Renouvellement du permis de travail temporaire ou comment avoir des sueurs froides

Renouvellement du permis de travail temporaire ou comment avoir des sueurs froides

Tout débuta par un permis de travail d’un an, nous ne savions pas ce que notre expatriation allait donner, du coup un an ça nous semblait correct pour prendre du recul et voir si l’expérience nous plairait.
 
Oui mais un an, ça passe extrêmement vite et malgré un début de remplissage de papiers en juin, on a finalement reçu notre permis le 1er novembre, dépassant ainsi la date de validité de notre premier permis de 15 jours…
 
Comment est-ce possible, avions-nous le droit ? Eh bien oui, grâce à des techniques d’avocat, la veille de notre fin de permis nous avons fait une demande incomplète de renouvellement de permis de travail temporaire par un envoi par la poste (le cachet faisant foi) via Végreville en Alberta ( traitement par le Fédéral ), même si le dossier n’est pas complet on se retrouve alors en statut implicite tant qu’ils ne traitent pas le document ( ça permet de gagner un délai d’environ 2 mois ) nous permettant de travailler en légalité. Bien sûr, à côté de cette procédure ” fictive” nous avions également fait dans les règles la demande de renouvellement, nous savions que l’AMT avait été accepté (Avis relatif au marché du travail ) nous attendions le CAQ ( certificat d’acceptation du Québec) pour nous rendre à la frontière et régulariser notre situation.
 
En quelques semaines d’attentes tous nos projets étaient en suspens, nous ne savions pas si à la frontière au vu du délai dépassé notre permis serait renouvelé sans problème….Le stress  était à son comble ( surtout le tour du poteau à la frontière américaine où l’austérité de la procédure ne fait rien pour vous rendre confiant…) Avant de partir pour notre petit périple Chicoutimi- Jackman ( dans le Maine) nous avions pris nos précautions en laissant un double des clefs à des amis ( Au cas où nous serions obligé de passer par la France, on avait entendu tellement de choses…)
 
Finalement, contrairement à notre premier passage il y a un an où nous avions été fouillé etc, cette fois-ci les douaniers américains se sont montrés très cordiaux, nous avons profité de cet état d’esprit pour nous assurer que le fait de refuser l’entrée aux Etats-Unis ne nous porterait pas préjudice pour de futurs voyages au pays de l’Oncle Sam. Le douanier américain a confirmé que cela ne posait aucun problème.
 
Puis passage décisif  à la frontière Canadienne en 30 minutes, aucune hésitation de la part du douanier, on a payé la modique somme de
150 $ par permis et on est repassé par la case départ ( on a du refaire un NAS ( numéro d’assurance sociale ) et une carte soleil ).
 
Prochaine étape la résidence permanente avec le PEQ ( Programme de l’Expérience Québecoise) ! Oufffff ! Je suis bien contente que tout soit rentré dans l’ordre.
 
Croire en sa bonne étoile peut apporter parfois d’heureux dénouements !
 
 
Bien à vous
 Aloane 
Retrouvez-moi dans nos aventures sur mon blog aventuresdufjord.canalblog.com

ou sur ma page Facebook Les aventuriers du Fjord

Avatar
Aloane
Née en 1981 et originaire de Lorraine, cet infirmière française arrivée au Québec en 2012 dans la région de Saguenay, s'est réorientée quelques années après son installation. Avec son mari travailleur de l'industrie des jeux vidéo, la famille habite maintenant dans la région de Québec.
http://www.immigrer.com

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut

Bienvenue au Canada