Dérogation scolaire pour les enfants nés après le 1er octobre (date butoire au Québec) - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > FAQ > Écoles primaires et secondaires > Dérogation scolaire pour les enfants nés après le 1er octobre (date butoire au Québec)

Dérogation scolaire pour les enfants nés après le 1er octobre (date butoire au Québec)

Dérogation scolaire pour les enfants nés après le 1er octobre

Ecrit par: vansteph 1-04 à 18:07

Allo tout le monde !

Petit sujet qui intéressera sans doute certains parents qui se demandent quoi faire de leur petit de 5 ans moins 1 jour ou 1 mois au 1er octobre !

Comme vous le savez peut-être ou peut-etre pas, l’école maternelle commence à 5 ans, le primaire à 6 mais … il faut également avoir 5 ou 6 ans avant le 31 septembre ou 1er octobre suivant les écoles ou commissions.

Bref, si votre enfant a déjà fait ses 3 ans de maternelles et qu’il est né le 15 octobre, il y a de fortes chances qu’il fasse une 4ième année de maternelle icitte.

En ce qui nous concerne, on est arrivé ici avec une petite de 3 ans et demi qui venait de finir sa première année maternelle. C’est ainsi que j’ai appris qu’on peut faire une dérogation pour la maternelle mais pas pour la pré-maternelle Nous v’la bien !

On a donc décidé de l’inscrire dans une école privée Montessori où moyennent 450 dollars par mois elle fait des “ateliers”. Puis vint le moment des inscritpions pour les écoles, nous y sommes donc allés et là, la dame nous a donné le papier pour la dérogation en nous disant gentiment de nous débrouiller parce que ça faisait si longtemps qu’elle n’avait pas vu de dérogation qu’elle ne savait pas comment on faisait Nous v’la bien (2)

On en a parlé à la directrice de Montessori qui nous a dit que de toute façon Alizéa était pas prête pour aller en maternelle (bien qu’elle soit une des rares de son âge à être autonome) parce qu’elle ne demandait pas à faire des exercices durs ! (elle tient bien de sa mère sur ce coup là : j’ai jamais rien fait en classe sans jamais redoublé ) Bref, on hésitait donc à faire la dérogation.

Une amie québecoise, retraitée de l’éducation, nous a poussé à faire cette dérogation car d’après elle, Alizéa réussirai haut la main

Donc là, autre travail pour nous : chercher un psy ! Et on a eu une chance phénoménale car nous sommes tombés sur un psy qui essaye de ne pas faire payer trop cher !!! Explication : La dérogation c’est des tests pour l’enfant (à refaire parfois), une discussion avec les parents (ou plusieurs), le tout pour la modique somme de 500 à 600 dollars, que le résultat soit négatif ou positif. Ça, c’est ce qui se fait souvent car les psy discutent d’abord avec les parents puis font faire les tests. Nous le notre fait d’abord les tests ET si c’est positif, continue avec les entretiens. (du coup vous ne perdez que 200 $ environ si c’est non !)

Moralité : MAGASINEZ votre psy !

Le psy en question nous a expliqué que pour beaucoup, la réponse est négative parce que l’enfant est “normal” ce qui est normal et bien mais forcément certains parents sont déçus de n’avoir pas un génie dans la famille

En fait il faut que l’enfant soit nettement au dessus de la normale pour pouvoir entrer en avance. Par exemple, un des camarades de classe d’Alizéa qui aura 6 ans le 2 octobre est limite, limite pour entrer en 1ère primaire bien qu’il sache lire et écrire parce qu’il est normal dans ses capacités relationnelles, intellectuelles…

Voili, voilou ! Nous, nous avons fait ce test en nous disant qu’au pire on aurait perdu 200 piasses, au mieux, on économise 4000 $ annuel et Alizéa pourra aller dans l’école de son quartier !

(bon allez pour ceux qui veulent savoir, Alizéa a réussi les tests très haut la main avec 137 de QI et d’après le psy, ne pas la mettre à l’école serait préjudiciable pour elle ! )

Ce sujet n’est pas pour entrer dans une nouvelle polémique de savoir si oui ou non les enfants doivent aller à l’école à 5 ans moins 2 mois ou non mais pour informer les parents dans la même situation que nous.

Vanessa (très fière de sa fille quand même !)

—————————–

Ecrit par: JayJay 1-04 à 20:06

Effectivement, il faut magasiner le psy. Celui qui nous a rappelé (dans le même but) m’a dissuadée de prendre rendez-vous avec lui; les petits qui sont nés en octobre ou novembre ont plus de chance d’être admis, a-t-il dit, mais mon aîné avait juste 4 ans au moment de l’entrée en maternelle et le psy m’a dit que même s’il réussissait brillamment les tests, la Commission scolaire refuserait.

Or… en lisant le journal, nous nous sommes aperçus que certaines commissions scolaires de notre ville acceptent les enfants dès 4 ans en maternelle! Duh! Évidemment, il aurait fallu déménager de quartier, ça n’aurait pas été simple… mais bon, j’aurais aimé que le psy m’en informe (il était très certainement au courant). Je ne suis pas non plus une mordue du saut de classe, c’est bien certain que je suis fière de mon fils, mais je ne souhaite pas en faire une bête de cirque non plus… sauf qu’il saura probablement lire dans quelques semaines alors qu’il n’a pas encore 5 ans, il sait additionner et faire quelques soustractions simples… Alors je me demande s’il ne va pas trouver sa première année “plate” des fois. Enfin, pour l’instant, il s’amuse bien avec ses copains de la garderie (qu’il adore), et il est devenu très sociable, ce qui était une inquiétude importante. Mais tant qu’à sauter de classe, j’aurais préféré que ça se fasse très tôt. J’ai vu qu’on le déconseillait une fois que l’élève a commencé l’école primaire.

—————————–

Ecrit par: vansteph 1-04 à 22:57

Allo Jayjay ! Je ne savais pas que certaine commission scolaire acceptent les enfants dès 4 ans ! Par contre, ce qu’on nous avait dit, dans le cas où ça n’aurait pas fonctionné pour Alizéa cette année c’est que visiblement les profs n’hésitent pas à faire en sorte que l’enfant saute de classe quand ils se rendent compte que l’enfant s’ennuie ou devient “tannant” à force de dire : “moi je sais déjà !”

Bien compliqué tout ça !

—————————–

Ecrit par: Passemots 1-04 à 23:17

Attention parce que la maturité ne vient pas avec la précocité. Mon plus jeune savait lire et compter avant d’entrer en maternelle. Il est né en août et avait tout juste 5 ans. Il était le plus jeune de sa classe. Il a toujours été le plus jeune de sa classe. Il est présentement en secondaire 2 mais bien qu’il réussisse bien, il ne pense qu’à s’amuser ce qui dérange les autres qui eux ont besoin de suivre les cours. On avait parlé de le mettre en première année lorsqu’il a commencé sa maternelle et je ne regrette pas d’avoir refusé. J’ai de la difficulté à l’imaginer en secondaire 3 cette année avec des jeunes plus vieux que lui de deux ans, même si je sais qu’il pourrait réussir sur le plan académique. C’est pas génial de se faire traiter de bébé. En plus il est beaucoup plus petit physiquement que les jeunes de son âge. À 14 ans, on lui en donne à peine 12. Il a même eu une mauvaise passe l’an dernier. Il s’organisait pour avoir tout juste la note de passage pour ne pas se faire traiter de “bollé”. Heureusement ce petit jeu n’a pas duré trop longtemps.

Les fleurs ne poussent pas plus vite lorsqu’on tire dessus.

—————————–

Ecrit par: Zogu 1-04 à 23:28

C’est quoi ces histoires de psy?
Vos enfants ont des problèmes?

—————————–

Ecrit par: JayJay 2-04 à 8:42

Consulter un psy ne signifie pas nécessairement qu’on a des problèmes (lire “problèmes mentaux” ici…).

Lorsqu’on veut demander une dérogation, par exemple si notre enfant est né le 1er octobre, dépassant d’une journée l’âge requis pour entrer en maternelle, la commission scolaire nous demande une évaluation psychologique. De l’enfant, bien sûr. On n’est pas dupes, il s’agit de passer des tests de Q.I.

VanSteph avait précisé qu’il ne fallait pas que ce sujet se transforme en gigantesque débat “pour ou contre le saut de classe”, mais bon… Même si je suis contre la transformation d’enfants en petits robots, je n’aurais pas détesté que mon fiston continue la maternelle à son arrivée ici. Je ne voulais pas nécessairement le faire sauter de classe, j’envisageais qu’il fasse deux ans de maternelle plutôt, mais on m’a dit que ce n’était pas possible, donc j’ai rapidement lâché le morceau. Mais S’IL devait y avoir saut de classe, personnellement je préfèrerais qu’il ait lieu très tôt dans la scolarité, plutôt que tard.

—————————–

Ecrit par: prune 2-04 à 10:42

QUOTE
Mon plus jeune savait lire et compter avant d’entrer en maternelle. Il est né en août et avait tout juste 5 ans. Il était le plus jeune de sa classe. Il a toujours été le plus jeune de sa classe. Il est présentement en secondaire 2 mais bien qu’il réussisse bien, il ne pense qu’à s’amuser ce qui dérange les autres qui eux ont besoin de suivre les cours. On avait parlé de le mettre en première année lorsqu’il a commencé sa maternelle et je ne regrette pas d’avoir refusé.

Même chose pour mon grand. Un enfant de 5 ans ne sait pas qu’il s’ennuie à l’école et fait toute sorte de choses pour attirer l’attention. En décembre de sa première année, un psy a été demandé par son enseignante compte tenu de son comportement assez perturbant. Au vu de ses résultats psychologiques, elle nous a conseillé de lui faire sauter une classe Antoine au plus vite, cad après les vacances de Noël. Son changement de comportement a été très bénéfique pour lui. Tous ses “soucis” se sont arrêtés du jour au lendemain.

Le problème est qu’Antoine est un enfant hyperémotif et a du mal à gérer son “trouble d’apprentissage”. Je n’ai pas réagis de la même manière avec ma fille, je ne l’ai pas “stimulé” comme Antoine, mais bon, il se trouve qu’elle a appris à lire toute seule… Mon fils a toujours besoin de suivi psychologique, il le réclame de manière régulière. L’hyperémotivité et précocité ne font pas bon ménage.

Ma fille ira à l’Ecole internationale, car elle est autonome, scolaire, bien “calibrée” (scusez du mot) pour ce genre d’école. Pour mon fils, c’est plus problématique. Il est arrivé ici à 10 ans et avait fini sont primaire en France et avait entamé son collège. En octobre, les personnes de l’Ecole secondaire nous ont averti qu’il n’y avait jamais eu d’enfant de 10 ans dans leur école. Après plusieurs discussions, Antoine a fait sa sixième année de primaire. Il n’y apprend pas grand chose de façon scolaire, mais apprend la manière d’apprendre d’ici, la sociabilisation etc… Il y a toujours un an d’avance, mais 2 ans j’avoue que Antoine n’était pas prêt au niveau de la maturité. De plus, il n’est pas bien grand, est très influençable, donc je pense qu’on a pris la meilleure décision.

Avoir un enfant précoce est certes (au début du moins) une source de fierté, mais quand vient se greffer des problèmes psychologiques et émotionnels, c’est pas vraiment facile pour nous et l’enfant. Je ne sais pas s’il ira à l’École internationale (tests à la fin du mois) et s’il ne réussit pas, ça sera dans le privé…. et ça ne me tente pas du tout.

—————————–

Ecrit par: vansteph 4-04 à 9:12

Désolée de remonter le message si tard !

Je voulais juste “remettre les pendules à l’heure”. Passemots : si ma fille va en maternelle “en avance” c’est pas parce qu’elle sait lire et écrire mais parce que son niveau intellectuel ET emotionnel est en avance. Ce que le psy mesure outre son QI c’est aussi sa maturité, or dans notre cas, son niveau était si avancé qu’il n’a même pas eu besoin de lui faire passer le test de personnalité parce que comme il le dit, “elle est très secure, connait ses limites tout en prenant des initiatives,etc…”.

Et contrairement à ton fils, elle est aussi grande que les garçons de 5 ans, quand on annonce aux personnes qui le demande qu’elle a 4 ans, ils sont tous étonnés parce qu’ils pensent qu’elle a déjà ses 5 ans !

Voilà, c’est une réalité, on n’y peut rien, si elle n’avait pas été en avance, j’aurais été aussi fière d’elle. Le problème avec elle (si on peut parler de problème ), c’est que si on ne la met pas en école maintenant, l’année prochaine elle sera une des plus vieilles de sa classe et s’ennuiera. Or pas besoin d’être psy ou expert pour savoir qu’un enfant qui s’ennuie en classe, passera son temps à s’amuser, faire des bêtises… Bien souvent on arrive à l’echec scolaire. Or si je ne la pousse pas à être un savant avant l’heure je n’ai pas envie non plus qu’elle prenne l’école en grippe parce que le niveau n’est pas adapté à ses besoins.

Comme je l’ai précisé dans mon message, un garçon de sa classe qui sait lire et écrire et qui est né le 2 octobre ne pourra peut-être pas entrer en classe en avance parce que son niveau emotionnel est insuffisant pour pouvoir “fréquenter” des plus vieux que lui.

Tout ça pour dire que justement, ce n’est pas parce qu’un enfant sait lire et écrire de bonne heure qu’il pourra intégrer l’école en avance. C’est aussi parce qu’il est plus “mature” que son âge et ça, la maturité, ça vient tout seul. Sur ce coup là, je n’y suis pour rien

Voili, voilou ! Je sais que beaucoup de parents se posent des questions et lancent des sujets concernant les dérogations. Donc, avec ce post, j’espère les avoir informés.

—————————–

Ecrit par: Zogu 4-04 à 9:53

(Ah d’accord, tout s’explique donc. C’est certain que si votre enfant est supérieur aux autres, il mérite un traitement de faveur.)

Je m’ennuyais beaucoup en classe au primaire, et je ne crois pas être un exemple très probant d’échec scolaire. Par contre, j’ai connu des enfants qui ont vécu bien des échecs et des frustrations après pour avoir “sauté une année”. La maturité est un concept bien relatif. Je crois que ces histoires de dérogation ont plus à voir avec l’égo des parents qu’avec le bien-être de l’enfant.

—————————-

Ecrit par: Passemots 4-04 à 12:33

Ma réponse ne te visait pas particulièrement. Je voulais simplement avancer le fait que les acquis académiques ne sont pas le seul critère à évaluer. Souvent, après avoir réussi leur primaire sans problème, c’est au début du secondaire que la maturité ne suit plus parce que c’est en plein l’âge où l’enfant passe plus ou moins lentement à l’adolescence. Tant mieux pour les enfants qui peuvent suivre tout au long de leurs études mais ils sont minorité. Lorsque j’étais au CEGEP, les jeunes y accèdent autour de 17-18 ou 19 ans, il y avait un jeune de 15 ans qui y étudiait. Il se retrouvait souvent seul, parce qu’il n’avait pas les mêmes préoccupations et intérêts que les autres étudiants plus âgés. Plus tard, j’ai appris qu’il avait pris deux années sabbatiques. Résultat final, il est rentré à l’université en même temps que les jeunes de son âge.

Donc ne le prends pas personnel, il se peut que ta fille soit exceptionnellement éveillée sur tous les plans, mais ce n’est malheureusement pas le cas de tous les enfants pour lesquels les parents demandent une dérogation. J’ai oeuvré près de vingt ans dans le milieu de l’éducation à tous les nivaux du primaire à l’université et, c’est vraiment à l’adolescence que tout se joue.

