Du primaire au secondaire, tout un changement.

L’école ici, du moins pour le primaire, est assez géniale : Classes avec peu d’enfants, professeurs dévoués et à l’écoute, apprentissage basé sur le développement personnel, éducateurs aux petits soins… Mes enfants sont encadrés, choyés, tous les adultes de leur entourage connaissent leurs prénoms. Ils sont dans un cocon.
Mais voilà, l’aîné rentre au secondaire (l’équivalent de la 6ème en France) l’année prochaine. Et là, c’est une autre histoire, que je découvre avec lui puisque je n’ai pas connu ce système…Nous avons donc entamé une série de visites d’établissements d’enseignement secondaire, bien décidés à trouver le Poudlard de notre aîné!
Et là, j’ai eu un choc : les collèges sont immenses, avec des photos des anciens dans tous les corridors qui semblent vous regarder avec toute l’arrogance de leur jeunesse pourtant passée. Je les entendais murmurer « Carpe Diem » et il me semblait même entendre de la cornemuse au loin… Les élèves portent des uniformes et il y a des rangées de casiers partout… Comme dans les films.
Certaines de ces écoles sélectionnent leurs candidats sur dossier puis examen. La course aux révisions a commencé avec son lot d’énervements, de pleurs, de « mais j’comprends pas je n’ai jamais appris ça » qui détonnent avec le rythme scolaire plutôt tranquille du primaire, où la pire crise à gérer est celle du : -« Hein? Déjà? Mais pourquoi es-tu venu me chercher si tôt??? Rapport aux tonnes d’activités périscolaires qui commencent dès 15h30 avec toute une gang d’éducateurs cools.
J’ai même entendu un papa (assez énervé par les cris de son fils qui ne voulait pas quitter l’école) s’émporter : - « Mais vous ne pourriez pas leur faire faire des trucs ennuyeux, parfois, pour qu’ils soient contents de partir??? »
Et l’éducateur de répondre « On commence le grec la semaine prochaine! « 
Il me semble que mon grand garçon va trouver le passage au secondaire pas mal rude, perdu dans un établissement ancestral, anonyme parmi tout plein de petits gars en uniforme sous les regards des anciens…Et je n’ai même pas de cape d’invisibilité à lui léguer !!!!
 
Cet article est tiré de mon blogue: Les tribulations d’une française à Montréal: http://mhlps.wordpress.com
Vous pouvez également suivre ma page facebook où je partage mes découvertes québécoises: https://www.facebook…ncaiseAMontreal

Maudite Française
Arrivée au Québec en 2010 avec son mari et ses deux enfants en bas âge, de 4 et 6 ans, Marie, notre blogueuse Maudite Française est une Française habitant le fameux Plateau Mont-Royal. Je suis une Française expatriée à Montréal. J’ai quitté la France avec mon mari et mes deux enfants de 4 et 6 ans. J’écris ce blog pour partager mon expérience d’immigrée et toutes les étapes que j’ai traversées, des périodes d’euphorie à celles moins drôles de doutes et de manque de ma terre natale. Aujourd’hui, j’ai assez de recul pour rire de situations qui me paraissaient dramatiques il y a quelques mois…Parce que quand on débarque et que l’on a plus aucun repère, le moindre grain de sable devient une montagne…j’ai re-fait ma vie…pas avec un autre homme mais avec un autre pays
https://mhlps.wordpress.com/
Haut
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2022 immigrer.com
Advertisement Advertisement
>