Métier d'enseignant

Enseigner au Québec étant prof agrégé en France

Écrit par rogack

Enseigner au Québec étant prof agrégé en France

Ecrit par: rogack 16-04 à 11:58

Je songe sérieusement à venir immigrer au Québec, mais ma première inquiétude reste celle du travail : je suis professeur agrégé en France, avec une dizaine d'années d'expérience, et je ne sais pas du tout ce que cela peut valoir au Québec. Le site du ministère de l'Éducation du Canada n'est d'aucune aide, ne proposant que les formation québécoise, sans indication sur d'éventuelles équivalences de diplôme.

Quelqu'un aurait-il déjà eu la même idée un peu folle d'abandonner le profit d'un concours en France pour essayer de négocier son équivalence au Québec ?

------------------------------------

Ecrit par: zohra-terry 16-04 à 12:50

Tu trouveras plein de pistes de réponses dans les FAQ. As-tu le CAPES? Si oui, je sais de source sûre que ça te donnera le permis d'enseigner, qui est obligatoire pour enseigner dans le secondaire, privée et public.
Mais avec ton niveau tu pourras certainement postuler dans les cégeps, l'équivalent de nos lycées. Consulte directement les adresses sur le site du MEQ, et communique avec eux pour connaitre leur procédure de recrutement.
Peut-être que l'agrégation donne également droit au permis, mais communique avec Lise Baudoin du MEQ, elle te répondra.

------------------------------------

Ecrit par: rogack 16-04 à 13:08

Merci pour ces précisions.

Concernant le capes, je ne l'ai pas, mais comme en France l'agrégation est considéré comme un concours plus difficile que le capes (les certifiés (nom des titulaires du capes (c'est un peu bizarre comme nom, mais c'est comme ça)) cherchent souvent à passer ensuite l'agreg, mais les agrégés ne passent pas le capes...), il serait logique que l'agreg donne les même droits que le capes (mais la logique administrative a ses raisons que la logique mathématique ignore, surtout quand elle franchit les frontières).

Je vais me relancer dans l'exploration du site du MEQ...

------------------------------------

Ecrit par: nasro31 17-04 à 13:51

pour enseigner au quebec il te faut 4 années universitaires de mc gill universitée

il te faut de lexperience du quebec mon cher

------------------------------------

Ecrit par: zohra-terry 18-04 à 3:02

A mon avis tu devras retourner à la fac pour suivre des cours de psychopédagogie, car dans le concours de l'agreg, si je ne me trompe pas, il n'y a aucune épreuve de ce type, contrairement au CAPES.C'est pour cela que ce dernier permet l'obtention du permis d'enseigner. Au québec, un bacc en enseignement dure 4 ans, et il y a pas mal de cours de pédagogie, et des stages encadrés....
Maintenant chacun donne sa version sur la durée des études que tu devras reprendre.....un an, 4 an.....le mieux est de contacter un agent du MEQ, et une université. Personnellement, j'avais demandé à l'UQAM, et on m'a répondu que seuls certains de mes cours (j'ai une maîtrise d'anglais) seraient crédités.Tu peux également demander une équivalence de tes diplômes. Ne peux tu pas faire une demande pour enseigner dans un lycée français du Québec? J'imagine que c'est long et qu'on est pas forcément choisi....Mais si tu décides d'immigrer tout de même, sache que tu pourras postuler auprès des établissements français car ils n'embauchent que des titulaires..Consulte le site de Stanislas et Marie de France.

------------------------------------

Ecrit par: rogack 18-04 à 4:45

J'y songe aussi, cela fait partie des pistes, mais c'est dur à entreprendre avant le mois de septembre, quand on commencera à préparer la rentrée 2006, le temps que tout le reste se mette en place (formalités d'immigration + demande de disponibilité en France pour avoir quand même un parachute, au moins pour les 3 premières années)

------------------------------------

Ecrit par: zohra-terry 18-04 à 4:58

Pour les cégeps, pas besoin de permis effectivement.....mais contacte les, car dans certains cas il faut un bac en enseignement collégial...mais pas toujours.souvent une maitrise (DEA) est demandée ou un bac (licence).

------------------------------------

Ecrit par: rogack 18-04 à 5:04

C'est bien ce qui me semblait... Ca doit pouvoir se négocier. Il se trouve que je vais faire du tourisme cet été au Québec. Vous croyez qu'on peut prendre rendez-vous dans un établissement en juillet, ou tout le monde est-il parti en vacances ?

------------------------------------

Ecrit par: Zogu 18-04 à 5:15

QUOTE
Quelqu'un connaît-il les méthodes d'enseignement retenues au Québec ? Par exemple pour l'apprentissage de la lecture (le pivot de tout le reste en fait, complètement saboté en France).

En fait, c'est l'écriture qui a été sabotée au Québec. Avec toutes les réformes contradictoires de l'enseignement niveau Secondaire, y'a plus personne de moins de 20 ans qui possède la grammaire, la conjugaison ou les règles d'accord.
Oui d'accord je suis pessimiste... mais j'espère que le dernier virage en date (qui semble ENFIN logique : retour à des méthodes constructivistes) sera le bon.

Ça me rappelle les expérimentations débiles du début des années 80. Mon beau-frère a appris l'écriture "au son" et a dû se rattraper plus tard, car son écriture était déficiente. Quant à moi, j'ai subi à la fin du Secondaire la mode du "vécu" : on demande aux élèves de tout rapporter à son "vécu", comme si plus personne ne pouvait avoir de l'imagination ou s'intéresser à autre chose qu'à son nombril. C'est bien beau "le vécu" et les exposés improvisés (en groupe) devant la classe, mais ça n'enseigne pas l'argumentation structurée, la grammaire ou l'histoire du roman. C'est juste bon si tu veux devenir animateur d'émission de variétés.

------------------------------------

Ecrit par: rogack 18-04 à 5:28

QUOTE(Zogu @ 18-04 à 11:15)
En fait, c'est l'écriture qui a été sabotée au Québec. Avec toutes les réformes contradictoires de l'enseignement niveau Secondaire, y'a plus personne de moins de 20 ans qui possède la grammaire, la conjugaison ou les règles d'accord.
Oui d'accord je suis pessimiste... mais j'espère que le dernier virage en date (qui semble ENFIN logique : retour à des méthodes constructivistes) sera le bon.

On a observé les même âneries en France, mais aucune décision n'a encore été prise fermement pour retrouver des méthodes correctes. Professeur de lycée et correcteur au bac depuis une dizaine d'années, j'ai vu le niveau chuter : même les meilleurs élèves ont rarement compris la différence entre l'infinitif et le participe passé des verbes du premier groupe et les négations inaudibles (« n' » pris dans une liaison, par exemple « on n'en a plus ») sont absentes : pour résumer le malaise, il n'y a plus de structure de la langue, il n'y donc plus de structure de la pensée, ce qui devient critique aussi pour le prof de math que je suis...
Navré de voir que même le Québec connaît cette galère... Mais je ne me décourage pas pour autant.

pas trouvé de réponse, posez votre question dans le forum de discussions



Copyright © 1999-2014 Immigrer.com Inc. Tous droits réservés. Conception Solutions Netaccès