La Hongrie, un pays de mystères ? - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada

La Hongrie, un pays de mystères ?

Dans ce blog, je vous présente mon pays d’origine, la Hongrie. Je fais ceci pour plusieurs raisons. D’abord, c’est un pays qui a beaucoup de vécu, plus précisément, son  histoire remonte au moyen âge,  alors cela vaut la peine d’en connaître davantage. De plus, c’est une destination qui devrait apparaître sur votre liste d’endroits à visiter, car grâce à ses richesses historiques et culturelles, elle a de quoi séduire le touriste. Ensuite, c’est aussi un pays de mystères. La provenance des Magyars et leur langue, soulèvent encore beaucoup de débats. Enfin, je m’aperçois qu’aujourd’hui encore, je rencontre des gens  qui n’ont jamais entendu parler de la Hongrie ou de son existence. De plus, les gens  ont tendance à penser qu’en Hongrie on parle le français (peut-être parce que je discute avec les gens en français) bref,  la langue hongroise ne dit pas grande chose à plusieurs.

Souvent, je fais la connaissance de gens qui n’ont jamais rencontré un hongrois auparavant. Je suis la première amie hongroise pour beaucoup de personnes, aussi bien à Moncton qu’à Montréal. Or, quel privilège d’avoir ce rôle.

Hongrie

La Hongrie (Magyarország), située au centre de l’Europe, est délimitée par 7 autres pays dont la Slovaquie, l’Ukraine, la Roumanie, la Serbie, la Croatie, la Slovénie et par l’Autriche. Cela n’a pas toujours été comme ça, mais dans ce blog je parle de l’État actuel. Un pays enclavé qui veut simplement dire que la Hongrie n’a pas de contact direct avec une mer ouverte. En conséquence, pour avoir accès à la mer, il faut traverser le territoire d’un autre pays. Ceci a l’air banal, mais imaginez-vous, lors de la guerre, être attaqué sur toutes les frontières sans aucune possibilité de s’échapper par la mer. La capitale est Budapest non pas Bucarest. C’est très souvent confondu. Budapest est séparée par le Danube qui longe les deux parties de la ville, Buda et Pest.

La Hongrie n’est pas très favorisée par la géographie. Bien que la Hongrie soit un pays très riche en eaux thermales, on n’a très peu accès à l’eau pour aller se baigner pendant l’été. Le seul lac qui devrait être mentionné est le lac Balaton qu’on  appelle « la mer intérieure hongroise ». Une autre chose qui est intéressante, c’est qu’en Hongrie, il y a surtout des plaines. Par conséquent, on n’a pas la chance d’apprendre à faire du ski ou de la planche à neige à l’intérieur du pays. Ceux qui peuvent se le permettre vont aller en Autriche.

Ces données géographiques expliquent pourquoi, en général, les hongrois ne sont pas de bons nageurs, ni de bons skieurs. Quand je rencontre quelqu’un qui me dit qu’il ne sait pas comment nager ou qu’il n’a jamais fait de ski, je demande tout de suite d’où il vient et je constate que 8 fois sur 10, il a grandi dans un pays où la géographie régionale ne permettait simplement pas de faire certaines choses. Au contraire, le Canada a une géographie physique très variée qui regorge de lacs, de rivières et de montagnes où on peut faire toutes sortes de sports.

Les habitants de la Hongrie s’appellent les hongrois et il y a une population de moins de 10 millions sur 93,030 km2. Je précise, cela n’a pas toujours été le cas, mais je ne veux pas entrer dans la discussion sur le traité de Trianon, lorsque la Hongrie perd 71% de son territoire ainsi que 32% de ses peuples. Ce qui explique pourquoi je croise à Moncton des Hongrois avec la nationalité roumaine. En effet, il existe aussi des communautés magyarophones dans les pays voisins de la Hongrie.

Mais qui sont les hongrois? Malheureusement, y répondre n’est pas aussi évident que de dire qui sont les québécois ou les acadiens. Il existe encore un mystère autour de la provenance du peuple hongrois. Certes, après de longues migrations, nous nous sommes mêlés à des nombreuses peuplades.

La Hongrie est membre de l’Union européenne depuis 2004. La politique est très décevante, je ne perdrai pas mon temps à écrire là-dessus. Sans travail, les gens s’enfuient dans les pays environnants pour faire n’importe quoi, simplement pour avoir une meilleure qualité de vie.

Langue

La langue hongroise est un autre mystère. D’une part, ils disent que c’est une langue de la branche finno-ougrienne des langues ouraliennes, D’autre part, selon certaines théories, la langue hongroise fait plutôt partie des langues turques, donc des langues altaïques. Il existe aussi d’autres théories, mais je n’irai pas plus loin.

En parlant de la langue, ce qui est certain, c’est que le hongrois est une langue très unique et différente des autres langues. C’est une langue agglutinante, ce qui veut dire que tous les traits grammaticaux collent ensemble dans un seul mot, ce qui en fait parfois des très longs. Justement, notre plus long mot comporte 44 lettres : megszentségteleníthetetlenségeskedéseitekért. Évidemment, on ne l’utilise pas, car il ne signifie pas grande chose, mais c’est un très bon exemple de ce que peut produire l’agglutination.

Pour continuer avec l’agglutination, je vous donne un exemple plus simple : Je vais à l’école – iskolàba megyek. Remarquez que la préposition à en hongrois (ba) colle à la fin du mot. Vous avez probablement remarqué une autre chose importante, c’est qu’en hongrois, les genres féminin  ou  masculin  n’existent pas ! Alors pour dire  l’école, ce n’est ni masculin, ni féminin, il est, tout simplement !

Ceci explique un peu pourquoi que, pour les hongrois, apprendre la langue française est un défi de grande taille. Cela clarifie aussi pourquoi ils préfèrent s’établir dans les provinces anglophones et faire leur vie en anglais. En Hongrie, on apprend l’anglais ou l’allemand comme langue seconde. Le français n’est pas nécessairement la langue que les gens vont choisir et souvent ce n’est même pas une option dans les écoles.

Immigration

Les Hongrois sont arrivés au Canada principalement en quatre vagues : notamment de l’Empire austro-hongrois avant 1914 et s’installent surtout dans les fermes des Prairies ; en Saskatchewan de 1925 à 1930, puis de 1948 à 1952; et en 1956 – 1957, après l’échec du soulèvement de 1956 contre l’autorité soviétique. La plupart des immigrants hongrois au Canada sont des catholiques romains, tout comme le gros de la population de la Hongrie moderne.

Voilà un petit aperçu de la Hongrie et des hongrois, un peuple méconnu, mais existant un peu partout dans le monde. Vous, d’où venez-vous?

Vos recherches:

  • immigrer au hongri
  • immigrer en Hongrie
  • la hongrie immigrer en 1956
Monika
Originaire de Hongrie, Monika est arrivée au Québec en 2005 en ne parlant pas encore le français. Elle a obtenu un diplôme de l’Université du Québec à Montréal et a travaillé en tant qu’intervenante psychosociale dans le quartier multiethnique de Parc Extension à Montréal. Depuis 2014, elle vit à Moncton au Nouveau-Brunswick dans l’est du Canada où elle a obtenu son diplôme de Juris Doctor à la faculté de droit de l'Université de Moncton en 2017. Présentement, elle est stagiaire dans un cabinet d'avocat à Dieppe.

1 commentaire sur “La Hongrie, un pays de mystères ?

  1. Szia,
    vivant au Canada mais ayant passé 8ans en Hongrie jusqu’en 2017, j’ai trois remarques:
    1. Les sports d’eau sont très populaires en Hongrie, donc les hongrois sont globalement de bons nageurs (voir les résultats aux JO en natation).
    2. Ce qui m’a le plus interloqué en apprenant le hongrois est plutôt l’absence du verbe auxiliaire « avoir »
    3. Les gens ne partent pas de Hongrie car il n’y a pas de travail, mais pour avoir un meilleur salaire. Le manque de travailleurs est actuellement un énorme souci pour les entreprises hongroise, surtout entre Budapest et la frontière autrichienne.

Les commentaires sont fermés.

Haut

Bienvenue au Canada