Immigrer dans son propre pays

De Maryse Maya

Bonjour à toutes et à tous,

 

Avant tout, je tiens à remercier tous ceux qui témoignent, tous ceux qui répondent et tous ceux qui participent à l’existence de ce site. Au cours des 2 ans et 7 mois qui ont passés depuis mon arrivée au Québec, vous m’avez, peut-être sans même le savoir, émue, soutenue, comprise et même fait pleurer ! Ce n’est pas facile de quitter ses racines pour immigrer. À travers vos témoignages, j’ai trouvé refuge à mes propres difficultés, réalisations, émotions.

 

Jusqu’à maintenant, je faisais partie de ces anonymes qui lisent assiduement le Bulletin Immigrer.com sans plus ample participation. Aujourd’hui, les choses vont changer ! J’ai créé ce compte et je compte bien, à mon tour, témoigner. Peut-être mon expérience personnelle apportera-t-elle réciproquement soutien et réconfort à l’un d’entre-vous. Quand nous sommes compris, nous nous sentons indéniablement moins seuls.

 

Je suis née au Québec, à Drummondville, par une belle journée ensoleillée d’octobre 1977. L’idylle s’arrête ici. Le reste de mon enfance pourrait être représentée dans un film qui seraient une parfaite combinaison entre Le fabuleux destin d’Amélie Poulain et Misery ! À 15 ans, j’étais partie de chez moi, je travaillais de nuit pour gagner ma vie et je poursuivais mes études à temps plein. Profondément nomade et totalement détachée du matériel, je ne rêvais que d’une chose, partir ! Durant mes années d’études secondaires, j’ai cumulé les correspondants étrangers qui voulaient apprendre le français via un programme de l’école. Je voulais tout connaître sur tout ce qui se trouvait sur Terre, tant la faune, la flore que la culture des gens. Mon cerveau n’avait aucune limite d’emmagasinage !

 

En attendant de trouver les bonnes conditions pour partir au loin, j’ai exploré le Québec dans plusieurs de ses recoins. Je n’ai pas tout vu, mais je m’y connais drôlement bien. J’ai eu un profond et durable coup de coeur pour la région de Charlevoix, que j’ai découverte à mes 18 ans. C’est cette région qui me manquait quand je vivais au loin et pensais au Québec. Depuis mon retour, nous y allons d’ailleurs chaque année en vacances familiales.

 

C’est lors de mon avant-dernière année d’études à l’Université Laval que s’est présentée la parfaite occasion pour un séjour prolongé à l’étranger. Je me suis inscrite au programme d’échanges du Bureau International et j’ai demandé pour partir en Australie. J’ai été acceptée, mais j’ai échoué le test d’anglais obligatoire. Non, tous les Québécois ne sont pas bilingue ! J’étais déçue et j’avais abandonné l’idée de partir quand j’ai été convoquée par mon directeur de programme. Il avait pris connaissance de mon échec au test d’anglais et avait une proposition à me faire. Étant dans les meilleures de ma promotion, il me donnait la posibilité de partir six mois, avec bourse importante et mention au diplôme, comme embassadrice dans le cadre d’un tout nouveau programme avec leurs partenaires francophones européens, le Profil International. J’avais le choix entre « une université dans une petite ville construite sur d’anciens marécages » à Louvain-La-Neuve (Belgique) et « une université dans une grande métropole comptant des millions d’habitants » à Lyon (France). J’ai choisi les marécages, négociée pour un séjour d’un an et obtenue deux fois le montant de la bouse. Je ne suis pas du tout quelqu’un qui a la fibre commerciale, mais j’adore négocier !

 

Je suis partie pour la Belgique en septembre 2001. Le 1er mars 2002, j’y ai rencontré l’homme de ma vie, un magnifique Belgo-Argentin dont je suis tombée éperduement amoureuse, et ce réciproquement. Nous voulions nous établir au Québec, mais vous savez comment fonctionne l’immigration et les coûts qui y sont liés. Pour deux finissants sortant à peine de l’université (dont moi qui était très endêtée ayant bénéficié du Programme de prêts et bourses du Québec), c’était tout simplement inenvisageable. Comme la Belgique m’accueillait à bras ouvert et sans aucun frais, nous nous y sommes établis, temporairement. Ce qui devait durer une ou deux années a finalement duré plus d’une décennie et je suis devenue Belge. Nous nous sommes mariés (ce que nous avons appelé notre « Acte d’adoption réciproque »), avons mis au monde deux magnifiques enfants Belges, Canadiens et Argentins (ils sont nés de parents Canadien et Argentin en Belgique) et avons vécu des jours heureux auprès des gens que nous aimons. Nous n’avons jamais envisagé de nous établir en Belgique tout simplement parce que nous avions besoin d’espace. J’imagine que c’est parce que nous venons, mon mari et moi, tous les deux de pays aux espaces si grands que lorsqu’on regarde à l’horizon, on peut voir la terre se courber. Ne voulant pas revenir au pays endettée, nous avons soldé ma dette d’études, puis mis des sous de côté et finalement, nous sommes venus nous installer au Québec à l’automne 2012.

 

Depuis notre arrivée, j’ai l’impression d’être dans une course à obstacle ! Ce fût d’abord (en ensuite) les longues et coûteuses procédures administratives pour l’immigration de mon mari et la reconnaissance de nationalité canadienne des enfants, le container à négocier pour le déménagement outre-mer, le déménagement en soi, l’organisation de la grande fête de départ et les aurevoirs déchirants. Vint ensuite l’arrivée tumultueuse avec logement et emploi à trouver, les économies qui partent en fumée, les tonnes d’inscriptions à faire (école pour les enfants, assurance-maladie, transfert de permis de conduire, inscription à la liste d’attente pour un médecin de famille, etc) et l’adaptation aux nouvelles moeurs et aux nouveaux produits.

