Épiceries (supermarchés) au Québec : il y a du progrès à faire... - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > FAQ > Épiceries (supermarchés) au Québec : il y a du progrès à faire…

Épiceries (supermarchés) au Québec : il y a du progrès à faire…

De Stratocaster

Bonjour, je suis un jeune expatrié Français de 26 ans résidant à Montréal depuis bientôt cinq ans. J’interviens pour la première fois sur ce forum car je voulais parler d’un sujet pas forcement tabou mais qui peut fâcher tout bon Français qui débarque ici, à savoir: la nourriture au Québec. Avant toute chose je tiens à dire que j’aime le Québec et je m’y sens très bien (pour l’instant) et que les propos que je vais tenir ne sont absolument pas ”anti-québec”, mais je cherche simplement à faire un constat objectif après 5 ans de vie ici.

Il faut le dire, la nourriture au Québec ce n’est franchement pas terrible, pour ne pas dire franchement nul. Je ne parle pas là des restaurants mais bien sûr des épiceries (ou supermarchés pour les Français qui ne sont pas encore expatriés). En effet je savais qu’en venant au Québec je n’allais pas atterrir dans l’eldorado de la bouffe. Mais, il y a quand même certaines limites.

Tout d’abord, le choix alimentaire dans les épiceries est je trouve très trèèèès restreint. Il n’existe parfois que peu de marques pour un même type d’aliments ce qui fait que parfois, si on trouve l’aliment dégueulasse, on n’a malheureusement pas beaucoup d’alternative en terme de choix de marque (vive la concurrence). Je pense notamment ici aux plats préparés. En se promenant dans les IGA et autres Métro de l’île de Montréal, j’ai parfois l’impression de revivre des scènes du film Good Bye Lenin surtout lorsque je passe au rayon cornichon. Je blague un peu mais je le pense.

Les viandes…NE parlons surtout pas des viandes ici…. AUCUNE foutue traçabilité. En gros pas moyen de savoir si la viande que l’on ingère n’a pas été bourrée d’hormones ou autres farines animales dégueulasses. En France, cela fait belle lurette (depuis la crise de la vache folle) qu’il y a une traçabilité obligatoire sur tous les produits animaliers, poissons y compris. J’estime que ça devrait être un standard dans tout pays industrialisé digne de ce nom. Et surtout ne me parlez pas du poulets car oui je suis au courant, il parait que les poulets vendu au Québec sont tous ”élevé au Québec”… certes… mais aucunes étiquettes pour le prouver et rassurer le consommateur. Cela me donne franchement envie de devenir végétarien tout ça, et pourtant, dieu sait que j’aime le boeuf bourguignon.

Les fruits et légumes : un catastrophe. J’ai jamais vu des étals de fruits et légumes aussi mal entretenus qu’au Québec. Souvent pourris, détériorés, périmés et en plus de ça chers je ne compte plus les fois ou mes barquettes de fraises ou de framboises était pourrie et pourtant je vérifie. C’est un constat personnel hein. Mais j’ai travaillé plusieurs été de suite dans une enseigne E.Leclerc en France aux fruits et légumes, et la tenue des rotations de légumes c’était autre chose. Le moindre légume pourri, on se faisait ”engueuler” s’il n’était pas retiré de l’étal. Pareil, une salade qui tiens 3 mois sans pourrir, moi ça me rassure pas. De même qu’un oignon de la taille d’un melon, ça me rassure pas plus… la liste est longue. On va pas se voiler la face, tous les fruits et  légumes ici sont OGMisés. Ne me parlez pas du marché Jean-Talon en me disant que c’est super et génial blablabla… oui je connais très bien et mon constat n’est pas plus édifiant mais je m’étendrais pas car pour moi il n’arrive pas à la cheville de n’importe quel marché d’une petite ville de province en France.

Au sujet du vin et du fromage ici, tout le monde sais déjà que c’est l’hécatombe (par rapport à la France). J’entend déjà les critiques… BIEN sûr, on est pas en France et bien sûr il y a de très bons fromages au Québec et énormément de vin aussi dans les SAQ… mais c’est hors de prix et ce sont (quasiment) des produits de luxe quoi, même la plus simple piquette non AOC coute un bras…ridicule. Pour moi du pinard et du fromage, ce sont des produits populaires de grandes consommation, point barre. Rien de justifie des prix aussi élevé. Les marges doivent être ridicules. C’est honteux. Quand j’entend ici et là dans les médias locaux que Montréal se veut une capitale gastronomique en Amérique du Nord, je ris dans ma barbe… soyons serieux 5 minutes. La gastronomie ne se mesure pas juste à la qualité des restos sur place c’est un état de fait ancré, un patrimoine. J’adore la poutine hein vraiment je suis fan…mais ce n’est pas de la gastronomie.

Alors peut-être que je peux paraitre acerbe dans mes propos pour certains. Mais pour être honnête, un des critères qui me ferait surement quitter le Québec sur le long terme… c’est justement le problème de la bouffe, qui représente malgré tout une composante importante du bien être d’un individus. En tout cas pour le bon vivant que je suis, je ne trouve pas mon compte au Québec niveau alimentation et je ne pense pas être le seul. Je pense que Jean-Pierre Coffe ferait une syncope ici.

(je sens déjà dans les réponses qu’on va me parler d’Adonis et autres épiceries dites ”fines”… mais adonis n’échappe pas à mes critiques sus-citées)

J’espère ouvrir la brèche d’un dialogue avec des personnes en accord ou non avec moi! C’est un constat très personnel! =)

———

De AncienQuebecois

ça fait pas partie de la culture du pays…Tu peux pas y faire grand chose à part trouver des producteurs locaux capables de te fournir des produits tracés et de qualité.

En France on reproche assez aux immigrés de ne pas faire assez d’efforts pour s’intégrer pour faire la meme chose dans un pays qui n’est pas le notre.

———

De veniziano

Justement, je partirai prochainement au Québec et j’auris l’occasion de découvrir tout cela. On m’a déjà parlé des légumes et fruits surgelés et qu’ils pourrissent si ça se consomment pas rapidement, sinon pour les viandes, je pense pas que ça va trop m’affecter, vu que je ne suis pas trop viande faut le dire.

 

Pour le lait, son prix varie avec le taux de graisse, ça va être nouveau ça pour moi, sinon ce que j’ai pu voir sur les circulaires, qu’il y avait pas mal de choix du côté des produits laitiers par rapport à ce que j’avais l’habitude de voir chez moi, donc pas de crainte de ce côté là aussi sauf qu’il faut peut être un peu surveiller les prix.

 

Pour le vin ou l’alcool en général, pas de soucis pour moi, puisque je bois pas ça.

 

Reste à savoir comment je ferai face aux prix élevés du fromage et du chocolat que j’aime beaucoup.

———

De Cherrybee

Bonjour, je suis un jeune expatrié Français de 26 ans résidant à Montréal depuis bientôt cinq ans. J’interviens pour la première fois sur ce forum car je voulais parler d’un sujet pas forcement tabou mais qui peut fâcher tout bon Français qui débarque ici, à savoir: la nourriture au Québec. Avant toute chose je tiens à dire que j’aime le Québec et je m’y sens très bien (pour l’instant) et que les propos que je vais tenir ne sont absolument pas ”anti-québec”, mais je cherche simplement à faire un constat objectif après 5 ans de vie ici.

 

Je pense notamment ici aux plats préparés.

Les fruits et légumes : un catastrophe.
 En tout cas pour le bon vivant que je suis, je ne trouve pas mon compte au Québec niveau alimentation et je ne pense pas être le seul. Je pense que Jean-Pierre Coffe ferait une syncope ici.

J’espère ouvrir la brèche d’un dialogue avec des personnes en accord ou non avec moi! C’est un constat très personnel! =)

 

Vous savez, vous n’êtes pas très original. Vous ne faites que répéter le billet que Munetta a posté il y a quelques jours à peine:  http://www.immigrer.com/blog/munetta/5227-parlons-bouffe-dans-la-ville-de-quebec

 

Je vous plains énormément. Si vous en êtes à parler de gastronomie au sujet de plats préparés !!! ( ne savez-vous pas que c’est épouvantable pour la santé et qu’il faut juste espérer que cette “mode” n’arrive jamais chez nous?).

 

C’est marrant, absolument tout ce que vous dites du Québec, je le disais des Auchan et autres Carrefour en France. La seule différence que je trouve avec la France, c’est qu’on ne trouve pas tout au même endroit. Il faut magasiner à différents endroits pour trouver les bons produits. Et surtout, il faut faire comme autrefois : cui-si-ner.

Mais c’est sûr que si vous n’avez pas amené maman dans vos bagages, ça va pas être simple.

 

Pour les restos, je suis juste étonnée que, depuis 5 ans que vous êtes ici, on ne vous ait pas donné les bonnes adresses des bons restos. Vous n’avez pas de vrais amis? 🙂

———

De veniziano

Je dis aussi qu’une fois au Québec, faut pas aussi avoir toujours cette obssession de garder coûte que coûte son régime alimentaire du pays d’origine, pour ma part je compte vraiment faire des efforts pour apprendre à cuisiner et surtout québecois, chose que je te conseille aussi, cela s’avèrera plus bénéfique pour ton organisme et pour ton portefeuille aussi.

———

De Stratocaster

 

Bonjour, je suis un jeune expatrié Français de 26 ans résidant à Montréal depuis bientôt cinq ans. J’interviens pour la première fois sur ce forum car je voulais parler d’un sujet pas forcement tabou mais qui peut fâcher tout bon Français qui débarque ici, à savoir: la nourriture au Québec. Avant toute chose je tiens à dire que j’aime le Québec et je m’y sens très bien (pour l’instant) et que les propos que je vais tenir ne sont absolument pas ”anti-québec”, mais je cherche simplement à faire un constat objectif après 5 ans de vie ici.

 

Je pense notamment ici aux plats préparés.

Les fruits et légumes : un catastrophe.
 En tout cas pour le bon vivant que je suis, je ne trouve pas mon compte au Québec niveau alimentation et je ne pense pas être le seul. Je pense que Jean-Pierre Coffe ferait une syncope ici.

J’espère ouvrir la brèche d’un dialogue avec des personnes en accord ou non avec moi! C’est un constat très personnel! =)

 

Vous savez, vous n’êtes pas très original. Vous ne faites que répéter le billet que Munetta a posté il y a quelques jours à peine:  http://www.immigrer.com/blog/munetta/5227-parlons-bouffe-dans-la-ville-de-quebec

 

Je vous plains énormément. Si vous en êtes à parler de gastronomie au sujet de plats préparés !!! ( ne savez-vous pas que c’est épouvantable pour la santé et qu’il faut juste espérer que cette “mode” n’arrive jamais chez nous?).

 

C’est marrant, absolument tout ce que vous dites du Québec, je le disais des Auchan et autres Carrefour en France. La seule différence que je trouve avec la France, c’est qu’on ne trouve pas tout au même endroit. Il faut magasiner à différents endroits pour trouver les bons produits. Et surtout, il faut faire comme autrefois : cui-si-ner.

Mais c’est sûr que si vous n’avez pas amené maman dans vos bagages, ça va pas être simple.

 

Pour les restos, je suis juste étonnée que, depuis 5 ans que vous êtes ici, on ne vous ait pas donné les bonnes adresses des bons restos. Vous n’avez pas de vrais amis? 🙂

 

Je ne suis peut-etre pas certes original mais je découvre tout juste le forum et n’en ai pas découvert toutes les ramifications. J’ai lu le post de Munetta. Mais disons qu’il n’évoque pas les points critiques que j’aborde entre autre la tracabilité et la qualité des produits, meme si je partage completement ses ”frustrations culinaires”.

 

Il faudra me dire dans quel carrefour et auchan Français vous avez vu des viandes et poissons non traçés! Je dis pas que la viande et les poissons sont degueu au gout! Loin de là. Je dis juste qu’au Québec, on en sait pas vraiment énormement sur leur provenance ni leur composition (pour les steak haché notamment).

 

Et pour les restos, j’ai justement dit qu’il y en avait de très bon à Montréal (il faut bien lire là, meme si j’avoue que mon post était long), Je parle vraiment de la grande consommation. Et oui les plats préparés font partie (que vous le vouliez ou non) de la richesse gastronomique offerte par les grandes enseignes. Plat préparé n’est pas forcement synonyme de ”merde” pour moi.

 

Mais je vous l’accorde, rien ne vaut la bonne cuisine à maman.

———

De Stratocaster

Je dis aussi qu’une fois au Québec, faut pas aussi avoir toujours cette obssession de garder coûte que coûte son régime alimentaire du pays d’origine, pour ma part je compte vraiment faire des efforts pour apprendre à cuisiner et surtout québecois, chose que je te conseille aussi, cela s’avèrera plus bénéfique pour ton organisme et pour ton portefeuille aussi.

 

Ouais je suis en partie d’accord avec toi, il faut s’impregner et s’adapter, mais je préfère les plats francais (on ne se refait pas). J’adore le Québec, mais vraiment pas pour ses attraits culinaires (à part la poutine que j’adore).  Après, il faut reconnaitre qu’à Montréal ce qui est génial c’est la diversité niveaux épiceries typiques. Je pense notamment au Milano du quartier Italien une épicerie italienne qui a de bonnes choses. Une des meilleures dans le genre selon moi, mais encore une fois …très cher. Trop cher. Je me mets à la place des revenus modestes… bien manger au Québec pour pas trop cher, c’est dur. La moindre denrée de base pour cuisiner comme le lait ou même le beurre, est je trouve bien trop chère.

———

De Stratocaster

ça fait pas partie de la culture du pays…Tu peux pas y faire grand chose à part trouver des producteurs locaux capables de te fournir des produits tracés et de qualité.

En France on reproche assez aux immigrés de ne pas faire assez d’efforts pour s’intégrer pour faire la meme chose dans un pays qui n’est pas le notre.

 LE pire c’est que je m’estime très bien integré à la societé Québecoise j’aime la belle province quand meme mais c’est juste que le choc culinaire est là meme après 5 ans et j’ai l’impression qu’il ne me quittera jamais vraiment ici.

———

De Muriel89

Nous, on achète un 1/2 porc et 1/2 bœuf directement aux producteurs. On peut voir la différence de qualité à la couleur et à la texture. Rien à voir avec les barquettes vendues dans les supermarchés. Et au bout du compte, cela nous revient bien moins cher. De plus, cela nous permet de voir l’environnement dans lequel ils sont élevés de même que l’alimentation que les bestiaux reçoivent.

 

Pour les fruits et légumes, vrai que c’est pas super.

 

Les plats cuisinés au Québec ne sont pas meilleurs que les plats cuisinés français. Je parle de ceux qui sont vendus en grande surface et qui sont pour la majorité des mixtures industrielles composées de restes, de rebus, de composants chimiques et autres conservateurs. Comme dit Cherrybee, rien ne vaut la cuisine familiale.

 

J’aime faire mes courses chez Costco à Québec. Cela me fait faire 500 km A/R mais j’y trouve des produits de qualité et variés. Même de la moutarde de Dijon ! Et puis, ça me balade :biggrin2:

———

De Cherrybee

 

 

Bonjour, je suis un jeune expatrié Français de 26 ans résidant à Montréal depuis bientôt cinq ans. J’interviens pour la première fois sur ce forum car je voulais parler d’un sujet pas forcement tabou mais qui peut fâcher tout bon Français qui débarque ici, à savoir: la nourriture au Québec. Avant toute chose je tiens à dire que j’aime le Québec et je m’y sens très bien (pour l’instant) et que les propos que je vais tenir ne sont absolument pas ”anti-québec”, mais je cherche simplement à faire un constat objectif après 5 ans de vie ici.

 

Je pense notamment ici aux plats préparés.

Les fruits et légumes : un catastrophe.
 En tout cas pour le bon vivant que je suis, je ne trouve pas mon compte au Québec niveau alimentation et je ne pense pas être le seul. Je pense que Jean-Pierre Coffe ferait une syncope ici.

J’espère ouvrir la brèche d’un dialogue avec des personnes en accord ou non avec moi! C’est un constat très personnel! =)

 

Vous savez, vous n’êtes pas très original. Vous ne faites que répéter le billet que Munetta a posté il y a quelques jours à peine:  http://www.immigrer.com/blog/munetta/5227-parlons-bouffe-dans-la-ville-de-quebec

 

Je vous plains énormément. Si vous en êtes à parler de gastronomie au sujet de plats préparés !!! ( ne savez-vous pas que c’est épouvantable pour la santé et qu’il faut juste espérer que cette “mode” n’arrive jamais chez nous?).

 

C’est marrant, absolument tout ce que vous dites du Québec, je le disais des Auchan et autres Carrefour en France. La seule différence que je trouve avec la France, c’est qu’on ne trouve pas tout au même endroit. Il faut magasiner à différents endroits pour trouver les bons produits. Et surtout, il faut faire comme autrefois : cui-si-ner.

Mais c’est sûr que si vous n’avez pas amené maman dans vos bagages, ça va pas être simple.

 

Pour les restos, je suis juste étonnée que, depuis 5 ans que vous êtes ici, on ne vous ait pas donné les bonnes adresses des bons restos. Vous n’avez pas de vrais amis? 🙂

 

Je ne suis peut-etre pas certes original mais je découvre tout juste le forum et n’en ai pas découvert toutes les ramifications. J’ai lu le post de Munetta. Mais disons qu’il n’évoque pas les points critiques que j’aborde entre autre la tracabilité et la qualité des produits, meme si je partage completement ses ”frustrations culinaires”.

 

Il faudra me dire dans quel carrefour et auchan Français vous avez vu des viandes et poissons non traçés! Je dis pas que la viande et les poissons sont degueu au gout! Loin de là. Je dis juste qu’au Québec, on en sait pas vraiment énormement sur leur provenance ni leur composition (pour les steak haché notamment).

 

Et pour les restos, j’ai justement dit qu’il y en avait de très bon à Montréal (il faut bien lire là, meme si j’avoue que mon post était long), Je parle vraiment de la grande consommation. Et oui les plats préparés font partie (que vous le vouliez ou non) de la richesse gastronomique offerte par les grandes enseignes. Plat préparé n’est pas forcement synonyme de ”merde” pour moi.

 

Mais je vous l’accorde, rien ne vaut la bonne cuisine à maman.

 

 

En fait, je ciblais chez Carrefour et Auchan, surtout les fruits et légumes. Je n’ai jamais mangé d’aussi bons melons qu’ici (jaunes, verts, etc.) des mangues, ananas, cerises (en France, celles de ma région étaient souvent cueillies pas mûres et aigres). Ok ce sont des fruits d’importation mais pourquoi ne pas profiter de ce que nous offrent nos voisins du sud?

Pour les légumes, je vais aux marchés des jardiniers de mai à fin octobre (je n’habite pas l’ile de Montréal)

Et pour parler du choix, c’est vrai que j’ai été stupéfaite de ne pas trouver des rangées de dizaines de paquets de lessives ou autres nettoyants. Mon chum m’a fait remarquer qu’il vaut mieux 2/3 produits qui font bien la job, qu’une multitude de choix qui ne servent qu’à nous faire perdre du temps. Je dirais qu’outre la cuisine familiale et le retour aux traditions qui est essentiel, c’est effectivement une autre culture qu’il faut adopter.
Je me souviens que ce que je vis actuellement, c’était la vie que j’avais quand j’étais petite en France. Et honnêtement, ce n’est pas pour me déplaire. Auchan ne me manque pas. Bien au contraire 🙂

———

De AncienQuebecois

 

ça fait pas partie de la culture du pays…Tu peux pas y faire grand chose à part trouver des producteurs locaux capables de te fournir des produits tracés et de qualité.

En France on reproche assez aux immigrés de ne pas faire assez d’efforts pour s’intégrer pour faire la meme chose dans un pays qui n’est pas le notre.

 LE pire c’est que je m’estime très bien integré à la societé Québecoise j’aime la belle province quand meme mais c’est juste que le choc culinaire est là meme après 5 ans et j’ai l’impression qu’il ne me quittera jamais vraiment ici.

 

 Je ne dis pas le contraire(si la cuisine Française est reconnue c’est aussi grace à son histoire, ses produits et son terroir diversifié)

———

De marionnette1979

Pour les oignons je voulais juste signaler qu’il en existe des gros et des petits, une foule de variété, je ne vois donc pas ce que ça a d’inquiétant !

 

Moi je vois pas de différence pour avoir vécu au Québec, en France et au Luxembourg… de toute façon je fuis les supermarchés pour les fruits et légumes donc très clairement je déteste mon Auchan et mon marché Jean-Talon me manque !

 

Pour la viande quand on voit qu’apparemment de la viande de boeuf tuberculeux a été vendu dans des cantines d’écoles en France, je dirai un gros HUM aussi sur la traçabilité et tout le tintouin… je ne vous parle même pas de la viande de boeuf qui est en fait du cheval, ou du porc qui se retrouve dans des merguez hallal 😉

 

Perso ça me dérange pas d’acheter une tomate par parfaite ou une courgette qui arrive en fin de vie, je préfère ça à l’énorme gaspillage planétaire et aux standards de beautés des fruits et légumes qui doivent être bien ronds, bien lisses… pour ça que je préfère les marchés aux supermarchés !

 

Bref je fais partie de ces gens qui préfère manger moins mais mieux quitte à y mettre le prix donc à partir de là, France ou Québec, je ne vois pas de grosse différence 😉

———

De july s.

Moi qui trouve que le québec c’est un milieu de la nourriture française et américaine. 

De retour en France ya bien des articles qui me manque j’ai hate d’y retourner pour pouvoir recuisiner plus de plats 

———

De irlish

Bonjour, je ne connais rien sur la qualité des produits en France

 

mais comparé au Mexique je trouve et tous les mexicains que je connais trouvent aussi que la bouffe ici sent pas ce que ca doit ou d’au moins pas la même chose

 

l’odeur est 1% comparé à comment ca sent une fraise, une tomate, un poulet et autres.

 

Pour les crevettes et poissons ca goute aussi à 1% de la vraie saveur d’une bonne crevette du pacifique de la ou je viens.

 

NON c’est pas la même chose, on est pas dans le même pays, perso je retourne au Mexique juste pour manger à mon gout. Ca change beaucoup mon quotidien de devoir manger de quoi de fade qui goute pas ce que j’aime on mange tout même 3 fois par jour!

 

j’aime vivre ici mais pour la bouffe… je changerais certain de place si je pouvais.

———

De caroline77

Stratocaster :

C’est toujours aussi “étonnant” de partir vivre en Amérique alors qu’on ne supporte pas la cuisine américaine… tu le savais, avant de partir, que tu partais en Amérique, non ?

 

Franchement, ceux qui ne réussissent pas à faire avec la nourriture ici, sont ceux qui se débrouillent comme des manches. En se renseignant à droite à gauche, on finit par connaître quelques bons “spots” pour acheter moins cher ou de meilleure qualité. Par exemple, en ce qui concerne les fruits et légumes, ceux qu’on trouve au supermarché (sauf Costco il parait) sont atroces. Donc je n’achète tout simplement JAMAIS mes légumes et encore moins mes fruits au supermarché.

 

Ce que tu dis sur la qualité des fruits & légumes ici est un mensonge. Les fraises qu’on trouve ici (“fraises du Québec”) sont 100 fois plus qualitatives que celles qu’on trouve en France (même celles cultivées en France n’ont aucun goût). Les cerises sont très bonnes. Là c’est la saison des mangues, elles sont excellentes. Les tomates sont très bonnes. Etc. Du moins comparé à la France, car je veux bien croire que dans les pays du sud style Mexique, la qualité est bien meilleure.

 

Pour la traçabilité de la viande, oui c’est sûr… assez d’accord avec toi, moi aussi j’aimais bien ce principe de traçabilité. Cela dit il reste l’option de la viande bio, mais je ne sais pas si cela répond à des normes législatives comme en France. Cela dit, la viande est bonne ici.

 

Pour l’alcool, oui c’est sûr, et c’est un gros problème pour moi. Heureusement que je n’en bois pas et que j’en achète, à la base, que pour cuisiner.

 

En résumé, tu fais tes recettes toi-même et tu manges très bien (même principe qu’en France !). Je suis quelqu’un de TRES gourmande et c’est vrai que j’étais inquiète de ne rien trouver, en en lisant certains sur le forum. Mais non, on trouve presque tout (à Montréal), et on s’accommode du reste (j’ai ainsi remplacé les lardons par de la pancetta, pas le même goût ni surtout le même prix, mais c’est très bon !).

 

Par contre, et on ne le répétera jamais assez, se nourrir coûte cher ici. Sauf la viande au prix à peu près identique et de qualité meilleure.

———

De William777

 

Je dis aussi qu’une fois au Québec, faut pas aussi avoir toujours cette obssession de garder coûte que coûte son régime alimentaire du pays d’origine, pour ma part je compte vraiment faire des efforts pour apprendre à cuisiner et surtout québecois, chose que je te conseille aussi, cela s’avèrera plus bénéfique pour ton organisme et pour ton portefeuille aussi.

 

Ouais je suis en partie d’accord avec toi, il faut s’impregner et s’adapter, mais je préfère les plats francais (on ne se refait pas). J’adore le Québec, mais vraiment pas pour ses attraits culinaires (à part la poutine que j’adore).  Après, il faut reconnaitre qu’à Montréal ce qui est génial c’est la diversité niveaux épiceries typiques. Je pense notamment au Milano du quartier Italien une épicerie italienne qui a de bonnes choses. Une des meilleures dans le genre selon moi, mais encore une fois …très cher. Trop cher. Je me mets à la place des revenus modestes… bien manger au Québec pour pas trop cher, c’est dur. La moindre denrée de base pour cuisiner comme le lait ou même le beurre, est je trouve bien trop chère.

 

bien manger en cusinant au beurre … déjà là y à un problème :p

———

De William777

Stratocaster :

C’est toujours aussi “étonnant” de partir vivre en Amérique alors qu’on ne supporte pas la cuisine américaine… tu le savais, avant de partir, que tu partais en Amérique, non ?

 

Franchement, ceux qui ne réussissent pas à faire avec la nourriture ici, sont ceux qui se débrouillent comme des manches. En se renseignant à droite à gauche, on finit par connaître quelques bons “spots” pour acheter moins cher ou de meilleure qualité. Par exemple, en ce qui concerne les fruits et légumes, ceux qu’on trouve au supermarché (sauf Costco il parait) sont atroces. Donc je n’achète tout simplement JAMAIS mes légumes et encore moins mes fruits au supermarché.

