Petit à petit, l'oiseau fait son nid - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Blogs > Petit à petit, l’oiseau fait son nid

Petit à petit, l’oiseau fait son nid

Le feuillage des arbres perd petit à petit de sa superbe pour entreprendre insidieusement sa marche vers l’hiver, quant aux petits matins brumeux où les températures frisent le négatif, ils deviennent de plus en plus fréquents. Quand je vois les passants marchant dans ma rue avec bonnet en laine et gants aux mains… je ne peux m’empêcher de penser que la première année sur le sol canadien passe vite.

Les premiers frimas de l’automne me rappellent les angoisses de l’année dernière ,où tout était nouveau et à découvrir : la peur de prendre la voiture et de tomber en panne entre Québec et Chicoutimi (200 kms de routes désertes,un impératif alors : ne surtout pas louper la seule oasis à disposition une station service plantée pile au milieu), ou de faire des gaffes dès les premiers mots sortis de ma bouche pour une première rencontre avec des Québécois ou encore des questionnements existentiels sur mon avenir, mon insatisfaction de ne pas travailler, et ma reconnaissance de diplôme qui prenait vraiment son temps pour arriver.

Alors finalement qu’est-ce qui a changé aujourd’hui ?

Ben ça fait déjà un an qu’on est sur le sol Québécois, j’ai pris mes marques, je n’ai plus peur d’entrer dans un nouveau magasin pour découvrir ce qu’on y vend, je ne suis plus anxieuse au moment de rendre la monnaie, d’avoir honte de confondre la pièce de 10 cents avec celle de 5… et je n’ai plus peur de louper un panneau arrêt la nuit sur une intersection qui ne m’en semblait pas une.

Je connais l’hiver Québécois (juste un seul pour le moment (je précise car certain pourront penser que je généralise de trop, donc je précise)) et j’ai survécu il n’est pas si pire pour moi, j’ai une communauté d’amis, je sais avec qui je peux me faire une soirée jeux de société, ou un ciné ou un shopping ou une course à pieds, ou du tricot, etc. C’est bien plus le fun qu’au début. Tout ça pour dire aux nouveaux arrivants, patience ça va arriver, vous retrouverez un cocon qui vous paraîtra aussi douillet que celui du pays quitté, et plus vous surmonterez vos petites peurs et plus tout semblera aisé.

Allant crescendo, les routines s’installent, j’en viens à essayer de m’organiser pour l’Halloween qui se prépare.

L’année dernière j’avais dû demander à des expatriés Français à quelle heure commençait le parcours dans les rues, comment savoir si on peut sonner ou pas à telle ou telle porte, puis que demander à la porte des gens, Bref la panique ! Maintenant je sais qu’on y va après le souper soit aux environs de 18 heures, que les maisons décorées sont le signe qu’on sera bien accueilli ( les gens qui ne veulent pas être dérangés ne décorent tout simplement pas leur logement ) que les enfants sont souvent en groupe et savent très bien se débrouiller pour récupérer leurs sucreries.

Mon fils qui ne voulait pas le faire l’année dernière (il avait peur de se promener avec ses parents déguisé dans les rues noires et de sonner à des portes inconnues) est aujourd’hui plus qu’excité à l’idée de pouvoir obtenir tous ces bonbons, il réalise même des tests costumes pour être sûr qu’il ne manquera rien à son déguisement le « grand soir ». Il m’a répété que c’était sa fête préférée avec Noël. Ah ! Il n’y a pas à dire il s’est vraiment bien acclimaté (mon petit oisillon) !

Bien à vous

Aloane

 
Retrouvez-moi dans nos aventures sur mon blog aventuresdufjord.canalblog.com
ou sur ma page Facebook Les aventuriers du Fjord

Aloane
Née en 1981 et originaire de Lorraine, cet infirmière française arrivée au Québec en 2012 dans la région de Saguenay, s'est réorientée quelques années après son installation. Avec son mari travailleur de l'industrie des jeux vidéo, la famille habite maintenant dans la région de Québec.
http://www.immigrer.com

Laisser un commentaire

Petit à petit l’oiseau fait son nid

Quand on immigre, il y a plusieurs étapes marquantes.
Beaucoup au début: premier condo, première voiture avec la plaque “je me souviens”, première rentrée scolaire, premier été des indiens, première cabane à sucre, premières chutes en patins, …
Après “ma” première grosse tempête de neige, je me souviens m’être agacée après mon fils de 5 ans parce qu’il ne marchait pas assez vite:
– “mais enfin Paul, qu’est-ce que tu fais à genoux??? C’est normal que tu n’avances pas!!!”
– “mais maman, j’suis pas à genoux!!!!”…
Le pauvre avait de la neige jusqu’à mi-cuisse!
Puis il y a le moment où vous croisez des Français fraîchement arrivés qui sont persuadés que vous êtes Québécois, ceux qui ne sont pas très sûrs et vous demandent d’où vous venez.
Vient après l’automatisme de certaines expressions, celles dont on ne trouve plus l’équivalent en français de France. Le moment où on ne dit plus peindre mais peinturer, disputer mais chicaner, être enervé mais être en crisse sans même sans rendre compte. On ne ferme plus la porte on la barre, on éteint plus les lumières on les ferme.
Puis petit à petit, on trouve ses repères, on apprivoise la langue, la façon de vivre et le quotidien, bien qu’encore exotique après 2 ans, se banalise.
Pourtant une nouvelle étape a été franchie. Ce soir, je vais chercher mon fils à l’école, il me saute dessus en me montrant le paquet de gommes (chewing-gum)donné par son amie;
– “ Maman, j’peux-tu en pogner une?”

Cet article est tiré de mon blogue:
Les tribulations d'une française à Montréal:
http://mhlps.wordpress.com
et la page facebook où je partage mes découvertes québécoises:
http://www.facebook.com/LesTribulationsDuneFrancaiseAMontreal

Maudite Française
Arrivée au Québec en 2010 avec son mari et ses deux enfants en bas âge, de 4 et 6 ans, Marie, notre blogueuse Maudite Française est une Française habitant le fameux Plateau Mont-Royal. Je suis une Française expatriée à Montréal. J’ai quitté la France avec mon mari et mes deux enfants de 4 et 6 ans. J’écris ce blog pour partager mon expérience d’immigrée et toutes les étapes que j’ai traversées, des périodes d’euphorie à celles moins drôles de doutes et de manque de ma terre natale. Aujourd’hui, j’ai assez de recul pour rire de situations qui me paraissaient dramatiques il y a quelques mois…Parce que quand on débarque et que l’on a plus aucun repère, le moindre grain de sable devient une montagne…j’ai re-fait ma vie…pas avec un autre homme mais avec un autre pays
https://mhlps.wordpress.com/

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada