Première expérience pro-québécoise

Première expérience pro-québécoise

Ecrit par: La Féline 16-01 à 19:41

Salut la compagnie,

Je reviens ce soir de fin de semaine avec un sujet qui peut paraître idiot mais embarrassant en tout cas. Quand j’ai commencé mon job de secrétaire juridique en décembre dernier, c’était juste avant les fêtes et les bureaux étaient en plein déménagement pour travaux. Le temps de se ré-installer et de tout ré-organiser dans nos nouveaux locaux, depuis une bonne semaine, c’est bien reparti et je découvre un peu plus les tâches que j’aurai à faire. J’avoue que ça me fait un peu peur. D’abord parce qu’avec nos différences de vocabulaire, j’ai eu des situations d’incompréhension qui m’ont mis mal à l’aise. Je ne sais pas pourquoi mais je suis angoissée de pouvoir être jugée parce que je ne parle pas tout à fait comme les autres. Je suis quelqu’un d’assez introvertie et il m’arrive aussi de penser que mes silences peuvent être mal interprétés parfois. J’en ai parlé un soir avec mes colocs (car j’agis aussi comme ça avec elles, et je voulais avoir leur opinion). L’une m’a répondu que ça pouvait mettre les autres personnes mal à l’aise effectivement, l’autre m’a dit que je n’avais pas à m’en faire pour ça, qu’il suffisait d’expliquer les choses comme je l’avais fait ce soir avec elles et que tout rentrerait dans l’ordre. Ça paraît pourtant facile d’aborder les gens, mais les gens extravertis justement, ne se rendent pas compte à quel point ça peut être difficile pour d’autres et tirent des conclusions trop rapidement. Alors, je suis déjà génée d’ouvrir la bouche en temps normal mais là, quand je vois que les rares fois où je l’ouvre, on me fait répéter, ça m’embarrasse.

Aussi, il y a cette histoire de tutoiement/vouvoiement. Je ne sais jamais (sauf avec les jeunes) alors un coup, c’est « tu », un coup, c’est « vous ». J’ai peut qu’on me prenne pour une snob si je vouvoie, mais j’ai peur de manquer de respect si je tutoie. Ça aussi, ça met mal à l’aise, quand on ne sait pas sur quel pied danser…

Enfin, pour en revenir au travail même, c’est la première fois que j’ai autant de responsabilité. D’accord, c’est ce que je voulais (d’habitude, je me plains toujours de ne faire que de l’exécutif), mais j’ai l’impression que c’est trop d’un coup, et j’ai peur de passer pour une incompétente et de rater ma période d’essai, qui se termine au moment où l’autre secrétaire doit rentrer de son congé de maternité. J’ai entendu dire qu’ici, l’incompétence et le manque de confiance en soi, c’est très mal vu. Alors, depuis ces derniers jours, je stresse et je ne sais pas trop quoi faire pour me prendre en main, me motiver et prouver que je veux vraiment garder ce poste (pour me louer un appart seule avec moi-même).

Vous, vos premières expériences dans le milieu professionnel québécois ont-elles été aussi douteuses ? Comment agir avec les Québécois au travail ?

——————————

Ecrit par: cherry 16-01 à 20:14

Tu sais, c’est toujours stressant quand on commence un nouveau travail, que ce soit dans son pays d’origine ou pas. Faut pas trop t’en faire car ta nervosité ne va que contribuer à empirer la situation.

Comme l’a si bien dit ta coloc, je te conseille de dire les choses, tout simplement. Les Québécois sont faciles d’approche généralement et assez compréhensifs. Ils ne se moqueront pas de toi. Si tu ne comprends pas certains termes, c’est NORMAL. Non seulement tu es Française, mais le jargon du métier est sûrement différent. On ne te le reprochera pas. Pour alléger l’atmosphère, tu peux toujours faire de l’autodérision, te servir de ta différence pour expliquer ta maladresse.

Pour le vouvoiement/tutoiement, dans le doute, vouvoie. Si la personne te tutoie alors tu sauras que tu peux faire de même. Et je doute qu’on te prenne pour une snob, ton accent trahissant tes origines. Tous savent qu’en France le vouvoiement est plus répandu.

