Retour au Canada mitigé après 8 ans d'attente (Banff) - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada

Retour au Canada mitigé après 8 ans d’attente (Banff)

Je voulais faire part de mon expérience et pourquoi pas avoir des conseils.

J’ai vécu au Canada il y a 8 avec un PVT. J’ai travaillé à Montréal et voyagé jusqu’à Banff. Mon PVT arrivant à terme j’ai du rentrer à contre coeur. Le retour a été rude et j’ai toujours voulu revenir.

L’opportunité s’est présentée avec la possibilité pour ceux qui avaient fait un PVT avant 2010 de pouvoir de nouveau tenter leur chance et j’ai eu cette chance.

Un PVT de 2 ans, le rêve. Entre temps j’ai été malade et j’ai perdu 1 an. J’ai rencontré mon conjoint qui est venu avec moi même si au début il ne voulait pas tellement. Tout larguer sans savoir où on va, alors qu’on n’était pas si mal ça n’avait pas de sens. On a quand même beaucoup hésité et le fait d’être en couple a remis certaines choses en perspective de mon côté aussi. De plus il a plus de 35 ans donc ça rajoute des démarches sur place pour lui pour trouver du travail.

Mais j’étais tellement dans mon souvenir d’il y a 8 ans, que ça c’était super bien passé, que je trouvais du travail en une semaine. Que lui qui est cuisinier allait trouver un super boulot que je l’ai convaincu et me suis re-convaincu par la même occasion.

Nous vivions en France en station de ski. Ayant adoré Banff c’est tout naturellement que j’ai choisi cette ville. Nous travaillons tous les deux en restauration, il n’y avait pas de raison que ça ne marche pas sachant qu’ici il n’y a qu’hôtels, restaurants et boutiques de souvenirs.

Sauf que les difficultés ont commencé avec mon conjoint. Tout le monde voulait l’embaucher mais personne ne voulait faire les démarches pour l’aider à obtenir le permis Mobilité Francophone. On a bataillé énormément, personne ne connaît ce permis ici et personne ne veut plus engager (dans cette région du Canada) d’employé si il y a de la paperasse aussi mince soit elle… Il y a eu des abus et depuis 3 ans les employeurs de la vallée ont mis un frein a ce type d’embauche. Nous l’avons appris sur place.

Après 2 mois de recherche quelqu’un a finalement accepté de le prendre, mais lui qui a de l’expérience en palace et hôtel 5 étoiles se retrouve à travailler dans un restaurant limite fast food … Il a une bonne paye mais le travail n’est pas gratifiant …

De mon côté c’est aussi la grosse désillusion. Je ne trouve pas de travail à part du ménage. J’ai un très bon anglais et bossé pendant 6 ans en réception mais personne ne me donne ma chance. J’ai le choix entre du ménage ou bosser chez Mcdo

De plus c’est une saison très creuse ici de septembre à décembre.

Je n’avais pas pensé à tous ça, je croyais comme beaucoup qui viennent ici et qui se casse les dents, que l’hiver est une saison forte. Mais non, c’est assez calme. L’été est très occupé voir même débordant de touriste mais l’hiver il ne se passe pas grand chose. Comme me l’a dit a juste titre la dame du service emploi local, qui va skier quand il fait -30 dehors presque tout l’hiver ? Très juste.

Du coup après 2 mois sur place seulement je songe à rentrer. On a dépensé beaucoup d’argent et on ne rentre pas dans nos frais. Mon conjoint a un travail qui le paye bien, mais bon c’est pas la joie. Moi je ne trouverai sûrement pas de travail avant les fêtes de fin d’années et pourtant ce n’est pas faute de chercher. Mais quand il y a plus d’applicants que d’offre c’est dure de se démarquer.

C’est dommage. Étonnamment, et ça croyez-y ou non, j’ai eu beaucoup de signe qui m’ont fait venir. Quand je pensais renoncer et annuler mon PVT je tombais par hasard sur des émissions ou des affiches sur le Canada. Quand je pensais changer de province, le jour même j’ai croisé une voiture avec en déco une plaque d’immatriculation de l’Alberta ( là ou je suis) sur le pare brise arrière. Quand mon conjoint ne trouvait pas de travail et qu’on pensait à rentrer il en a trouvé un. Et maintenant que c’est moi qui galère, j’ai demandé un signe et mon conjoint est revenu la cheville tordue … Bon celui là de signe je ne le comprends pas trop !!

Bref tout ça pour dire qu’en 8 ans le Canada a pas mal changé. Oui il y a des opportunités mais elles sont assez minces si vous avez plus de 35 ans comme mon conjoint. Le gouvernement crée de nouveaux visa comme la mobilité francophone mais clairement aucune entreprise n’en a entendu parler. A part sur des salons internationaux comme destination canada, mais sur place la réalité est vraiment différente. Et pas qu’à Banff.

Aujourd’hui je ne sais pas si ça vaut le coup de rester à faire des boulots pour vivre en attendant les opportunités de l’été ou si il vaut mieux rentrer.

Ça va bientôt faire 3 mois qu’on est là et c’est une belle désillusion. De plus je n’ai plus 23 ans comme à l’époque et le retrouver chez Mcdo avec des jeunes de 18 ans c’est un sacré retour en arrière. De plus quand j’entends que le gouvernement simplifie les démarches pour l’immigration ce n’est pas toujours vrai.

Alors passer l’hiver ici ou rentrer là je doute.

Si il y en a parmi vous dans la région, à Banff même ou ailleurs je serai ravie d’avoir votre opinion. Non pour prendre une décision mais des avis de personnes extérieures peuvent offrir d’autres perspectives de réflexion !

Texte de Lou_Fa4573 dans le forum de discussions

Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/

Commentaires sur “Retour au Canada mitigé après 8 ans d’attente (Banff)

  1. bonjour j’ai 15 ans et a mes 18 ans et je suis Français. Je voudrais m’installer au Québec mais pour étudier et pour y travailler un peu quand même mais je ne serais pas comment faire si quelqu’un pourrais m’aider ? merci d’avance

  2. Bonjour,

    Je pense que c’était un pari risqué d’aller vous enterrer à Banff. Je comprends bien votre envie d’aller travailler en montagne, mais à choisir, vous auriez du miser sur le Québec. Je suis d’accord avec toi. Il y a beaucoup de français qui idéalisent la vie au Canada. Ce n’est pas un eldorado comme beaucoup le décrive, en revanche, il y a des opportunités. Je ne crois pas trop au salon de l’emploi canadien à France. La meilleure façon est d’être sur place. Point. Pour ma part, je suis arrivé ici il y a 3 ans résident permanente en poche et j’ai trouvé un boulot dans mon domaine en un mois.

    Si la vie au Canada vous plait, ne lâchez pas! Vous allez rentrer en France déçu alors qu’à mon sens, vous n’avez pas fait pas les bons choix dès le départ.

  3. Bonjour, Je sens bien que l’euphorie des premiers jours est tombé. Ceci dit, démarrer une nouvelle vie, partant de crash, demande au moins 2-3. Comprendre les règles du jeux, en matière de recherche d’emploi, constituer un réseau via les collègues actuelles, savoir »Se Vendre » et ne pas réciter ses experiences face aux employeurs. En somme, la difficulté fait partir de l’apprentissage, donc gardez le cap parce que els beaux jours sont devant vous.

  4. Bonjour,

    Le Canada est en manque d’effectifs en matière d’hôtellerie-restauration, et particulièrement la ville de Québec. À Québec, il n’y a pas de 5 étoiles, mais il y a quand même le Château Frontenac 🙂 Il y a évidemment de nombreux touristes l’été, mais il y a aussi une activité l’hiver autour des petites montagnes de la région. D’ailleurs, un Club Med est en cours de construction dans la région de Charlevoix.

    En revanche, au Québec, les serveurs sont mieux payés et considérés que les cuisiniers. Le pourboire ne va qu’aux serveurs. Peut-être qu’avec la pénurie de main-d’oeuvre, il est plus facile de négocier.
    Mais peut-être que vous préférez rester en « Anglophonie » ?

    En fait, je pense que vous avez choisi votre région coup de coeur sans faire une étude du marché du travail plus approfondie.

    Avant de prendre une décision définitive et rentrer en France, vérifiez les offres de travail qui vous correspondent à travers le Canada, Et ensuite, vous choisirez un lieu où vivre. Vous êtes bilingue, vous pouvez donc vivre n’importe où au Canada.

    Ne lâcher pas tout de suite, sauf si vous êtes vraiment mal.

    Bon courage.

  5. Peut-être que Banff n’est pas la bonne ville pour trouver facilement du travail, même si vous vous y sentez bien. J’habite présentement à Québec et comme dit quelqu’un plus haut, la ville cherche beaucoup de candidats partout dans plein de domaines, il y a de la pénurie partout. Peut-être qu’un changement de ville pour vous serait la solution!!

  6. Le texte a t’il été traduit de l’anglais ? C’est très difficile à lire. En tout cas c’est vrai, oubliez le rêve canadien, l’immigration n’est pas si simple qu’il y parait. Je vis au Québec et vais avoir ma résidence permanente mais il faut beaucoup de temps pour les démarches et une profonde envie d’habiter ici. C’est très différent d’un voyage.

  7. Bonjour,
    Bravo pour avoir eu le courage de partir ! Vous avez une grande chance de vivre cette expérience, même si c’est difficile pour vous une fois sur place… Vous n’en ressortirez que plus riches! Même si c’est pas financièrement! Moi j’aurais plutôt tendance à dire de ne pas lâcher ! Peut-être s’orienter vers une plus grande ville, au moins pour la saison hivernale ? En tout cas la où les opportunités pourraient être plus nombreuses ? Calgary ? Ou dans une autre Province ? Vancouver est une magnifique ville… Ou bien autre option Whisler? Cette station de ski tourne bien en hiver…
    Bon courage en tout cas, donnez des nouvelles…

  8. Je ne connais pas le pays car suis en passe de venir en Ontario mais j’ai envie de te dire bon courage et de toujours avouer les signes. La première fois que j’ai mis le pied à Montréal j’ai vu mon prénom sur une vitre avec un cœur. Pourtant j’ai du prendre l’Ontario car le Québec ne recrutait pas, aux dires de l’agence de conseil en immigration.
    Courage !

  9. Salut à toi !

    Je laisse rarement de commentaires comme ça, mais ton texte m’a insufflé l’élan de t’écrire… D’abord, je trouve que tu écris super bien, c’est fluide, et tu sais retranscrire ce que tu traverses !
    Écoute, je suis aussi du genre à écouter les signes de l’univers, et justement, je viens juste d’écrire là-dessus.. Que parfois, comme vous l’avez fait en partant au Canada, toutes les raisons logiques voudraient qu’on ne fasse pas quelque chose, mais il y a tellement de signes, et c’est une évidence pour le cœur, qu’on le fait quand même..! Bravo pour ça ! Yeay !
    Alors, moi, ce que j’ai envie de te dire, c’est garde le cap ! Surtout si les signes sont encore là ! Bon, ok, la cheville de ton copain, c’est bizarre… Mais est-ce que le Vie serait pas juste en train de vous dire de vous arrêter, d’apprécier la beauté de la vie, la chance que vous avez de pouvoir vivre dans un si beau cadre (j’ai été à Banf à l’automne dernier, je suis tombé en amour !!)… Est-ce que vous n’auriez pas tous les deux des projets personnels que vous auriez envie de développer depuis longtemps ? Une passion ? N’as tu pas envie d’écrire par exemple ? (Bon désolée, ça c’est purement personnel, parce que moi, c’est ce qui m’arrive…)

    J’ai laissé aller mon élan à t’écrire.. J’espère que ce petit message vibrera en toi..!
    Je vous souhaite le meilleur et j’aimerais bien avoir des nouvelles de comment ça évolue pour vous !

    Brigitte

  10. Lou_Fa4573 – Première chose à faire : oublier les signes ! l’immigration est un processus qui prend du temps, entre 1 et 3 ans pour se sentir vraiment bien (c’est une moyenne) mais au final cela en vaut la peine, le Canada est un pays en plein boom et les opportunités ne manqueront si vous vous donnez du temps, la mobilité est importante également mais pour des « jeunes » qui n’ont pas de liens sur place c’est plus facile, je vous conseille de faire passer le travail de votre conjoint en priorité – trouver un « palace » ou un 5*- puis cherchez aux alentours. Vous avez fait le bon choix (peut-être pas pour Banff cela dit) la France est un pays en perte de vitesse.Bonne chance 🙂

  11. Regarde sur Québec, le maire lui même c’est déplacer à Paris pour recruter tellement il manque de personnes. Dans mon boulot, on cherche une réceptionniste est on trouve pas, mais ce n’est pas en hôtellerie.

    1. Bonjour ma fille est au quebec je passe deux moi et demi avec ma fille .trés belle pays .sauf sa coûté chèr pour juste une renseignement il faudra payer 121$.je l’expérience dans l’hôtellerie les pocessus les demarche c’est pas donné et tañdis que je suis haitienne naturalise française j’aimerais bien rencontrer les employeurs canadien pour m’aider à travailler au quebec .je besoin savoir c’est pour quand le salon de paris merci

Les commentaires sont fermés.

Haut

Bienvenue au Canada