—————————–

Ecrit par: JayJay 4-04 à 12:45

Je comprends totalement votre point de vue, Zogu et Passemots. Je suis agacée par ces parents qui se croient obligés de dire que leur enfant est précoce (je fréquentais autrefois un forum de parents et certains parents étaient quasiment gênés de dire que leurs enfants ne savaient toujours pas écrire leur prénom à 4 ans, ce qui est *complètement normal*, du moins si la normalité existe).

Mais je vous assure que lorsqu’on fait le saut, de la France au Québec, qu’on retire son enfant de l’école… la culpabilité et le doute surgissent parfois. Inconsciemment, je me suis reprochée souvent cela pendant l’année que mon aîné a passé à la maison avec son papa, souvent trop occupé avec le plus petit. Quand votre petit de 3-4 ans vous supplie de lui faire l’école… et que vous êtes pris avec toutes autres tâches à faire, et le bébé qui demande également de l’attention… vous avez comme un noeud dans la gorge. J’ai pris les choses en main et on fait des petits trucs ensemble désormais, ce qui n’est pas plus mal. Mais même si je suis convaincue que les enfants ont besoin d’être des enfants, même si je refuse de les inscrire à 4-5 activités comme certaines de mes copines le font, parfois je me reproche de ne pas pouvoir me consacrer à son développement. Il va à la garderie et il est ravi, mais le fait est qu’il est avec des plus petits que lui, qui n’ont pas les mêmes besoins, et je sens sa curiosité et son envie d’apprendre croître de jour en jour… Parfois, je m’inquiète. On fait beaucoup ça, quand on est parents. On ne le réalise parfois que quand on est dans le bain.

—————————–

Ecrit par: vansteph 4-04 à 13:29

Coucou Passemots, non je n’ai pas mal pris ce que tu as dit, nous disons même la même chose !

Ma fille ne sait écrire son nom dans l’ordre (c’est comme pour le tiercé, elle joue dans le désordre !) qu’une fois sur 5 et encore. Elle sait écrire des lettres parce que ça l’amuse, pas parce que je l’ai forcée ! Elle ne sait pas lire non plus mais je m’en f…comme de l’an quarante (expression française,hein, je ne me fous pas de l’an 40 ).

C’est justement le développement émotionnel de l’enfant qui fait la différence.

Et puis ma fille aura 5 ans en novembre, c’est pas comme si elle avait 2 ans d’écart avec les autres, mais 2 mois !

Je ne suis pas d’accord pour mettre un enfant à l’école s’il n’est pas prêt, donc sur ce point je suis d’accord avec vous autres. Mais il y a un fait, c’est que les enfants en France vont à l’école à 3 ans et les enfants aiment aller à l’école parce qu’ils aiment apprendre et être avec leurs amis. En arrivant au Québec, les enfants ne comprennent pas pourquoi ils n’ont plus le droit d’aller à l’école, d’apprendre des choses… Allez leur expliquer que c’est une question de date ! Là pour le coup, ils s’en fichent comme de l’an 40 des dates ! Pour eux, c’est injuste de ne plus avoir un droit qu’ils avaient avant.

Je suis certes fière que ma fille est un bon niveau intellectuel mais c’est pas le prioritaire parce que si au niveau émotionnel, elle n’avait pas été jugée “apte” elle n’aurait pas pu intégrer l’école. Ensuite, je ne prétends pas qu’elle est précoce, si elle l’était et si je m’en vantais, elle aurait déjà lu tout Nietze

JayJay, contente de voir que tu comprends mon point de vue, sachant que tu es dans la même situation

Zogu, pour finir Attention, je ne dis pas que tu as eu tort dans les précédents messages C’est juste l’impression (que tu nous en veux beaucoup en ce moment) que j’ai eu quand tu t’es mis à tirer à vue avec mon message 🙁 On peut être faché avec Pierre, Paul ou Jacques (encore une expression) sans se facher avec les autres Et ça m’embête de me facher avec des gens que je ne connais même pas (ben oui, je trouve plus sympa les franches engueulades avec quelqu’un qu’on a en face de soi )

Voilà, finalement en relisant mon premier post, la plus grosse erreur aura été de dire qu’Alizéa a bien réussi Comme quoi la fierté maternelle joue parfois des tours

—————————–

Ecrit par: sky 4-04 à 14:34

Je n’ai pas encore d’enfants. Mais comme je suis enceinte, je commence à lire les magasines français et québécois sur la maternité et sur l’éducation.
Le mois dernier dans le journal “Enfants québec “, il y avait un article d’une orthopédagogue et psychoéducatrice sur la dérogation scolaire.
Elle insite sur le fait que la raison principale d’une dérogation est le “préjudice sérieux” causé à l’enfant si on lui interdit l’accès à l’école en raison de son âge. Ce n’est donc pas une simple question de QI et de maturité.
Elle insiste aussi sur le fait que chaque demande est étudiée dans le meilleur intéret de l’enfant.

Ce mois-ci dans le même magasine, il y a un article sur l’école à trois ans. Des québécois ayant étudié les système européens, se demandent si l’école dès 3 ans pourrait trouver sa place au Québec.
Il n’y a pas de “pour ou contre” en conclusion de l’article, et cela démontre l’intéret des QUÉBECOIS pour la question. Il n’y a donc pas que les français qui sont concernés.

Par contre ils montrent aussi l’importance des CPE où un vrai travail éducatif est fait (ce que l’on pourrait comparer aux maternelles françaises) par rapport aux simples garderies.

—————————–

Ecrit par: vansteph 4-04 à 15:11

Allo Sky !

Le préjudice sérieux est “calculé” en fonctionné du QI et du QE !

Une moyenne a été établie pour les enfants nord-américain sur la base de tests (language, autonomie, sociabilité, gestuelle…QI, QE…). La grande majorité des enfants étant dans cette moyenne (ce qui est normal), la dérogation ne fonctionne pas puisqu’il faut être bien au dessus de la moyenne pour être sûr qu’il y aura préjudice à ne pas mettre l’enfant à l’école et également être sûr que l’enfant pourra s’intégrer avec des “plus vieux” que lui.

Si l’enfant dépasse franchement cette moyenne, le préjudice est établie et l’école “obligée” de prendre l’enfant pour qu’il n’y ait pas préjudice.

Ces infos je les tiens du neuropsychologue (de l’ordre des psychologues et apte à faire passer des tests contrairement aux psychoéducatrices ou orthopédagogue) qui a fait passer les tests à ma fille.

Les revues sont très bien mais peut-être qu’elles n’expliquent pas tout. Les personnes interrogées ont parlé de préjudice sans expliquer comment on le mesure ? Est-ce à la tête du client ? Et bien non, c’est suivant ce que le psy a fait passer à ma fille. Et il se trouve qu’elle subirait un préjudice en n’entrant pas à l’école. C’est pour ça que je me permet d’en parler.

—————————–

Ecrit par: sky 4-04 à 15:35

On dit la même chose. Pour moi le préjudice causé est un ensemble de facteurs, qui englobe le QI et la maturité mais pas seulement. Ils parlaient d’un exemple d’un enfant qui ne jouaient qu’avec les grands à la garderie et qui allait perdre tous ses amis car il était nés trop tard. C’était un préjudice pour l’enfant.

Je sais bien que les infos des revues sont toujours à prendre avec précaution. C’était surtout pour montrer que ces questions concernent tout le monde et pas seulement les français.

—————————–

Ecrit par: vansteph 4-04 à 16:17

Ok je comprends ce que tu veux dire, le psy nous a également parlé de ce préjudice, à savoir qu’elle serait la plus âgée de sa garderie (pas top) et qu’en habitant juste à côté de l’école, elle verrait les enfants de sa taille et / ou âge mental aller à l’école et pas elle.
Seulement ces facteurs là ne suffisent pas.
Il faut avant tout que l’enfant réussisse les tests. Un enfant qui réussi les tests mais n’a pas de préjudice tels que ceux dont nous parlons, pourra entrer à l’école. À contrario, un enfant qui se retrouve le plus vieux de sa garderie et qui perd ses amis qui eux vont à l’école mais qui rate les tests, ne pourra pas entrer à l’école.

Le passage devant le psy est obligatoire et c’est lui qui décide du “sort” de l’enfant. Un des garçons de l’école d’Alizéa est né le 2 octobre, il sait lire, écrire, va perdre ses amis puisque les plus grands entrent en primaire, il a réussi les tests… et pourtant, comme il est “normal” le psy hésite à l’autoriser à entrer en primaire comme ses amis (il va avoir 6 ans).
Les facteurs tels que ceux dont parle la revue ne viennent que renforcer le préjudice détecté par le psy mais seuls une “bonne” réussite aux tests permet la dérogation.

Si j’ai parlé des Français c’est parce que j’ai rarement vu un Suisse, un Danois, un Belge ou autre demander comment faire pour que son enfant entre plus tôt à l’école ! Mais j’ai souvent vu des Français poser la question Mais les infos sont là pour aider tout le monde. Il faut juste que les gens soient conscients que même si leur enfant est le plus vieux de sa garderie, s’il ne réussi pas suffisamment les tests…il restera en garderie

—————————–

Ecrit par: nat92 4-04 à 17:04

QUOTE
Si j’ai parlé des Français c’est parce que j’ai rarement vu un Suisse, un Danois, un Belge ou autre demander comment faire pour que son enfant entre plus tôt à l’école !  Mais j’ai souvent vu des Français poser la question

et pourquoi à ton avis???

—————————–

Ecrit par: X__Bunny__7 4-04 à 19:59

Et pourquoi … parce qu’au Québec l’école débute à 5 ans !!! Un point c’est tout … et je le savais très bien en arrivant ici …
Je ne vois pas pourquoi mon fils même ayant connu le système scolaire en Belgique dès l’âge de 2 ans 1/2, aurait un droit de passage pour une entrer dans le système scolaire Québecois !
Et même si un psy le trouverait assez “mature” …. voyons … un enfant de 5 ans … la maturité à 5 ans … faut rire tout de suite ?
En tout cas si des enfants “européens” sont assez mature pour commencer l’école plus tôt, pourquoi des petits québecois ne le serait pas ….
Si le développement de votre enfant ne va pas assez vite a votre gout, libre à vous de le “bombarder” d’activités para-scolaires …

Il ne faut pas se leurrer, pourquoi l’école à bas âge est si “populaire” en Belgique (ou en France), c,est tout simplement parce que cela permet de sortir l’enfant du système de garderie (ou crêche) qui est à la fois onéreux et non orienté “éducation scolaire”. La seule obligation, l’enfant doit être propre … même si des petits accident sont permis … Je ne vois pas de lien avec la maturité ici !
De plus, comparer un système de garderie ou crêche à l’européenne et les CPE au Québec, c’est se foutre le doigt dans l’oeil mais alors bien profondément. Pour moi, le CPE est un peu près l’équivalent des premières gardiennes que mon fils a connu en Belgique si ce n’est que l’âge maximal est de 5 ans …

De toute façon, je dois m’estimer chanceux puisque mon fils est du 26/08 et pourra faire sa rentrée scolaire avec un 5 ans tout fraichement acquit.
Il n’aura pas un retard ou une frustration de se sentir trop vieux parmi les autres …

—————————–

Ecrit par: Boudebouchon 4-04 à 20:24

Ben, j’ai pas dû tout comprendre, moi D’après ce que dit Vansteph, sa fille n’aura que 2 mois de moins que les enfants “limites” qui sont acceptés à la maternelle sans dérogation ; cette “limite” étant fixée au 1er Octobre, j’en conclue que la fille de Vansteph aura 5 ans fin novembre (me trompe-je ?). Ce qui veut dire que ton fils, X_Bunny_7 devrait avoir seulement 1 mois de plus qu’Alizéa et qu’il serait potentiellement obligé de passer également par une dérogation …. ou alors expliquez-moi car j’ai encore pas tout compris.
Par ailleurs, je pense que ces dérogations ne s’appliquent pas qu’aux petits européens mais bien avant tout aux petits québecois. Je pense qu’on peut comprendre qu’un parent fasse cette demande quand son enfant est né le 2 octobre et qu’il ne pourra pas aller à l’école alors qu’un enfant né 3 jours avant, soit le 31 septembre, lui, le pourra. Je ne pense pas qu’il y ait plus de préjudice pour l’un ou l’autre de ces 2 enfants.

—————————–

Ecrit par: X__Bunny__7 4-04 à 20:47

QUOTE
mon fils est du 26/08

QUOTE
D’après ce que dit Vansteph, sa fille n’aura que 2 mois de moins que les enfants “limites” qui sont acceptés à la maternelle sans dérogation ; cette “limite” étant fixée au 1er Octobre, j’en conclue que la fille de Vansteph aura 5 ans fin novembre (me trompe-je tongue.gif ?). Ce qui veut dire que ton fils, X_Bunny_7 devrait avoir seulement 1 mois de plus qu’Alizéa et qu’il serait potentiellement obligé de passer également par une dérogation …. ou alors expliquez-moi car j’ai encore pas tout compris.

mon fils est du 26 août … La limite est de 5 ans avant le 1er octobre … donc est admissible pour la rentrée scolaire 2005 …
Si 5 ans après le 1er octobre (fin novembre par exemple), rentrée scolaire 2006.

—————————–

Ecrit par: X__Bunny__7 4-04 à 22:10

QUOTE
si tu étais dans le même cas, tu ne ferais pas cette démarche ?

Non …
Comme je l’ai mentionné plus haut … j’opterais plutôt vers des activités para-scolaires lui permettant de développer différents aspects de sa personnalité …
L’école, va quant à elle, occuper une bonne partie de sa vie (plus d’1/5ème si l’on considère 20 années de scolarité), alors débuter un cycle scolaire … “en retard” ou plutôt avec les enfants de son cycle, est un point très important pour moi …

—————————–

Ecrit par: Boudebouchon 4-04 à 22:24

Personnellement, je suis de la fin de l’année et en plus, j’ai sauté une classe (contre l’avis de mes parents d’ailleurs ). Ce n’était pas une réussite et je dois dire que je me méfie beaucoup des “sauts” de classe ; effectivement, la maturité, c’est aussi par la suite qu’on voit la différence, surtout au moment de l’adolescence. Je ne suis vraiment pas pour pousser les enfants. Ceci-dit, dans le cas de Vansteph, il n’est pas question de sauter une classe, c’est à dire de gagner une année. Sa fille ne sera pas beaucoup plus jeune que les autres ; je ne pense pas qu’à 2 mois près, cela cause un préjudice à l’enfant. Si je n’avais pas sautée de classe, j’aurais quand même été dans les plus jeunes mais à peu de choses près et je ne pense pas que j’aurais eu de problèmes.

—————————–

Ecrit par: vansteph 5-04 à 10:03

QUOTE(Boudebouchon @ 4-04 à 20:24)
Ben, j’ai pas dû tout comprendre, moi    D’après ce que dit Vansteph, sa fille n’aura que 2 mois de moins que les enfants “limites” qui sont acceptés à la maternelle sans dérogation ; cette “limite” étant fixée au 1er Octobre, j’en conclue que la fille de Vansteph aura 5 ans fin novembre (me trompe-je  ?). Ce qui veut dire que ton fils, X_Bunny_7 devrait avoir seulement 1 mois de plus qu’Alizéa et qu’il serait potentiellement obligé de passer également par une dérogation …. ou alors expliquez-moi car j’ai encore pas tout compris.
Par ailleurs, je pense que ces dérogations ne s’appliquent pas qu’aux petits européens mais bien avant tout aux petits québecois. Je pense qu’on peut comprendre qu’un parent fasse cette demande quand son enfant est né le 2 octobre et qu’il ne pourra pas aller à l’école alors qu’un enfant né 3 jours avant, soit le 31 septembre, lui, le pourra. Je ne pense pas qu’il y ait plus de préjudice pour l’un ou l’autre de ces 2 enfants.

Tout juste, la dérogation ne s’applique pas qu’aux Français mais à tous. C’est d’ailleurs pour ça que j’expliquais le cas du petit Québecois qui est dans la classe de ma fille. Autre point, Alizéa a des amis de son âge ici (4 ans) qui vont avoir 5 ans cette année comme elle et qui vont entrer à l’école. Pour Alizéa, il parait normal de faire pareil puisqu’elle est au même stade que ses amis (excusez moi mais à 2 mois près on ne voit pas la différence ! ).
Il y a même une forumiste belge qui a rencontré ma fille et celle d’un autre forumiste et qui pensait que la mienne avait 5 ans et était par conséquent plus vieille que l’enfant de l’autre forumiste, elle a été bien surprise de savoir que la mienne avait 6 mois de moins que l’autre ! (Et attention, je n’ai pas dit que la copine d’Alizéa était “en retard” bien au contraire ! Les 2 chipies ensemble font des ravages c’est juste que ma fille est très grande pour son âge et parait plus vieille)

Boudebouchon tu as tout juste : Elle aura 5 ans en novembre et n’aura donc pas sauté une classe ! Elle n’aura pas 1 an d’écart avec ses amis mais quelques mois !
On ne gruge pas le système, c’est un droit, et oui, les parents ont le droit de mettre les enfants à l’école même si la date est dépassée et les Québecois ne se gênent pas pour tenter leur chance. Le souci c’est que la majorité des demandes ne sont pas recevables parce que l’enfant n’est pas jugé capable d’être avec des plus vieux. Et il n’y a pas grand monde qui ira le crier sur les toits.

Et puis je ne comprends pas ces critiques, chacun fait ce qu’il veut avec ses enfants (dans les limites de l’acceptable, pas la peine de refaire un débat là-dessus ).

Je n’ai pas donné ces infos pour être critiquée ou savoir si ma façon d’élever ma fille vous plaît ou si c’est la bonne façon de faire mais pour informer. J’aurais aimé avoir ces infos avant d’arriver ici, je ne les ai pas eu, alors maintenant j’en fais profiter ceux qui le souhaitent. Point. Merci de garder vos jugements de valeurs pour vous. Prenez l’info que vous souhaitez et passez votre chemin si ça ne vous regarde pas ou ne vous tente pas Ça devient pénible de se faire juger dès qu’on donne une info !

Ceux qui nous connaissent, savent que ma fille est loin d’être traumatisée par le “traitement” que je lui fais subir Et qu’elle est parfaitement à l’aise dans ses baskets

—————————–

Ecrit par: JayJay 5-04 à 12:41

QUOTE
Comme je l’ai mentionné plus haut … j’opterais plutôt vers des activités para-scolaires lui permettant de développer différents aspects de sa personnalité…

Les activités parascolaires? Alors ça signifie qu’un parent doit sacrifier le travail et rester à la maison. C’est sûr, chez nous à Gatineau, il y en a PLEIN, et qui sont très intéressantes… mais c’est ben d’valeur, faut pas bosser pour pouvoir aller y conduire les petits. Ou alors y aller les weekends, mais c’est drôle, mon idée des weekends, ce n’est pas de “dumper” les mômes à leurs activités, au contraire, je veux plutôt passer tout le temps possibles avec eux.

Vanessa, t’en fais pas, moi je te comprends! J’ai lâché le morceau étant donné que mon fils avait carrément un an de moins, mais je t’assure que s’il était né en novembre, j’aurais persisté, sans problème.

—————————–

Ecrit par: grainedelan 5-04 à 13:17

Coucou vanessa,

merci pour tes infos, je t’assure elles sont trés utiles. C’est ce genre d’information qui fait la richesse du site.
Nous on devrait partir avec une petite de 3ans et 6mois donc on a bien compris que la maternelle c’est pas pour nous (dérogation ou pas). D’ailleur je n’avais pas compris que les dérogations étaient si difficile à avoir.
Je voulais savoir comment vous avez intégrer Montessorie (liste d’attente ?) et en quelle langue l’apprentissage ce faisait-il ? tout anglais ou anglais-“français” ?
En avez vous été contents ?

Autres parents : que conseillez vous comme garderie du style Montessorie sur Montréal ?
Merci

—————————–

Ecrit par: JayJay 5-04 à 13:27

aaaaaaaaaaaargh, lâchez-moi avec Montessori!!!!!!! Il y a du personnel de qualité, des programmes, des activités HORS-PAIR dans les garderies subventionnées!

Mais bon, si vous voulez jeter votre fric par la fenêtre… faites-comme vous voulez.

—————————–

Ecrit par: prune 5-04 à 13:33

les Montessori sont hyper hyper chères et je rejoins Jayjay, les garderies ici offrent souvent des programmes super stimulants et agréables pour les enfants le tout pour 7 $ la journée.

