Expérience africaine Il y a... - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Blogs > Expérience africaine Il y a…

Expérience africaine Il y a…

Expérience africaine

Il y a 3 semaines, je préparais frénétiquement un gros sac à dos avec deux gros blousons d’hiver pour adultes, un pour 5/6 ans et un pour bébé de 12 mois, des mitaines, des tuques, des foulards, même des vêtements chauds à mettre SOUS les gros blousons y compris des chaussettes de laine et des bottes de neige.
C’est mon mari qui allait chercher la petite famille africaine qui devait arriver le lendemain après-midi, avec une van de location parce que 5 personnes + 8 valises, ça ne tient pas dans notre petite familiale …. Comme par hasard, des chutes de neige étaient annoncées pour ce 6 avril 2004 !

Tout le monde a débarqué à la maison en soirée, gelés, fatigués après 24 h de voyage depuis Abidjan via Paris. J’avais remonté le chauffage à 23 degrés ce qui est un exploit pour nous qui ne chauffons jamais au-delà de 20 degrés …. La petite de 5 ans était fascinée par la neige, et plus tard dans la soirée, je suis allée lui en chercher une petite boîte pour qu’elle puisse la toucher, jouer avec un petit peu, apprendre ce que c’est la neige. Si la jolie Maman a pu se débarrasser de cette affreuse sensation de froid en prenant une longue douche bien chaude, il n’en allait pas de même pour le Papa qui voulait se coucher sous deux duvets de plume en gardant tous les habits y compris le gros blouson d’hiver en duvet aussi.

Premier conseil aux Africains qui arrivent ainsi directement de l’Afrique au Canada en hiver : il faut absolument organiser d’avoir des vêtements TRES chauds à votre arrivée. Comment faire quand on ne connaît personne …. je ne sais pas ! Au pire, aller dans les magasins sur place à l’aéroport de Montréal et y acheter ce qu’il faut, et je pense que la seule chose qu’ils ne proposent pas ce sont des bottes – encore que je n’en sois pas certaine !

Mais dans ce cas, vient tout de suite le 2e défi : pour certains d’entre vous, vous n’avez pas de carte de crédit, alors des achats de cette importance financière vont tout de suite diminuer largement votre cash que vous avez apporté. Donc 2e conseil : si dans votre pays la carte de crédit n’existe pas, comme en Côte d’Ivoire par exemple, apportez des Dollars américains plutôt que des Euros pour vos tout premiers frais. Vous avez le droit d’avoir environ 10,000 $US sur vous en cash par personne adulte, juste pour info.

Je reviens sur la question des vêtements pour vous signaler qu’il existe ici dans toutes les villes des « Comptoirs Familiaux » qui vendent des vêtements et chaussures etc. à des prix TRES modiques. Pour 4 grands sacs poubelle (je crois que c’est 100 L) pleins, il faut compter entre 50 et 70$, dépendamment de ce que vous avez pris. Donc, n’achetez que le stricte minimum à l’aéroport ou dans de « vrais » magasins, puis défoulez-vous dans les comptoirs ….

Sans carte de crédit, vous ne pourrez pas louer de voiture du tout, même si vous avez beaucoup d’argent avec vous. Vous devrez utiliser des taxis le temps d’obtenir le Numéro d’Assurance Sociale (NAS) soit pendant environ 3 semaines, après quoi vous pourrez acheter une voiture si vous le désirez. La carte de crédit style VISA ou Mastercard ne fera partie de vos « outils » qu’après environ une année si vous avez travaillé de façon régulière et que vous semblez avoir un revenu raisonnable.

Troisième conseil : prenez une longue douche bien chaude en arrivant, vous jaserez avec votre famille d’accueil (s’il y en a une) après ! Sinon, vous resterez dans votre état réfrigéré et aurez beaucoup plus de mal à vous ajuster à votre tout nouvel environnement on ne peut plus différent de votre pays de provenance.

