Origine des mots québécois, québécismes, archaïsmes, anglicismes... - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > FAQ > Origine des mots québécois, québécismes, archaïsmes, anglicismes…

Origine des mots québécois, québécismes, archaïsmes, anglicismes…

Origine des mots québécois, québécismes, archaïsmes, anglicismes…

Curieuse Ecrit le: 30/01, 22:40

Bonjour à tous,
J’ai toujours été intéressée par l’étymologie des mots. C’est assez fascinant de constater l’évolution d’un mot ou d’une expression et de remonter jusqu’à son origine. Ben pour moi, en tout cas…
Pour ceux que ça intéresse, je vous livre ici quelques découvertes de mon crû glanées au fil des ans.
Kétaine : Ça provient de la famille Keaton de Sherbrooke (années 60) qui adorait piquer des flamands roses et autres babioles sur leur pelouse. Quand les gens passaient devant leur maison, ils se faisait la réflexion; “maudit que ça fait Keaton!”
Poutine : De l’anglais “Pudding”
Bécosse : De l’anglais “back house”
Ataboy! (Expression de moins en moins utilisée qui exprime un grand enthousiasme) : De l’anglais “All aboard!” Cri du contrôleur pour les retardataires avant que le train ne s’ébranle.
Barbecue ou B.B.Q. : Du français (eh oui!) “De la barbe à la queue” signifiant que la bête est rôtie sur toute sa surface.
Tennis (Oui je sais, c’est pas québécois (B.B.Q. non plus en fait ) mais celui-là je l’aime bien ): Du français “tenez!”. C’est ce que l’on criait à chaque service en jouant au “Jeu de paumes”. En effet, les joueurs se servaient de la paume de leur mains en guise de raquettes. (18e siècle?)
Pour les archaïsmes québécois, voici un lien qui en donne quelque uns :
www.mef.qc.ca/quebecismes-archaisme…
Et vous? En connaissez-vous d’autres? (Mots, livres ou liens internet). Sur le net, y’a comme une pénurie…
Curieuse

—————-

totof06 Ecrit le: 31/01, 11:25

Tiens, un p’tit lien sur “Quétaine” (j’ai toujours cru que cela ne s’ecrivait que comme cela ! )
www.rabaska.com/super/chroniques/20…
Christophe… …quétaine au bout !!!!!!!!

——————–

Curieuse Ecrit le: 31/01, 12:40

Un gros merci pour ce lien totof06!
Quand on regarde à gauche de la page, il y a un lexique québécois avec tout plein de mots. Un vrai régal! C’est exactement ce que je cherchais!
Trop génial!
Curieuse

————

Spawn Ecrit le: 31/01, 12:47

QUOTE
Barbecue ou B.B.Q. : Du français (eh oui!) “De la barbe à la queue” signifiant que la bête est rôtie sur toute sa surface.

Moi, j’avais lu que c’était parce qu’on “empalait” la bête de la gorge (barbe de la bête) à la queue. Puis on dépose le tout au-dessus d’un petit feu… Miam!

——————–

Petit-Prince Ecrit le: 31/01, 14:08

QUOTE
Moi, j’avais lu que c’était parce qu’on “empalait” la bête de la gorge (barbe de la bête) à la queue.

Tu as tout à fait raison Spawn.
Pour ce qui est du jeu de Paume, c’est bel et bien au XVIIIe siècle.
À plus !

——————–

JayJay Ecrit le: 31/01, 21:56

Kétaine, j’ai toujours cru que ça venait de la marque de disques K-Tel, qui était connue dans les années 70 pour faire des compilations de musique, parfois un peu “quétaine” et de mauvaise qualité…

——————–

jimmy Ecrit le: 31/01, 22:15

En voici un autre :
Enfirouapé qui vient de “in fur rap”. (enveloppé dans de la fourrure)
jimmy

—————–

Curieuse Ecrit le: 1/02, 01:27

Complément d’information..
Enfirwâper: se faire jouer, berner. Référence aux anglais qui, au début de la conquête s’habillaient de fourrure. Enfirwâper (in fur wrapped: Enveloppé de fourrure) par opposition aux Français qui eux, portaient habituellement des vêtements de lin. Ainsi, quand les Français se faisaient jouer, berner, par les Anglais, ils employaient cette expression qui par la suite s’est généralisée.
Un de ceux que j’ai jamais trouvé c’est “Déguédine!” (Bouge! remue-toi!)
Un vrai mystère celui-là…
Curieuse

————–

X__Bunny__7 Ecrit le: 1/02, 02:49

QUOTE
Ataboy! (Expression de moins en moins utilisée qui exprime un grand enthousiasme

tout à fait de moins en moins usité mais qui s’est transformée en “Oh Boy, …”

——————–

lukedulac Ecrit le: 1/02, 07:21

“Ataboy” totof06, le site oueb avec la lexique va certainement me servir avec mon “learning curve” du quebecois. LUKE