Pour le boulot en soi, c’est à toi de juger de ta compétence.

J’espère t’avoir un peu remonter le moral.

——————————

Ecrit par: Passemots 16-01 à 20:27

Ce que tu vis, les immigrants ne sont pas les seuls à le vivre. Les personnes qui font du remplacement temporaire via les agences de placements vivent ce stress. J’ai vécu l’expérience pendant un an; avec des contrats variant de quelques jours à quelques semaines. Les entreprises dans lesquelles je travaillais devaient faire une évaluation de mon travail à la fin du contrat. Je devais donc toujours performer, donner mon 100% si je voulais que mon évaluation soit bonne pour ne pas manquer de travail.

Pour ce qui est du vocabulaire qui peut être différent, il n’y a pas de gêne à avoir, pas besoin de venir de France pour avoir des expressions, des intonations et des tournures de phrases différentes. Même les québécois d’une région à l’autre vivent à des degrés différents cette situation.

Fais-toi confiance, tout le monde a commencé à quelque part. Tu as eu la chance d’avoir un bon poste en partant, saisis cette opportunité et crois en toi. Il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne font pas d’erreurs. Tu as un beau défi devant toi.

——————————

Ecrit par: peanut 16-01 à 20:29

Pour ce qui est du vouvoiement ou du tutoiement, ne t’en fais pas La Féline…sois naturelle! si tu es plus à l’aise avec le vouvoiement, je ne crois pas que personne ne t’en tiendra rigueur au contraire…c’est un signe de politesse quand même!

Par contre, si tu exiges le vouvoiement quand on t’adresse la parole, ça passera peut-être un peu moins bien…

Certaines personnes n’aiment pas se faire vouvoyer et te demanderont de les tutoyer…si ça ne sort pas tout seul, dis leur que tu n’es pas habituée car tu viens de France, mais que ce n’est pas du snobisme de ta part! Ils devraient comprendre ton point de vue!

peanut qui est québécoise et qui est plus forte sur le « vous » que sur le « tu »!

——————————

Ecrit par: nat92 16-01 à 21:37

Ne te mets pas plus de pression que tu en as.
Pour la communication, faut pas hésiter si tu as un doue sur un mot que tu comprends pas, ou si tu n,es pas sur qu’il veut dire la même chose qu’en France, n’hésite pas à demander, les québécois sont gentils et compréhensif. Moi j’apprends tout les jours et mes collègue apprennent aussi de moi.
Dis toi que ce boulot c,est une chance pour toi, une opportunité de te surpasser, c,est un défi, un défi personnel qui va aussi te permettre de sortir de ta timidité.
Faut pas hésiter à poser des questions, à dire que tu n’es pas sur d’avoir compris, on te le repprochera jamais mais par contre si tu fais une erreur parce que tu n’as pas oser demander alors là oui c,est un problème.
Et puis si les gens te comprennent pas et te font répéter, ou est le problème? tu répète, tu reformule, tu parle moins vite si c’est le problème, ou tu parles plus fort. Faut pas prendre cela comme négatif, c’est peut être parce que ces personne n’ont pas l’habitude de cotoyer des Français, et ils leur faut du temps pour se familiarisé comme toi.

Accroches toi, ici les gens ne juge pas comme en France donc c,est une chance que tu as de pouvoir t’épanouir et sortir de ta timidité

——————————

Ecrit par: zigzag92 16-01 à 22:04

Salut La feline,

Tout à fait d’accord avec ce qui est écrit dessus. Je ne rajouterais qu’une petite remarque : si tu est stressée, c’est très bon signe, car cela siginifie que tu tiens à coeur ton travail et que par conséquent, tous tes « capteurs » sont ouverts, que tu es attentive à ce qu’on te demande et aux signaux qui t’entourent. Une PETITE dose de stress est nécessaire à la réussite, il te faut donc la gérer pour ne pas être tétanisée par une GROSSE dose. Personnellement, j’ai toujous mieux performé dans des situations de stress que relax. Tu as des doutes sur tes compétences ? parfait, cela veut dire que tu vas réussir. A moins que tu ais raconté de gros vilains mensonges à ton employeur, chose que tu n’as pas fait j’en suis sûr, tu as les compétences requises puisqu’il t’a embauchée. Passé les premiers temps, tu te feras des répères, et ton stress sera bien moins intense. parès qques semaines, tu te demanderas même pourquoi tu as été sis stressée, mais là, tu auras déjà fait tes preuves.

Alors respire un bout coup et vas-y

——————————

Ecrit par: Tartine 16-01 à 23:36

QUOTE(La Féline @ 16-01 à 18:41)
Vous, vos premières expériences dans le milieu professionnel québécois ont-elles été aussi douteuses ? Comment agir avec les Québécois au travail ?

Bonsoir,

Je pense que ce que tu décris est normal… un nouveau job, dans un nouvel environnement, avec plus de responsabilités, ça stresse. Comme le dit si bien Zizag, un peu de stress c’est bien, mais ne t’en fait pas trop!

Personnellement j’ai passé par le même genre de doutes en débarquant ici: mon premier « vrai » job, dans un milieu inconnu, avec des gens qui me parlaient une langue qui j’étais supposée connaître mais qui me paraissait parfois proche du chinois… Mais pas de panique: si on t’a embauchée, c’est que tu peux y arriver!
Quand on ne comprend pas ce que l’autre nous dit, on demande des explications (j’ai fait ça tout le temps les premières semaines) et les gens sont en général très ouverts et compréhensifs. Pour le vous/tu, en général je commence par vouvoyer, et je vois ce qu’on me répond. D’après mon accent, les québécois savent bien que je ne suis pas d’ici, et que les habitudes peuvent être différentes. Et si on n’est pas sûr de ce que les gens pensent de nous… eh bien on peut essayer d’en parler, comme tu l’a fait avec tes colocs. Personnellement, après quelques semaines où j’avais l’impression de patauger complètement, de ne faire que poser des questions et de ne pas être à la hauteur, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai demandé à mon chef direct ce qu’il pensait de mon travail, et il ne m’a fait que des compliments! D’ailleurs, ça aussi c’est quelque chose qui est nouveau pour moi, les évaluations où on te dit tout ce qui va bien: en Suisse, mon chef ne disait jamais quand il était content!!

Donc courage, continue, ça va sûrement aller mieux après la période (normale) d’adaptation.

——————————

Ecrit par: DouceBrise 17-01 à 11:33

Je veux bien t’aider puisque je travaille dans le monde juridique depuis le début de ma carrière.

Le monde des avocats est particulier et surtout à Montréal où on trouve les plus gros cabinets. Toujours vouvoyer et si les gens veulent devenir plus familiers ils te le feront savoir. Oui, la terminologie juridique aura sûrement des différences d’autant plus qu’à Montréal, il y a beaucoup de travail à faire autant en anglais qu’en français.

Dis-moi, (moi je te tutoie, hihihi), ta formation est-elle juridique ? Tu te trouves en litige ou en droit des affaires niveau commercial ? Si, tu te trouves en litige je te conseille de bien t’informer pour ne pas faire d’erreur au niveau des procédures, il y a le Manuel de la secrétaire juridique qui pourrait t’aider beaucoup et te familliariser un peu plus sur le vocabulaire, demande à une collègue si tu peux le consulter.

Mais ne t’inquiète pas, tout paraît un peu gros au début et par la suite, tout va bien.

——————————

Ecrit par: La Féline 17-01 à 13:59

QUOTE
Dis-moi, (moi je te tutoie, hihihi), ta formation est-elle juridique ? Tu te trouves en litige ou en droit des affaires niveau commercial ? Si, tu te trouves en litige je te conseille de bien t’informer pour ne pas faire d’erreur au niveau des procédures, il y a le Manuel de la secrétaire juridique qui pourrait t’aider beaucoup et te familliariser un peu plus sur le vocabulaire, demande à une collègue si tu peux le consulter. 

Non, je n’ai pas de formation juridique et ils n’en demandaient pas. Il s’agit de la Corporation des Maîtres Électriciens du Québec et je travaille aux affaires juridiques, c’est pourquoi je suis en contact avec des avocats mais il n’y a que ce service où il y a des avocats, le reste est administratif ou commercial.