—————————–

Ecrit par: vansteph 5-04 à 14:31

Oui c’est vrai Montessori est Hyper cher, c’est d’ailleurs pour ça (entre autres) qu’on veut inscrire notre fille dans une école publique

MAIS, ben oui, il y a toujours un mais 🙂 Quand on a pas de place en garderie mais qu’on veut que l’enfant est un minimun d’activité, et qu’on ne peut pas la mettre en école…on fait quoi ? C’est vrai qu’Alizéa sait allumer la télé et mettre la chaîne qui lui plaît (utile le matin de bonne heure ), m’enfin de là à la laisser seule à la maison toute la journée !

Grainedelan : pour Montessori, je trouvais le concept sympa (les enfants apprenent en s’amusant) et comme la directrice de la garderie où on avait une place était contre tout apprentissage aux enfants on a préféré la mettre à Montessori. Notes bien que si on avait pu la mettre en pré-maternelle publique on l’aurait fait. Montessori a été un peu “obligé” pour être sûre qu’Alizéa ait un minimun d’activité d’éveil.

Bref, ça nous coûte 378 $ par mois + 1 $ par demie-heure de garderie voire 2 $ après 5 heures, ce qui fait environ 70 $ par mois donc en tout environ 450 $ par mois. Sur le coup on s’est dit que ça nous reviendrait au même prix que la nourrice en France, m’enfin quand même !

Tu comprendras donc, que Montessori étant très cher, on n’a pas eu de liste d’attente et pourtant on l’a inscrite en juillet !

On est content parce qu’elle s’y est plu mais en même temps j’ai pas vu une grosse évolution dans son apprentissage académique (si je puis dire !). Par contre, comme c’est une école qui favorise l’autonomie des enfants (encore plus que les publiques), à la maison ça devient rude parce que j’ai une gamine de 4 ans qui “est capable”, “c’est moi toute seule”, ben oui Alizéa mais découper un poulet à 4 ans… (Nan, j’plaisante elle n’a pas encore essayer le poulet ! ). Par contre, elle est parfois trop autonome à mon goût, surtout quand on est pressé et qu’elle va forcément moins vite que nous

Ha si, elle s’amuse à nous parler en anglais parce qu’il y a 4 demie-journée d’anglais par semaine (ça on ne le savait pas avant de l’inscrire mais c’est pas mal quand même), du coup, elle est contente de pouvoir regarder la chaîne Treehouse, spécialement conçu pour les pré-scolaire (donc pas de dessins animés violents comme sur Vrak ou télétoon) mais qui est une chaîne anglophone (il y a Dora en anglais qui parle aussi espagnol).

Bref, si c’était à refaire, je le referais pour qu’Alizéa puisse avoir des activités, des amis, une vie sociale… mais je suis quand même bien contente qu’elle puisse aller enfin en publique (même si elle perd les cours d’anglais )

—————————–

Ecrit par: Betty Boop 5-04 à 22:00

Bonjour à tous,

J’avais écrit un message concernant un peu ce sujet qui précise les échéances pour la demande de dérogation. Je vous mets donc le lien : www.forum.immigrer.com/index.php?sh…érogation

Sinon notre fils est né en novembre et son père et moi avons au final fait une demande de dérogation.
Celle-ci a été acceptée sans problème mais maintenant c’est à nous de rester vigilants. Je pense que nos enfants peuvent être éveillés mais ils ont aussi des faiblesses… En tout cas, ce qui est certain, c’est que notre enfant en a : il a peut-être des capacités mais il a également un grand besoin de plaire à l’adulte ce qui peut le faire aller trop vite car il veut donner la réponse de suite, il voudrait tout savoir tout de suite et apprendre seul, ce qui n’est pas forcément évident… Et cela pourrait même le conduire à l’échec ! A nous de faire au mieux en fonction de sa personnalité.

Si je peux me permettre Vanessa, c’est vrai que ton premier message pouvait paraître un peu présomptueux en annonçant X de QI. Dans la vie de tous les jours le QI ne représente pas grand chose, l’essentiel est que nos enfants soient bien dans leur peau. De plus, je suis persuadée… (texte tronqué)

FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/

1 commentaire sur “Dérogation scolaire pour les enfants nés après le 1er octobre (date butoire au Québec)

  1. vos informations sont vraiment utiles.
    Ma fille va avoir 5 ans en mi-décembre. En janvier, je lui a ouvert un dossier pour maternelle 5 ans à l’école à côté de chez nous. En fait, je pensais que si 3 mois de moins était le problème, l’école aurait refusé mon enfant.
    Étonnamment, école lui a inscrit et je recevais les communications de l’école pour les séances informations et j’en participais plusieurs fois.
    Maintenant, après 3 semaines de rentrée scolaire de ma fille, le directeur de l’école m’a appelé pour dire que mon enfant ne peut plus être à la maternelle et il faut lui retourner à la garderie!
    Ma fille était toujours gêné mais elle a démontré des grande efforts pendant ses 3 semaines pour faire des amis et intégrer à nouveau établissement. Selon son éducatrice, elle est autonome et au niveau des autres camarades mais un peu silencieuse. Je vois la joie dans ses yeux quand elle parle de l’école et de ses amis et de son prof. Je ne peux pas lui dire que ça c’est fini! Tu ne peux plus être là. À cause de la faute de l’école j’ai perdu la chance de l’inscription de mon enfant à teste psychologique aussi que la maternelle à 4 ans.
    Qu’est-ce je peux faire à votre avis? Pour ne pas détruire la confiance de ma fille et pour que je lui garde toujours optimiste sur le sujet de l’école?

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada