Bilan après 4 ans…Une parodie d’aller / Retour

Octobre 2011 – Octobre 2015
 
4 ans après, qu’en est-il ?
 
La conclusion sera à lire en fin de billet.
 
Mais avant, cette discussion téléphonique, tenue avec un ami de longue date, qui tenait à avoir de nos nouvelles.
 
Cet échange devrait vous donner un aperçu des choses…
 
_____________________________________________________________________
 
L  : Lui
M : Moi
 
 
M : Salut…
L  : Salut…
 
Un échange de politesses plus tard…
 
M : Oui…
L  :  À bien y voir, je crois que vous et le Québec, c’est une histoire classée, et que votre choix est définitivement fait…
M :  De manière définitive, je crois… oui !
L  :  Donc, pour me permettre de bien cerner les choses… Le Québec, selon toi ? un endroit pour s’installer de façon définitive ou temporaire ?
M : Pour être franc, et y ayant bien réfléchi au cours de ces dernières années, je te dirais que je préfèrerais à l’avenir juste y passer des vacances, mais pas m’y installer pour de bon…
L  : Pensez-vous retourner dans votre pays, définitivement ?
M : Oui, sans hésiter une seconde !
L  : Attends… Ta démarche d’immigration, si c’était à refaire, la referais-tu ?
M : Non, absolument pas ! Faut se méfier de ce qu’on raconte au sujet du Québec…c’est en partie faux…
L  : Avez-vous eu des troubles pour vous intégrer dans la société Québécoise, la société dite d’accueil ?
M : Oui, énormément…
L  : Ta famille se plait au Québec ?
M : Cou ci, cou ça…
L  : Salut… Bien le bonjour, en espérant que tout aille bien pour vous…
M : Salut…
 
 
______________________________________________________________________
 
 
Le Québec, 4 ans plus tard, un aller-retour…
 
En fait, la véritable conclusion de notre aventure Nord-Américaine, vous la déduirez en relisant le texte précédent de bas en haut…  :thumbsup: 
 
Cela aurait effectivement pu être l’un ou l’autre des cas, un aller – retour dans le texte ou dans les faits…
 
 
  

 
 
 
4 ans plus tard, les feux sont au vert… Je n’entreraii point dans les détails, la phase de transition, pleine de remous, ayant été relatée dans les précédents billets. Un palier étant atteint, nous continuons donc notre chemin, tranquillement, ne regrettant pas un instant notre choix d’être venus immigrer au Québec. Nous évoluons toujours professionnellement, ma conjointe et moi-même, au sein des mêmes entreprises. Les enfants progressent dans leurs études, mon fils ayant intégré le Cégep cette année, ma fille se retrouvant en 6ème année primaire. Notre demande de citoyenneté, quasi-ficelée, n’a cependant pas pu être introduite. Elle a connu un contretemps d’une année, en conséquence à la nouvelle réglementation imposant une présence de 1460 jours au Canada ( contre 1095 précédemment ) au cours des six ans qui précédent la date d’introduction de notre demande. Cette condition sera atteinte sous peu, et l’envoi s’en suivra immédiatemment. Nous ne pourrons donc, cette année, participer aux élections et peser même minimement de nos voix sur le choix des hommes, présentant des programmes et projets, qui régiront notre quotidien… ce n’est que partie remise.
L’achat de notre maison, projet relaté dans les billets précédents, connait lui aussi un contretemps d’une année. Le problème est venu d’où nous l’attendions le moins…de ma fille de 11 ans… qui pleurait à l’idée de devoir quitter sa présente école, le quartier et ses ami(e)s… elle s’était même mise à faire des recherches elle-même et nous présentait des propriétés, trouvées sur les sites spécialisés, proches de son école… des maisons des années 1960, proposées au prix de résidences neuves et plus spacieuses sur la rive Nord… Le passage au secondaire sera le moment le plus opportun pour quitter le secteur. Il y a des choix importants à faire, qui nécessitent certains sacrifices…des zones de confort à devoir malheureusement casser et rebâtir…les enfants comprendront rendus plus grands…
 
Certes, au fil des ans, le mal principal nous rongeant, immigrants, c’est la nostalgie, dommage collatéral de ce choix de s’exiler à des milliers de kilomètres…les souvenirs, les moments de joie que nous ne pouvons pas partager avec nos proches et amis restés au pays, les moments de douleur où nous ne pouvons apporter notre soutien aux personnes que nous aimons… cela pèse…des gens partent, des visages que nous avons laissés rayonnants, des visages que nous ne reverrons plus…sans leur avoir dit adieu…il y a ces naissances aussi, ces enfants que nous ne rencontrerons que plus tard… c’est le volet sombre de l’histoire… mais il y a tant de choses qui compensent…sans toutefois pouvoir remplacer.
 
Voici donc ici brièvement établie une esquisse de l’état des lieux…
 
Chacun en aura évidemment la lecture et l’analyse qu’il voudra.
 
Au coeur des faits, je juge personnellement le tableau positif, les  »moins », car il serait utopique de dire qu’il n’y en ait pas,
 
étant largement contrebalancés par les points positifs.
 
 
 
Aussi, ceci étant dit…
 
Je m’étais promis un petit billet pour la  » 200 000 » ème visite du blog, ce qui à mon sens est énorme pour un blog fait de
 
textes. On y vient doucement…
 
Je profite donc de l’occasion pour adresser 200 000 mille merci(s) aux lecteurs de ce blog.
 
 

 
 
Merci et à bientôt…
 
 
 
__________________________________________________

Sommaire du blog :  http://www.forum.immigrer.com/blog/2/entry-376-sommaire-du-blog/
 
 
 
 
 
 

Avatar
FuturQuébécois
Né il y a une quarantaine d’années à Charleroi, en Belgique, FuturQuébécois provient d’une famille d’immigrants Algériens d'Europe. Docteur ès sciences appliquées en Belgique et a posé ses valises au Québec avec sa petite famille en 2011.
http://www.forum.immigrer.com/profile/108763-futurqu%C3%A9becois/

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut