Histoire d'une entrevue très difficile au BIQ de Paris - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada

Histoire d’une entrevue très difficile au BIQ de Paris

Fallback Image

Nous sommes dans la périphérie de Bordeaux, il est 5h30 du matin.

Un couple s’éveille après une nuit pas franchement reposante, pourquoi ? Ils savent que c’est le jour J, jour qu’ils attendent depuis si longtemps déjà, mélange de joie, de stress, d’envie, d’angoisse.

Après la préparation habituelle, le couple se retrouve dehors, l’homme porte une sacoche qui à l’air lourde (il l’a pesé avant elle fait 6,5 kg), sa femme classique porte son sac à main .il est 6h30, le ciel est plombé, il pleut la température ne dépasse guère les 14° ; (pas terrible cette journée ! pense l’homme).

Après ½ heure de route, ils entrent dans la gare ferroviaire : déjà beaucoup de mondes à cette heure, ils montent dans un train qui s’en va sur la capitale de ce pays et partent enfin à destination.

Après un voyage banal et morne sous la pluie, ils arrivent enfin, ou le soleil apparait doucement.

Tranquillement ils suivent toutes ses personnes qui ont tous un but précis… Prendre le métro : ils avaient longuement étudiés les trajets et ne se sentent pas perdus quand ils sont dans cette dévoreuse de tunnels.

Il est 10h45 quand ils se retrouvent en fin à l’air libre ; le but est proche enfin !

11h ils sont devant ce bâtiment ou tant de mondes y sont rentrés et ressortis avec une joie immense ou une grande déception ; ils sont en avances ils ont rendez vous qu’à 14h30.

Ils vérifient les horaires et là, ils aperçoivent un jeune couple qui en ressort avec une tête d’enterrement et en colère ; les bordelais se regardent et se comprennent (hou la la ! pense t’il, fichu journée !).

Étant en avance ils décident d’aller se promener et se remettre du baume au cœur.

12h30 ils se retrouvent dans les environs de ce bâtiment et entrent dans un restaurant gastronomique thaïlandais, il y a déjà beaucoup de monde et sont très heureux car ce repas est vraiment excellent et ils en oublient ce pourquoi ils sont venus.

13h50 ils entrent dans ce bâtiment si longtemps attendus, et là telle une masse, le stress, l’angoisse s’abattent sur ce couple, après un accueil chaleureux qui remonte le moral ils vont patienter dans cette pièce ou une jeune femme seule attend ainsi qu’un jeune homme seul également.

Nos bordelais sont confiants, ils savent que sur les lectures d’un site internet qu’ils fréquentent assidument cette entrevue sera la plus simple possible, ils n’ont rien à se rapprocher et sont en règles, que les agents font tout pour mettre en confiance, gros excès de confiance, oui mais……

14h : 3 agents de ce bureau arrivent, il y a un homme et 2 femmes l’une souriante et l’autre l’air sévère ; la femme qui est venue avec son mari lui glisse dans l’oreille

-Avec la chance qu’on a je suis sur qu’on va avoir celle qui à l’air sévère ! Mais non lui répond son mari positivons !

14h15 le jeune homme qui est arrive avant le couple est appelé par l’agent. Double dose de stress ils n’ont plus qu’une chance sur deux.

14h30 : le stress est à son paroxysme lorsque l’agente souriante arrive est appelle la jeune femme ; à ce moment le couple sait qu’il va falloir batailler ferme.

14h40 : l’agente à l’air sévère arrive et l’appelle : le couple la suit l’air serein en façade mais à l’intérieur d’eux même c’est une tempête de sentiments qui éclate.

à peine assis, l’agente ne sourit pas

-Je veux les passeports des personnes désirant immigrer,(toujours sans sourires).

-Bien sur ! Elle tape sur son clavier dans un silence pesant !

-Avez-vous le livret de famille ?

Oui ! L’homme essaie d’entamer une conversation avec l’interlocutrice mais celle-ci ne répond pas, on entend juste le bruit rapide des touches. Le couple se regarde (ce n’est pas gagné !)

