Vente Trottoir

Pendant le week-end du Grand Prix, l’avenue Mont Royal organise sa grande vente de trottoir. Tous les magasins de la rue mettent un stand extérieur avec des prix super attractifs ou des animations, du vendredi au dimanche soir.
Sur 50 m, tu peux acheter des vêtements pour 5 dollars, te faire masser pendant 10mn, manger des nems cuisinées devant toi, acheter des gâteaux pour chiens et chats, changer de banque, acheter un bouddha en bronze, du savon au sirop d’érable, des gougounes ou encore découvrir des spécialités italiennes 😉 Tout ça au rythme de la musique qui sort des bars et restos, mêlée à celle des musiciens de rue installés ça et là.
 
J’adore cette ambiance et dès vendredi soir j’arpentais la rue en famille, à la recherche d’un resto où nous poser. Nous avons opté pour un steak frite sur la rue Saint Denis, un « apportez votre vin » où la viande est succulente.
A la fin du repas, il nous restait une bonne moitié de notre bouteille de Gigondas et nous n’avions aucune envie de la ramener, déjà chargés d’achats en tout genre et escortés par nos enfants surexcités. Je me tourne donc vers la table voisine et leur propose de leur laisser notre bouteille. Il s’agit d’un jeune couple de Français avec leurs parents. Ils sont ravis.
Alors que je quitte la table et après avoir passé la leur, j’entends un des parents dire : « ben quand même, qu’est-ce qu’ils sont sympas les Québécois !!!! »
J’en souris encore…
 
Cet article est tiré de mon blogue:
Les tribulations d’une française à Montréal:
http://mhlps.wordpress.com
et la page facebook où je partage mes découvertes québécoises:
https://www.facebook…ncaiseAMontreal 

Maudite Française
Arrivée au Québec en 2010 avec son mari et ses deux enfants en bas âge, de 4 et 6 ans, Marie, notre blogueuse Maudite Française est une Française habitant le fameux Plateau Mont-Royal. Je suis une Française expatriée à Montréal. J’ai quitté la France avec mon mari et mes deux enfants de 4 et 6 ans. J’écris ce blog pour partager mon expérience d’immigrée et toutes les étapes que j’ai traversées, des périodes d’euphorie à celles moins drôles de doutes et de manque de ma terre natale. Aujourd’hui, j’ai assez de recul pour rire de situations qui me paraissaient dramatiques il y a quelques mois…Parce que quand on débarque et que l’on a plus aucun repère, le moindre grain de sable devient une montagne…j’ai re-fait ma vie…pas avec un autre homme mais avec un autre pays
https://mhlps.wordpress.com/
Haut
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2022 immigrer.com
Advertisement Advertisement
>