– reconnaissance de plus en plus claire du titre réservé du c.o. qui devait, avant, faire la concurrence aux psychologues, aux travailleurs sociaux, etc dans des emplois connexes ou similaires

– le départ à la retraite dans un horizon de cinq ans de plusieurs c.o. ce qui va libérer beaucoup de places pour la relève (phénomène qui touche d’ailleurs tous les secteurs d’activité québécois)

– la diversification des secteurs d’activités dans lesquels interviennent de plus en plus les c.o. : d’abord le milieu scolaire qui reste encore la centralité de la compétence du c.o., mais aussi la réadaptation (CSST, SAAQ), l’aide à la recherche d’emploi (CJE, CLE, centres communautaires), la gestion des ressources humaines dans les organisations (sélection de personnel, consolidation d’équipe, etc), la pratique privée, la formation / enseignement, la psychothérapie avec accréditation, préparation à la retraite, mentorat, etc

Cependant, nous (car je suis c.o. aussi) devons lutter contre certaines résistances :

– tel le fait que le public croit encore que les c.o. ne travaillent que dans les écoles)
– la reconnaissance de la compétence (être c.o. au Québec exige une formation de 2ème cycle universitaire et certains c.o. se retrouvent à faire du travail de technicien ou, à l’inverse, des techniciens font un travail de c.o. avec toutes les conséquences que cela peut avoir sur le public ; ceci dit avec tout le respect que j’ai pour les techniciens)
– le titre de c.o. est réservé (seuls les membres de l’OCCOPPQ peuvent le porter) mais pas l’acte : quiconque peut faire le travail d’un c.o. au Québec sans risque d’être poursuivi au civil ce qui vient renforcer la confusion auprès du public et porter atteinte à la crédibilité de la profession

Je te suggère de t’inscrire sur une liste de discussion qui regroupe près de 300 intervenants dans le domaine au Québec (c.o., conseillers en emploi, etc) pour chercher l’avis et l’opinion de mes autres collègues : il s’agit du pages.infinit.net/erickbo/cointernet.html

À ta disposition si tu as d’autres questions

————————-

Ecrit par: puce 16-07 à 18:25

Merci O’Hana pour toutes ces informations. Et désolé pour la réponse tardive, mais je suis en plein déménagement … en France encore …
J’avais déjà vu sur divers sites que les perspectives d’emploi dans le domaine de l’orientation étaient satisfaisantes (nombreux départs en retraire, diversification des secteurs d’intervention…).
Par contre je ne savais pas que le travail de conseiller d’orientation pouvait être exercé par qqn ne faisant pas partie de l’ordre professionnel. Cela veut donc dire que dans certains établissements scolaires (par expl), le C.O. peut être remplacé par un autre professionnel? Si c’est le cas, c’est grave car c’est la non-reconnaissance de notre spécificité. Comment alors être reconnu par le public?

J’avais déjà visité le site de l’ordre professionnel et avais vu qu’une étude de dossier pouvait être demandée pour évaluer l’équivalence des diplômes Français et Québecois. Avant de déposer ma demande, je souhaitais savoir (si cela est possible) ou plus exactement estimer mes “chances”. D’après toi, me demandera-t-on de repasser une partie de la formation? J’ai vu que celle-ci se préparait dans peu d’Universités…

Enfin, (je profite d’avoir un C.O. “sous la main”) j’éprouve bcp de difficultés à trouver des infos sur le quotidien du C.O. En effet, très souvent seules ses fonctions sont décrites. ¨Par expl, un C.O. exerçant en établissement scolaire est rattaché à celui-ci, n’est-ce pas? Contrairement à ce qui se fait en France, où le COP est d’abord rattaché à un Centre d’Information et d’Orientation et où il exerce qq heures par semaines dans pls établissements scolaires. Peux-tu me donner davantage d’infos à ce sujet? Et lorsque l’on est inscrit à l’ordre professionnel, quelle est la démarche pour trouver un poste? Est-ce de contacter directement l’établissement scolaire?

Que de questions … et encore, je me freine!!!
Merci pour vos réponses.

————————-

Ecrit par: O’Hana 16-07 à 23:42

salut Puce,

Surtout, gêne-toi pas pour poser des questions, le forum est là pour ça Je vais me permettre de continuer à te répondre sur le forum plutôt que par PM car je pense que cela peut intéresser d’autres immigrants également.

Cependant, considère mes réponses avec prudence car, contrairement à toi, je ne suis devenu c.o. qu’une fois au Québec : le milieu de l’orientation dans le système français ne m’intéressait donc pas quand j’y étais encore, cela limitant donc l’effort de comparaison que je peux faire entre être c.o. en France et l’être au Québec.

QUOTE
Cela veut donc dire que dans certains établissements scolaires (par expl), le C.O. peut être remplacé par un autre professionnel? Si c’est le cas, c’est grave car c’est la non-reconnaissance de notre spécificité. Comment alors être reconnu par le public?

Tout à fait, malheureusement. Lorsque je rencontre des collègues, c’est un phénomène qui est souvent nommé et déploré : il n’est pas rare en effet de voir, par exemple, un psychologue faire un travail d’orientation ou encore un travailleur social aider à cibler ses intérêts dans le processus de réadaptation qu’il effectue avec son client. Cependant, pour donner une vision plus juste de la chose, il faut reconnaître que comme tout professionnel de la relation d’aide, nous intervenons sur le plan psychologique (intérêts, valeurs, aptitudes, etc) et il est par nature, difficile pour ne pas dire impossible de compartimenter la psyché humaine en différentes catégories.

Par ailleurs, notre force de c.o. est aussi notre faiblesse en même temps : travailler sur un épuisement professionnel donne une note fortement psychologique à notre travail pour ne pas dire thérapeutique ; travailler dans les entreprises en gestion de carrière c’est marcher aussi dans les plates-bandes des conseillers en ressources humaines ; accompagner de jeunes décrocheurs scolaires nous oblige à faire de la réadaptation ce qui est surtout la compétence des travailleurs sociaux ou des éducateurs ; etc etc

QUOTE
Avant de déposer ma demande, je souhaitais savoir (si cela est possible) ou plus exactement estimer mes “chances”. D’après toi, me demandera-t-on de repasser une partie de la formation? J’ai vu que celle-ci se préparait dans peu d’Universités…

Dans ce que je connais de la réalité d’un c.o. au Québec, je pense que oui : il faudra que tu ailles suivre un cours sur l’ISEP (information scolaire et professionnelle), soit connaître le système scolaire québécois, les processus d’admission, les préalables, les centres de formation, etc

Dans le milieu scolaire plus spécifiquement, il te faudra connaître le concept de l’Approche Orientante mise en place par le MEQ (ministère de l’éducation du Québec) appliqué au primaire et au secondaire depuis deux ou trois ans. Connaître aussi les principales théories en développement de carrière développées par des chercheurs québécois ; l’approche sociologique de la dynamique individu-études-travail québécois et ainsi de suite.

Il y a en effet que quatre universités au Québec qui prépare à la maîtrise en orientation (équivalent du DESS / DEA en France) : Sherbrooke est plus reconnue pour son approche counseling ; Laval pour son approche sociologique et psychométrique ; Montréal dans sa préférence pour le développement de carrière.

QUOTE
Par expl, un C.O. exerçant en établissement scolaire est rattaché à celui-ci, n’est-ce pas?

En fait, tu es rattaché à la commission scolaire qui est une sorte de vice-rectorat chapeautant les écoles primaires et secondaires d’une région donnée. La réalité d’un c.o. en milieu scolaire est difficile : le ratio, je crois, est de un c.o. pour 2 à 3000 élèves. Au cégep (l’équivalent du lycée en France), chaque cégep ou collège est indépendant avec son propre CISEP (centre d’information scolaire et professionnelle) l’équivalent d’un CIO en France. Pareil pour les universités.

QUOTE
Et lorsque l’on est inscrit à l’ordre professionnel, quelle est la démarche pour trouver un poste? Est-ce de contacter directement l’établissement scolaire?

Sur le site de l’OCCOPPQ, les membres ont accès à une liste d’emplois offerts dans diverses régions du Québec et dans différents milieux. Dans les faits, il ne faut compter que sur toi-même et développer le plus possible ton réseau de contacts. Par expérience, je sais que ce n’est pas le travail qui manque pour les c.o. à Montréal. Après, c’est surtout en région que le besoin se fait sentir : Laurentides, Outaouais, Saguenay, Chicoutimi. Il n’est pas rare de voir des finissants à la maîtrise être embauchés alors qu’ils n’ont pas encore leur titre de c.o.

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 0 / 5. nombres de votes: 0

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Écrit par
FAQ

La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!

2 commentaires

  • Bonjour Puce,

    Je cherche à faire l’inverse de ta démarche: j’ai repris mes études au Québec, je finis ma maîtrise en sciences de l’orientation et je vais être membre de l’Ordre des C.O, mais je souhaite revenir en France et je me demande qu’elles sont les possibilités d’équivalence ou de reconnaissance sur la maîtrise en psychologie du travail (seule formation qui me semble être l’équivalent en France et qui me permettrait de pouvoir être habilitée à faire des évaluations psychométriques). J’ai commencé à prendre des informations sur les VES (validation d’études supérieures et j’ai contacté le CIEP ( qui se charge des équivalent de diplomes étrangers) mais si tu as plus de conseils à me donner je suis preneuse!

    Au plaisir,

    Marie-Aude

    • Bonjour Marie-Aude, Je fais une démarche dans le même sens que toi.
      Je suis C.O au Québec et je souhaite rentrer en France et je m’interroge sur mes possibilités d’équivalence. Je vois que ton message commence à dater. Pourrais-tu m’écrire à ce sujet svp? ou tout autre personne ayant des réponses 😉

  • Centre Éducatif

    Publicité

    Les plus lus récemment

    Publicité

    Abonnez-vous à notre Newsletter

    S’abonner

    Publicité

    Les plus commentés récemment

    Derniers commentaires

    Discussions en cours

    Articles similaires

    Document officiel : Équivalence des diplômes France Québec

    4.9 (3207) Tableau comparatif études France – Québec Équivalence des diplômes entre...

    Devenir policier au Canada, comment faire ?

    4.7 (23) Bonjour, Actuellement je suis en France et je suis gendarme...

    Amener ses lapins nains au Canada

    5 (2) Voici un guide simplifié pour emmener des lapins au Canada...

    Plus de 14 000 emplois seront disponibles d’ici 2028 dans les mines du Québec

    0 (0) Une dynamique effervescence s’empare du Québec face à un défi...

    >
    Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
    © 2024 immigrer.com