Ce qui me gène quand je parle de vocabulaire, c’est le fait que je reçoive des appels d’entrepreneurs électriciens qui veulent porter plainte pour des raisons sérieuses (ou pour rien des fois) et que je ne comprends pas de quoi ils parlent, entre le jargon du bâtiment, le parlé québécois entre autre. Pour citer un exemple, un jour l’un me parlait de botin (que son annonce n’était pas parue, alors que son entreprise est dans le rouge et qu’il a un besoin urgent de publicité, etc) et je n’ai pas compris le mot botin. Quand l’avocate l’a eu au téléphone, il lui a expliqué la situation, un peu énervé, précisant que « tout le monde sait ce que c’est qu’un botin. » Voilà pourquoi je peux être embarrassée. L’avocate m’a dit de ne pas m’en faire, mais moi j’aime pas ça.

Puis quand je vois la masse de travail, à cause du retard accumulé, de l’absence de secrétaire, j’ai peur de ne pas pouvoir surmonter tout ça, d’être dépassée par les évènements. Mais bon, comme je l’ai dit, l’autre secrétaire revient à peu près au même moment que la fin de ma période d’essai, donc si je ne conviens pas, je le saurai…

——————————

Ecrit par: DouceBrise 17-01 à 14:19

Tu sais, alors je te dis de ne pas t’en faire. Parce que souvent moi-même en tant que québécoise je dois répondre à des appels et plaintes et que je ne comprends pas toujours le client.

Tu sais, lorsqu’un client dit un mot que tu ne comprends pas, tu peux toujours lui dire que c’est un terme que tu ne connais pas puisque tu es européenne. Des fois le consommateur se calmera un peu et il t’expliquera, si c’est un emmerdeur, même si tu avais compris, il t’aurais emmerder quand même Prends une chose à la fois pour ton travail, informe-toi de ce qui est priopritaire et ce qui peut être mis de côté pour l’instant.

Je suis sûre que tout se passera bien. Tu es humaine et les humains font tous des erreurs à l’occasion. D’ailleurs, les gens doivent être conscient que faire quelque chose de ultra-rapide et de parfait, c’est comme vouloir le beurre et l’argent du beurre. On ne fait pas des miracles.

Je suis comme toi, de par ma personnalité, je comprends l’angoisse que tu vis.

Bonne chance, tout ira bien j’en suis sûre

——————————

Ecrit par: vansteph 17-01 à 15:21

Ne t’inquiètes pas tant ! Les québecois savent que « tu n’es pas comme eux », alors ils seront sans doute heureux de t’expliquer si tu ne comprends pas. N’hésites pas a leur dire quand tu ne comprends pas, il n’y a pas de mal.

Une personne a dit qu’il n’y a pas de questions stupides, seules les réponses peuvent l’être !

Les gens ici apprécieront que tu leur dises ta différence plutôt que de ne rien dire. Par exemple, lors d’un entretien pour un job, la personne m’a demandé ce que je leur apporterais de plus, je lui ai répondu par une question : En plus de mon exotisme ? Ça l’a bien fait rire et j’ai été embauchée !!!

Alors ne te fais pas de souci et détends toi, tout se passera bien
Vanessa

——————————

Ecrit par: Bobinette 17-01 à 19:46

Bonjour la Féline,

Côté professionnel, je ne peux témoigner mais pour ceci :

QUOTE
Aussi, il y a cette histoire de tutoiement/vouvoiement. Je ne sais jamais (sauf avec les jeunes) alors un coup, c’est « tu », un coup, c’est « vous ». J’ai peut qu’on me prenne pour une snob si je vouvoie, mais j’ai peur de manquer de respect si je tutoie. Ça aussi, ça met mal à l’aise, quand on ne sait pas sur quel pied danser…

Je commence à peine à m’habituer au tutoiement presque systématique, bien que ce ne soit jamais moi qui le fasse en premier.

J’ai un truc à te donner tiens ! Oeil pour Oeil, dent pour dent ! Tu me tutoies, je te vouvoies ! et toc !

——————————

Ecrit par: Dariane 17-01 à 20:59

Oh petite chatte!

Je te comprends et tu me sembles bien dépassée par les événements…

Quel con ce mec au botin!

Je suis moi-même Québécoise et depuis que je vis en France, j’avoue que le tutoiement systématique me heurte un peu (enfin un tout petit peu de rien du tout, je ne suis pas non plus une accro du vous!)

Mais j’ai tjrs été habituée à vouvoyer certaines gens (aînés, profs de Cegep et d’université, inconnus, boutiques, gens plus hauts dans la hiérarchie…). En général on vouvoie d’abord et tu vois la réponse qu’on te fait. Souvent les gens te le diront eux-même s’ils veulent que tu les tutoient! Et si tu n’aimes pas te faire tutoyer… là en revanche c’est plus touchy de leur dire que tu préfères le vouvoiement (à moins qu’il ne te demandent ce que tu préfères!). Pcq le tutoiement est si ancré que les gens ne réalisent même pas qu’ils le font…

Par contre pour ce qui est de ton introversion c’est sûr que ça peut être problématique. Mais ce pb n’est pas le fait que tu sois Française! Il y a des tonnes de Québécois qui sont aussi introvertit… j’ai moi-même été une timide maladive (à un point où je changeais de trottoir dès que je devais croiser qqn) et j’ai fait un énorme travail sur moi pcq pour ma part ça me rendait malheureuse! Maintenant je suis encore timide parfois et souvent mal à l’aise mais rien n’y paraît…

Mais une chose est sûr c’est qu’il te faut PARLER dès que tu as un problème ou qq chose qui ne va pas. D’ailleurs c’est dans nos moeurs! On nous encourage très tôt à donner notre avis. C’est vrai qu’en France c’est plutôt « prends ce qu’on te donne, et ferme-la! » mais là-bas on préfère que les gens disent ce qui ne va pas plutôt que de tourner autour du pot! On affronte les problèmes bien en face et pas par derrière (ça aussi j’ai connu cela pas mal de fois ici, et à chaque fois je me demandais: « Mais pourquoi ne m’en a-t-on pas parlé???? »)

La compétence est qq chose de prisé, c’est vrai. Et les résultats aussi (mais ça, c’est n’importe où). Mais certainement pas au détriment de la personne. De plus montrer que tu ne comprends pas qq chose ou dire ce qui ne va pas, montre ton INTERET pour ton poste et de ce fait ta compétence. Parce que dans les hiérarchies horizontales comme on trouve en Amérique du Nord on croit que la personne qui fait le travail est la mieux placée pour savoir comment faire son travail et de là comment l’améliorer. Ce genre de hiérarchie favorise la responsabilisation et l’autonomie. Ainsi c’est à TOI de dire si qq chose ne va pas, c’est en quelque sort TA responsabilité.

Il n’y a pas de gêne, selon moi, à dire que tu es débordée et que tu as besoin d’un temps d’adaptation. C’est tout à fait normal. Et si tu le dis en restant bien naturelle et en montrant ta réelle motivation, ton patron devrait être bien compréhensif.

Et il faut voir les choses autrements! Par exemple avec ce con de l’autre jour et son p***** de botin, bah tu n’as qu’à te dire que tu auras appris un nouveau mot aujourd’hui! C’est ce que je faisais à mes débuts en France il y a 6 ans… pcq moi aussi j’ai eu du mal à m’adapter à un gros paquet de choses ici (façons de parler, expressions, hiérarchies plus verticales, humour…). Ainsi à chaque fois que je me heurtais à un « obstacle », je me disais: « tiens une nouvelle expérience, une nouvelle façon de faire, de voir les choses etc… » (tu peux le décliner d’autant de façons que tu le veux). Et maintenant en fait je suis devenue un réel mélange Franco-Québécoise!

Je te souhaite bon courage et n’hésite pas à m’écrire si tu en as envie! De plus je rentre à Montréal dans un mois et demi pour une période indéterminée, si tu as besoin d’aide sur place, ça me fera un grand plaisir de t’aider!

FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/
Haut
>
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2023 immigrer.com