Mars D’abord, j’avais dit à… - Immigrer.com
mardi , 21 mai 2024
Accueil Blogs Mars D’abord, j’avais dit à…
Blogs

Mars D’abord, j’avais dit à…

0
0
(0)

Amitiés

D’abord, j’avais dit à Laurence que je déclarais forfait pour cette chronique car j’avais pas la pêche et écrire une chronique quand on n’a pas la pêche, c’est compliqué, et c’est justement dans ces moments-là qu’on n’a pas envie de se compliquer la vie. Surtout qu’on se dit que ça ne regarde personne. Mais voilà, j’assume pas de me défiler, ça m’embête. Alors, j’ai lu les chroniques des chums et elles sont si belles leur chronique, si pleines de vie, malgré les problèmes de leur propre vie quotidienne. Alors je me suis dit que je ne pouvais pas ne pas être courageuse après la leçon de courage de Jayjay! Surtout qu’avec toutes les arrivées et les sorties et visites, ce mois-ci a été intense et très immigrer.com.

Oui, c’est difficile, après un moment, de continuer à partager notre vie d’immigrant car tout se mélange. Mon quotidien je l’aime tellement, mais il est tellement hors norme qu’il m’est difficile de faire part de choses qui ne s’appliqueront pas suffisamment à vous pour être intéressantes. Je travaille chez moi, à mon compte et le côté pratique, je ne suis plus vraiment dedans, y’a trop longtemps que je suis ici. Je serais en haut de ma tour d’ivoire ici, à Moscou ou à Tombouctou, ce serait finalement peut-être pas très différent…. alors comment pouvoir vous être utile?
C’est vrai que rencontrer tous ces nouveaux arrivants, ça reste fascinant….

Je n’ai jamais autant remarqué les différences de personnalités que depuis que je rencontre ce petit monde de déracinés. Ceux dont l’énergie rendra tout plus facile, ceux qui ont tellement peur qu’ils vont tout compliquer, ceux qui ont un lourd vécu qu’il faudra gérer en plus de l’immigration, etc. Ceux pour qui c’est le plus facile finalement, il me semble, ce sont ceux qui ont déjà compris l’importance de prendre son temps, d’apprécier les petits bonheurs quotidiens et de relativiser. Se dire simplement qu’on respire sans entrave, qu’on n’a mal nulle part et qu’on ne mourra pas de faim demain, donne une énergie vitale d’une utilité fulgurante et qui permet de tout réussir. Bref, savoir se libérer l’esprit.

Mais aussi, il faut se garder du temps seul, surtout au tout début, car sinon on regrette en ne gardant en mémoire que le souvenir d’un gros tourbillon…. C’est important de prendre du recul…. de se dire à répétition : « là, j’y suis…. ça y est…. » ça donne le sourire, ça rend heureux.

Et puis, je pense, qu’il faut se donner …. Pour moi, c’est la source de tout, des plus grosses douleurs comme des plus grandes joies. Ne plus se donner, et bien… c’est pas mal plus facile, mais c’est comme être mort finalement, jusqu’au jour où, à force d’avoir rien donné, on se rendra contre qu’on est tout seul, et alors, là, oui, ce sera dur, pas mal pareil que la mort. Alors tant pis pour les douleurs qu’implique de s’exposer trop, je préfère donner et aimer tant que je ne suis pas morte.
Et puis…. il faut savoir recevoir….

Bref, travailler à trouver l’équilibre entre être heureux seul et aimer les autres sans rien attendre d’eux tout en leur restant fidèle et dévoué. Faire savoir qu’ils peuvent compter sur nous sans être dépendant d’eux. Tout un programme, n’est-ce pas? Mais si, l’important c’est d’essayer!

Ainsi, l’aspect nouveau dans ma vie et que je dois à l’immigration, c’est la place des amis, des chums, des cop-cop…. C’est la première fois que ça m’arrive…. À 30 ans!! Avec mes voyages, je n’avais jamais pu avoir de vraie gang à moi. J’étais toujours l’invitée plus ou moins exotique de la gang des autres.

Quand on est immigrant, on n’a plus que les amis sur lesquels compter. Alors il faut bien choisir. L’immigration, c’est une chance inespérée de recommencer une nouvelle vie en essayant de ne pas refaire les erreurs d’avant; la chance d’enfin bien s’entourer de gens qui seront capables de nous rendre simplement heureux. Il faut les aimer vraiment, c’est obligatoire, mais surtout apprécier la manière dont ils nous aiment. Ne pas s’imposer, mais être là pour eux, les laisser vivre à leur rythme. J’ai toujours eu plein d’amis, surtout d’amies, qui étaient plus importantes pour moi que je ne l’étais pour elles. C’est pas bien. Ça rend malheureux. Alors c’est pour ça qu’il faut se donner simplement et alors lorsque l’on a réussi, sans presque rien faire, en étant nous même, à se faire aimer, alors on sait que l’amour est bien vrai.
Et puis tant pis si on se prend des coups…. tant qu’on fait ce qu’on peut du mieux qu’on le peut, on aura toujours les chums qui ont compris qui seront là pour nous épauler dans les moments difficiles. C’est ça l’amour…. le vrai…. l’universel.

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 0 / 5. nombres de votes: 0

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Écrit par
FrenchPeg

Cette Française originaire du Mans est arrivée au Québec en bateau en 2001. Elle a participé activement aux blogs du forum au début des années 2000. Peggy a toujours continué de travailler en traduction au Québec. Elle a pris racine à Montréal et a fait un bilan en 2017 de son immigration dans la Belle Province. https://www.immigrer.com/equipe-chroniqueurs-frenchpeg/

Leave a comment

Centre Éducatif

Publicité

Les plus lus récemment

Publicité

Abonnez-vous à notre Newsletter

S’abonner

Publicité

Les plus commentés récemment

Derniers commentaires

Discussions en cours

Articles similaires

3 choses que j’aurais aimé savoir sur l’emploi au Québec

0 (0) Dans deux ans, je vais avoir 20 ans d’expérience québécoise. En...

Ce que j’aurais aimé savoir sur l’hiver à Montréal ?

0 (0) Avant de venir au Québec, je me posais la question :...

D’immigrante à responsable de l’attraction de travailleurs internationaux

0 (0) En juin 2010, je quittais la France avec mon mari...

Mieux comprendre les taxes au Québec

0 (0) Introduction pratico- pratique : Pour des raisons de commodité, l’utilisation...

>
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com