—————–

Esther Ecrit le: 1/02, 17:03

QUOTE (Curieuse @ 30/01, 23:40)
Bonjour à tous,
J’ai toujours été intéressée par l’étymologie des mots. C’est assez fascinant de constater l’évolution d’un mot ou d’une expression et de remonter jusqu’à son origine. Ben pour moi, en tout cas…
Pour ceux que ça intéresse, je vous livre ici quelques découvertes de mon crû glanées au fil des ans.
Kétaine : Ça provient de la famille Keaton de Sherbrooke (années 60) qui adorait piquer des flamands roses et autres babioles sur leur pelouse. Quand les gens passaient devant leur maison, ils se faisait la réflexion; “maudit que ça fait Keaton!”
Poutine : De l’anglais “Pudding”
Bécosse : De l’anglais “back house”
Ataboy! (Expression de moins en moins utilisée qui exprime un grand enthousiasme) : De l’anglais “All aboard!” Cri du contrôleur pour les retardataires avant que le train ne s’ébranle.
Barbecue ou B.B.Q. : Du français (eh oui!) “De la barbe à la queue” signifiant que la bête est rôtie sur toute sa surface.
Tennis (Oui je sais, c’est pas québécois (B.B.Q. non plus en fait ) mais celui-là je l’aime bien ): Du français “tenez!”. C’est ce que l’on criait à chaque service en jouant au “Jeu de paumes”. En effet, les joueurs se servaient de la paume de leur mains en guise de raquettes. (18e siècle?)
Pour les archaïsmes québécois, voici un lien qui en donne quelque uns :
www.mef.qc.ca/quebecismes-archaisme…
Et vous? En connaissez-vous d’autres? (Mots, livres ou liens internet). Sur le net, y’a comme une pénurie…
Curieuse

————-

Esther écrit

Salut Curieuse,
Je n’ai pu m’empêcher de rire en lisant qu’on attribuait l’expression Kétaine à une famille Keaton de Sherbrooke!
Une correction s’impose telle que confirmée d’ailleurs par la comédienne Andrée Champagne dans son livre, elle qui est native de St-Hyacinthe. L’expression vient bien de cet endroit et sa mère s’en servait déjà dans les années ’40 et je cite:
Ma famille était loin d’être riche mais maman était une couturière très habile. Ma soeur et moi étions donc vêtues non seulement très proprement mais avec beaucoup de goût. Il nous arrivait plus tard de revoir nos vêtements devenus trop étroits, portés par les enfants des famille quêteuses, les «quétaines du Marché à foin».
Malheureusement, les nouveaux propriétaires n’avaient pas toujours le don de bien assortir les fringues. Quand les ensembles révélaient un manque de goût flagrant, maman, le sien aussi conservateur que sûr, me disait: “Que veux-tu, ils s’habillent en «quétaines». C’est dommage mais c’est ce qu’ils sont.”
Pour donner suite à ta remarque sur les flamands roses, je vivais à Sherbrooke dans les années ’60 et les flamands roses étaient inexistants. Il aurait été plus que surprenant d’en voir chez les anglophones étant donné que c’est une pratique, très quétaine j’en conviens, mais qu’on voyait plutôt chez les francophones. LOL Les premiers que j’ai vus se trouvaient d’ailleurs dans la région de Montréal. LOL.
Une autre explication provenant de source anonyme dit:
“Dans le premier tome de ses Mémoires (p. 44), T.-D. Bouchard (1881-1962), ancien maire de Saint-Hyacinthe, donne l’origine mascoutaine de qu(k)étenne qui correspond à celle de madame Champagne. D’après Bouchard, Quétenne est synonyme de rustre et vient du surnom d’une des plus notoires familles du bas de la ville, les Martin dits Quétenne.
Comme toi j’aime beaucoup l’éthymologie. J’ai donc voulu remettre la pendule à l’heure.
Esther

——————–

Curieuse Ecrit le: 2/02, 01:42

Bonjour Esther,
Historique : Certaines sources mentionnent que quétaine serait une modification des noms propres Keating ou Keaton et même de l’espagnol gitana [hitana]. Sans exclure radicalement ces propositions, il est toutefois plus vraisemblable de voir en quétaine un représentant de la famille de quêter, « mendier », hérité du latin quaerere, verbe panroman, « chercher et demander, tenter de se procurer » lui-même déplacé par quérir (aussi du latin quaerere) « chercher pour amener ». En France, du XIVe au XVIe siècle, questain « quêteur » qui survit encore dans l’Est et le Sud-Est ; aussi dans le Nord-Ouest, quêtin « qui a des ressources à peine suffisantes ». Ces formes et ces acceptions voisines ont aussi survécu en Suisse romande (FEW. DHLF).
Ce texte provient du site que Totof06 a mentionné plus haut:
www.rabaska.com/super/chroniques/20…
Plusieurs sources possibles donc…. Moi j’avais entendu cette histoire de Keaton à la radio, il y a plus de 15 ans. Mais je dois dire que l’hypothèse du nom d’origine “Quêter” pourrait tomber sous le sens…Quoique la phonétique semble assez éloignée du mot d’origine.
Curieuse

Vos recherches:

  • becosse plan
FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/
Haut

Bienvenue au Canada