 

Quand vint enfin l’accalmie dans nos vie, ce fut les questionnements sur notre décision de venir s’établir au Québec qui ont ressurgis. Jamais mon mari n’a regretté ou remis en question notre choix, mes enfants ont pleuré l’éloignement de la famille et des amis, mais se sont vite habitués à la vie au Québec, mais moi, ouf, je suis passée par toutes les étapes ! Je repars, je reste, je repars, je reste, … Ce que l’immigration Belgique-Québec m’a fait comprendre et que je ne pouvais pas comprendre lors de mon imigration Québec-Belgique parce que je n’avais pas d’attaches, c’est que mes racines, elles n’appartiennent pas à un territoire, mais à tout ces gens qui m’aiment et que j’aime et qui font que j’existe, que je m’estime, que je suis belle, unique et unie aux autres. Chaque relation est unique et jamais l’une ne peut remplacer l’autre.

 

Au Québec, mon grand amour c’est la terre ! J’aime d’un amour infini ces espaces qui n’en finissent plus, ces paysages époustouflants qui me donnent de l’énergie et me font me sentir vivante et partie intégrante du tout. Les ravages de nos civilisations du profit à tout prix au détriment du respect de l’environnement sont présents ici aussi, mais il y a encore des endroits splendides non atteints par la cupidité de l’Homme ou protégés par ceux pour qui le respect de la Terre est une valeur. Plus que cela, j’ai l’impression que la population peut faire la différence concernant la direction que prend la société. C’est toujours une lutte, mais qui peu aboutir. Peut-être suis-je trop utopisme ou optimisme, mais sur ce point, je sens une ouverture. Et puis pour des gens qui ont choisi un cadre de vie simplifiée, le Québec, c’est l’Eldorado !

 

J’ai donc récemment choisi moi aussi de rester au Québec, d’élaborer mes projets de vie ici et d’accepter de vivre loin de mes racines, le coeur outre-mer. Nous développons progressivement notre réseau social et de nouvelles amitiés, mais l’approfondissement d’une relation et la connaissance de l’autre demande du temps. Immigrer, c’est accepter de se sentir seul un bon moment et plus l’amour était présent, plus l’éloignement est douloureux. Il faut apprendre à vivre avec cette souffrance. J’ai attendu qu’elle s’estompe, elle s’est tout au plus un peu apaisée… dépend des périodes. C’est un classique, mais le temps des Fêtes est le pire à passer.

 

Alors, vous me direz : « Mais tu es Québécoise et tu parles comme une étrangère ! ». C’est précisément ce point qui m’a amenée à franchir le pas et à témoigner moi aussi de mon expérience. J’ai beau avoir vécu les 23 premières années de ma vie au Québec, être née au Québec de parents Québécois, de grands-parents Québécois, d’arrières-grands-parents Québécois et ainsi de suite sur je ne sais combien de générations, je ne suis jamais, mais absolument jamais reconnue comme tel ! Partout où je vais depuis mon retour au pays, je suis une étrangère.

 

Les nouvelles connaissances, qui pour certains me connaissent depuis plusieurs mois, m’appelle toujours « La Française ». J’ai renoncé à faire accepter aux gens l’idée que je suis Québécoise, sérieusement, et je me bats maintenant pour faire accepter aux gens que je suis Belge, pas Française. J’ai bien voyagé en France, mais quelques mois de vacances ça et là ne font pas de moi une Française. Pour ceux qui persistent, je les appelle « Les Américains ». Généralement, les gens me disent : « Mais non, je ne suis pas Américain », et je réponds : « Pas plus que je ne suis Française ». C’est tout de même pas de ma faute si j’ai dû apprendre, pour me faire comprendre, à articuler au point d’en avoir, certains soirs, mal à la mâchoire et ce durant plus d’une décennie ! Je ne parle en effet plus comme avant et bien que mon accent Québécois revienne, ce n’est pas au galot.

 

Même pour l’état, je suis une étrangère. Une dame au bureau du gouvernement du Québec, ce n’est pas une blague, s’est même énervée sur moi une fois parce qu’elle ne me croyais pas que j’étais Québécoise. Elle m’a obligée à lui montrer mon certificat de résidence permanente, ce que je n’ai pas, puis ma carte de citoyenneté, ce que je n’ai pas. J’ai persisté à lui expliquer que j’étais Québécoise, que j’étais née ici, mais que j’étais simplement partie plusieurs années vivre à l’étranger, il n’y avait rien à faire. J’ai dû retourner chez moi chercher mon Certificat de Naissance du Québec pour qu’elle veuille bien ouvrir mon dossier. Elle a photocopié mon certificat et constaté son authenticité grâce à la filigrane qui apparaissait !

 

Mais ce qui est aberrant, dommage, déplorable, c’est que j’ai connu la xénophobie pour la toute première fois de ma vie quand je suis revenue au Québec, sur la terre qui m’a vue naître et grandir, de la part de ceux qui partagent la même histoire et la même culture que moi. Je suis riche de deux cultures, l’une n’efface pas l’autre ! Pourtant, je suis devenue trop différente de l’idée qu’un Québécois se fait d’un Québécois. Je suis « La Française », quand je ne suis pas « L’ostie de Française », parce que les Français, ils n’ont pas la quote ! Heureusement que ce n’est pas du tout tout le monde et qu’il y a aussi des gens ouverts et intéressés. Des commerçants désagréables à cause de notre accent et de notre « provenance », les enfants qui se font baver à l’école, bousculer, insulter, rejeter et dire : « Tes parents sont cons parce qu’y viennent d’un pays moins riche » (ces mots ont été réellement prononcés par une élève de l’école de ma fille), les clients désagréables au travail qui s’énervent et nous disent de « r’tourner dans not’ pays », des gens qui se baladent en rue, nous croisent, nous entendent et disent en continuant « ostie de Français » sans nous avoir jamais vu auparavant, des gens que tu veux aider et qui te répondent sèchement « On l’sait ben, vous savez toute vous autres les Français », tout ceci fait partie de notre lot quotidien. 

 

En Belgique, je n’ai JAMAIS subi de racisme, bien au contraire !!! Les gens m’accueillaient les bras grands ouverts, curieux, toujours sympathiques, je me faisais offrir verres et repas dans les cafés par les patrons, pareil pour les couques et les gauffres, hummm, les gauffres ! J’ai découvert pleins de gens extraordinaires en peu de temps, développé des amitiés formidables, durables, profondes qui ont été facilités justement par le fait que j’étais Québécoise.

 

Il serait temps que les racistes mettent leurs culottes, affrontent leurs peurs, leurs clichés et leurs préjugés car les principales victimes du racisme sont les racistes eux-mêmes. Non seulement ils vivent la haine au coeur, mais en plus, ils manquent de magnifiques occasions de faire des rencontres enrichissantes :biggrin2: Tel Don Quichote, nous nous battons tous contre nos propres moulins à vent… ce que je sais avec certitude, c’est que la différence est une force, jamais une faiblesse.

 

Je vous souhaite à tous bon courage dans cette aventure et comme le disais Brel, « Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir, et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns.« 

 

Maryse @–}—

———
De Cherrybee

 

Savez-vous que pour faire la demande de regroupement familial, le répondant doit habiter au Québec ? Nous sommes un couple très fusionnel et c’était hors de question de se séparer physiquement durant une année.

 

Faux. Si le répondant est canadien, il peut faire sa demande de parrainage de n’importe où sur la planète. Mon mari canadien m’a parrainée en 2006. Nous sommes restés ensemble en France tout le temps du traitement de mon dossier et nous sommes partis au Québec seulement une fois que mon visa a été apposé dans mon passeport. 

 

Mais sinon, bienvenue sur le forum. 🙂

———
De Maryse Maya

Merci pour vos mots de bienvenue 🙂

———
De Cherrybee

Je suis un peu stupéfaite de votre témoignage car je suis une « vraie » Française, avec un abominable accent méridional indécrottable  :). Et je n’ai absolument jamais vécu une telle animosité de la part des Québécois. Est-ce que cela pourrait venir du fait que vous habitez en région et moi près de Montréal ?

———
De kobico

Bonjour Maryse Maya,

 

Il y a malheureusement  un contentieux parfois lourd entre les Français et les Québécois, chacun y mettant du sien…

 

En tout cas, je te souhaite un bon retour et des jours heureux dans ton ancien nouveau pays d’adoption.  🙂

———
De Maryse Maya

Cherrybee : Oui, nous habitons en effet en région (par rapport à Montréal) et j’imagine que cela doit jouer vu nos expériences différentes.

———
De kobico

 Est-ce que cela pourrait venir du fait que vous habitez en région et moi près de Montréal ?

 

Je ne crois pas que l’éloignement de Montréal en soit la cause. Tiens, je pense à l’ami Shore qui dit être le fils adoptif de tout un village au Lac St-Jean. Je connais aussi plusieurs Français en région , très bien intégrés et heureux d’y vivre.

———
De trefle

Bienvenue Maryse et merci pour ce récit. Ne vous souciez pas des autres, soyez vous-même et fière de l’être. Montrez que vous êtes plus forte qu’eux.

Beaucoup de personnes seraient terrifiées si au lieu de voir leur visage dans le miroir ils y voyaient leur personnalité.

———
De Automne

toute qu’une histoire!

 

mais c’est où que vous habitez?? ça l’air pas mal fou dans ce coin…

 

mon mari ça fait 7 ans qu’il est ici et jamais on l’a traité de cette façon..

 

sinon, vous avez quitté la Belgique juste pour les grands espaces? 

———
De Cherrybee

 

 Est-ce que cela pourrait venir du fait que vous habitez en région et moi près de Montréal ?

 

Je ne crois pas que l’éloignement de Montréal en soit la cause. Tiens, je pense à l’ami Shore qui dit être le fils adoptif de tout un village au Lac St-Jean. Je connais aussi plusieurs Français en région , très bien intégrés et heureux d’y vivre.

 

 

C’est ce que j’avais entendu dire. Plus on s’éloignait en région, plus les gens avaient l’habitude de regarder le nouvel arrivant comme un étranger très très différent et de s’en méfier. 

Ce qui, d’ailleurs avait été joliment illustré dans un film avec Pierre Richard, « Le bonheur de Pierre » qui a été tourné à Sainte-Rose-du Nord.

 

C’est clair que je n’ai jamais vécu cela vu que je ne suis pas allée plus loin que Québec et Grandes Bergeronnes, mon conjoint étant un « Sudiste » convaincu! 🙂

———
De soulman

Bienvenue à toi et à toute ta famille ! Beau parcours, je me rappelle avoir été plusieurs fois à Louvain La Neuve pour des partys mémorables, c’est une ville d’étudiants qui savent vivre 🙂

———
De Maryse Maya

Kobico, Automne, Cherrybee : Nous nous sommes établis temporairement à Drummondville, ville où je suis née. C’était plus facile, je connaissais déjà la région. C’est pour moi en région par rapport à Montréal, mais ce n’est pas l’est du Québec ou le nord. C’est une ville ouvrière en expension. Arrivant d’une ville universitaire engagée, pleine d’action et débats sociétaux, nous sommes tombés dans un monde totalement différent ici, c’est certain ! Nous sommes une famille d’intellos.

 

Oui, nous sommes venus au Québec simplement pour les grands espaces, ce qui inclus également la facilité d’accès à la propriété. Il est donc hors de question de partir vivre à la grande ville. Nous avons déjà choisi l’Estrie comme région pour nous établir et partiront clairement loin des sentiers battus, en campagne, poursuivre notre rêve de permaculture.

 

Clairement, nous l’avons constaté, le contact est beaucoup plus facile avec les gens de Montréal ou de Québec et nous trouvons beaucoup plus facillement affinités. Peut-être est-ce tout simplement parce qu’il y a plus de gens, donc plus de chance de tomber sur des gens avec qui « ça colle » !

 

Quoi qu’il en soit, nous ne désespérons pas de trouver chaussure à notre pied en amitié et sommes encore aux balbutiements de nos rencontres sociales. Déjà, l’hiver prochain, je vais cesser d’hiberner et m’inscrire dans un cours de dessin et un cours de boxe (j’ai essayé lors de mon travail comme coordinatrice dans un centre communautaire et j’ai adoré !). Je maximiserai ainsi mes chances de faire de chouettes rencontres.

 

Merci pour votre intérêt 🙂

———
De Cherrybee

Kobico, Automne, Cherrybee : Nous nous sommes établis temporairement à Drummondville, ville où je suis née. C’était plus facile, je connaissais déjà la région. C’est pour moi en région par rapport à Montréal, mais ce n’est pas l’est du Québec ou le nord. C’est une ville ouvrière en expension. Arrivant d’une ville universitaire engagée, pleine d’action et débats sociétaux, nous sommes tombés dans un monde totalement différent ici, c’est certain ! Nous sommes une famille d’intellos.

 

 

Ben là! Drummondville! C’est la porte à côté de chez moi !!!! Je pense alors que vous n’avez pas rencontré les bonnes personnes. Ne désespérez pas. Drummondville est une magnifique petite ville. 

Au fait, je vais venir y promener ma famille cet été 🙂

———
De Automne

mais y’a vraiment des gens qui vous disent ‘osti de français’ partout comme ça?

 

ben moi aussi on me demande souvent ‘d’où je viens’ alors que j’ai toujours habité au Québec mais avec un mari français, forcément il a déteint un peu sur moi. :biggrin2:

ma réponse favorite c’est : je suis née au Sagnenay, j’ai vécue en Abitibi et je suis mariée avec un français. :Crylol:  ça fait un mélange d’accents..

———
De kobico

La semaine dernière, au téléphone, une cliente maghrébine qui visiblement ne croyait que j’étais une québécoise de souche me demanda mon pays d’origine. À ma réponse « je suis québécoise », elle répliqua « y’a pas de mal » !  

 

:laugh:

———
De Shore

Kobico, Automne, Cherrybee : Nous nous sommes établis temporairement à Drummondville, ville où je suis née. C’était plus facile, je connaissais déjà la région. C’est pour moi en région par rapport à Montréal, mais ce n’est pas l’est du Québec ou le nord. C’est une ville ouvrière en expension. Arrivant d’une ville universitaire engagée, pleine d’action et débats sociétaux, nous sommes tombés dans un monde totalement différent ici, c’est certain ! Nous sommes une famille d’intellos.

 

Oui, nous sommes venus au Québec simplement pour les grands espaces, ce qui inclus également la facilité d’accès à la propriété. Il est donc hors de question de partir vivre à la grande ville. Nous avons déjà choisi l’Estrie comme région pour nous établir et partiront clairement loin des sentiers battus, en campagne, poursuivre notre rêve de permaculture.

 

Clairement, nous l’avons constaté, le contact est beaucoup plus facile avec les gens de Montréal ou de Québec et nous trouvons beaucoup plus facillement affinités. Peut-être est-ce tout simplement parce qu’il y a plus de gens, donc plus de chance de tomber sur des gens avec qui « ça colle » !

 

Quoi qu’il en soit, nous ne désespérons pas de trouver chaussure à notre pied en amitié et sommes encore aux balbutiements de nos rencontres sociales. Déjà, l’hiver prochain, je vais cesser d’hiberner et m’inscrire dans un cours de dessin et un cours de boxe (j’ai essayé lors de mon travail comme coordinatrice dans un centre communautaire et j’ai adoré !). Je maximiserai ainsi mes chances de faire de chouettes rencontres.

 

Merci pour votre intérêt 🙂

Effectivement Maryse vous ne l’avez pas forcément eu facile mais votre histoire est très intéressante. Je suis d’accords avec ce que certains vous ont dit, vous n’évoluez pas forcément au milieu du bon groupe de personne. Moi aussi je vis dans un petit village au nord du lac St Jean et j’avoue avoir parfois entendu des blagues sur les Français mais jamais avec une intention nuisible. Parfois comme je suis au public, je peux parfois entendre certaines réflexions un peu surprenantes et le tout est de répondre avec aplomb de façon à moucher le ptit criss mais cela est très rare et jamais dans mon village ni par des gens qui me connaissent.

Si je peux me permettre un conseil; je dirais de ne pas hésiter à aller voir les gens et à leur répondre dans des cas d’agression verbale. Pour les restes, bien s’entourer de gens qui sont agréable et du même groupe que vous et puis je pense que l’idée de s’inscrire à des activités de groupe est excellente car vous y rencontrerez pas mal de gens, il y aura forcément plein de bonnes personnes.

Je vous souhaite bonne chance pour la suite et je suis sur de votre réussite

———
De SkyTomuch

HeHe Salut Maryse 🙂

Je suis heureux que vous vous soyez bien plu en Belgique et Heureux que mon pays soit aussi accueillant même si j’ai l’impression qu’il l’est de moins en moins…

En tout cas, vous avez un beau parcours de vie ! c’est dommage pour les insultes :/ mais comme on dit chez nous : Il y a des cons partout :D 

 

Bon je suis jeune mais je me retrouve dans votre texte quand vous dites que vous avez envie de voyager, c’est pareil pour moi, j’ai déjà fait 8 au Quebec et il me manque, une partie de moi est restée la-bas !  mais la patience fait de moi quelqu’un de meilleur 🙂

 

Bon courage pour votre projet de migrer en Estrie ! 🙂 et en tout cas Bravo car quitter n’est jamais simple :) 

———
De Blueberry

Je suis un peu stupéfaite de votre témoignage car je suis une « vraie » Française, avec un abominable accent méridional indécrottable   :smile:. Et je n’ai absolument jamais vécu une telle animosité de la part des Québécois. Est-ce que cela pourrait venir du fait que vous habitez en région et moi près de Montréal ?

 Parce que toi, tu n’as pas souffert de discrimination, ne signifie nullement que c’est le cas pour tout le monde….enfin, pour tous les Français. 

———
De dentan
Ah tous les Français ont subi de la discrimination au Canada! Je suis surpris!

C’est peut-être que ces quelques Français sont arrivés ici avec la même attitude qu’ils avaient en France envers les immigrants, dont entre autres, le sentiment de supériorité, de tout savoir mieux que les autres, etc!
———
De jeffrey01120

Dentan des fois t es vraiment lourd!!!!!

———
De dentan

Dentan des fois t es vraiment lourd!!!!!

Étrange que tu ne fasses pas la même remarque à certaines peronnes qui trouvent et répètent toujours qu’ici tout est nul, que rien n’est bon, etc.! Ah j’oubliaia car selon toi elles doivent avoir le droit vu leur origine!
———
De tacitesong

 

 

Savez-vous que pour faire la demande de regroupement familial, le répondant doit habiter au Québec ? Nous sommes un couple très fusionnel et c’était hors de question de se séparer physiquement durant une année.

 

Faux. Si le répondant est canadien, il peut faire sa demande de parrainage de n’importe où sur la planète. Mon mari canadien m’a parrainée en 2006. Nous sommes restés ensemble en France tout le temps du traitement de mon dossier et nous sommes partis au Québec seulement une fois que mon visa a été apposé dans mon passeport. 

 

Mais sinon, bienvenue sur le forum. 🙂

 

 

Très bel récit lyrique  ..merci de  nous avoir partagé ce fragment très  riche de de votre vie 🙂

———
De yow_lys

 

 Est-ce que cela pourrait venir du fait que vous habitez en région et moi près de Montréal ?

 

Je ne crois pas que l’éloignement de Montréal en soit la cause. Tiens, je pense à l’ami Shore qui dit être le fils adoptif de tout un village au Lac St-Jean. Je connais aussi plusieurs Français en région , très bien intégrés et heureux d’y vivre.

 

Salut Kobi,

Être très bien intégré et heureux ici n’empêche pas qu’on s’en ramasse un peu dans la tête au passage. Moi même j’ai subit quelque fois ce genre d’attitude hallucinante. J’en fait pas un steak à mes amis québécois car je veux pas leur renvoyer une image désagréable de « chez eux » qui leur ferait un peu de peine… à vrai dire j’en parle même pas. Mes amis sont trop sympas pour que je leur fasse douter que j’apprécie cet endroit Je les imagine dire alors la même chose que toi… dire que YowLys est très heureux et très bien intégré… ce qui est vrai au demeurant.

Dentan des fois t es vraiment lourd!!!!!

Des fois?! 😀

———
De yow_lys

…..

 

Maryse @–}—

Salut Maryse, Sympa ton témoignage… et c’est rare de lire ce genre d’histoire. Parfois des français retournant en France utilisent aussi cette expression « d’immigrer dans son propre pays ».

 

Pour l’anecdote, ce que je trouve marrant avec cette histoire de Belgique et de dégât collatéral à l’étrange relation entre québecois et français, c’est cette petite anecdote…. il m’a fallut du temps pour la décrypter.

 

Comme tu le dis, pour faire simple les Français en gros non pas super la côte… On commence en général par les propos désobligeant quand on en parle. Si bien que Français, à priori, c’est « négatif » comme connotation. Mais venons en aux faits…

Je ne certainement pas le seul, mais de temps en temps le québécois va demander si on n’Est pas belge vu notre accent… (et vraiment il n’y a pas de doute, je n’ai pas le début d’un accent belge).

 

Bref, ça m’intriguait, jusqu’à ce qu’un jour je demande comment diable il pouvait me demander si j’étais belge alors que soyons honnête on l’entend pas souvent l’accent belge par icitte. En fait, il se trouve que la personne qui demande à peur de nous froisser en nous qualifiant de Français (on revient sur la connotation négative) donc pour pas heurter, il passe par cette tactique complètement improbable. Je trouve cela amusant à vrai dire.

 

Sinon dans le genre aussi c’est le genre de phrase où pour faire genre « je cible pas ces esti de français à marde mais bon je connais rien d’Autre » on parle d’Europe. Par exemple: « je crois qu’en Europe vous bla bla bla…. »

 

Bon soyons honnête y a rien de plus hétérogène que l’europe. une chiée de langues, des religions, des souches différentes….  Quand on me dit cela desormais, je demande des précision, savoir si il parle d’europe de l’est, du sud, des anglais (bon okay c’est pas vraiment l’europe), etc… Et j’ajoute parfois… « ah oui en lettonie ils font ça, je crois mais pas sûr au portugal ».

 

En tout cas bienvenue chez vous…. eux ….  nous…. Et comme vous êtes à Drummondville…. vive les trois accords!

———
De piwi

Bienvenue dans ton pays…..

———
De manlysha

Question de noob: pourquoi les Français sont si mal vus? Leur coté grande gueule?

En Australie, c’était raillerie quand on savait que j’étais anglaise (beaucoup plus sympas avec mes amis écossais ou irlandais par exemple). On nous appelle les POM ou Pommy (POM: Prisoner Of Her Majesty). Ils étaient tout de suite beaucoup plus accueillants quand ils savaient que je vivais depuis longtemps en France et du coup mon surnom passait à la ‘ »frenchy » mais dans le sens positif du terme.

———
De Tryskelle

Personnellement, je n ai jamais eu de critiques depuis mon arrivée ici, juste quelques clients qui lorsqu’ils m’entendent parler me disent: Vous n’êtes pas d’ici vous??!!

 

Je le prends avec humour en leur disant qu’en effet je ne suis pas native du Québec et je leur fais le jeu des devinettes!!! Et d’après vous je viens d’ou?? ça marche à tout les coups et on fini par en rire !

 

Cependant, il y a quelques reticents…. Je passe au dessus c est leur droit. Mais j’ai toujours été bien accueillie et je n’ai jamais subit d ‘insultes ou autres.

 

En revanche Dentan j’espère que tu ne catalogues pas tous les Français comme des gens supérieurs, qui savent tous mieux que les autres bla bla bla ….

Car tout dépends de la personnalitée de chacun !

 

Il serait temps que les mentalités changent et évoluent ! Les Français du passé ne sont pas forcément les mêmes qu’aujourd’hui

 

Tout est une question de perception ….

———
De kuroczyd

Personnellement, je n ai jamais eu de critiques depuis mon arrivée ici, juste quelques clients qui lorsqu’ils m’entendent parler me disent: Vous n’êtes pas d’ici vous??!!
 
Je le prends avec humour en leur disant qu’en effet je ne suis pas native du Québec et je leur fais le jeu des devinettes!!! Et d’après vous je viens d’ou?? ça marche à tout les coups et on fini par en rire !
 