 

Ce que tu dis sur la qualité des fruits & légumes ici est un mensonge. Les fraises qu’on trouve ici (“fraises du Québec”) sont 100 fois plus qualitatives que celles qu’on trouve en France (même celles cultivées en France n’ont aucun goût). Les cerises sont très bonnes. Là c’est la saison des mangues, elles sont excellentes. Les tomates sont très bonnes. Etc. Du moins comparé à la France, car je veux bien croire que dans les pays du sud style Mexique, la qualité est bien meilleure.

 

Pour la traçabilité de la viande, oui c’est sûr… assez d’accord avec toi, moi aussi j’aimais bien ce principe de traçabilité. Cela dit il reste l’option de la viande bio, mais je ne sais pas si cela répond à des normes législatives comme en France. Cela dit, la viande est bonne ici.

 

Pour l’alcool, oui c’est sûr, et c’est un gros problème pour moi. Heureusement que je n’en bois pas et que j’en achète, à la base, que pour cuisiner.

 

En résumé, tu fais tes recettes toi-même et tu manges très bien (même principe qu’en France !). Je suis quelqu’un de TRES gourmande et c’est vrai que j’étais inquiète de ne rien trouver, en en lisant certains sur le forum. Mais non, on trouve presque tout (à Montréal), et on s’accommode du reste (j’ai ainsi remplacé les lardons par de la pancetta, pas le même goût ni surtout le même prix, mais c’est très bon !).

 

Par contre, et on ne le répétera jamais assez, se nourrir coûte cher ici. Sauf la viande au prix à peu près identique et de qualité meilleure.

 

je suis entièrement d’accord avec vous …

 

si l’on trouve que les fruits et légumes au supermarché ne sont pas à notre goût alors il faut se bouger un peu et magasiner …. aller au marché Jean-Talon, marché Atwater, marché Maisonneuve, petits marchés locaux comme marché Saint-Jacques … bref

 

pour le formage ou le vin … il y a des fromagers incroyables à Montréal … les Hamel, Qui Lait Cru, etc …

les ptites épiceries du coin comme Milano … tellement cool … Adonis … libanais pour certaines choses … pas pour tout

 

la SAQ offre des sélections de vin superbes … quand on y met le prix … j’ai découvert des vins du monde entier et je ne me limite plus nécessairement aux ptis bordeaux ou bourgogne réserves Nicolas …

alors oui c’est cher … le Québec, le Canada, on ne le dira jamais assez …. c’est cher ! 

Mais la SAQ a un pouvoir d’importation immense … c’est la société d’alcool du Québec est parmi les sociétés de négociation et d’importation de vins les plus puisantes du monde … et comme c’est parapublic, les marges dégagées sont reversées sous forme de dividendes à l’État … si vous n’aviez pas ces marges là il faudrait taxer encore plus les particuliers … l’alcool coute cher a cause des marges certes … mais c’est un produit de luxe et non essentiel à la vie … ca ne me derange pas que ce soit ultra taxé

 

la tracabilité en France … ah ben oui effectivement ca a bien fonctionné dernièrement :s

mais ici quand on achète au marché on sait exactement d’où vient la viande … le veau et l’agneau de Charlevoix, les canards du Lac Brome, les poissons de gaspésie, îles de la Madeleine ou NB …

 

faut juste sortir un peu et ne pas se contenter de marcher 2 blocs pour aller au Maxi du coin … acheter des plats préparés (au passage qui achete ca ?? c’est bourré de sel, ce sont des restes de carcasses animales…) et se plaindre des mangues pourries quand on est au mois de janvier … faut savoir explorer, vivre selon les saisons et ne pas trépigner du pied quand un 15 février on trouve pas de cerises

———

De marionnette1979

Oui parce qu’acheter des crevettes du Mexique… c’est sûr qu’elles ont fait un long voyage aussi, on ne va pas leur demander d’être fraîches comme si elle sortant de la mer !

 

C’est transposable partout… quand j’achète mon poisson ici (enfin ici… en Lorraine parce que c’est trop cher au Lux !) ça n’a rien à voir avec le poisson du marché de chez ma maman qui est à 15 mn de la côte atlantique ! Loin de la mer = poisson congelé qui perd souvent de son goût c’est partout pareil 😉

 

C’est clair qu’on n’a pas le droit de se plaindre quand on est français et qu’on habite Montréal… le choix est immensément vaste faut juste magasiner ! Je vous conseille d’ailleurs la ferme Guyon à Chambly dans le genre ! Un bijou !

———

De irlish

moi je trouve que la nourriture ici goute pas bon comparé à celle du Mexique

 

ca fait 13 ans que je suis la et je suis allée partout au Québec et cherché dans tous les marchés ce sera jamais pareil c’est pas grave on fais avec!

NE me sortez surtout pas la vielle réplique de si tu te plais pas ici pourquoi tu retournes pas vivre la, j’ai le droit d’aimer ici et pas aimer le gout de la bouffe 🙂

———

De Automne

Pareil, une salade qui tiens 3 mois sans pourrir, moi ça me rassure pas.

 

heu,j’ai jamais eu une salade qui tenait 3 mois :wacko2:

 

encore un qui trouve tout dégueulasse , nul :rolleyes2:  tout est tellement plus mieux en France :rolleyes2:

———

De dentan

On est réellement mal ficu au Canada. La nourriture goûte rien, les légumes frais n’existent pas même en été, les fruits de mer n’ont pas de goût et les poissons non plus! 

 

Je me demande quand quelqu’un va dire que le sirop d’érable est meilleur dans son pays d’origine.

 

Oui il est vrai que certains produits sont meilleurs dans leur pays d’origine exemple un avocat. Mais je pense également que ceux qui se plaignent et disent que rien n’a de goût, sont en fait non adaptés et surtout ne savent pas cuisiner. Ces personnes pensent retrouver la même nourriture de leur pays au Canada. Elles n’ont pas voulu essayer objectivement les produits d’ici car selon eux ils n’ont pas de goût.

 

Donc on est plusieurs millions de personnes qui mangent de la nourriture insipide! On devrait tous déménager (immigrer) en France ou au Mexique ou ailleurs mais surtout quitter ce pays aux produits insipides!

———

De Azarielle

On est réellement mal ficu au Canada. La nourriture goûte rien, les légumes frais n’existent pas même en été, les fruits de mer n’ont pas de goût et les poissons non plus! 

 

 

 

ça doit être pour ça que l’espérance de vie n’est pas terrible!

———

De William777

. C’est honteux. Quand j’entend ici et là dans les médias locaux que Montréal se veut une capitale gastronomique en Amérique du Nord, je ris dans ma barbe… soyons serieux 5 minutes. La gastronomie ne se mesure pas juste à la qualité des restos sur place c’est un état de fait ancré, un patrimoine. J’adore la poutine hein vraiment je suis fan…mais ce n’est pas de la gastronomie.

 

 

si pour vous la gastronomie québécoise se limite à la poutine c’est bien dommage

Il est tout à fait possible d’acheter d’excellents produits frais et de cuisiner

par ailleurs, peut etre que pour vous la gastronomie ne se mesure pas à la qulaité des restos … mais pourtant c’est bien le cas … et Montréal regorge de restos excellents … on s’en fait 2 à 3 par semaine … si vous voulez une liste il me fera un plaisir de vous la faire 😉

———

De Muriel89

 

. C’est honteux. Quand j’entend ici et là dans les médias locaux que Montréal se veut une capitale gastronomique en Amérique du Nord, je ris dans ma barbe… soyons serieux 5 minutes. La gastronomie ne se mesure pas juste à la qualité des restos sur place c’est un état de fait ancré, un patrimoine. J’adore la poutine hein vraiment je suis fan…mais ce n’est pas de la gastronomie.

 

 

si pour vous la gastronomie québécoise se limite à la poutine c’est bien dommage

Il est tout à fait possible d’acheter d’excellents produits frais et de cuisiner

par ailleurs, peut etre que pour vous la gastronomie ne se mesure pas à la qulaité des restos … mais pourtant c’est bien le cas … et Montréal regorge de restos excellents … on s’en fait 2 à 3 par semaine … si vous voulez une liste il me fera un plaisir de vous la faire 😉

 

Bien c’est bien ce qu’il dit, concernant la poutine ! Il dit qu’il adore ça mais que ce n’est pas de la gastronomie. Et tant mieux pour vous si vous avez les moyens de vous  offrir des restos 2 à 3 fois par semaine.

———

De yow_lys

barf.;.. honnêtement moi je suis pas si attristé que cela par la bouffe…

 

C’est sûr qu’il y a des choses sur lesquelles on est moins bien loti ici… mais y a moyen d’avoir une très bonne alimentation. Alors j’imagine qu’un libanais va forcéement trouver qu’ici les tomates et aubergines sont un peu fadasses… cela se comprend… mais c’est pas la bérézina. Je trouve même que cela nous pousse à retrouver le charme de manger en fonction des saisons. Car si il est certains qu’une salade de tomates au moi de mai sera vraiment fade, au mois d’aout elle sera parfaitement bonne.

 

Je ne peux pas parler des plats préparé… jamais aimé cela y compris en France. Donc ici comme en France il faut cuisiner pour avoir du plaisir dans l’assiette. Jessaye de temps à autre des trucs plus américain ou québécois histoire d’agrandir mon répertoire de cusiinier 🙂 Niveau viande, si on fait un peu l’effort on trouve vraiment de la bonne barbaque… mais c’est vrai que la tracabilité fait défaut… mais nous sommes habitués différement.

 

Enfin bref, faut pas non plus dramatiser et avec un peu de créativité derrière les fourneaux on s’en tire très bien 🙂

 

Pour moi le vrai point d’achoppe c’est le prix des fromages qui est vraiment surnaturel. Dommage car vu le choix en local ou importé y aurai moyen de bien se faire plaisir!

———

De William777

 

 

. C’est honteux. Quand j’entend ici et là dans les médias locaux que Montréal se veut une capitale gastronomique en Amérique du Nord, je ris dans ma barbe… soyons serieux 5 minutes. La gastronomie ne se mesure pas juste à la qualité des restos sur place c’est un état de fait ancré, un patrimoine. J’adore la poutine hein vraiment je suis fan…mais ce n’est pas de la gastronomie.

 

 

si pour vous la gastronomie québécoise se limite à la poutine c’est bien dommage

Il est tout à fait possible d’acheter d’excellents produits frais et de cuisiner

par ailleurs, peut etre que pour vous la gastronomie ne se mesure pas à la qulaité des restos … mais pourtant c’est bien le cas … et Montréal regorge de restos excellents … on s’en fait 2 à 3 par semaine … si vous voulez une liste il me fera un plaisir de vous la faire 😉

 

Bien c’est bien ce qu’il dit, concernant la poutine ! Il dit qu’il adore ça mais que ce n’est pas de la gastronomie. Et tant mieux pour vous si vous avez les moyens de vous  offrir des restos 2 à 3 fois par semaine.

 

j aurai du dire “la cuisine quebecoise se limite à la poutine”

je maintiens mon commentaire …

il n y a quand meme pas que la poutine au Québec …

son intervention était désobligeante

———

De Automne

 

 

. C’est honteux. Quand j’entend ici et là dans les médias locaux que Montréal se veut une capitale gastronomique en Amérique du Nord, je ris dans ma barbe… soyons serieux 5 minutes. La gastronomie ne se mesure pas juste à la qualité des restos sur place c’est un état de fait ancré, un patrimoine. J’adore la poutine hein vraiment je suis fan…mais ce n’est pas de la gastronomie.

 

 

si pour vous la gastronomie québécoise se limite à la poutine c’est bien dommage

Il est tout à fait possible d’acheter d’excellents produits frais et de cuisiner

par ailleurs, peut etre que pour vous la gastronomie ne se mesure pas à la qulaité des restos … mais pourtant c’est bien le cas … et Montréal regorge de restos excellents … on s’en fait 2 à 3 par semaine … si vous voulez une liste il me fera un plaisir de vous la faire 😉

 

Bien c’est bien ce qu’il dit, concernant la poutine ! Il dit qu’il adore ça mais que ce n’est pas de la gastronomie. Et tant mieux pour vous si vous avez les moyens de vous  offrir des restos 2 à 3 fois par semaine.

 

oui c’est sûr que côté gastronomie en France c’est mieux dans les restaurants. 80% servent de la nourriture congelé, du sous-vide..

———

De caroline77

On rappelle que l’histoire du cheval à la place du boeuf, c’était justement dans des plats tout prêt. La viande 100 % viande est tracée en France, donc inutile pour les spécialistes des faits divers (on voit le niveau) de sortir une énième fois cette histoire, vu que ce n’était pas le propos de l’auteur.

 

 

En France, cela fait belle lurette (depuis la crise de la vache folle) qu’il y a une traçabilité obligatoire sur tous les produits animaliers, poissons y compris.

———

De Muriel89

 

 

 

. C’est honteux. Quand j’entend ici et là dans les médias locaux que Montréal se veut une capitale gastronomique en Amérique du Nord, je ris dans ma barbe… soyons serieux 5 minutes. La gastronomie ne se mesure pas juste à la qualité des restos sur place c’est un état de fait ancré, un patrimoine. J’adore la poutine hein vraiment je suis fan…mais ce n’est pas de la gastronomie.

 

 

si pour vous la gastronomie québécoise se limite à la poutine c’est bien dommage

Il est tout à fait possible d’acheter d’excellents produits frais et de cuisiner

par ailleurs, peut etre que pour vous la gastronomie ne se mesure pas à la qulaité des restos … mais pourtant c’est bien le cas … et Montréal regorge de restos excellents … on s’en fait 2 à 3 par semaine … si vous voulez une liste il me fera un plaisir de vous la faire 😉

 

Bien c’est bien ce qu’il dit, concernant la poutine ! Il dit qu’il adore ça mais que ce n’est pas de la gastronomie. Et tant mieux pour vous si vous avez les moyens de vous  offrir des restos 2 à 3 fois par semaine.

 

j aurai du dire “la cuisine quebecoise se limite à la poutine”

je maintiens mon commentaire …

il n y a quand meme pas que la poutine au Québecvéri …

son intervention était désobligeante

 

Ah non, il n’y a pas que la poutine. La poutine n’est rien comparativement aux tourtières à la viande, au poulet et aux légumes. Jamais mangé de tourtières aussi délicieuses. Les mijotés de bœuf, porc, poulets, cuits délicatement pendant des heures sont un régal. Le pâté chinois, quand il est bien cuisiné  est un délice. Il faut dire que belle-maman m’a bien initié !  Les fondues chinoises que je connaissais pas sont un plaisir entre amis et familles autour de la table. Avec toutes sortes de crudités et fines tranches de bœuf, accompagnés de sauces sucrées ou salées.  

 

Moi, j’aime la cuisine québécoise. Je suis bonne cuisinière et la gastronomie pour moi est vitale.

 

Sûr que je ne trouve pas au Québec tous les ingrédients dont j’ai besoin pour faire mijoter mes plats. Mais au niveau culinaire, j’ai su m’adapter. Je remplace le vin blanc ou rouge par des bouillons et des sauces brunes que j’ai appris à faire. Je balbutie et j’innove. J’invente et j’improvise et finalement, je m’en sors pas trop mal. Enfin, ce n’est pas moi qui le dit : paroles de québécois.

———

De marionnette1979

 

Pareil, une salade qui tiens 3 mois sans pourrir, moi ça me rassure pas.

 

heu,j’ai jamais eu une salade qui tenait 3 mois :wacko2:

 

Moi non plus  :Crylol:

 

. C’est honteux. Quand j’entend ici et là dans les médias locaux que Montréal se veut une capitale gastronomique en Amérique du Nord, je ris dans ma barbe… soyons serieux 5 minutes. La gastronomie ne se mesure pas juste à la qualité des restos sur place c’est un état de fait ancré, un patrimoine. J’adore la poutine hein vraiment je suis fan…mais ce n’est pas de la gastronomie.

 

 

si pour vous la gastronomie québécoise se limite à la poutine c’est bien dommage

Il est tout à fait possible d’acheter d’excellents produits frais et de cuisiner

par ailleurs, peut etre que pour vous la gastronomie ne se mesure pas à la qulaité des restos … mais pourtant c’est bien le cas … et Montréal regorge de restos excellents … on s’en fait 2 à 3 par semaine … si vous voulez une liste il me fera un plaisir de vous la faire 😉

 

C’est clair que moi aussi j’en ai une longue liste de restos qui me manquent de trop 😛

———

De Demdem95

Disons que si on veut manger correctement au Québec et surtout, comme vous le dites tous,  il faut cuisiner tout soi-même. Mais il faut aussi dire que ça coûte très cher. Je cuisine énormément moi-même, mais ça me coute 30$ pour pas grand chose et un simple plat. Alors oui, on peut trouver beaucoup de bonnes choses mais il faut sans cesse fouiner partout. Et ça, personnellement, c’est pas ce que je préfère. Je trouvais ça plus pratique lorsque j’habitais en France et surtout moins cher. On peut avoir la même qualité ici mais ça va juste demander plus d’efforts et de temps. Bien évidemment, ça n’enlève rien au charme du pays et il y a bien d’autres aspects qui sont préférables ici à nul part ailleurs.

 

En ce qui concerne les fruits, il est certain qu’ils sont bien mieux (notamment exotiques) au Canada ou aux USA qu’en France mais pour certains aliments ce n’est plus le cas.

———

De Stratocaster

On est réellement mal ficu au Canada. La nourriture goûte rien, les légumes frais n’existent pas même en été, les fruits de mer n’ont pas de goût et les poissons non plus! 

 

Je me demande quand quelqu’un va dire que le sirop d’érable est meilleur dans son pays d’origine.

 

Oui il est vrai que certains produits sont meilleurs dans leur pays d’origine exemple un avocat. Mais je pense également que ceux qui se plaignent et disent que rien n’a de goût, sont en fait non adaptés et surtout ne savent pas cuisiner. Ces personnes pensent retrouver la même nourriture de leur pays au Canada. Elles n’ont pas voulu essayer objectivement les produits d’ici car selon eux ils n’ont pas de goût.

 

Donc on est plusieurs millions de personnes qui mangent de la nourriture insipide! On devrait tous déménager (immigrer) en France ou au Mexique ou ailleurs mais surtout quitter ce pays aux produits insipides!

 

Franchement il ne faut pas le prendre personnel comme ça. J’adore le Québec! Je ne critique absolument pas la Belle province. Je voulais juste faire un constat sur les épiceries et la grande distrib. Mais ce n’est pas parce que je pense que la bouffe est meilleure en France que je suis un non-adapté. J’ai une très belle situation au Québec mais il faut que reconnaître que bien bouffer ici coûte cher même pour quelqu’un qui gagne très bien sa vie. Cuisiner coûte cher même quand on connait les ”bonnes adresses” pour acheter sa bouffe. Donc je n’ose pas imaginer les foyers pauvres comment ils se débrouillent. Mais tout n’est pas insipide au Québec bien-sûr que non sinon je ne serais pas la depuis 5 ans.

———

De Automne

Disons que si on veut manger correctement au Québec et surtout, comme vous le dites tous,  il faut cuisiner tout soi-même. Mais il faut aussi dire que ça coûte très cher. Je cuisine énormément moi-même, mais ça me coute 30$ pour pas grand chose et un simple plat. Alors oui, on peut trouver beaucoup de bonnes choses mais il faut sans cesse fouiner partout. Et ça, personnellement, c’est pas ce que je préfère. Je trouvais ça plus pratique lorsque j’habitais en France et surtout moins cher. On peut avoir la même qualité ici mais ça va juste demander plus d’efforts et de temps. Bien évidemment, ça n’enlève rien au charme du pays et il y a bien d’autres aspects qui sont préférables ici à nul part ailleurs.

 

En ce qui concerne les fruits, il est certain qu’ils sont bien mieux (notamment exotiques) au Canada ou aux USA qu’en France mais pour certains aliments ce n’est plus le cas.

30$ pour un plat?  je sais pas, mais moi j’arrive à faire de très bon plats, pas compliqué et ça me coûte bien moins cher… 100$ d’épicerie par semaine et je nourris 2 adultes et 1 enfant.  cette semaine notre menu : saumon sur BBQ accompagné de patates et une sauce au concombre ( miam!), coquilles sauce tomate avec steak haché( ma fille adore ça),  risotto de poulet , filets de sole.  comme il en reste toujours plus, ça fait notre diner le lendemain.

———

De irlish

Je dois dire que si j’achète du organique ou bio ca goute déjà mieux…

 

MAis jamais pareil jamais au grand jamais

dommage

 

je suis très bonne cuisinière selon toutes les personnes ayant gouté à mes plats mais je ne peux pas faire pareil qu’au Mexique les tortillas ne lèvent même pas. même recette, mêmes ingrédients, ca gonfle pas et ca un gout papier blanc d’imprimante!

 

Pour les recettes maghrébines, québécoises, françaises et autre je trouve c’est pas pire comme gout. MAis pour imiter le gout des repas mexicains Impossible.

———

De marionnette1979

Ouh la oui 30$ par plat ??? Mais ça te revient à combien d’épicerie par semaine là ????  :blink2:

———

De oscarkapac

Les viandes et produits laitiers au Canada.

 

Les produits animaux consommés chaque jour exposent à une variété de perturbateurs endocriniens. Qu’ils proviennent de l’environnement de l’animal, de ses conditions d’élevage ou du traitement qu’on fait subir aux viandes et aux produits laitiers, mieux vaut être bien renseigné pour les éviter.

Les polluants persistants 
Les dioxines, qui se fixent dans le gras, semblent être la source majeure de contamination environnementale des viandes et des produits animaux. Elles se retrouvent dans les sols servant à l’élevage des bovins, des porcs et des volailles, ainsi que dans les végétaux que ces derniers mangent comme le maïs, le foin, les betteraves et autres.

Les dioxines se déplacent avec l’air et se déposent sur le sol, dans l’eau et sur les végétaux. Les efforts de décontamination des sols, notamment au Canada, semblent porter fruits : 60 % des dioxines et des furannes, un autre composé chimique nocif, sont disparus de l’environnement depuis 1990.

Les hormones de croissance 
Dans les années 1980, l’Union européenne a interdit l’importation de bœuf en provenance du Canada et des États-Unis, en raison des hormones de croissance qu’ils contenaient et des dangers potentiels pour la santé humaine. Il s’ensuivit une guerre commerciale qui dure encore.

En 2009, au Canada, certaines hormones de croissance, produites naturellement ou de manière synthétique, sont autorisées pour l’élevage bovin. Les veaux de lait ou de grain font exception, mais des tests de l’Agence canadienne d’inspection des aliments menés en 2004-2005 ont tout de même révélé chez eux la présence de ces hormones. Ces pratiques inquiètent de plus en plus les scientifiques et les dangers potentiels sont très mal connus.

Les risques de cancer 
Les viandes rouges (bœuf, porc, agneau et chèvre) sont aussi associées à l’incidence de cancers et de problèmes d’obésité, surtout lorsqu’ils sont consommés en grande quantité. Il en va de même pour les viandes séchées, fumées ou salées comme le jambon, le bacon, le salami et les saucisses. Les procédés utilisés pour les obtenir peuvent libérer des substances cancérigènes.

Des études ont montré que chez les gros mangeurs de viande rouge, les risques de cancer colorectal doublent. Elles peuvent aussi entraîner une hausse du taux de cholestérol, conduire à des maladies cardio-vasculaires et être à l’origine de la polyarthrite rhumatoïde.

Pour une liste des produits avec et sans OGM au Canada, rendez-vous sur le site de Greenpeace Canada :

 

http://guideogm.greenpeace.ca/browse.php

Une bombe dans les champs d’OGM

Par Lise Bergeron

Mise à jour : 04 décembre 2012
 | 

Mise en ligne : 20 septembre 2012

Les OGM sont des poisons et nous sommes tous des cobayes de l’industrie agrochimique. Voilà ce qui ressort d’une étude menée sur les rats pendant deux ans.

ogm_20120920_img_335x250.jpg

Photo: Shutterstock

Pour la première fois, les effets toxiques d’un OGM alimentaire majeur – le maïs NK603 – et du pesticide le plus utilisé dans le monde – le «Roundup» de Monsanto – ont été étudiés à long terme. Et les résultats sont alarmants. «Ceux-ci remettent en cause toutes nos politiques sanitaires et environnementales», avance l’auteur de l’étude Gilles-Éric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l’Université de Caen, en France, et président du conseil scientifique du Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN)

L’étude menée sur 200 rats nourris pendant deux ans avec du maïs OGM résistant au Roundup est parue dans la revue scientifique Food and Chemical Toxicology. Et elle donne des frissons: les rats exposés aux OGM sont morts plus rapidement et en plus grand nombre que ceux du groupe témoin, et ils ont développé davantage de tumeurs.

Les rats de l’étude ont été divisés en trois groupes: un premier qui recevait du maïs OGM (à 11, 22 et 33 %), un second qui recevait le même OGM accompagné de l’herbicide Roundup, et un troisième qui buvait de l’eau additionnée de Roundup en faible concentration (0,5 %). 

Les femelles sont principalement mortes de tumeurs mammaires et d’anomalies hypophysaires. Les mâles, quant à eux, sont morts de problèmes au foie et aux reins. Conclusion des chercheurs: le Roundup a des effets graves sur la santé à très faible dose. Problème majeur: on trouve des résidus de cet herbicide dans 80 % des OGM alimentaires, note le chercheur. 

Un scandale annoncé
L’étude de Séralini a fait l’effet d’une bombe partout sur la planète, et les critiques n’ont pas tardé: les rats choisis seraient naturellement enclins à développer des tumeurs mammaires, le groupe contrôle ne comptait pas suffisamment de cobayes et la méthode statistique utilisée n’est pas standard, rapporte la presse internationale. 

«Cette étude est pourtant plus rigoureuse que toutes les autres. Aucune n’est allée jusqu’à deux ans. De plus, elle a été publiée dans une revue scientifique où il y a un comité de lecture. Elle a donc été soumise à l’œil critique des pairs, comme il est normal de le faire pour toute étude sérieuse», croit Louise Vandelac, Ph.D., chercheuse au CRIIGEN, professeure titulaire au Département de sociologie et directrice de l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM. 

«Ce que cette étude révèle, en fait, c’est la situation aberrante qui entoure la question des OGM. Comment se fait-il qu’on ait disséminé des OGM dans la nature sans faire d’études indépendantes? C’est scandaleux. Les gouvernements nord-américains, pour des raisons économiques, ont cédé aux pressions de l’industrie agrochimique qui voulait récupérer sa mise le plus rapidement possible.

«Or, si un médicament démontrait des effets aussi néfast

Vos recherches:

  • nom de supermarche original mais qui n\existe plus
FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada