2 ans au Québec

Un bilan ça sonne toujours comme un début et une fin, mais pas pantoute ! Je fais un bilan parce que c’est un chiffre rond et que le 17 octobre ça fait exactement 2 ans qu’on a le droit de travailler au Québec. ( grâce à notre permis de travail temporaire ).
Qu’est ce que cela signifie 2 ans d’une expatriation ?
Pour nous de façon factuelle :

– Une fausse couche à 3 mois de grossesse.
– Un premier logement ne correspondant pas à nos attentes ( dommage pris sur internet de France, à mon avis à ne pas recommander ! )
– 30 000 euros dépensés ( coût de tous investissements c’est purement personnel, reconnaissance de diplôme, permis de travail à renouveler chaque année et achat de voiture compris )
– 2 déménagements sur place.
– Je crée un blog et je raconte mes aventures, c’est dans un premier temps à l’adresse de ma famille et de mes amis mais rapidement je vois l’affluence de personnes inconnues qui visitent mon site et qui rêvent d’aventures ou qui sont tout simplement dans le cas de l’expatriation comme nous.
– Je me remets en question sur la faisabilité de retravailler comme infirmière au Québec car je postule dans tous les hôpitaux de Saguenay et aucun ne souhaitent me prendre pour le stage de reconnaissance.
– Mon fils de 4 ans et demi se sent isolé, il était à l’école en France et là, il est avec maman toute la journée. On en profite pour faire des activités mais il lui manque la socialisation avec d’autres enfants, je vais donc à la bibliothèque ou au Mac Do ( seul endroit au Saguenay ou vous trouverez une aire de jeux pour enfants couverte ( en hiver c’est mieux ) ) Je me lie d’amitié avec la femme d’un collègue à mon mari qui a un enfant, elle est Québecoise, c’est pour moi l’occasion de lui poser de multiples questions sur les choses de la vie de tous les jours qui m’interpellent car différentes de ce que je connais.
– Premier Noël seuls sans la  » grande famille ». On est un peu nostalgique des repas conviviaux ou tout le monde parle en même temps, ou les rires éclatent et les chants de noël ( en allemand dans mon cas) sont l’occasion de déployer ses organes vocaux à tue-tête. Non… nous cette année là ce fut Skype ( avec une très mauvais connexion) Là on se dit c’est poche quand même …

L’année qui va suivre est alors une année de transition pour tout mettre en place , retrouver des habitudes, s’en créer de nouvelles et surtout aller de l’avant :

– Nous nous prenons en main et réalisons une transformation physique et mental grâce à de saines habitudes de vie : mon mari perd 27 kg et moi 15 kg, grâce à des programmes américains de fitness sur dvd  bien qu’à la maison avec mon enfant, sans ressource pour m’évader et faire des séances à l’extérieur, suivre le programme à la lettre, faire les séances quotidiennes, le groupe de motivation sur Facebook, ça m’a donné un bon coup de pieds au cul pour ne pas me laisser sombrer dans le larmoiement et les excuses.
– J’ai décidé d’être chroniqueuse sur le forum Immigrer.com afin d’aider du mieux les personnes en phase d’expatriation, les infirmières qui rêveraient de changer de continent, les familles avec des enfants, bien que ne travaillant pas dans mon domaine qui est le soin à la personne je reste dans ce domaine en apportant mes conseils, mes erreurs à toutes personnes me le demandant.
– À la fin de notre première année je savais que j’allais commencer mon stage d’adaptation, j’avais accepté un job de testeuse de jeux vidéos  en attendant mon stage.
– Nous avons alors une belle gang d’amis avec qui nous fêtons les fêtes de fin d’année de plus notre famille vient nous rejoindre pour de mémorables vacances de Noël. On est chargé à bloc en cette fin d’année 2013.

La deuxième année est alors une succession de remise en questions, nous nous faisons un nouveau plan de vie :
– Je pars alors début janvier 2014 pour 6 mois à 550 km de ma famille afin de réaliser mon stage de reconnaissance de diplôme à Sainte Justine à Montréal ( l’hôpital des enfants par excellence , je suis puéricultrice et si je dois partir pour faire mon stage autant que cela soit un plus dans mon CV. Je rentre alors tous les 10 jours pour retrouver ma famille, j’essaie de ne pas y penser mais chaque jour je suis seule dans mon petit appart ( que j’ai eu la chance de trouver à un prix imbattable et en face de l’hôpital en plus ) mais j’ai le cœur gros et je me dis :  » je veux du mieux pour ma famille mais je suis loin des gens que j’aime… Je m’occupe d’enfants en service mais mon enfant est loin de moi… « C’est l’occasion pour mon époux de se débrouiller tout seul et il y arrive avec brio !
– Mon beau-père décède subitement fin janvier ! ( vivre un décès soudain alors qu’on est à 6000 km de sa famille c’est pas facile déjà en tant normal, mais là on se sent perdu ).
– Nous devons choisir entre se déplacer  pour les obsèques de mon beau-père ( avec qui nous entretenions des rapports distants ) et le fait que depuis un an était prévu notre venue en été pour des évènements heureux, mariage baptême… L’argent rentre tout de même en ligne de compte et je viens à ce moment de commencer mon stage à Montréal…. donc je ne peux partir, et mon mari ne peux laisser notre fils ( alors âgé de 5 ans ) seul chez des amis  au Saguenay….
– J’ai alors l’opportunité de devenir coach de motivation pour aider les gens à se remettre en forme comme nous, cette opportunité me fait l’effet d’un déclic. Pourquoi ne pas faire ce que j’aime et apporter mon aide aux gens en dehors de la maladie ? En alliant santé hygiène de vie, et horaire de travail à la maison je me sens plus épanouie ! ( et oui je suis enfin reconnue Infirmière, Clinicienne ! Mais je n’ai pas le goût de travailler à l’hôpital au Saguenay…) Je me dépasse chaque jour, je me rends compte aussi que cette opportunité d’être à mon compte me rend libre et j’apprécie cet état de fait . Je reçois aussi un retour  très positif de reconnaissance auprés des participants de mes groupes de motivation.
– Nous retournons en France pour les vacances d’été, on laisse notre fils de 6 ans rester dans notre famille en France pendant les vacances à 6000 km afin qu’il se crée des souvenirs avec ses cousins et grand-mères…Pour nous la séparation est dure, le voyage en France nous a permis de nous rendre compte que nos choix d’expatriation nous ont ouvert l’esprit et nous on apporté en qualité de vie. On se sent moins stressé, la densité humaine aidant, les gens sont alors plus souriants et ça fait vraiment du bien.

Voilà vous savez tout, en 2 ans nos besoins essentiels ont évolué. Il y a des hauts et des bas  à notre situation, mais si nous étions restés en France n’y en auraient-t-ils pas eu également ?
J’aime notre nouveau NOUS et c’est grâce à :
– La découverte d’une nouvelle culture, avec de nouvel us et coutumes, une autre façon de voir la vie.
– La rencontre avec des personnes de tous les milieux de tous le pays, de nouvelles amitiés se sont créées .
– Le dépassement personnel chaque jour, sortir de sa zone de confort, aller vers l’autre, aller vers l’inconnu même si ça fait peur on s’en trouve enrichi.
– Mon cheminement professionnel qui m’a amené à me reconvertir de mon travail d’infirmière en coach de motivation pour se remettre en forme autant physique que bien-être mental.
– Un nouvel état d’esprit plein d’optimisme, de  » je sais que c’est possible, si je m’en donne les moyens !  »

Si vous souhaitez avoir encore plus d’anecdotes sur notre expatriation visitez mon blog : Les aventuriers du Fjord
Si vous souhaitez avoir une coach de motivation dynamique pour vous faire atteindre vos objectifs contactez-moi sur ma page Facebook
Une Française et son Beach Body

Avatar
Aloane
Née en 1981 et originaire de Lorraine, cet infirmière française arrivée au Québec en 2012 dans la région de Saguenay, s'est réorientée quelques années après son installation. Avec son mari travailleur de l'industrie des jeux vidéo, la famille habite maintenant dans la région de Québec.
http://www.immigrer.com

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut