Monikebek - Immigrer.com
samedi , 18 mai 2024
Blogs

Monikebek

0
0
(0)

Monikebek

Après quelques années au Québec, notre chroniqueuse a élu domicile en 2004 au Yukon dans le grand nord canadien.

Présentation

Derrière le pseudonyme Monikebek, se cache Monika au Québec … Mais d’où vient-elle cette Monika Posch (ben oui, quel nom de famille à porter au Québec, hein !) ?

Monika est née en septembre 1959 dans une petite ville au bord du Rhin au milieu des vignes de Rhénanie-Palatinat en Allemagne, aînée des 4 enfants qu’auront ses parents qui ne se doutent pas que le grand-père autrichien ne restera pas le seul étranger dans cette famille ! Très tôt l’on se rend compte de ses dons pour les langues : l’anglais d’abord qui ensuite se fait détrôner par le français. A 13 ans, et lors de ses 2e vacances en France, elle décide qu’un jour elle y vivra. Elle passe pour une folle, et tous n’ont qu’un sourire désolé pour elle durant toutes ces années qui l’emmènent jusqu’au baccaluréat allemand. A 15 ans, elle tombe amoureuse de Michel qui est venu là à l’occasion d’un échange entre deux villes jumelées. Ils s’écriront beaucoup, se verront peu durant 4 ans. Le bac et le permis de conduire en poche, elle déménage à Dijon en Bourgogne en 1978 rejoindre son amoureux. Ils se marieront en 1979, auront un garçon, Christophe, en 1981. Elle a obtenu la citoyenneté française mais a dû abandonner sa nationalité allemande en échange. Elle se fait bouffer par son travail de secrétaire-export trilingue pendant plus de 12 ans, puis c’est la démission pour ne pas sombrer dans la dépression, le burn-out. Un an de chômage payé, ça fait du bien.

Mais son mariage bat de l’aile; elle ne veut pas l’admettre et tente tout pour sauver son couple. Elle retrouve du travail au bout de 12 mois, puis un 2e emploi au bout de 6 mois de ce remplacement. Et là, va savoir, elle qui avait cru que son mariage remarchait de nouveau, elle tombe en amour avec un grand ingénieur électro-mécanique Flamand barbu qui est en attente de visa pour partir au Colorado pour 3 ans, quelle idée ! 35 ans, mariée, un fils de 13 ans, mais à quoi elle pense là ?! Bref, elle obtient le divorce à l’amiable deux semaines avant de partir en Octobre 1995 pour Denver rejoindre Pascal qui y est déjà depuis Avril. Deux années inoubliables à Denver, même si elle n’avait pas le droit de travailler, même si Pascal était très souvent en voyage en Alaska du nord (oui !), au Nouveau Mexique, à Washington et même au Vénézuela et en Inde !. Mariage fin septembre 1996, puis naissance d’Antoine en juillet 1997 : eh oui, il est citoyen américain ! Ce qui fait sérieusement augmenter le nombre de citoyennetés dans la famille : allemande, belge, française, américaine en plus du grand-père autrichien …

Peu après, Dijon fait une offre, et Pascal et Monika finissent par accepter de revenir en France pour quelque temps (histoire de se faire des gros sous puis retourner en Amérique du Nord dans 5 ans par exemple). Retour en France difficile … la sécu ne veut pas de Monika (absente plus de 13 mois), la job promise s’est envolée dans le crash en Asie, le logement n’est pas bon. Bref, ils ne voulaient pas revenir et ils ne resteront pas, na !

Au bout de 6 semaines, ils entament les démarches pour le Québec. Au bout de 4 mois, un remplacement de congé maternité de 7 mois qui se termine par … son propre congé de maternité ! Timothy naît en février 1999, en fait le jour initialement prévu pour l’entretien à la délégation du Québec ! Et encore un petit Français, et hop là !

Tout ce petit monde là quitte l’Europe le 3 avril 2000, après avoir vendu la maison, rempli le container et fait la tournée d’adieux en France, Allemagne et Belgique. Après un mois à Montréal, ils s’installent à Drummondville, puis le travail de Pascal les emmène en Estrie où ils ont acheté leur cabane au Canada 6 mois après avoir posé pied sur la terre québécoise. Elle travaille depuis deux ans comme adjointe au président et assistante planification de production dans une société qui fabrique des bouchons en plastique (250 employés) dont la maison mère se trouve dans leur village, et Pascal est superviseur de R & D dans une entreprise de production de valves industrielles à 20 km de chez eux. Entretemps, le grand Christophe est arrivé à Montréal pour une année d’ETS, et ils compte revenir après sa dernière année à l’INSA de Lyon (soit en 2004).

Ils se disent chanceux d’avoir reçu tant d’aide de la part de ceux qui sont leurs amis québécois aujourd’hui, et ils aiment rendre la pareille à d’autres nouveaux arrivants au gré des rencontres par amis communs ou l’internet.

2003 est l’année de leur citoyenneté : avec un peu de chance pour la fête du Canada ???

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 0 / 5. nombres de votes: 0

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Leave a comment

Centre Éducatif

Publicité

Les plus lus récemment

Publicité

Abonnez-vous à notre Newsletter

S’abonner

Publicité

Les plus commentés récemment

Derniers commentaires

Discussions en cours

Articles similaires

3 choses que j’aurais aimé savoir sur l’emploi au Québec

0 (0) Dans deux ans, je vais avoir 20 ans d’expérience québécoise. En...

Ce que j’aurais aimé savoir sur l’hiver à Montréal ?

0 (0) Avant de venir au Québec, je me posais la question :...

D’immigrante à responsable de l’attraction de travailleurs internationaux

0 (0) En juin 2010, je quittais la France avec mon mari...

Mieux comprendre les taxes au Québec

0 (0) Introduction pratico- pratique : Pour des raisons de commodité, l’utilisation...

>
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com