Au travail ! Après mon installation… - Immigrer.com
samedi , 25 mai 2024
Accueil Blogs Au travail ! Après mon installation…
Blogs

Au travail ! Après mon installation…

0
0
(0)

Au travail !

Après mon installation dont j’avais parlé lors de ma première chronique, de mon émerveillement pendant l’été des indiens et mes dernieres péripeties, il est temps maitenant de parler emploi, l’une de nos grandes appréhensions, nous les immigrants du continent capitaliste ….

Au bout d’un mois et demi, j’en étais déjà à ma quatrième job a Sherbrooke ! Vous ne me croyez pas, hein ? Et oui, c’est vrai de vrai, à Sherbrooke, il y a du boulot et on peut en avoir plusieurs en même temps ! Mais bien entendu, il faut accepter de travailler en dessous de ses diplômes et de ses capacités. Il ne faut pas réfléchir à tout ça et foncer tête baissée. Il ne faut pas se demander pourquoi la Délégation Générale du Québec insiste pour « recruter » des travailleurs qualifiés si au bout du compte on fait n’importe quelle job. Il faut oublier tout ça, c’est du passé. Et l’analyse paralyse !

Je vous raconte mes petites experiences :
Je me suis donc installée sommairement et j’ai fait comme tout le monde, j’ai envoyé plein de CV, j’en ai déposé beaucoup en main propre parce que c’est soit-disant comme ca qu’on fait ici…. Au bout de quelques jours, en retournant a ma voiture garée dans un petit parking alors que j’étais allée deposer mon CV chez Manpower, j’ai vu une petite épicerie fine internationale et j’y suis rentré pour faire quelques emplettes. Je trouvais l’endroit si different des supermarches impersonnels que nous connaissons et j’ai demandé à parler au gérant pour lui demander une job. J’ai commencé quelques jours plus tard en tant que commis comme tout le monde dans l’épicerie. J’ai appris à gérer la caisse, à reconnaître les articles soumis aux taxes et les autres et pleins d’autre choses plus ou moins intéressantes. J’ai rencontré des gens, entraîner mon oreille à mieux comprendre le québécois. Je travaillais environ 20 heures par semaine mais j’étais embauchée pour du temps plein.

Un jour, je suis allée chez Wal-Mart (compagnie américaine, première chaîne de supermarchés du monde, devant Carrefour) pour faire des courses et j’ai vu un panneau disant qu’ils recrutaient du personnel pour les fêtes. Je suis retournée déposer mon CV et j’ai été invitée à un réunion d’info. J’ai passé une entrevue et un test écrit, type questions à choix multiples plus orientées vers le vol, la consommation d’alcool, de drogue, le service à la clientèle. Je suis retournée pour une autre entrevue et on m’a proposé un poste au departement de l’électronique, mon premier choix, donc j’étais contente. J’ai suivi une formation avec 3 autres recrues, donc une dame de 60 ans et une autre un peu plus jeune qui n’avait pas travaillé depuis 24 ans !!!! Bienvenu en Amerique ! Contrat de 3 mois pour les fetes à temps partiel. J’ai accepté cette job pour la renommée de la chaîne et pour les perspectives d’évolution qu’elle représente.

La même semaine, j’ai vu une annonce dans le journal local « La Tribune » où Sears (grand magasin qui vend tout pour la maison, pas les moins cher mais de bonne qualité) recrutait 20 personnes pour les fêtes, temps partiel aussi. Il fallait se présenter un soir avec son CV et on avait droit à l’entrevue sur place ainsi qu’un test comme chez Wal-Mart. J’y suis donc allée et j’ai été reçue pour le département des vêtements pour dames, mon premier choix aussi ! J’ai suivi une formation de quelques demi-journées. J’ai pris cette job pour les mêmes raisons que précèdemment, sauf qu’il ne sont pas leader mondiaux dans leur crénaux. Pendant ce temps-là, j’ai continué à travailler aux deux autres places. Mais au bout d’une semaine ce n’était plus gérable à cause des horaires qui se chevauchent. J’ai donc quitté l’epicerie.

Ensuite, il y a environ un mois, j’ai été contactée par un centre d’appel où j’avais postulé par email et sur leur site. Ils ont mis des annonces partout et il y avait même une grande banderole sur la batisse « Nous Embauchons ! ». J’ai eu droit à un test informatique en anglais et en francais et à une entrevue. En sortant du bureau de la conseillère en ressources humaines j’étais embauchée. Salaire bien plus intéressant que mes trois premières job, temps plein (ouf !!). Les conditions de travail sont plus intéressantes, on est assis alors que dans mes autres job, j’étais debout tout le temps. C’est pas facile Pantoute !! Et puis, plus de 80% de mon travail se fait en anglais, bon exercice !

RE-Formation d’une semaine…. la franchement, j’ai frôlé la crise d’overdose des formations, des cassettes video qui démontrent que ladite entreprise est la meilleur chose que l’on ait crée depuis l’invention de la machine à vapeur ! J’ai quitté Sears car ce n’était plus gérable non plus. C’est ma quatrième semaine ici et j’ai quitté Wal-Mart, hier seulement. J’ai donc travailler 7 jours sur 7 pendant presque un mois et c’est la première fois que je n’ai qu’une job à la fois ! Épuisant et bien loin des 35 heures et des RTT francais mais intéressant et bien payant. J’aurai pu prétendre à une formation (encore !!!!!) chez Sears et Wal-Mart mais il aurait fallu déménager de la région mais j’ai fait le choix de rester a Sherbrooke pour le moment.

Dans ma nouvelle job en tant qu’Agente au service à la clientèle, j’ai beaucoup d’heures supplémentaires que je décide moi-même, environ 68 par semaines. Cette semaine, je n’en fait pas, ça me fait des vacances, juste 40 heures ! Ca ne me dérange pas puisque je n’ai pas d’obligations familiales en rentrant à la maison. Ca ne me dérange pas car on est dans une société donnant-donnant. Ce qui dérange en France je pense, c’est qu’on travaille plus que les 35 heures (dans le privé en tout cas) – car evidemment les entreprises ne s’en sortent pas depuis cette reforme, mais la c’est un autre sujet – , on trouve ça normal, ce n’est pas reconnu, ni financièrement, ni autrement…. Ici, si vous partez à l’heure, c’est normal. Si vous êtes encore là après votre shift, on vous dit de rentrer vous reposer, vous en avez fait assez. C’est toute la différence.

La job, c’est la porte d’entrée sur l’intégration, c’est sûr ! Mon réseau de connaissance grandit tous les jours et c’est un réel plaisir. Mes collègues savent que je ne comprend pas toutes les expressions, ils m’expliquent, ils apprennent les miennes et les ont adoptées ! j’ai des affinités avec plein de monde, je donne des lifts tous les jours et ça me fait plaisir d’être utile, on me réserve un poste de travail à côté de ma « gang » sans même que je ne le demande. Une de mes collègue m’a même prêté un lit alors que je ne lui ai rien demandé. C’est l’fun ! C’est pour ca que j’ai pris cette job, contrairement aux précédentes. Pour l’intégration. Pour la référence qu’elle m’apportera aussi. Je penserai à ma carrière plus tard !

A vous, futurs immigrants, vous réussirez pourvu que vous mettiez de côté vos rêves de grand leader le temps d’une belle integration. Classez vos priorités. Personnellement, je suis heureuse dans ma vie ici même si je suis allee à l’école bien plus longtemps qu’on me le demande ici car je suis contente d’arriver travailler. Si j’avais absolument voulu trouver la super job tout de suite, je serai surement toujours en train de chercher, j’aurai manger toutes mes économies, je me demanderai si je n’aurai pas mieux fait de rester en France et je détesterai le Quebec !

À bientôt, pour mes prochaines aventures !

Impatience

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 0 / 5. nombres de votes: 0

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Leave a comment

Centre Éducatif

Publicité

Les plus lus récemment

Publicité

Abonnez-vous à notre Newsletter

S’abonner

Publicité

Les plus commentés récemment

Derniers commentaires

Discussions en cours

Articles similaires

3 choses que j’aurais aimé savoir sur l’emploi au Québec

0 (0) Dans deux ans, je vais avoir 20 ans d’expérience québécoise. En...

Ce que j’aurais aimé savoir sur l’hiver à Montréal ?

0 (0) Avant de venir au Québec, je me posais la question :...

D’immigrante à responsable de l’attraction de travailleurs internationaux

0 (0) En juin 2010, je quittais la France avec mon mari...

Mieux comprendre les taxes au Québec

0 (0) Introduction pratico- pratique : Pour des raisons de commodité, l’utilisation...

>
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com