Cependant, il y a quelques reticents…. Je passe au dessus c est leur droit. Mais j’ai toujours été bien accueillie et je n’ai jamais subit d ‘insultes ou autres.
 
En revanche Dentan j’espère que tu ne catalogues pas tous les Français comme des gens supérieurs, qui savent tous mieux que les autres bla bla bla ….
Car tout dépends de la personnalitée de chacun !
 
Il serait temps que les mentalités changent et évoluent ! Les Français du passé ne sont pas forcément les mêmes qu’aujourd’hui
 
Tout est une question de perception ….

C est évident ! Plusieurs causes pour être mal perçu comme :
-Tomber dans un environnement hostile à tout ce qui étranger: un endroit fermé du monde ou l étranger n est vu que par le stéréotype qu il véhicule. L attitude de gens qui nous entourent ne changera que si l on montre qu l on n est pas si différent et qu on cherche à s intégrer.
– Tomber dans un endroit ou des concitoyens indélicats ont forgé une opinion sans conteste peu flatteuse. Ce ne sera pas facile et rapide pour inverser la vapeur.
– Véhiculer soi même un stéréotype: rien n est jamais aussi bon que dans le pas d origine, on sait forcément comment faire mieux, on ne vit qu entre concitoyens, on veut absolument importer tout de son pays d origine car c est forcément meilleur, on n arrête pas de comparer au lieu de voir que c est juste différent avec ces avantages et inconvénients…
Alors pourquoi les français seraient plus exposés que d autres nationalités (même proches de la France) ? Peut-être que de manière générale nous collons plus a notre stéréotype que d autres ?
Ce qui est certain c est que chacun est l ‘ambassadeur’ de son pays dans cette histoire et s il se comporte normalement au sens de la normalité du pays d accueil, il sera généralement bien accepté.
———
De dentan

Personnellement, je n ai jamais eu de critiques depuis mon arrivée ici, juste quelques clients qui lorsqu’ils m’entendent parler me disent: Vous n’êtes pas d’ici vous??!!
 
Je le prends avec humour en leur disant qu’en effet je ne suis pas native du Québec et je leur fais le jeu des devinettes!!! Et d’après vous je viens d’ou?? ça marche à tout les coups et on fini par en rire !
 
Cependant, il y a quelques reticents…. Je passe au dessus c est leur droit. Mais j’ai toujours été bien accueillie et je n’ai jamais subit d ‘insultes ou autres.
 
En revanche Dentan j’espère que tu ne catalogues pas tous les Français comme des gens supérieurs, qui savent tous mieux que les autres bla bla bla ….
Car tout dépends de la personnalitée de chacun !
 
Il serait temps que les mentalités changent et évoluent ! Les Français du passé ne sont pas forcément les mêmes qu’aujourd’hui
 
Tout est une question de perception ….

Tu dois savoir lire! As-tu remarqué l’utilisation du mot queques dans mon intervention? Quelques n’a pas le même sens que tous! Je remest cette section de mon intervention:

….C’est peut-être que ces quelques Français sont arrivés ici avec la même attitude qu’ils avaient en France envers les immigrants, dont entre autres, le sentiment de supériorité, de tout savoir mieux que les autres, etc!….
———
De bencoudonc

Tu dois savoir lire! As-tu remarqué l’utilisation du mot queques dans mon intervention? Quelques n’a pas le même sens que tous! Je remest cette section de mon intervention:

….C’est peut-être que ces quelques Français sont arrivés ici (…).

 

…et dans ce cas, tu ne trouves pas qu’il faut être particulièrement imbécile pour nourrir des préjugés envers tous les Français à cause de « quelques » Français ?  Comme si ça n’existait pas, des Québécois avec un sentiment de supériorité, qui croient qu’ils savent tout mieux que les autres, etc…

———
De dentan

Tu dois savoir lire! As-tu remarqué l’utilisation du mot queques dans mon intervention? Quelques n’a pas le même sens que tous! Je remest cette section de mon intervention:

….C’est peut-être que ces quelques Français sont arrivés ici (…).

…et dans ce cas, tu ne trouves pas qu’il faut être particulièrement imbécile pour nourrir des préjugés envers tous les Français à cause de « quelques » Français ?  Comme si ça n’existait pas, des Québécois avec un sentiment de supériorité, qui croient qu’ils savent tout mieux que les autres, etc…

Est-ce que j’ai déjà dit qu’avoir des préjugés était normale? Est-ce que j’ai déja; dit que tous les Français étaient des MF? Est-ce que j’ai déjà dit que tous les Fran^cais avaient un sentiment de supériorité ou une attitude colonisateurs? Non car j’ai toujours que c’est quelques-uns et ce sont eux qui sont à l’origine des expressions!

Est-ce que j’ai déjà dit qu’il n’y avait pas de Québécois cons? Non car il y en a partout dans le mnde!
———
De yow_lys

Moi j’aime le « quelque »…. on dit un truc infâme mais on rajoute qu’on parle de « quelques ».

 

Illustration… prenons un gros stéréotype bien raciste…. au hasard (c’est pas ce qui manque) Les arabes sont des voleurs.

« J’ai jamais dit que les arabes étaient tous des voleurs….  non non non jamais j’ai dit tous mais quelques… » et à chaque occasion je dis que quelques le sont. Mais là je le dis vraiment tous les jours.

 

 

C’est vrai que c’est indiscutable, il y a des arabes qui sont des voleurs. Donc le « quelque » c’est magique car ça permet une défense (enfin pour ce qu’elle vaut). Ce qui est curieux c’est d’avoir tout le temps envie de rappeller ce « quelque »

 

Dentan vient de dire qu’il y a aussi des cons chez les québécois, mais son hobby c’est pas de dire sans cesse…. « ouais mais si les québécois ont une réputations de connards au canada c’est parce qu’il y en quelques qui le sont »

 

Justifier un stéréotype parce que certains rentrent dans ce stéréotype, c’est un peu comme dire que certaines femmes qui se font violer…. bon ben elles le cherchent bien aussi. Ça laisse comme un bon vieux gros goût bien amer dans la bouche.

