Les étudiants français n’auront pas de hausse de droits de scolarité - Immigrer.com
samedi , 25 mai 2024
Accueil Actualité Les étudiants français n’auront pas de hausse de droits de scolarité
ActualitéDernières actualités - Étudier

Les étudiants français n’auront pas de hausse de droits de scolarité

0
5
(1)

Les étudiants français étudiant au Québec sont favorisés depuis de nombreuses années lorsqu’il vient le temps de payer des droits de scolarité dans la Belle province. Cette entente vient d’être renouvelée sur la mobilité étudiante entre la France et le Québec. Ainsi les étudiants français bénéficieront d’une exemption vis-à-vis de l’augmentation des droits de scolarité prévue pour les Canadiens non résidents du Québec. Les autres élèves venant du reste du Canada vont payer plus chers que les étudiants français au Québec. Cette décision a été officialisée cette semaine lors de la visite du premier ministre français au Québec, Gabriel Attal, confirmant le maintien des tarifs préférentiels en vigueur depuis 1965.

François Legault, Premier ministre du Québec, a souligné l’importance de cette tradition, tout en reconnaissant que le déséquilibre numérique entre les étudiants français venant au Québec et les Québécois allant étudier en France coûtait cher à la province. Il a donc exprimé l’intention de promouvoir davantage la mobilité des Québécois vers la France pour “en avoir pour notre argent”. Selon lui, cela aidera à rééquilibrer la situation tout en préservant les avantages mutuels de l’accord.

La nouvelle version de l’entente, signée pour cinq ans, stipule que les droits de scolarité des étudiants français resteront inchangés malgré la hausse annoncée en octobre par la ministre de l’Enseignement supérieur, Pascale Déry. Les étudiants français de premier cycle universitaire continueront de payer environ 9000 $ par an, tandis que les droits pour les étudiants québécois et les étudiants français aux deuxième et troisième cycles demeureront équivalents.

L’accord offre également aux étudiants français l’opportunité d’étudier tant dans les universités francophones qu’anglophones du Québec à des tarifs avantageux, dans le but d’attirer davantage de francophones dans ces établissements et de promouvoir l’échange culturel.

La ministre Pascale Déry a qualifié cette entente de “très bonne nouvelle”, soulignant les bénéfices d’une telle collaboration internationale, qui non seulement favorise la circulation des idées et l’ouverture d’esprit, mais aussi renforce les liens historiques entre les deux sociétés francophones.

Source Le Devoir

Crédit photo : Immigrer.com, HEC Montréal, centre-ville de Montréal

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 5 / 5. nombres de votes: 1

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Écrit par
Laurence Nadeau

Originaire de Montréal, Laurence Nadeau, cofondatrice d'immigrer.com, conférencière et aussi auteure de plus d'une dizaine de guides publiés (et mises à jour) en France sur l'installation, le travail et l'immigration au Québec et au Canada aux Éditions L'Express (et L'Étudiant). Auteure de "S'installer et travailler au Québec" aux éditions L'Express.

Leave a comment

Centre Éducatif

Publicité

Les plus lus récemment

Publicité

Abonnez-vous à notre Newsletter

S’abonner

Publicité

Les plus commentés récemment

Derniers commentaires

Discussions en cours

Articles similaires

Coût d’élever un enfant au Québec en 2024

5 (1) Élever des enfants au Québec devient de plus en plus...

Une ville québécoise trône comme la meilleure ville pour l’équilibre de vie au Canada

0 (0) La ville québécoise en face de la ville de Québec...

Grosse déception du Québec

4.3 (57) Bonjour, je voulais juste échanger sur mon ressenti concernant mon...

« Pourquoi plus personne ne veut vivre au Canada »

4.2 (107) Le côté obscur du Canada ? Cette vidéo, publiée sur...

>
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com