-J’ai un problème avec votre dossier il manque 3 mois d’expériences !

-Comment ça ?

– Donnez-moi votre diplôme !

-voici

-Les certificats de travail !

– Vous avez travaillé chez XXXXXX il est ou ce certificat ?

L’homme cherche un peu paniqué, il ne le trouve pas ; impossible ! il a passé tellement de temps à revérifier tous ces documents ; aurait-il fait une erreur ?

-Vous savez que si vous ne me donnez pas ce papier je vous refuse le csq !

Le couple cherche dans les papiers, grosse panique puis réfléchissant à l’allure d’un cheval au galop l’homme lui dit qu’à cette époque il était intérim et que le papier est dans les mains de l’agente ;

-Oui effectivement ! Soulagement pour le couple.

-Vous allez faire quoi au Québec ? L’homme lui répond avec confiance qu’il a des contacts avec des employeurs pour monter et assembler les éoliennes ;

-Les éoliennes ? Ça ne marchera jamais là-bas ! Ça ne sert à rien ! L’homme un peu déstabilisé lui répond qu’il a aussi des contacts dans les chantiers navals en essayant de lui montrer les recherches effectuées.

-Pourquoi venir au Québec, vous pouvez rester en France pour cela? L’homme lui répond que non et calmement lui explique tout.

-Pourquoi vous vous allez en Gaspésie ? Il n’y a rien là-bas ! Le couple se dit que question d’être mis à l’aise ils sont servis, (ma femme avait raison se dit l’homme décontenancé) c’est là bas qu’il y a le plus gros chantier naval du Québec et qu’ils embauchent explique t-il.

-Et vous madame vous allez faire quoi ? Celle-ci explique qu’après avoir des recherches internet il se trouve que dans la même vile il y a des usines de fabrications textiles pour y faire de la couture pour débuter.

-Vous n’allez pas rester en usine tout le temps, faire la même chose c’est très dur ! Allez-vous y arriver ? La femme lui répond aussi vite qu’elle à déjà travaillé en usine pendants 10 ans avec des quotas de production, l’agente regarde son parcours et approuve. Encore une question de passer ouf !

Mais ce sentiment de mal à l’aise est toujours présent depuis le début.

-Vous savez qu’il fait très froid en hiver, ça vas être dur !le couple lui répond avec toute leurs motivations et leurs envies.

-Dans quelle école votre fils va-t-il aller ? Après explications et preuves à l’appui elle acquiesce.

-Que pensiez vous des grèves en France pour la retraite ?l’homme lui répond que de toute façon au canada la retraite c’est 65 ans aussi donc d’un coté ou de l’autre c’est pareil.

-Pourquoi quitter la France alors que vous avez un très bon régime social et que là bas c’est compliqué ? Le couple répond qu’ils savent parfaitement ce que sont les contraintes du Québec.

Le couple se sent toujours mal à l’aise face à cette personne qui ne sourit jamais il y a un grand blanc et l’agente leur dit « j’accepte votre csq »toujours sans sourire.

Le couple n’ose y croire et se sent malgré tout encore sous l’effet du stress et ce bonheur est mis en stand by.

L’homme parle avec la femme pendant que celle-ci imprime le sésame et apprend que l’agente est en faite française et qui demeure la moitié de l’année au Québec.

15h30 le couple ressort du bureau en même temps que le jeune homme, celui-ci leur demande s’ils ont eu leur csq et ils répondent par l’affirmative sans explosion de joie, alors que lui le sien a été refusé. Dur pour lui.

15h40 le couple sur la route du retour passe devant une poste et ayant préparé leur papiers longtemps avant rentre dans celle-ci et envoyé leur dossier avec le sésame obtenu pour la prochaine étape qui est le fédéral.

Voila ceci est notre histoire, je l’ai volontairement fait à la 3éme personne, il ne s’agit nullement de décourager les personnes mais de leur montrer une réalité possible.

Si vous passez l’entrevue, préparez vous bien, et si on vous déstabilise restez confiant en vous et en votre projet. Battez vous !

MUNETTA IS BACK

Histoire d’une entrevue très difficile au BIQ de Paris

Fallback Image

De munetta

Nous sommes dans la périphérie de Bordeaux, il est 5h30 du matin.

Un couple s’éveille après une nuit pas franchement reposante, pourquoi ? Ils savent que c’est le jour J, jour qu’ils attendent depuis si longtemps déjà, mélange de joie, de stress, d’envie, d’angoisse.

Après la préparation habituelle, le couple se retrouve dehors, l’homme porte une sacoche qui à l’air lourde (il l’a pesé avant elle fait 6,5 kg), sa femme classique porte son sac à main .il est 6h30, le ciel est plombé, il pleut la température ne dépasse guère les 14° ; (pas terrible cette journée ! pense l’homme).

Après ½ heure de route, ils entrent dans la gare ferroviaire : déjà beaucoup de mondes à cette heure, ils montent dans un train qui s’en va sur la capitale de ce pays et partent enfin à destination.

Après un voyage banal et morne sous la pluie, ils arrivent enfin, ou le soleil apparait doucement.

Tranquillement ils suivent toutes ses personnes qui ont tous un but précis… Prendre le métro : ils avaient longuement étudiés les trajets et ne se sentent pas perdus quand ils sont dans cette dévoreuse de tunnels.

Il est 10h45 quand ils se retrouvent en fin à l’air libre ; le but est proche enfin !

11h ils sont devant ce bâtiment ou tant de mondes y sont rentrés et ressortis avec une joie immense ou une grande déception ; ils sont en avances ils ont rendez vous qu’à 14h30.

Ils vérifient les horaires et là, ils aperçoivent un jeune couple qui en ressort avec une tête d’enterrement et en colère ; les bordelais se regardent et se comprennent (hou la la ! pense t’il, fichu journée !).

Étant en avance ils décident d’aller se promener et se remettre du baume au cœur.

12h30 ils se retrouvent dans les environs de ce bâtiment et entrent dans un restaurant gastronomique thaïlandais, il y a déjà beaucoup de monde et sont très heureux car ce repas est vraiment excellent et ils en oublient ce pourquoi ils sont venus.

13h50 ils entrent dans ce bâtiment si longtemps attendus, et là telle une masse, le stress, l’angoisse s’abattent sur ce couple, après un accueil chaleureux qui remonte le moral ils vont patienter dans cette pièce ou une jeune femme seule attend ainsi qu’un jeune homme seul également.

Nos bordelais sont confiants, ils savent que sur les lectures d’un site internet qu’ils fréquentent assidument cette entrevue sera la plus simple possible, ils n’ont rien à se rapprocher et sont en règles, que les agents font tout pour mettre en confiance, gros excès de confiance, oui mais……

14h : 3 agents de ce bureau arrivent, il y a un homme et 2 femmes l’une souriante et l’autre l’air sévère ; la femme qui est venue avec son mari lui glisse dans l’oreille

-Avec la chance qu’on a je suis sur qu’on va avoir celle qui à l’air sévère ! Mais non lui répond son mari positivons !

14h15 le jeune homme qui est arrive avant le couple est appelé par l’agent. Double dose de stress ils n’ont plus qu’une chance sur deux.

14h30 : le stress est à son paroxysme lorsque l’agente souriante arrive est appelle la jeune femme ; à ce moment le couple sait qu’il va falloir batailler ferme.

14h40 : l’agente à l’air sévère arrive et l’appelle : le couple la suit l’air serein en façade mais à l’intérieur d’eux même c’est une tempête de sentiments qui éclate.

à peine assis, l’agente ne sourit pas

-Je veux les passeports des personnes désirant immigrer,(toujours sans sourires).

-Bien sur ! Elle tape sur son clavier dans un silence pesant !

-Avez-vous le livret de famille ?

Oui ! L’homme essaie d’entamer une conversation avec l’interlocutrice mais celle-ci ne répond pas, on entend juste le bruit rapide des touches. Le couple se regarde (ce n’est pas gagné !)

-J’ai un problème avec votre dossier il manque 3 mois d’expériences !

-Comment ça ?

– Donnez-moi votre diplôme !

-voici

-Les certificats de travail !

– Vous avez travaillé chez XXXXXX il est ou ce certificat ?

L’homme cherche un peu paniqué, il ne le trouve pas ; impossible ! il a passé tellement de temps à revérifier tous ces documents ; aurait-il fait une erreur ?

-Vous savez que si vous ne me donnez pas ce papier je vous refuse le csq !

Le couple cherche dans les papiers, grosse panique puis réfléchissant à l’allure d’un cheval au galop l’homme lui dit qu’à cette époque il était intérim et que le papier est dans les mains de l’agente ;

-Oui effectivement ! Soulagement pour le couple.

-Vous allez faire quoi au Québec ? L’homme lui répond avec confiance qu’il a des contacts avec des employeurs pour monter et assembler les éoliennes ;

-Les éoliennes ? Ça ne marchera jamais là-bas ! Ça ne sert à rien ! L’homme un peu déstabilisé lui répond qu’il a aussi des contacts dans les chantiers navals en essayant de lui montrer les recherches effectuées.

-Pourquoi venir au Québec, vous pouvez rester en France pour cela? L’homme lui répond que non et calmement lui explique tout.

-Pourquoi vous vous allez en Gaspésie ? Il n’y a rien là-bas ! Le couple se dit que question d’être mis à l’aise ils sont servis, (ma femme avait raison se dit l’homme décontenancé) c’est là bas qu’il y a le plus gros chantier naval du Québec et qu’ils embauchent explique t-il.

-Et vous madame vous allez faire quoi ? Celle-ci explique qu’après avoir des recherches internet il se trouve que dans la même vile il y a des usines de fabrications textiles pour y faire de la couture pour débuter.

-Vous n’allez pas rester en usine tout le temps, faire la même chose c’est très dur ! Allez-vous y arriver ? La femme lui répond aussi vite qu’elle à déjà travaillé en usine pendants 10 ans avec des quotas de production, l’agente regarde son parcours et approuve. Encore une question de passer ouf !

Mais ce sentiment de mal à l’aise est toujours présent depuis le début.

-Vous savez qu’il fait très froid en hiver, ça vas être dur !le couple lui répond avec toute leurs motivations et leurs envies.

-Dans quelle école votre fils va-t-il aller ? Après explications et preuves à l’appui elle acquiesce.

-Que pensiez vous des grèves en France pour la retraite ?l’homme lui répond que de toute façon au canada la retraite c’est 65 ans aussi donc d’un coté ou de l’autre c’est pareil.

-Pourquoi quitter la France alors que vous avez un très bon régime social et que là bas c’est compliqué ? Le couple répond qu’ils savent parfaitement ce que sont les contraintes du Québec.

Le couple se sent toujours mal à l’aise face à cette personne qui ne sourit jamais il y a un grand blanc et l’agente leur dit « j’accepte votre csq »toujours sans sourire.

Le couple n’ose y croire et se sent malgré tout encore sous l’effet du stress et ce bonheur est mis en stand by.

L’homme parle avec la femme pendant que celle-ci imprime le sésame et apprend que l’agente est en faite française et qui demeure la moitié de l’année au Québec.

15h30 le couple ressort du bureau en même temps que le jeune homme, celui-ci leur demande s’ils ont eu leur csq et ils répondent par l’affirmative sans explosion de joie, alors que lui le sien a été refusé. Dur pour lui.

15h40 le couple sur la route du retour passe devant une poste et ayant préparé leur papiers longtemps avant rentre dans celle-ci et envoyé leur dossier avec le sésame obtenu pour la prochaine étape qui est le fédéral.

Voila ceci est notre histoire, je l’ai volontairement fait à la 3éme personne, il ne s’agit nullement de décourager les personnes mais de leur montrer une réalité possible.

Si vous passez l’entrevue, préparez vous bien, et si on vous déstabilise restez confiant en vous et en votre projet. Battez vous !

MUNETTA IS BACK

Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/
Haut

Bienvenue au Canada