———
De Maryse Maya

Pas longtemps après notre arrivée, nous étions au Centre local d’emploi et une dame ne parvenait pas à envoyer son fax. Elle s’énervait de plus en plus avec la machine. Le problème, c’est qu’elle essayait désespérément de faire entrer son papier à faxer par la sortie du fax. Mon mari, qui est vraiment un gentilhomme comme il ne s’en fait plus beaucoup, est allé vers elle et lui a dit, mot pour mot : « Madame, je vois que vous éprouvez quelques difficultés, accepteriez-vous que je vous apporte mon aide ? » Elle s’est énervée et a dit à mon mari : « On sait ben, vous autre les Franças, vous savez toute faire mieux que tout le monde ! »

 

 

Dentan : Ce qui m’amène à te dire que je me questionne sérieusement sur le « sentiment de supériorité de certains Français »… et pourquoi ne parlerions-nous pas du « sentiment d’infériorité de certains Québécois » ?

 

 

Nous en reviendrions alors à cette jalousie puérile envers les personnes plus « intelligentes », la haine des « Nerds à lunettes » ? Car si avoir beaucoup de connaissances dans pleins de domaines, des valeurs clairement définies, une bonne estime de soi et l’assurance qui vient avec est perçu comme « supérieur », je suis mal barrée ! Cela reviendrait à dire qu’être heureux, en harmonie avec le tout et bien dans sa peau est un problème ?

 

Il n’y a pas de supériorité ou d’infériorité autre que celui dans lequel nous enferme les carcans sociétaux depuis l’enfance. J’ai appris depuis longtemps que les formes d’intelligences sont multiples et que l’école tue la créativité. « Être » n’est jamais suffisant, il faut être rentable ! Je reconnais personnellement l’intelligence de chacun et j’ai beau être « intelligente » à ma manière, tous les gens que j’ai croisé dans ma vie m’ont appris des choses nouvelles.

 

 

Blueberry : Merci d’oser dire que vous aussi avez connu des gens moins ouverts, parfois désobligeants, vous aussi :wink: 

 

SkyTomuch : Quand on regarde le monde tourner, c’est difficile de ne pas admettre, en effet, que la connerie est bien présente à l’échelle planétaire ! Elle est d’ailleurs typiquement humaine :huh2:

———
De Maryse Maya

Kuroczyd : Je me sens plus « humaine » que Québécoise ou Belge. Peut-être est ma marginalité (j’ai toujours eu du mal à respecter les cadres), mais ma maison c’est la Terre et ma famille, les Hommes. Je suis une petite goutte d’eau dans l’océan, l’ambassadrice de rien d’autre que mes valeurs. Je ne représente pas un pays ! De base, nos intérêts ne sont pas du tout les mêmes ; moi j’aime la vie, pas le profit :dry:

———
De kuroczyd

Kuroczyd : Je me sens plus « humaine » que Québécoise ou Belge. Peut-être est ma marginalité (j’ai toujours eu du mal à respecter les cadres), mais ma maison c’est la Terre et ma famille, les Hommes. Je suis une petite goutte d’eau dans l’océan, l’ambassadrice de rien d’autre que mes valeurs. Je ne représente pas un pays ! De base, nos intérêts ne sont pas du tout les mêmes ; moi j’aime la vie, pas le profit :dry:

J’ai pas vraiment parlé de profit… mais de toute façon, nous sommes le résultat de notre culture et de notre passé et nos convictions viennent de notre vécu q’on le veuille ou non. Nos sociétés forgent nos idées, ça ne vient pas de nos gènes.
En tout cas, l’alter-mondialisme, quelle belle utopie. 🙂
———
De resterzen

 

 

Alors, vous me direz : « Mais tu es Québécoise et tu parles comme une étrangère ! ». C’est précisément ce point qui m’a amenée à franchir le pas et à témoigner moi aussi de mon expérience. J’ai beau avoir vécu les 23 premières années de ma vie au Québec, être née au Québec de parents Québécois, de grands-parents Québécois, d’arrières-grands-parents Québécois et ainsi de suite sur je ne sais combien de générations, je ne suis jamais, mais absolument jamais reconnue comme tel ! Partout où je vais depuis mon retour au pays, je suis une étrangère.
 
Mais ce qui est aberrant, dommage, déplorable, c’est que j’ai connu la xénophobie pour la toute première fois de ma vie quand je suis revenue au Québec, sur la terre qui m’a vue naître et grandir, de la part de ceux qui partagent la même histoire et la même culture que moi. 
 
En Belgique, je n’ai JAMAIS subi de racisme, bien au contraire !!! 
 

 

 

 

:innocent:

 

C’est pas parce que tu n’a pas subi la xénophobie et le racisme en Belgique que ça n’existe pas….

 

D’autres ont des expériences différentes de la tienne…

 

Tu as par exemple en Belgique un parti xénophobe fasciste et raciste, le Vlaams Belang…

 

Tu as des extrémistes flamands en Belgique qui traitent les Wallons comme des moins que rien s’ils « osent » leur parler en français… c’est odieux mais c’est réel. Dans une ville comme Menin en Belgique, le français est interdit et ce même s’il y a de nombreux francophones dans la ville. Les administrés francophones de cette ville belge  ne sont plus reçus en français mais par des pictogrammes et en langue des signes !  En fait de  » tolérance  » à la belge, on a déjà vu mieux… :whistlingb:

 

Etc.

 

Bref je pense que le Québec est une société bien plus tolérante que la Belgique.

 

http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/09/05/une-commune-belge-interdit-a-ses-fonctionnaires-de-parler-francais_n_3875207.html

———
De resterzen

 

 

Dentan vient de dire qu’il y a aussi des cons chez les québécois, mais son hobby c’est pas de dire sans cesse…. « ouais mais si les québécois ont une réputations de connards au canada c’est parce qu’il y en quelques qui le sont »

 

 

 

 

En fait c’est pas les Québécois mais les Terre-Neuviens qui ont la réputation d’être des connards au Canada d’où l’existence des blagues méprisantes sur les  Newfies ( Newfoundlanders ou Terre-Neuviens )  qui existent autant chez les anglophones que les francophones du Canada. C’est déplorable mais c’est la réalité. 

———
De yow_lys

 

 

 

Dentan vient de dire qu’il y a aussi des cons chez les québécois, mais son hobby c’est pas de dire sans cesse…. « ouais mais si les québécois ont une réputations de connards au canada c’est parce qu’il y en quelques qui le sont »

 

 

 

 

En fait c’est pas les Québécois mais les Terre-Neuviens qui ont la réputation d’être des connards au Canada d’où l’existence des blagues méprisantes sur les  Newfies ( Newfoundlanders ou Terre-Neuviens )  qui existent autant chez les anglophones que les francophones du Canada. C’est déplorable mais c’est la réalité. 

 

Erreur. Les Newfies ont la réputation d’être des idiots, des benêts. Les Québecois par contre dans le Canada  anglais ont une sale réputation. 

———
De resterzen

 

Pas longtemps après notre arrivée, nous étions au Centre local d’emploi et une dame ne parvenait pas à envoyer son fax. Elle s’énervait de plus en plus avec la machine. Le problème, c’est qu’elle essayait désespérément de faire entrer son papier à faxer par la sortie du fax. Mon mari, qui est vraiment un gentilhomme comme il ne s’en fait plus beaucoup, est allé vers elle et lui a dit, mot pour mot : « Madame, je vois que vous éprouvez quelques difficultés, accepteriez-vous que je vous apporte mon aide ? » Elle s’est énervée et a dit à mon mari : « On sait ben, vous autre les Franças, vous savez toute faire mieux que tout le monde ! »
 
 
Dentan : Ce qui m’amène à te dire que je me questionne sérieusement sur le « sentiment de supériorité de certains Français »… et pourquoi ne parlerions-nous pas du « sentiment d’infériorité de certains Québécois » ?

 

 

 

 

 

 

 

Je trouve ton anecdote vraiment surprenante et atypique :dry: …parce que s’en prendre à quelqu’un qui essaie de t’aider est une comportement très étrange.

 

Et j’ai jamais vu un Québécois avoir un complexe d’infériorité envers les Français. Jamais. Les Québécois constatent qu’il y a de plus en plus de Français au Québec, que les Français quittent la France en nombre record, que les Français se sont rués sur les PVT pour le Québec/Canada, la première tranche s’étant envolée en seulement 10 minutes alors qu’il n’y a jamais eu un tel phénomène pour les PVT pour la  France de la part des Québécois, que des milliers de Français immigrent au Québec chaque année alors que très peu de Québécois sont intéressés à vivre en France compte tenu du niveau inquiétant du chômage en France ( plus de 10 % ), etc.

———
De resterzen

 

 

 

 

Dentan vient de dire qu’il y a aussi des cons chez les québécois, mais son hobby c’est pas de dire sans cesse…. « ouais mais si les québécois ont une réputations de connards au canada c’est parce qu’il y en quelques qui le sont »

 

 

 

 

En fait c’est pas les Québécois mais les Terre-Neuviens qui ont la réputation d’être des connards au Canada d’où l’existence des blagues méprisantes sur les  Newfies ( Newfoundlanders ou Terre-Neuviens )  qui existent autant chez les anglophones que les francophones du Canada. C’est déplorable mais c’est la réalité. 

 

Erreur. Les Newfies ont la réputation d’être des idiots, des benêts. Les Québecois par contre dans le Canada  anglais ont une sale réputation. 

 

 

 

C’est plutôt toi qui fait erreur. Les Québécois une moins sale réputation que les Français au Canada anglais. Les Français sont considérés comme les pires touristes au monde, incluant au Canada anglais . Et c’est pas mieux pour les RP français vivant au Canada anglais. Les Français ont aussi un sale réputation aux USA. Je peux te donner des hyperliens de blagues anti-Français de la part d’anglophones si tu insistes… :whistlingb:

———
De yow_lys

 

 

 

 

 

Dentan vient de dire qu’il y a aussi des cons chez les québécois, mais son hobby c’est pas de dire sans cesse…. « ouais mais si les québécois ont une réputations de connards au canada c’est parce qu’il y en quelques qui le sont »

 

 

 

 

En fait c’est pas les Québécois mais les Terre-Neuviens qui ont la réputation d’être des connards au Canada d’où l’existence des blagues méprisantes sur les  Newfies ( Newfoundlanders ou Terre-Neuviens )  qui existent autant chez les anglophones que les francophones du Canada. C’est déplorable mais c’est la réalité. 

 

Erreur. Les Newfies ont la réputation d’être des idiots, des benêts. Les Québecois par contre dans le Canada  anglais ont une sale réputation. 

 

 

 

C’est plutôt toi qui fait erreur. Les Québécois une moins sale réputation que les Français au Canada anglais. Les Français sont considérés comme les pires touristes au monde, incluant au Canada anglais . Et c’est pas mieux pour les RP français vivant au Canada anglais. Les Français ont aussi un sale réputation aux USA. Je peux te donner des hyperliens de blagues anti-Français de la part d’anglophones si tu insistes… :whistlingb:

 

On n’a aucun doute que tu sois très équipé en littérature anti-française. Tu es une sommité en la matière.

Mais je ne parlais pas des français, juste des québécois dans mon exemple. Merci donc de ne pas pourrir le fil avec tes sempiternelles rengaines sur les Français que tu détestes. On les connait toutes, on connait tes liens, on connait tes « vérités qui dérangent »…. 

Mais visiblement, vu ta volonté de sortir un truc sur les français, j’en conclue que j’ai mis dans le mille avec mon exemple qui brise ton petit coeur. Mais veux veux pas, les québécois nous n’avons pas une bonne réputation chez les anglos c’est ainsi.

 

C’est pas vraiment le point fondamental de mon intervention donc je vais pas épiloguer sur ça. Je te laisse le soin de noyer le fil sous tes interventions de caniveau.

———
De resterzen

 

 

 

 

 

 

Dentan vient de dire qu’il y a aussi des cons chez les québécois, mais son hobby c’est pas de dire sa

Avatar
FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut