Chronique d'un CSQ (partie 1) - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Blogs > Chronique d’un CSQ (partie 1)

Chronique d’un CSQ (partie 1)

Je dédie ce csq à tous les forumistes  qui m’ont soutenus et aidés dans ce parcours titanesque, un gros merci à Nancy (je tiendrais ma promesse) qui nous a donné les moyens de réaliser ce projet.

MARS 2006 :
Cette histoire commence banalement par l’inscription de mon fils dans un camp d’été pour ados, il avait plusieurs choix il a choisi le Québec.

AOUT 2006 :
Retour du camp, après 3 semaines là-bas. Celui ci est vraiment ravi et nous montre les photos.
(La graine est plantée dans un coin de notre cerveau).

OCTOBRE 2006 :
(La graine a germé !)
Premier voyage à Montréal très court (4 jours) ou je me renseigne pour acheter un magasin, je rencontre d’ailleurs mon premier ami québécois, c’est décidé ce sera le canada.

FEVRIER 2007 :
(La graine est devenue une jeune pousse)
Second voyage de 10 jours en prospection, très enrichissant.

MAI 2007 :
(La jeune pousse est devenue plante)
Voyage de prés de 3 mois ou l’ambition est présente avec sous le bras un gros projet franco québécois qui ne réalise pas suite au décès prématuré de mon interlocuteur québécois, mais le rêve est toujours présent.

JUIN 2007 :

(La plante grossit)Je dédie ce csq à tous les forumistes  qui m’ont soutenus et aidés dans ce parcours titanesque, un gros merci à Nancy (je tiendrais ma promesse) qui nous a donné les moyens de réaliser ce projet.
Début du processus de DCSQ en tant que travailleur autonome, nous n’étions pas encore sur ce forum.

JANVIER  2008 :
(La plante commence à fleurir)
Entretien au BIQ de paris, l’entretien se déroule bien jusqu’au moment de savoir si j’ai bien la somme demandée (aïe) il me manque l’équivalent de 2000. Csq refusé ! On ne fait pas appel car à l’époque on s’aperçoit que l’on n’était pas aussi bien préparés que maintenant.

JANVIER 2009 :
(La plante commence à faner et se met au repos)
Malgré tout plusieurs voyages à Montréal et alentours, avec de bons contacts avec le biq Montréal !

SEPTEMBRE 2009 :
(La plante se réveille timidement)
Participation à une réunion d’information sur le canada et à la suite, Inscription sur le site de pole emploi pour « destination canada » sans conviction.

NOVEMBRE 2009 :
(La plante recommence à pousser)
Rendez vous à paris pour « destination canada » suite au retour de l’inscription sur pole emploi.
Je remets ici le message que j’avais écrit à l’époque :
Salut à tous
je reviens de paris ou j’ai eu une journée riche
arrivée au forum à 10H15 pour 11h, trop tôt on nous dit d’attendre dehors car le groupe d’avant a pris du retard.
Paris la pollution, la pluie et ça caille!
11H40 on commence à rentrer, y a du monde…Beaucoup, je m’assois à coté d’un sud africain avec qui j’avais discuté dehors ; sympa comme tout le monde ici d’ailleurs.
12H15 tout le monde est installé je me retourne et on n’est pas loin de 200 personnes, ah oui quand même!
Petit discours ou on apprend que 11000 candidats ont postulé pour aller au forum ouah!
Et qu’ils en ont pris que 750 waouh!
Présentation du forum et des 12 territoires cela fini vers 14H30. Direction la porte du fond pour voir les employeurs ah enfin!
Ici dans cette pièce des tables avec les divers représentants ou déjà il y a la queue pour donner son cv.
Je vais vers la table Drummondville j’attends 3 mn et c’est mon tour: bonjour ! Bonjour les paroles d’usage…
question: quel est votre formation de base?
Rép: chaudronnier
question: c’est quoi?
Rép: ben! Soudeur monteur assembleur
ok! On vous prend donnez moi votre cv
euh pardon !et…..
Il prend mon cv et marque un gros A dessus
on vous appelle d’ici 15 jours merci
c’est à dire…..
On manque atrocement de gens comme vous on vous appelle et on vous fait un permis de travail le temps que vous fassiez votre dcsq.
Waouh ! Heureusement que j’étais assis au total moins d’une minute! Purée
ensuite je vais au stand du bureau d’immigration du Québec et la je tombe sur une femme:
bonjour mais je vous connais vous! Oui moi aussi c’est vous qui êtes venu faire la séance d’information à bordeaux?
Oui je me souviens de vous on avait pas mal discuté ensemble.
Exact je peux vous déposer mon dossier !
Envoyé le c’est mieux et avec un peu de chance je vais voir passer le dossier ! Punaise 2 bonnes nouvelles dans la journée
15H45 je repars du forum hyper content.
En sortant je me retrouve avec un gars, je le regarde, je te connais mais je ne sais pas ou? Moi aussi je cherche lui aussi
pascal c’est toi? Oui et toi David
merde un vieux pote que je n’ai pas vu depuis 20 ans et qui vient de Normandie et qui était au forum .eh bé je pense que j’ai rentabilisé ma journée je vais peut être jouer au loto moi.
Voila donc il ne donne pas l’offre tout de suite, ils cherchent BCP de gens dans l’informatique, la santé et le secrétariat
De retour de ce forum, nous avions préparé le dcsq et l’envoyons.

DECEMBRE 2009 :
(La plante a pris un coup de gel)
Le dossier nous est retourné car je l’avais envoyé à l’ambassade au lieu du biq, aussitôt renvoyé à celui-ci.

FEVRIER 2010 :
(Les fleurs sont revenues)
Retour sur le forum « destination canada » je suis convoqué pour passer un entretien internet avec  un employeur québécois, que je réussis et me dit qu’il valide l’offre d’emploi, je m’empresse de tél au BIQ pour leur signaler.
Une semaine plus tard n’ayant rien reçu, je tél à l’employeur et me dit que finalement il ne me prend pas car je lui avais dis que j’étais  asthmatique. (Nouveau coup de gel).
Je retél au biq pour leur dire qu’en fait-il n’y a pas d’offre validée, ok !

AVRIL 2010 :
(La plante a pris un coup de chaud, et l’impression qu’elle ne repoussera plus)
Rien ! Toujours rien, je tél au biq, -monsieur, on attend votre offre validée !- quoi ? J’avais déjà confirmé que non ! rhaaaa !
Donc envoi d’un courrier par fax, fin du mois encore le tél au biq : -votre dossier est refusée ! ?quoi ? Pourquoi ? Ça va pas ?
Rappel en fin de mois au biq (et oui encore !) ou je comprends que le dossier n’est pas refusé mais que c’est une intention de refus, pas pareil du tout.

MAI 2010 :
(On peut dire que la plante est morte
)
Grosse dépression, mais reste en contact malgré tout anonymement sur le forum. Ou les encouragements des forumistes m’ont regonflé.

JUIN 2010 :
(Tiens quelques feuilles font leurs réapparitions)
Suite aux bons conseils d’une personne que j’estime, je fais un courrier pour le biq en expliquant la situation dont voici la teneur :

Madame, Monsieur,
Je vous informe par la présente suite à l’intention de refus si je ne vous fournis pas d’offre validée.
Je voulais vous signaler par rapport à mon diplôme de chaudronnier (DEP chez vous), d’une sous évaluation de celui-ci, si je l’avais su avant, je n’aurais pas manqué de vous avertir et que vous-même ne pouvait pas savoir, voici pourquoi :
En effet en 1986, année d’obtention de mon DEP , le diplôme seul de soudeur n’existait pas ,il était incorporé directement dans celui de chaudronnier qui faisait un tout , un soudeur était automatiquement un chaudronnier ! Ensuite ce diplôme est apparu après seul. Ayant contacté mon lycée, ils m’ont confirmé qu’effectivement c’est un CAP de chaudronnier soudeur. Comme l’atteste le certificat original que je vous joins, j’ai effectué celui-ci sur 3 ans correspond à 3200 heures qui ont été effectuées comme suit : 1300 heures en chaudronnerie et 1900 heures en soudage qui correspond au programme du DEP chez vous.
De ce fait le diplôme à prendre en compte est celui de soudeur  qui rapporte 12 points  et qui devient prioritaire également. Ce qui compense les 10 points manquants pour une offre validée.
Ce qui est paradoxal c’est que chaudronnier est un métier recherché au Québec ( – 700 ) ce qui est faible , et que celui-ci ne marque  que 2 points .
Je voulais vous informer aussi que j’ai de très bon contacts avec des employeurs québécois pour des emplois (copie déjà jointe des messages) ; effectivement  ils sont prêts à me prendre mais ne peuvent valider un emploi car ils ont déjà effectués des démarches par le passé et on eu des retombées négatives, car les personnes qu’ils avaient prises sont partis ailleurs au canada, car celles-ci souhaitaient juste un visa ! C’est compréhensible de la part des employeurs  surtout pour du travail manuel que d’être un peu réticent pour la validation des offres ; moi-même j’ai été employeur et j’avais pris une personne étrangère  pour mon entreprise et celle-ci  est partie après avoir eu son visa, je connais bien cette situation. D’où la non validation des emplois
J’ai 3 bonnes propositions qui sont situés géographiquement à saint Siméon (Bonaventure), à l’entreprise fabrication  delta comme monteur assembleur d’éoliennes ; ensuite j’ai sainte croix à la fonderie comme fondeur ; et à saint Georges à l’entreprise portes saint Georges comme ouvrier spécialisé.
Tout ça pour vous dire que notre immigration est pensée et réfléchis depuis plus de 2 ans, nous ne sommes  pas là pour profiter du BS ou autres, nous sommes habitués à travailler 60h/semaine et nous voulons travailler au Québec car nous y avons découvert une qualité de vie autant professionnelle que personnelle, j’ai déjà travaillé plus de 3 mois sur Montréal et aussi  fait de la prospection pendant l’été et l’hiver.  Nous souhaiterions nous établir dans vos campagnes et notre fils de 17 ans qui nous accompagne fait des études agricoles.
Combien d’immigrés veulent s’installer du coté de saint Siméon(Bonaventure) avec ses 1200 habitants en Gaspésie ? Pas beaucoup je pense !
Nous on s’installe là ou il y a du travail, je vais vous expliquer notre organisation :
Dés que  nos papiers sont  en règle, moi je  partirais seul vers la fin 2010, Je passe des essais,  mon épouse et mon fils m’auraient rejoints vers le mois de juillet 2011 le temps que mon fils passe son diplôme agricole, et pour moi le temps de m’installer et travailler .mon épouse travaille et peut subvenir aux besoins de la famille en mon absence.
Au pire si je n’ai rien, ce qui est peu probable vu les bons contacts que j’ai, je suis prêt à faire des formations soit comme grutier ou dans la maintenance en ascenseur, je pourrais les faire ici en France mais je préfère le faire chez vous avec vos normes et système métrique. Au pire du pire je ferais comme en France ou j’ai travaillé comme plongeur dans les restaurants, nous sommes prêts à effectuer un emploi quel qu’il soit.
Nous nous sommes mis aussi à la culture québécoise depuis longtemps, nous apprécions beaucoup le hockey ou nous avons suivis tous les matchs des canadiens pendant les J.O., notre fils s’est mis aussi au foot américain, nous allons voir des concerts de groupe Québécois, grâce  au jumelage de bordeaux  avec Québec city.
Nous avons même déjà rempli le dossier du fédéral depuis le mois de février,  nous sommes disponibles et prêt  à partir le plus rapidement  possible.
Nous sommes des gens qui nous nous épanouissons dans le travail , cela fait plus de 20 ans que l’on travaille et être chez vous serait l’aboutissement de notre vie ,nous nous considérons plus comme québécois que français ,on veut payer nos impôts au Québec et  devenir québécois, on possède le livre de la citoyenneté canadienne qu’on étudie pour le futur .nous somme habitués à ne prendre qu’une semaine de vacances par an et cela nous suffit, nous n’avons jamais eu un seul arrêt de travail de toute notre carrière ,même malade on travaille.
Nous faisons beaucoup de bénévolats pour des associations, moi-même je donne aussi mon sang depuis 23 ans. Nous avons une grande facilité à nous intégrer ou que l’on aille. On nous surnomme les saints Bernard car nous aidons toujours ceux qui nous le demandent !  
Aussi je voudrais marcher sur les pas d’un de mes ancêtres que vous connaissez bien historiquement !
Depuis des générations des recherches ont été effectuées sur nos ascendants et il s’avère qu’il y en a un qui a combattu avec vous il s’agit de jean de Vauquelin (fiche jointe).
Voila tout ce la pour vous dire que cette demande n’est pas le fruit du hasard et que c’est murement réfléchi et organisé, nous ne sommes pas des « parasites », nous avons l’expérience, les capacités et notre plus cher désir  est de venir dans votre province, nous savons que ce n’est pas facile mais nous sommes prêts psychologiquement et physiquement à nous intégrer dans votre province.

Je vous remercie d’avoir lu cette longue lettre mais nous sommes combattifs et  on a envie de participer à l’économie de votre région, si vous avez besoins d’autres renseignements, nous sommes à votre disposition ou il nous fera grand plaisir de vous répondre.
Veuillez agréer Madame, Monsieur, nos salutations respectueuses.
Au plaisir de votre réponse,
Cordialement.

À suivre

Haut

Bienvenue au Canada