Il faut bien réaliser que si vous arrivez entre octobre et avril, vous aurez froid ! Il fait entre + 10 et moins 35 degrés Celsius, dépendamment du moment, les mois les plus froids étant janvier et février en général. Pour vous qui vivez avec un + 25 degrés Celsius au minimum, c’est folie que de se promener dehors à ces températures, et il faut absolument vous équiper encore bien mieux que les gens qui habitent déjà ici et se sont déjà habitués à ces écarts de températures hallucinants en hiver : en effet, il peut facilement faire – 25 dehors et + 20/25 dans les maisons (les vrais Québécois se chauffent plus que les Européens qui ont encore des habitudes d’économie d’énergie dans leurs petites têtes ….) soit un écart habituel de 45/50 degrés. L’été, il fait facilement +30 pendant quelques jours voire un mois, et beaucoup de maisons ne sont PAS climatisées.

Parlant de phénomènes météorologiques, me vient à l’esprit une autre remarque de nos Amis d’Abidjan : ici, l’heure du lever et du coucher du soleil change tous les jours. La journée la plus longue est le 21 juin, et en hiver nous avons la journée la plus courte le 21 décembre (je crois). Pour vous donner une idée, en ce moment, fin avril, il fait plein jour de 6 heures du matin à environ 19 heures. Là je vous parle du Québec, pas trop loin de Montréal. Si vous allez plus au nord ou plus au sud, ce sera encore différent. Je sais, l’Afrique est grande et tous vous ne venez pas de la Côte d’Ivoire, mais c’est un détail intéressant auquel je n’avais même pas pensé avant qu’ils m’en parlent.

Le téléphone …. les tarifs de communications téléphoniques entre le Canada et l’Afrique sont exorbitants. Je vais vous parler en Dollars canadiens, mais ce n’est même pas la peine de convertir dans votre monnaie – vous allez comprendre avec ma comparaison : au cours des tout premiers jours, nos nouveaux Amis ont téléphoné à leurs familles pour les rassurer, et nous avions vérifié auparavant le prix pour ces appels. Avec les taxes, on s’est retrouvé à 90 cents la minute ! Et les minutes filent TRES vite au début quand on a tant de choses à raconter, les nouvelles choses vécues s’accumulant vite les premières semaines. A la première occasion d’un voyage à Montréal, nous avons conseillé à la petite famille d’aller acheter des cartes de téléphone (presqu’introuvables hors Montréal et Québec), et quelle bonne surprise : avec ces cartes, la minute ne revient plus qu’à 42 cents lorsqu’on appelle depuis Montréal ou une autre très grande ville du Canada, et 52 depuis l’extérieur de ces grandes villes !

Ah, l’argent …. quelle calamité n’est-ce pas ! Je suis parfois intervenue sur le forum pour essayer de faire comprendre que la fameuse somme minimale pour le Québec était une folie. Le minimum pour le fédéral de $ 10,000 est beaucoup plus réaliste. Alors je tiens une fois de plus à vous dire : apportez tout ce que vous pouvez comme moyen financier parce que la vie ici coûte bien plus cher que chez vous (je parle aux Africains là). Même si au niveau de l’épicerie, il semblerait que les prix se ressemblent très fortement avec ceux que l’on peut constater à Abidjan, n’oubliez pas que pour la location d’un appartement vous devrez parfois acquitter une caution de la valeur d’un loyer PLUS le loyer du premier mois ! Et si vous venez en famille et avez besoin d’un apparement avec 2 chambres à coucher ou plus, on parle de plus de $ 1,000 de loyer pour un meublé tous frais inclus, ce qui est un prix extraordinaire et pas facile à trouver (il vaut mieux compter plus que ça !). Voyez qu’en deux mois, vous avez déjà dépassé ce fameux minimum québécois s’il existe encore puisque ces jours-ci j’ai cru voir que c’était passé à 10,000 Euros entretemps. Et vous n’avez pas encore mangé ni ajusté votre garderobe aux températures d’ici !

Si vous avez des enfants entre 0 et pas encore 5 ans et que Papa et Maman comptent aller travailler, il faut un moyen de garde ce qui est extrèmement difficile. Si toutefois vous avez la chance de trouver, il risque de vous en coûter plus de $ 20 par jour (en avril de l’année suivante, vous pourrez déduire ces frais sur votre déclaration de revenus, mais faut assurer entretemps !) parce que les fameuses places à 7 $ ne sont pas disponibles autrement que sur liste d’attente entre 1-3 ans !!! Votre enfant a le temps de devenir trop vieux et entrer à l’école avant que vous n’ayez une place à 7 $… En région ça a l’air une peu « moins pire » mais à Montréal c’est apparememnt un vrai désastre et il faut se tourner vers d’autres moyens de garde pour les petits.

Soins de santé : il y a des chances que votre pays ne fasse pas partie des pays qui ont un accord avec le Québec au niveau de l’assurance maladie. Ce qui veut dire que vos trois premiers mois ici, vous n’êtes pas couverts du tout et devrez payer tous frais médicaux quels qu’ils soient de votre propre poche. Vous pouvez toutefois souscrire à une assurance maladie privée ce qui pour des raisons que je n’ai pas approfondies, doit se faire dans les 5 jours suivant votre arrivée au pays d’accueil. Ceci n’est pas une spécificité par rapport aux ressortissants du continent africain puisque très peu de pays ont conclu un accord avec le Québec à ce sujet, et donc la majorité des immigrants non Français (de France) se retrouve sans couverture maladie. Donc voyez votre médecin traitant avant de partir pour vous faire une trousse personnelle pour les trois premiers mois. Visite médicale normale = $ 75 ….

Il faut également être bien conscient que si vous êtes plutôt riche dans votre pays, vous avez des chances de l’être ici aux yeux des Canadiens mais pas à vos propres yeux . Faut que je vous le raconte comme je l’ai vécu :
Je suis une Maman avec deux petits garçons de 5 et 7 ans et un mari. Je travaille à plein temps (37.5 heures par semaine) dans une entreprise du village. En semaine, je me lève vers 6 h 15, fais du bruit pour réveiller les enfants, donne à manger aux chats, et pendant que je prépare les collations pour l’un des deux petits, je surveille qu’ils s’habillent tous les deux, fais ma toilette, m’habille, surveille qu’ils mangent ce que leur Papa leur a donné entretemps, les « encourage » à mettre leurs bottes ou souliers et blousons pour partir sans oublier le sac d’école. Je travaille de 8 h à 16 h 30 avec une pause d’une heure le midi – que je passe souvent sur le forum …. A 16 h 30, je pars à pied chercher les deux garçons qui sont presqu’au même endroit (2 bâtiments différents au bord du même stationnement de l’école et de l’église). Une fois à la maison, faudrait pouvoir en même temps faire à manger, faire les devoirs avec celui de 7 ans et s’occuper de celui de 5, manger avec ou sans Papa selon son heure de retour à la maison, toilette, pyjama, dodo des enfants, débarrasser la table et faire la vaisselle, repassage du linge que je n’ai pas eu le temps de repasser le week end précédent – à moins que je ne tombe dans mon lit peu après les enfants vers 21 heures ! ! !
Le samedi, je lave et repasse et range du linge, idem le Dimanche, et je dois dire qu’on est un « peu » délinquants sur les repas en fin de semaine ….
Tout cela pour vous dire que nos Amis d’Abidjan trouvaient que j’en faisais beaucoup trop, et j’ai cru mal entendre quand ils m’ont demandé le samedi ou Dimanche après-midi à quelle heure je me reposais donc ? Je dois avouer que les mots me manquaient …. oui oui, finalement quelqu’un avait réussi à me clouer le bec ! Et eux d’enchaîner : « Mais oui, pourquoi tu n’as pas de servantes, toi ? » Gloups …. je vous jure que je ne savais pas s’ils se moquaient de moi ou si c’était une question sérieuse – et vous vous en doutez, ils ne plaisantaient pas du tout.

C’est comme ça que j’ai appris que chez vous, c’est normal d’avoir une ou deux servantes dans une famille avec des enfants. Vous n’avez pas à vous occuper de réveiller et habiller et faire manger vos enfants avec l’angoisse d’arriver au boulot avec du retard parce que les enfants vous font marcher ou virer fou/folle, et le soir en rentrant, il y a un repas sur la table, les enfants ont déjà mangé, sont baignés et couchés. Si vous quittez la maison même en fin de semaine, vous n’avez pas à vous poser de question : il y a toujours quelqu’un pour prendre soin des enfants. Au Canada non, il n’y a que vous pour se charger des petits, et c’est illégal de laisser un enfant de moins de 12 ans à la maison sans surveillance d’un gardien qui a au moins 14 ans, même pour 5 minutes.

Alors si vous avez tout cela dans votre vie aujourd’hui, réfléchissez-y encore une fois : vous n’aurez pas le même statut ni style de vie une fois ici parce que des servantes à moins de $ 50 par mois même logées nourries, ça n’existe tout simplement pas. C’est VOUS qui ferez le travail des servantes ET le boulot chez un patron. Vous ne pourrez compter que sur vous-mêmes.

J’ai appris que les hommes ne savent pas ce que c’est que d’aller faire les courses et ne s’occupent jamais ou presque, des enfants. C’est Madame qui a la charge des enfants ensemble avec la « nounou », et elle aussi qui gère les achats d’épicerie. Eh bien, ici pas de domestique pour faire les courses non plus.

Au Canada, dans le cas où les deux Parents ont un emploi hors de la maison, les hommes partagent les tâches domestiques avec leur épouse : aller chercher les enfants, cuisiner, nettoyage de la maison (passer l’aspirateur, laver par terre, astiquer la salle de bains,….), lavage de linge, repassage, chacun selon ses compétences parfois préférences. Les deux Parents reviennent à la maison directement après le travail, s’occupent de leur petite famille, du jardin, et tout le monde s’endort entre 22 et 23 heures parce que le lendemain, on remet ça vers 6 heures du matin.

Je ne me plains pas de ce rythme de travail, j’ai grandi comme ça, et je le trouve normal. Mais je suis tombée de haut quand j’ai entendu quel est le rythme de vie en Afrique ! Ici une employée de maison coûte au moins 8 $ de l’HEURE (non logée et nourrie), une fille qui vient garder votre petit bout d’chou environ 3 $ de l’HEURE, et c’est juste du babysitting, rien de bien constructif. Ah que j’aimerais ça que quelqu’un passe juste une ou deux fois par semaine dans ma maison pour le nettoyage, la lessive et le repassage …. sans parler du luxe d’avoir à manger sur la table en revenant du travail, oh là là …. Et dire que la vie est tellement plus « cool » ici qu’en Europe – je n’ose pas imaginer ce que ceux d’entre vous qui s’en vont vivre en Europe subissent comme choc culturel ! ! !

Le style vestimentaire. Hm. Que dire. Faut adapter par rapport à la température et sa propre perception à celle-ci. Pour les hommes, c’est pantalon toile ou jean avec une chemise ou un pullover. Cravates seulement dans certains emplois mais jamais déplacées dans des positions de haut management ou représentant de certains produits. Le costume est porté plutôt rarement, mais bien apprécié quand on a la chance d’en voir un …. Peut-être que les Montréalais vont me corriger là-dessus – après tout, je vis « en campagne » et travaille dans une petite entreprise de 150 employés ce qui n’est pas une référence. Jamais en short au travail même par 40 degrés à l’ombre …. parfois le « bermuda » est toléré, ça dépend des entreprises et parfois des conditions climatiques !
Les couleurs « discrètes » sont privilégiées sans interdire des escapades, ce qui ne veut pas dire costard gris chemise blanche cravate club non plus. Disons que les couleurs criardes ne sont pas vraiment présentes chez les hommes. Aucun problème pour les couleurs vives par contre.
Pour les femmes …. je me doute bien que celles d’entre vous qui viennent ici ont déjà cherché sur l’internet ce qui se vend ici et comment les femmes d’ici ont l’habitude de s’habiller. En fait, nous avons une liberté assez grande qui ne s’arrête qu’aux exigences de respect des autres. En tout état de cause, il faut être habillée proprement et sans offense ni provocation. Je ne m’inquiète pas pour vous, Mesdames !

Les enfants aussi sont assez libres, et ce sont les conditions météorologiques qui dictent pour beaucoup la manière de les habiller. En tous temps, il est utile de leur donner l’opportunité de se délester d’une « couche de vêtements » au cours de la journée suivant l’évolution des températures ou l’écart de température entre dehors et l’intérieur des écoles et garderies qui sont souvent surchauffées en hiver (il n’est pas rare de voir nos petits se promener en t-shirt dans la garderie alors qu’il gèle à moins 20 dehors !).
L’uniforme scolaire n’a pas tellement cours par ici, mais certaines écoles ont instauré un guide proche d’un code vestimentaire pour contrer les modes de nombril à l’air etc.

En hiver, il faut non seulement des habits chauds comme chaussettes en laine, bottes style après-ski (très épaisses et bien isolantes contre le froid), mais aussi des « jambières » (pantalon en tissu de blouson de ski, doublé), des gants/mitaines épaisses pour jouer dans la neige et des plus fines en tricot pour le reste de la journée dehors, puis n’oublions pas les écharpes/foulards, des bonnets/tuques, des protège-oreilles, ….

Une autre difficulté qui elle est subie par quasiment tout le monde, c’est de s’ajuster à cette autre façon de s’exprimer en français. Il est difficile au cours des 15 premiers jours de comprendre tout au téléphone surtout. Surtout n’ayez JAMAIS peur de faire répéter et re-répéter ce que vous n’avez pas compris ! Oui c’est énervant, mais pour celui/celle d’en face aussi, parce que vous, nous aussi, on a un accent différent et la difficulté est présente des deux côtés. Mais jetez-vous dans le bain la tête en avant : c’est le meilleur moyen de franchir le cap ! Qui ne rame pas, n’avance pas (que c’est beau ! ! !), et n’oubliez jamais que les Québécois se feront toujours un plaisir de vous donner un coup de main si vous leur demandez !

Ce qui est certain c’est que vous devez recommencer votre vie sur le plan social ici. Vous ferez votre chemin, vous croiserez des gens avec qui vous entamerez une conversation parce que vous faites la queue ensemble, parce que vous assistez à une scène cocasse ensemble, parce que vos enfants vont à la même école, garderie, activité extra-scolaire. Si personne ne vous dit bonjour dans la rue, c’est parce qu’ils ne vous connaissent pas. Si vous croisez les mêmes tous les jours, des habitudes vont s’installer et vous finirez par vous parler. N’ayez pas peur de la curiosité des gens : vous les intéressez ! La vie, le vécu des autres est un beau sujet de conversation. Intéressez-vous à LEUR vécu aussi. C’est un échange d’une richesse sans prix pour les deux côtés (je le sais, je suis en train de le vivre !).

Je suppose que je pourrais en écrire encore beaucoup sur le sujet…. faut dire que j’ai un bon assistant qui me dit tout ce qu’ils ont remarqué depuis 3 semaines !

Ici les chats sont des animaux domestiques qu’on ne mange pas. Les chiens errants n’existent pas, et vous n’aurez jamais besoin d’avoir peur d’un chien qui n’est pas tenu en laisse parce qu’il sera suivi ou précédé de son maître/sa maîtresse de quelques mètres seulement.

On ne jette RIEN dans la rue. Ni papier ni nourriture ou os de poulet. On ne fume pas à l’intérieur des bâtiments publics, beaucoup d’entreprises ont des « fumoirs » et interdiction de fumer ailleurs, dans les maisons de non-fumeurs on ne fume jamais à l’intérieur mais on sort dehors pour le faire.

Mon Ami me parle aussi de son impression d’accueil froid de la part des services de l’immigration à l’aéroport, et j’ai expliqué que ce sont seulement des agents du ministère de l’immigration qui n’ont pas la tâche de vous prendre en charge. Il y a un document qui circule qui fait sous-entendre que lorsque vous arrivez à Montréal, on vous accueille et on s’occupe de vous, style vous procurer une chambre pour la nuit etc. Je n’ai aucune idée de quel document il s’agit, mais ce n’est pas la réalité. J’adorerais faire une telle chose comme métier, mais je ne pourrais pas en vivre parce que personne ne voudrait me payer pour ce genre de service autant que ce que je gagne à mon boulot régulier, hélas ! Lorsque vous arrivez, oui vous êtes accueilli, façon de parler, pour faire votre immigration et votre dédouanement. Mais c’est tout. Personne ne va vous mettre dans un taxi ou un autobus ou dans une chambre d’hôtel. C’est ici que l’aventure commence : vous venez de prendre votre vie en main, prenez-la à bras le corps et tout ira bien !

Surtout, SURTOUT donnez-vous du TEMPS. Donnez le temps au temps. Une chose à la fois. Ne comptez pas travailler la deuxième semaine. Il vous faut au moins 2-3 semaines pour prendre vos repères, faire les démarches et formalités inhérentes à votre immigration et installation. Il y a effectivement beaucoup d’offres d’emploi, mais les employeurs ne vous attendent pas à l’aéroport ni dans leur bureau d’ailleurs. C’est à VOUS de travailler pour soumettre un CV et une lettre de motivation personnalisés par rapport au poste et l’entreprise. Regardez, Zogu/Hugo a fait un post absolument génial à ce sujet le 22 ou 23 avril (L’hecatombe des CV) – je ne puis que lui donner au moins 100% raison !

Bon, me voilà sur la 7e page, et mon ami me demande de parler de quelques autres points encore …. Aurez-vous le temps de tout lire ???

La scolarisation des enfants : en Afrique, les enfants sont scolarisés parfois à 2 ans, traditionnellement à 3 ans. Ici, les enfants vont dans des établissements qui s’appellent « Garderie » de 0 à 5 ans, et ils n’y apprennent pas à lire, écrire ni l’algèbre. Par contre, ils apprennent en s’amusant les choses de la vie, la nature (faune et flore etc.), les formes et les couleurs, leur corps par des exercices et le jeu que ce soit dehors ou dans une salle de psychomotricité, le respect des autres, l’estime de soi, les textures, le pâtinage (le hockey sur glace étant LE sport national, c’est incontournable) et parfois le ski, initiation à la natation, ….

Aussi, ici on ne frappe pas les enfants – la loi ne l’interdit pas (pas encore….) mais c’est un moyen de répression quasi inexistant. Mon ami trouve que les parents ici sont beaucoup trop souples – je ne dirai pas ça mais par contre, c’est vrai que les enfants sont de vraies personnes ici avec leurs droit et devoirs (oui , aussi, mais peu ….) et surtout besoins en tout genre (amour, alimentation, attention, propreté, respect). Il est vrai qu’ici les enfants n’ont pas peur de leurs parents ni d’autres personnes « d’autorité » d’ailleurs.

Une petite tranche de vécu : Papa Mino est revenu en taxi depuis la petite ville proche de chez nous, et c’est une femme d’une cinquantaine qui conduisait la voiture, qui dans la conversation lui a dit avoir des petits-enfants. Pour lui c’est indécent que de voir une femme de cet âge travailler alors que ses enfants devraient la supporter financièrement pour qu’elle puise vivre la vie de son choix sans aller travailler. Ben pas ici, ici on travaille au moins jusqu’à 60-65 ans avec un espoir de toucher une retraite par la suite ! Et cette pension de retraite n’est pas la responsabilité de nos enfants, mais de tous ceux qui travaillent qui paient dans la caisse de retraite générale du pays, comme en Europe d’ailleurs. En plus, il faut avoir travaillé un certain nombre d’années pour y avoir droit une fois qu’on a 60-65 ans…. Alors arrêter de travailler à ou avant 50 ans sans devoir se soucier des finances, quel rêve !!! J’veux immigrer en Côte d’Ivoire !!! …. sauf que mes enfants ne seront pas en mesure de me supporter financièrement dans 5 ans héhé …. soupir !
Dans ce domaine, Mino a remarqué avec effroi aussi que les jeunes filles (qui vont toutes sans exception à l’école ici) de 14 / 15 ans travaillent pendant les fins de semaines et vacances scolaires au lieu de s’occuper de leur bonheur et joie de vivre pour aller danser, s’amuser, etc.

Notre vie en fin de semaine semble le préoccuper aussi parce que fin de semaine n’est pas synomyme de temps libre dans le sens africain. Ici, le « maquis » n’existe pas – aller se saoûler est très mal vu et certainement inexistant dans les tranches d’âge supérieures à 18-20 ans. Les beuveries répétitives voire régulières sont introuvables et l’abus d’alcool dans ce style fait partie de l’image que nous pouvons avoir des personnes de statut social très TRES bas. Il n’y a pas de bouteille de vin sur les tables. Quelques restaurants en vendent, mais la plupart n’ont pas de licence d’alcool et autorisent en contrepartie que l’on apporte sa bouteille. Au Canada, la vente des boissons alcoolisées est réglementée et contrôlée par des monopoles provinciaux et de fait, le vin revient beaucoup plus cher que chez vous ou en Europe. La bière peut couler à flots, oui, mais jamais chaque fin de semaine.

Les visites imprévues entre amis ne se fait pas au degré où vous le connaissez. Ce week end nous avions la visite de deux couples dont un avec un enfant du même âge que les nôtres, mais effectivement, ce ne sera pas le cas chaque fin de semaine. Les gens n’ont tout simplement pas le temps parce qu’il faut tondre la pelouse, réparer la clôture, emmener les enfants à leurs activités sportives ou fêtes d’anniversaire, et je ne reviens pas sur le lavage/repassage etc.

C’est certain que si nous pouvions avoir quelqu’un qui fasse notre travail à la maison, nous aurions beaucoup plus de temps pour aller voir nos amis qui eux n’ont pas non plus les moyens de se payer du personnel pour faire le travail domestique à leur place ! Mais ici pas le droit d’embaucher quelqu’un pour une somme insignifiante, faire travailler 24 h / 24 (par présence obligatoire) et en plus ne donner que deux jours de congés par mois. Ici le salaire minimum est de l’ordre de 7 $ par HEURE ….

Quoi d’autre …. me semble que la pile est haute là …. Ah oui, le « Faire paraître ». Vous qui vivez de cette façon depuis l’enfance, ici vous pouvez carrément oublier cela. Ici on ne paraît pas, ici on EST. L’emballage n’est jamais autant apprécié que son contenu ici. Ici on ne fait pas étalage de sa richesse, qu’elle soit réelle ou non. La première fois que j’ai vu mon patron, c’était un vendredi, et il était en blue jeans de la tête aux pieds un casque de moto à la main …. et il a 150 employés bien payés, sans parler du fait que c’est le meilleur patron que je n’aie jamais eu (j’ai 26 ans d’expérience professionnelle ….) ! Si on ne me l’avait pas dit, je n’aurais jamais cru qui il était socialement parlant ! Et aussi, ici on peut avoir des amis dans toutes les couches sociales, certainement quand on est dans la classe moyenne comme nous, ou comme moi (moi en plus j’ai un « petit » penchant à vouloir aider alors c’est sûr que j’attéris un peu dans tous les milieux….). Pour les gens d’ici, le bonheur n’est pas dans le faire paraître mais dans ce qu’ils vivent que ce soit de sortir au théâtre ou autres activités culturelles, faire du sport, voyager, « se payer » des études, acheter un vieux tracteur pour faciliter le jardinage, aller à des déjeuners bénéfice, donner de leur temps pour la communauté,…. ou aux nouveaux arrivants !

Je vais m’arrêter là pour cette fois-ci. Que dire en conclusion ? Que je viens de vivre trois semaines exceptionnelles, et que j’en ai tiré des enseignements précieux. Notre famille ne verra plus jamais les choses de la même façon, et bien des décisions dans notre futur proche seront « teintées » de que nous avons appris en ce mois d’avril 2004 !

Bonne réflexion sur les choses de la vie qui comptent pour vous !
Amicalement

Haut

Bienvenue au Canada