Télé hot, télé poche. Comme… - Immigrer.com
samedi , 25 mai 2024
Accueil Blogs Télé hot, télé poche. Comme…
Blogs

Télé hot, télé poche. Comme…

0
0
(0)

Télé hot, télé poche.

Comme promis dans ma dernière chronique, je vais vous parler de la télévision au Québec. Selon moi, la télévision est le reflet d’une société, une vitrine qui nous en apprend beaucoup sur nos semblables et sur notre environnement. Mais tout cela n’interdit pas de conserver un regard critique et même parfois septique sur ce que nous pouvons y trouver.

Profondément assis donc dans votre sofa, plongeant vos Doritos dans de la trempette à l’ail, vous parcourez les canaux de votre télévision en quête du programme idéal. (fond sonore : musique d’Indiana Jones).

Première chose, on parle en numéros de canaux ici, pas trop en nom de chaîne. On dira, par exemple : « regarde sur le canal 15, il y a une bonne émission ». Une habitude qu’il faudra donc prendre assez rapidement.

Deuxième chose, et la plus exaspérante, la publicité reste omniprésente. Si vous trouviez qu’il y en avait beaucoup sur TF1, la RTBF, ou la TSR, renoncez tout de suite à l’achat d’une télévision en arrivant au Québec. Ici, un film sera coupé tous les quarts d’heures, le journal télévisé le sera à deux reprises (chose interdite en France), et même le téléroman le plus poche de 30 minutes aura droit à deux coupures publicitaires ! Par contre, si vous aviez l’habitude de TMC (Télé Monté-Carlo), vous serez déjà adaptés (je parle des pubs, pas du climat !).

Parlons d’abord des canaux « hertziens », ce sont les grands réseaux de télévision qui sont diffusés sur la grandeur de la province.

La télévision de Radio-Canada, bien évidemment, est la chaîne la plus connue et la plus importante (en termes de moyens et de compétence). Vous y trouverez de bonnes émissions d’informations (le télé-journal, le point), des émissions d’intérêt général (la facture, l’excellente émission « Découverte »….), des films d’auteurs certains soirs, des télé-romans (j’aurais l’occasion d’y revenir dans une chronique prochainement). Remarque sur le Télé-journal et les programmes de nouvelles, ils sont très ouverts sur l’actualité internationale et même assez francophiles, contrairement aux autres chaînes.

Télé-Québec, qui est sans doute la chaÎne hertzienne la plus intéressante. Pas mal d’émissions de culture générale, des émissions de « débats », mais aussi des télé-séries de moins bonne facture, sans oublier des émissions pour enfants.

TVA, qui n’a pas grand rapport avec la taxe sur la valeur ajoutée en France, mais qui a tout de même en commun de vouloir faire du profit à tout prix. C’est le premier réseau privé de télévision au Québec. Appartenant au groupe Québécor (un géant industriel ici, premier imprimeur au monde), TVA ce sont des journaux télévisés très axés sur les nouvelles locales, des films étasuniens vus et revus en plus d’être criblées de pubs et quelques télé-romans. Mais TVA, c’est aussi des « infos publicités » où on va vous présenter durant 30 minutes, un couteau révolutionnaire qui coupe même le métal, qui fait le café et qui surveille les enfants en votre absence et que…. c’est vrai que ca marche, y’a même Denise Lauzon de Trois-Rivières qui est venue parler avec son fils de cette merveille ! Je vous assure ! Appelez tout de suite au 1-800 C PASCHER et vous pourrez l’obtenir en quatre paiements faciles de 29,99$ ! Et si vous appelez dans les 10 minutes, vous recevrez une éponge auto-nettoyante et inusable gratuitement ! Zappez !!!

TQS, ou Télévision Quatre Saisons (rien à voir avec Vivaldi je vous préviens). J’ai pas mal hésité à vous parler de cette chaîne, d’ailleurs, j’hésite encore ! TQS, c’est un peu comme si vous ôtiez le peu d’émissions intéressantes de M6 (Capital, Zone Interdite), en y ajoutant un peu plus de pubs. J’ai donc cherché (longtemps) quelque chose de positif dans ses programmes. Je n’ai trouvé que Les Simpsons doublés avec l’accent du Québec, c’est vraiment délirant ! En plus, ca vous apprendra quelques expressions de votre pays d’accueil. Les Simpsons terminés, il sera tout de même important de changer de chaîne, pour le bien-être de votre santé mentale.

Voilà pour les réseaux hertziens. Je passe sur les chaînes anglophones que je ne connais pas assez bien et qui rendrait ma chronique trop longue et peu digeste à mon goût.

Comme beaucoup de Québécois, vous adopterez donc assez vite le câble ou le satellite. À ce niveau, je ne vous parlerais que des canaux qui valent, selon moi, le coût.

Vous aimez les films et vous détestez la publicité ? Optez pour « Super Écran » et « The Movie Network » en version anglaise. Pour « Super Écran », quatre canaux programmant des films assez récents et multi-redifusion. Un peu comparable à « Ciné-cinémas » en France.

Pour le reste, même en payant le câble, vous aurez droit à autant de publicité. Néanmoins, il y a des chaînes assez intéressantes.

Canal D est à conseiller. Vous pourrez y voir des films français qui sont devenus des classiques. J’ai pu, par exemple, revoir avec un immense plaisir « Les Tontons Flingueurs » cet été, des reportages étasuniens sur les méthodes d’investigation du FBI, et des vieilles séries de notre adolescence comme K2000 et l’homme de 6 millions (l’homme qui valait 3 milliards en France, sacrée inflation !).

Historia : films plus ou moins « historiques », documentaires étasuniens traduits en français (surtout axés sur la seconde guerre mondiale).

Séries +, que l’on pourrait comparer à « Série Club » en France. Le pire pouvant donc côtoyer le meilleur. Je vous conseille cependant les excellentes séries telles que : Les Experts, Sexe à New-York (Sexe in the city en France), La loi et l’ordre (Law and order) et une très bonne série québécoise « Hommes en quarantaine » !

Canal Z, pour les amoureux de la science-fiction et du fantastique. Vous y trouverez la regretté série « The X-Files » (même doublage qu’en France), Star-Trek, Au-delà du réel…. et des émissions parfois de bonne facture : La Revanche des Nerdz (la science présentée de manière rigolote et pédagogique), Infrarouge (qui parle de la science au service de la police) et une émission d’enquête (en un seul ou en deux mots d’ailleurs) sur les OVNI.

TV5 : je vous la présente celle-là ? Non, surtout que Kroston en a un peu parlé dans sa dernière chronique. Mais c’est agréable de voir parfois ce qui se fait du côté de l’Atlantique.

RDI, le réseau de l’information de Radio-Canada. Très bonne chaîne de nouvelles, agrémentée de documentaires et de reportages. On peut parfois regretter le manque d’approfondissement dans certaines analyses, mais la volonté d’expliquer rapidement et efficacement reste là. On y parle du Monde, du Québec, mais aussi de l’Ontario, des Provinces de l’Atlantique…. dans des émissions spécifiques.

LCN, compétiteur de RDI, la chaîne des nouvelles appartient au groupe TVA (Québécor). Nouvelles commanditées (sponsorisées comme on dirait en France), par McDonald’s et par Toyota, très pauvre en analyse. LCN se contente de lire des dépêches et de survoler l’information. Utile si vous voulez avoir rapidement les dernières actualités. Pour ce qui est des explications, oubliez-ca !

RDS, le réseau des sports (propriété de Bell Canada), vous comblera si vous aimez le hockey, le base-ball, le football canadien et étasunien, le curling, le golf…. Peu de sports européens, mais la coupe du monde était diffusée sur RDS ainsi que sur Radio-Canada. Pas de soucis donc !

Voilà donc les principales chaînes du câble. Si vous en aimez d’autres, n’hésitez pas à en parler sur le forum ! En ce qui concerne les chaînes anglophones, elles sont très nombreuses et regroupent également les grands réseaux de notre voisin du Sud : Fox, ABC, NBC, CNN, sans oublier CBS.

Petit-Prince

Remarque sur le titre : « hot » au Québec signifie que c’est bon, « poche » signifie que c’est plutôt nul.

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 0 / 5. nombres de votes: 0

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Écrit par
Petit-Prince

Mais qui est donc Petit-Prince ? Après s’être évanouit dans le désert sous les yeux médusés de l’aviateur en perdition, le revoilà au pays du froid et du sirop d’érable. Jean-Philippe Rousseau, de son vrai nom, est un Normand pur jus (dans le sens qu’il a souvent baigné dans le Calva). Malgré tout, il ne s’est pas contenté de sa douce campagne normande et a parcouru la France de long en large, avant d’échouer à Paris en 1995… C’est un passionné. Un passionné d’idées, de débat et de joutes verbales, qui l’a conduit à s’engager activement en politique le jour même de ses 18 ans. Il l’a fait en tant que responsable associatif bénévole et enfin en tant qu’assistant de sénateur durant presque quatre années. Mais ne vous méprenez pas ! Loin d’être un " politicard ", c’est un anticonformiste né. Il revendique haut et fort son statut de disciple de la génération des " Hussards ", cette " gang " d’écrivains français des années 50-60, en tête desquels on retrouvait Antoine Blondin, Roger Nimier, Michel Déon et un certain Marcel Aymé. Dans le même esprit, il se délecte des citations de l’inénarrable Michel Audiard, qu’il considère comme le plus grand dialoguiste français. Passez lui le film " Les Tonton Flingueurs " et ca sera l’extase suprême devant le jeu d’acteur de Lino Ventura et autres Bernard Blier. Autre passion : l’écriture. Et il écrit comme il parle, c’est-à-dire beaucoup ! Sur l’air de " j’aurai voulu être un artiste ", lui aurait voulu être journaliste. Au lycée, il lance un modeste journal satirique et sitôt entré à l’université, il fonde un journal étudiant où il peut assouvir sa passion sans retenue (ou presque). Mais toutes ces expériences palpitantes ne l’empêchent pas de sentir de plus en plus monter en lui, une certaine amertume. Comme le disait Charles Péguy au début du siècle dernier : " Mon pays me fait mal " et Jean-Philippe s’en détourne en découvrant le Québec à travers Internet en 1998. Mais c’est lors de son premier grand séjour dans la Belle Province, durant l’été 2000, qu’il tombe définitivement " en amour ". Trois visites touristiques plus tard, le voilà qu’il pose définitivement ses bagages à Montréal le 30 septembre 2001, juste avant d’avoir ses 28 ans. À côté d’un emploi administratif dans une grande compagnie montréalaise, il occupe ses temps libres à concevoir des sites Internet afin de progressivement se mettre à son compte. Ce petit Français reste émerveillé devant l’espace d’initiative et de créativité que lui offre le Québec. Il se sent tellement bien dans son nouvel environnement, que même si son sang reste français, son cœur est déjà profondément québécois. Il ne lui manque plus que d’avoir la retransmission du Tournoi des six nations de rugby, ainsi que la possibilité d’acheter de vrais croissants à côté de chez lui pour se sentir comme au Paradis. Mais tout vient à point à qui sait attendre, n’est-ce pas ? Site perso : La grenouille givrée… Baptisé « le parrain des blogistes immigrés » par le Courrier international à l’automne 2006

Leave a comment

Centre Éducatif

Publicité

Les plus lus récemment

Publicité

Abonnez-vous à notre Newsletter

S’abonner

Publicité

Les plus commentés récemment

Derniers commentaires

Discussions en cours

Articles similaires

3 choses que j’aurais aimé savoir sur l’emploi au Québec

0 (0) Dans deux ans, je vais avoir 20 ans d’expérience québécoise. En...

Ce que j’aurais aimé savoir sur l’hiver à Montréal ?

0 (0) Avant de venir au Québec, je me posais la question :...

D’immigrante à responsable de l’attraction de travailleurs internationaux

0 (0) En juin 2010, je quittais la France avec mon mari...

Mieux comprendre les taxes au Québec

0 (0) Introduction pratico- pratique : Pour des raisons de commodité, l’utilisation...

>
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com