Discrimination des jeunes mamans au travail? - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > FAQ > Conditions de travail (FAQ) > Discrimination des jeunes mamans au travail?

Discrimination des jeunes mamans au travail?

Discrimination des jeunes mamans au travail?

Ecrit par: francois_83

Salut à tous,

Voilà je me pose cette question, car en suède où nous résidons, si vous êtes une femme avec le profil : jeune maman 28/32 ans, marié et un seul enfant d’environ 2ans ; il est tout simplement impossible de décrocher un emploi (quelque soit le niveau de qualification). En effet, il subsiste ici des acquis sociaux et familiaux, que les employeurs aimeraient bien voire disparaître, comme le congés maternité d’un an. (Il me semble qu’il peut aussi atteindre cette période au Canada ?). Et quand vous n’avez qu’un seul enfant, ils se doutent bien qu’un ou deux petits bout’choux viendront encore à la plus grande joie de la petite famille, dans la grande majorité des cas. Donc on ne vous embauche pas, car les entreprises ne veulent pas de quelqu’un qui « risque » d’être enceinte à court ou moyen terme et donc d’être absent du travail pour un moment….. Nous voudrions donc savoir si ce type de profil peut aussi poser ce genre de problème pour une recherche d’emploi au Canada et plus particulièrement au Québec. Merci d’avance de vos expériences et réponses.

—————————————

Ecrit par: DouceBrise

La discrimination de toute forme est interdite au Canada. Par contre, il y a en a sûrement qui en font.

Personnellement, ça ne m’est jamais arrivé. Ici, dans ton curriculum vitae, tu n’as pas a dévoiler ton sexe, ton âge, ton état civil et si tu as des enfants ou non, c’est le droit à la vie privée. Lors d’un entretien il est possible que l’on te pose cette question, tu n’es pas obligé d’y répondre ou tu leur répond que ta vie privée n’a rien à voir avec ton travail ou encore tu restes évasif. Normalement les employeurs n’en demandent pas trop à ce sujet car en te posant la question, ça peut devenir délicat pour eux en cas de poursuite ou de plainte.

—————————————

Ecrit par: francois_83

un grand merci douce brise pour ta réponse, cela nous donne déjà une bonne idée.
et oui, en europe, on veut tout savoir sur toi, même si ce n’est pas en rapport avec le boulot…. bref, on a plus le droit d’être étranger, de couleur, gros, etc…. lamentable…. on a le droit de vivre normalment encore?

—————————————

Ecrit par: Joey

Douce Brise m’a coupé l’herbe sous le pied!!! Oui, je confirme que la discrimination est interdite partout en Amérique du Nord. Je trouve cela trés bien et la France (entre autres) devrait en prendre exemple!!!
Si un employeur te pose une question concernant ces critères, il y a effectivement moyen de se plaindre et de le poursuivre en justice. Rien de tel qu’un procès au derrière pour faire apprendre le droit du travail à une employeur!!!

Pourtant je pensais que la Suède était un pays progressiste!!! Car généralement l’Europe du Nord l’est beaucoup plus que l’Europe latine, réputée conservateur.

———————————–

Ecrit par: Zogu

Je tiens à confirmer ce que dit DouceBrise. Et à le répéter!

Il NE FAUT PAS mettre sur son CV les informations suivantes: âge, statut marital, situation familiale, nombre d’enfants, race (couleur de peau ou origine culturelle), sexe, handicap, etc.

Seules exceptions: dans la fonction publique, il y a des programmes spécifiques d’embauche donnant la priorité donnée aux femmes, aux minorités visibles, aux autochtones, aux jeunes travailleurs, aux prestataires de l’aide sociale, etc. Mais dans ce cas, il s’agira d’un formulaire clairement identifié.

Sinon, on ne donne AUCUNE de ces informations et, au risque de me répéter, il ne faut PAS mettre dans son CV sa PHOTO ou son numéro d’assurance sociale (NAS).

Lors des entrevues d’embauche, l’employeur n’a pas le droit de poser de questions sur votre situation familiale actuelle, vos enfants, votre conjoint(e), votre plan de vie personnelle (mariage, enfants), etc. Il n’a pas, non plus, le droit de vous faire passer des tests de contrôle anto-dopage, de tests sanguins ou d’urine, ou de tests génétiques (ni à l’embauche ni au lieu de travail).

Après signature du contrat, les détails familiaux et personnels pourront être révélés pour les besoins du service des RH.

Par contre, dans certaines situations, des questions plus personnelles peuvent être posées. Par exemples, si c’est pour un travail demandant un effort physique, on vous demandera votre état de santé; il est évident qu’une femme enceinte ne fera peut-être pas l’affaire. Si vous devez travailler sur appel, on vous demandera votre permis de conduire et vos disponibilités. Si vous devez travailler avec des clients latino-américains, on vérifiera votre compréhension de votre culture. Ce sont toutes des situations à la limite de la discrimination légale… mais elles sont justifiées par le poste.

Enfin, à la fonction publique fédérale ils peuvent enquêter sur vous et sur votre famille afin d’obtenir des garanties de sécurité à la GRC. Mais c’est une situation particulière et bien compréhensible.

—————————————-

Ecrit par: looleepop

Je confirme que le Canada pousse plus loin l’idée de non-discrimination : pas d’âge, de situation, etc… sur les CV.

Mais je précise aussi qu’en France toute question sur la vie privée est interdite à l’entretien d’embauche. Vous n’avez pas à répondre si on vous demande si vous souhaitez avoir des enfants, etc… Nous avons par ailleurs une des meilleures législations concernant la protection des femmes enceintes au travail.

Sinon au Canada, comme ailleurs, même si vous arrivez plus facilement jusqu’à l’employeur, j’entend par là qu’on ne jettera pas votre CV à la poubelle directement, vous pouvez tout aussi bien être recalé pour des motifs peu avouables.

La grosse différence c’est qu’en Amérique du Nord, les citoyens “moyens” connaissent leurs droits et n’hésitent pas à les faire valoir devant les tribunaux.

—————————————-

Ecrit par: francois_83

Salut et merci pour toutes vos précisions. Vraiment très sympa. Rassurant d’entendre tout cela.
Pour répondre à joey, non la suède n’est pas du tout le pays idyllique et progrssiste que l’on essaye de faire croire en France aux journaux de 20 heures. Certes il y a des choses très bien faites comme la prise en charge des handicapés et des vieilles personnes pae exemple. Mais niveau boulot, c’est la même mentalité de M…. que l’on trouve en France et dans le reste de l’Europe….. Il y a avoir un décalage énorme entre la mentalité des employeurs et les normes sociales. Une femme n’est pas obligée de prendre son congé maternité d’un an et la plupart des employeurs lui font comprendre qu’il vaut mieux qu’elle l’évite, si elle veut garder quelques chances de promotion dans son travail….. bref, c’est aussi sexiste qu’ailleurs et il y aurait encore tant à dire: racisme très fort, etc…..
Merci encore à vous tous.

—————————————-

Ecrit par: Zogu

Ce qui est bien, c’est qu’au Canada ces lois contre la discrimination n’existent pas uniquement au niveau théorique. Elles sont appliquées dans la vie de tous les jours (dans la vie réelle!!!). Il ne s’agit donc pas d’abstractions juridiques qu’on contourne facilement.

Le cynisme n’a pas sa place.

Il y a bien sûr des manquements et des abus… mais le dossier est si souvent traité dans les actualités que la situation finit par se corriger. Par exemple, les médias ont une quasi obsession des cas de discrimination: propriétaires versus locataires “de couleur” ou avec enfants, employeurs versus femmes en congé de maternité, bars versus jeunes de 18 à 21 ans (un bar ne peut refuser l’entrée à une personne majeure), etc.

Au Cégep j’ai pris le cours “Sociologie des différences” et j’en ai appris beaucoup. Par exemple, un restaurant ne devrait pas écrire “Serveuse demandée” mais bien “Serveur/serveuse demandé(e)”. Sans quoi il y a discrimination basée sur le sexe! Et ainsi de suite.

Au Canada, contrairement aux USA, il y a peu de poursuites juridiques pour les cas de discrimination. C’est en général “l’état contre monsieur X” (à la suite d’une plainte) et non pas “madame Y poursuit monsieur X pour un million de $ de dommages psychologiques”. C’est plus sain comme cela. Au Canada, le concept de “dommages psychologiques” ou de “réparation punitive” est rigoureusement plafonné et limité à des cas significatifs.

Sinon il est toujours possible d’obtenir ce qui vous a été interdit ou enlevé (volé)… si une telle chose a une valeur monétaire. Par exemple, si un employeur refuse de convertir vos vacances accumulées en congé de maternité. Ou s’il vous congédie sans préavis et sans compensation.

FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada