Réduction de 35% des permis d’études étrangers pour 2024
mercredi , 24 juillet 2024
Accueil Actualité Réduction de 35% des permis d’études étrangers pour 2024
ActualitéDernières actualités - ÉtudierÉtudes universitaires

Réduction de 35% des permis d’études étrangers pour 2024

2
0
(0)

Le Canada frappe fort en instaurant un plafond pour les étudiants étrangers afin de gérer les pressions sur les services et le logement

Le gouvernement canadien, mené par le ministre fédéral de l’Immigration, Marc Miller, a annoncé une stratégie majeure pour rééquilibrer son approche de l’immigration étudiante. En réponse aux pressions croissantes sur les logements et d’autres services essentiels, un plafond national sur les étudiants étrangers acceptés au Canada sera mis en place pour les deux prochaines années.

Après avoir resserré les critères, cette initiative vise à réduire le nombre de permis d’études délivrés en 2024 de 35 % par rapport à l’année précédente, soit une réduction à environ 360 000 permis. Le ministre Miller a souligné que cette mesure est nécessaire pour gérer les effets de l’augmentation rapide du nombre d’étudiants étrangers, qui exerce une pression sur le logement, la santé et d’autres services au Canada.

Le gouvernement prévoit de répartir le plafond de manière proportionnelle à la population de chaque province et territoire. Ainsi, certaines régions connaîtront des réductions plus significatives. Chaque province et territoire attribuera son quota à ses établissements d’enseignement désignés. Pour que les demandes soient prises en compte, elles doivent désormais être accompagnées d’une lettre d’attestation d’une province ou d’un territoire.

Les étudiants en maîtrise, doctorat, ainsi qu’au niveau primaire et secondaire, ne sont pas inclus dans ce plafond. Les détenteurs actuels de permis d’études ne seront pas affectés par ces nouvelles mesures. Le ministre a insisté sur le fait que ces mesures ne visent pas à pénaliser les étudiants étrangers, mais plutôt à garantir une éducation de qualité et une expérience enrichissante au Canada.

L’introduction de ces mesures intervient alors que les étudiants étrangers représentent une source de revenus significative pour les établissements d’enseignement et les provinces, payant des frais de scolarité nettement supérieurs à ceux des résidents permanents ou des citoyens canadiens. En 2018, les étudiants étrangers ont apporté environ 21,6 milliards de dollars au PIB du Canada et soutenu près de 170 000 emplois.

Le gouvernement a également annoncé d’autres modifications, notamment l’inéligibilité des étudiants de certains programmes à un permis de travail postdiplôme et l’extension de la durée des permis de travail pour les diplômés de programmes supérieurs.

À compter du 1er septembre 2024, les étudiants étrangers qui commencent un programme d’études faisant partie d’un accord d’utilisation des programmes d’études ne seront plus admissibles à un permis de travail postdiplôme à la fin de leurs études. Les diplômés de programmes de maîtrise et d’autres courts programmes d’études supérieures pourront bientôt demander un permis de travail valide pendant trois ans. Pour les semaines à venir, seul l’époux ou l’épouse d’un étudiant étranger dans un programme de maîtrise ou de doctorat aura accès à un permis de travail ouvert.

Ces mesures, qui seront réévaluées dans deux ans, visent à réorganiser un système jugé désorganisé par le ministre Miller. Elles s’inscrivent dans une démarche de gestion responsable de la croissance démographique et de l’intégrité des services au Canada. Le ministre a souligné l’importance de ces actions pour assurer l’équilibre et la qualité du système d’éducation canadien, tout en préparant le terrain pour des réformes futures.

Source : Gouvernement du Canada

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 0 / 5. nombres de votes: 0

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Écrit par
Laurent Gigon

Cofondateur du site Immigrer.com

2 commentaires

  • Bonjour.

    Je m’appelle Ben. Je vis en RD Congo.

    Récemment j’ai été admis à un programme de Maîtrise à l’INRS Québec et en ce moment j’attends mon CAQ pour aller à l’étape du permis d’études.

    J’ai des craintes quand j’ai vu qlqs discussions dans ce forum concernant le refus du permis d’études se basant sur les fonds insuffisants et surtout sur le motif d’avoir l’intention de demeurer sur le territoire canadien malgré toutes les preuves qui peuvent prouver le contraire.

    Pour mon cas, mon garant financier c’est mon grand frère qui vit et travaille au canada. Au fait, il a la nationalité canadienne depuis plus 20ans. Pour certaines raisons Il avait obtenu cette nationalité avant même de quitter la RDC.

    Je vous demander de me m’aider à :

    Me Donner vos points de vue si ce statut de mon grand frère/garant financier ne va pas jouer à mon désavantage de me refuser le permis au motif de vouloir rester au canada.

    Me conseiller sur comment rédiger la lettre d’intention concernant ce point précis

    Et la lettre de prise en charge de mon grand frère pour expliquer les raisons de cette prise en charge.

    Je tiens à signaler qu’il vit en Ontario, moi c’est le Québec que je vise.

    Merci beaucoup pour vos suggestions.

  • Centre Éducatif

    Publicité

    Les plus lus récemment

    Publicité

    Abonnez-vous à notre Newsletter

    S’abonner

    Publicité

    Les plus commentés récemment

    Derniers commentaires

    Discussions en cours

    Articles similaires

    Immigration et criminalité : analyse des données

    4.7 (13) États-Unis : réfutation des affirmations sur la criminalité des migrants...

    Prix de l’immobilier au Canada : 2 immigrants sur 5 envisagent de déménager

    5 (2) Le marché locatif canadien continue de subir une pression considérable...

    Le loyer moyen au Canada a atteint 2185 $ en juin 

    5 (2) Le marché locatif au Canada a connu des changements significatifs...

    Des infirmiers recrutés à l’étranger se sentent « trahis » par le Québec

    5 (1) Des infirmières et infirmiers formés en Afrique de l’Ouest et...

    >
    Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
    © 2024 immigrer.com