Retour en juin. Et me... - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Blogs > Retour en juin. Et me…

Retour en juin. Et me…

Retour en juin.

Et me voilà une nouvelle fois à me préparer pour un séjour en France.
J’ai encore tendance à me retenir de dire « un retour en France », et ça m’agace sérieux J

Les préparations aux ‘retours’ me procurent toujours un sentiment bizarre. Elles sont chargées de stress comme tout voyage où il faut essayer de ne rien oublier et d’avoir bien tout boucler ce que l’on doit faire avant de partir, mais également d’inquiétude à l’idée de retrouver une vie de famille à laquelle je ne suis plus habituée.

Il y aurait bien aussi une petite impatience de revoir certaines personnes, mais sans plus. En fait, c’est très personnel, mais c’est ça qui me marque le plus à chaque fois : mon manque d’enthousiasme à l’idée de ‘rentrer’ et pourtant j’aime ma famille.
Je crois qu’à force d’être loin de ma famille et de mes amis ‘d’avant’, j’ai développé une sorte de réaction de défense qui m’aide à ne pas trop m’attacher pour ne pas trop souffrir. En fait c’est plutôt quitter mon chez moi ici et Montréal qui m’ennuie et les complications d’un retour en famille. C’est tellement plus simple de vivre seule 😉

Cette fois-ci c’est pire car je serai en France presque 2 mois et je n’arrive pas à me calmer me demandant si je pourrai bien tout faire les transactions bancaires à distance, si je réussirai enfin à voyager léger, si je vais réussir à trouver ma tenue pour le mariage de ma sœur en 2 jours à Paris, puisque évidemment les Français ne travaillent déjà pas beaucoup en temps normal, mais en mai, ça ressemble plus à une farce, si je réussirai bien à voir tout le monde (car je sais par expérience « qu’au pays » ils ne se rendent pas toujours bien compte qu’il faut profiter de ma visite au maximum.

Et aussi je me demande si le travail va aussi bien se passer une fois là-bas. Parce que pour ‘rentrer’ aussi longtemps, c’est que je compte travailler normalement aussi. Ce n’est pas vraiment de savoir si je recevrais du travail qui m’inquiète, mais plutôt de savoir que c’est compliqué de travailler lorsque l’on rentre. C’est sûr que lorsque l’on a une vie professionnelle bien distincte de notre vie personnelle, c’est facile de faire la part des choses. Moi je travaille quand j’ai du travail et même si je peux décider à quel moment de la journée je peux le faire pour le rendre à temps, c’est beaucoup plus difficile à gérer lorsque l’on est en famille.

Comment faire comprendre à la famille ou aux amis que l’on est effectivement en séjour de plusieurs semaines, qui ressemblent bien à des vacances, mais qui ne sont pas tout à fait des vacances ? Car même s’ils disent bien comprendre, c’est difficile pour eux, s’ils sont vraiment contents de me voir, de ne pas interférer avec ma concentration et ma motivation à travailler.

Enfin, suite au prochain épisode, de l’autre côte de ce cher océan.
Quel temps ignoble ici pour une fois, je ne suis pas impressionnée pantoute ! 😉

FrenchPeg

Cette Française originaire du Mans est arrivée au Québec en bateau en 2001. Elle a participé activement aux blogs du forum au début des années 2000. Peggy a toujours continué de travailler en traduction au Québec. Elle a pris racine à Montréal et a fait un bilan en 2017 de son immigration dans la Belle Province.
https://www.immigrer.com/equipe-chroniqueurs-frenchpeg/

http://www.immigrer.com

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada