Vous êtes jeunes - Quittez la France pour le Canada ! - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Vous êtes jeunes – Quittez la France pour le Canada !

Vous êtes jeunes – Quittez la France pour le Canada !

Pourquoi ? Pourquoi un pays riche comme la France, avec une population diplômée, avec des infrastructures, et des moyens énormes, pourquoi est-ce que ce pays laisse-t-il un sentiment aussi amer, un mélange de frustration et de désarroi ? Je me suis posé cette question une multitude de fois et bien que je comprenne l’origine de ces sentiments, je reste dubitatif devant ces jeunes gens, diplômés, motivés, passionnés, mais qui développent de tels ressentiments envers leur propre nation. Si vous avez la réponse, je suis preneur, n’hésitez pas à commenter en bas de cet article. C’est une question qui me taraude depuis que j’ai mis le pied au Québec il y a déjà plus de 20 ans.

Ainsi, si vous avez le sentiment que vous perdez votre temps en France ou d’avoir un avenir bouché ? En répondant oui à l’une ou l’autre de ces interrogations, ou encore aux deux, ne cherchez plus, vous êtes atteints du même désir de vous prendre en charge qui m’a frappé également alors que j’étais dans le début de la vingtaine.

La France est un pays qui mène la vie dure à tout le monde mais particulièrement aux jeunes. Taux de chômage élevé, perspectives de carrières incertaines, qualité de vie laissant à désirer, insécurité, morosité chronique, voici quelques arguments que n’importe qui pourrait énumérer facilement pour expliquer cet engouement que les jeunes ont à vouloir quitter la France.

Pris dans un pays qui vous siphonne vos batteries.

J’étais comme vous, pris dans un pays qui vous siphonne vos batteries, entre des politiques malsaines et une ambiance sociale déprimante et contagieuse. Alors, voilà, je l’ai quitté cette France, celle qui m’a vu naître et grandir. J’ai osé la quitter il y a 22 ans, pour poser mes valises sur ce fameux sol canadien. Ce sol que je ne connaissais que très peu finalement, pour y être allé seulement quelques fois en touriste, tantôt l’été, tantôt l’hiver. Mais ces séjours ont alors été une révélation.

Je constatais qu’il était possible de vivre autrement, de ne pas avoir à porter le fardeau de cette vieille France, parsemée de pensées rétrogrades où le passé occupe une place pharaonique. Il était donc possible de voir les choses positivement sans se faire traiter de naïf ou d’insouciant, il était possible de vivre en harmonie et en respect avec la société et ses citoyens, il était possible de ne pas se faire juger du premier abord, d’être apprécié simplement pour ce que l’on est, ou ce que l’on fait. Il était possible d’avoir tout simplement confiance. Quel soulagement, enfin je compris que j’allais pouvoir consacrer mes énergies à ce qui me passionne le plus et ainsi pouvoir m’épanouir librement et contribuer de façon constructive à mon nouveau pays.

Si vous ressentez ce que je viens de décrire, le seul choix qui s’offre alors à vous est de repenser votre vie en centrant vos efforts sur votre besoin d’épanouissement personnel.

Et je ne l’ai jamais regretté, pas une seconde.

Vous le savez, j’ai opté pour cette option, et je ne l’ai jamais regretté, pas une seconde. Pire, en étant loin de la France vous allez l’apprécier pour de bonnes raisons lorsque vous y séjournerez en tant que touriste ou de passage: la famille, les amis, le pinard, et pour y faire du tourisme. En sorte, le meilleur de la France finalement.

Le Canada n’est pas un paradis pour tout le monde

Mais voilà que j’entend déjà les mauvaises langues me souffler à l’oreille qu’il n’existe pas de paradis sur terre, que tout ceci n’est que du rêve et que finalement on est pas si mal que ça en France. Il n’y a pas de réponse simple à ces arguments, mais je commencerais par dire que si vous pensez que vous êtes bien en France, pourquoi avez-vous lu cet article ? Le Québec, et par extension le Canada, n’est pas un paradis pour tout le monde, ça dépend de vos aspirations personnelles et c’est pour cette raison que j’ai essayé de détailler mon propre vécu afin de vous faire votre propre opinion en fonction de mon expérience relatée. Et enfin, n’oubliez jamais cette phrase d’Oscar Wilde : « J’aime mieux avoir des remords que des regrets. »

Je vous souhaite une bonne chance dans toutes vos démarches pour votre nouvelle vie dans cet immense pays qui ne demande pas mieux que de vous accueillir, vous et vos talents.

Vos recherches:

  • comment quitter la france pour le canada
  • quitter la france pour quel pays en 2017
Laurent Gigon
Cofondateur Immigrer.com
http://immigrer.com

Commentaires sur “Vous êtes jeunes – Quittez la France pour le Canada !

  1. Salut,

    Je programme mon arrivée au Canada pour juillet et clairement mes motivations sont complètement liées au 2 premiers paragraphes de l’article.

    J’ai dû envoyer pas loin de 600 CV dans ma branche avec une quarantaine d’entretiens.
    J’ai le sentiment de ne pas avoir ma place dans ce marché.

    Plutôt que de faire un taf qui n’a rien à voir avec mes compétences en France, autant le faire dans un pays étranger.

    J’ai aussi cet impression d’une France qui triche, qui gratte, qui fait tout pour avoir le beurre et l’argent du beurre. Je m’explique :

    J’ai souvent ce sentiment qu’on préfère des stagiaires plutôt que des jeunes diplômés alors que la bonne santé de l’entreprise est avérée.

    J’ai l’impression qu’on préfère quelqu’un à l’interne pour faire 2 job en 1 pour le bien de faire des économies et au passage ne payer le larron en heures supplémentaires.

    Bref ça gratte dans toutes les strats de la société. Il y en a qui le font malheureusement par nécessité (ces locataires qui bidonnent leur dossier pour ne pas vivre dans la rue et d’autres encore…)
    Et d’autres qui le font vraiment par cupidité pour prendre toujours +.

    Pour finir j’ai ce sentiment que ce pays régresse en matière de justice sociale et justice tout court.

    Je ne sais pas ce d’autres qui partent ou sont déjà partis ont eu comme motivations mais en ce qui me concerne, les raisons de mon prochain départ ne sont pas roses.

    Et je suis triste de partir pour ces raisons.

  2. Nous nous arrivons tout juste, et le mot est ouuuffff…
    à peine arrivé, on se sent plus léger, c’est difficile à expliquer, mais tout semble plus simple, moins stressant… En France, pour tout et n’importe quoi on stresse, ici, tout parait plus calme, même pour les administrations, s’il nous manque une info, “c’est pas grave, ne vous inquiétez pas, on va voir…”, même aux services de l’immigration, le monsieur qui nous a reçu et fait nos papiers, nous a dit “normalement pour les enfants, c’est écrit : interdit de travailler ou d’étudier”, mais pour ne pas vous stresser on a pas mieux interdit d’étudier, comme ça vous sure qu’il pourra aller a l’école…
    Mais c’est valable pour tout, une ambiance tranquille quoi… quel soulagement, ça fait du bien…
    Non pas que la France me pesait particulièrement, mais c’est vrai qu’on a une impression latente d’amertume effectivement, un laisser-faire des français, une impression d’abandon de toute volonté d’amélioration, un pessimisme, bref, la France déprime… c’est triste…

    1. C’est vrai que l’obligation de résultat ne semble pas de mise en France comparativement à ici. Et dites-vous que vous arrivez au beau milieu d’une des plus grandes crises de l’histoire du Québec.

      1. Mais la crise me semble tellement pire en France, je ne connais pas encore tout ce qui est socio-économique, politique etc… même si je commence un peu à “tâter le terrain” sur internet, il ne me semble pas que les gens attente la même chose ici de leur gouvernement… je découvrirais ça à l’usage…

          1. 😅 mdr! C’est pour ça que je ne situait pas la “crise” !
            Effectivement, les innondations, c’est terrible, ais malgré mon nom, je ne vis pas pas a Rigaud, qui a été évacué… A Québec ce fut nettement plus calme … Surtout en haute-ville…

  3. Et si la raison c’était que le travail, les efforts, l’investissement dans un emploi n’est pas reconnu en France. J’aime mon pays et je suis fière de nos belles valeurs, notre histoire, notre peuple mais je ne supporte plus cette politique qui couvre même ceux qui ne s’investissent pas. Je travaille dur je suis reconnu, voilà ce que tout le monde souhaite!(sauf les limaces) Le canada est sans doute un des ces pays où si l’on s’investit à fond nos efforts sont récompensés. Voilà peut etre une raison du départ de certains..

  4. Merci Laurent pour cet article. Je suis venu vivre au Québec avec ma famille alors que j’avais 45 ans… Nous avons tout plaqué avec l’envie d’être, sans masque… Même si nous avons vécu des galères, je recommencerais demain s’il le fallait.
    Mais attention… il ne faut pas venir au Canada pour fuir la France, mais pour vivre une vie meilleur avec l’intention de dépasser ses croyances et de se donner les moyens de créer sa vie, de se prendre en main !!! L’intention…

  5. Malheureusement je me reconnais dans votre article. Je suis une jeune maman de confession musulmane .j’ai fais des études universitaires (littérature et langues étrangères ) que je m’en sert pas …à la première occasion je quitterai ce beau pays ? je me sens tellement isolée .bon courage à tout le monde

    1. Bonjour, je suis terriblement désolée d’entendre ça. Perso je suis montréalaise d’origine et je ne savais pas qu’il y avait un problème de la sorte. Je ne peux pas vous aider à trouver de travail dans votre secteur (je suis étudiante et génie chimique) mais si vous avez envie d’aller prendre un café avec moi, vous êtes bienvenue! Vous vous sentirez peut-être moins isolée! Bonne chance!

  6. « La France est un pays qui mène la vie dure à tout le monde…», la France ne mène rien, ceux sont les français qui mènent la vie dure à la France. Vision maternaliste du rôle de l’État !

  7. Pour moi c’est surtout le système de castes qui règne en France qui m’a profondément déçu. Tu est né dans une case, tu reste dans cette case, impossible d’en sortir. Au Canada tout est possible et pour n’importe qui. Il n’y a pas de mépris ni de condescendance.

  8. Il n’y a pas que les jeunes … J’ai 52 ans et je suis dans l’informatique. Cela fait 4 ans que je suis installé à Québec. En France j’avais dépassé 45 ans et j’étais donc bon à mettre au rebut … chômage et RSA ! Et ce n’est pas un phénomène isolé … toute la famille, les amis et les collègues connaissent cette situation (quel que soit le domaine d’activité) ! Trop vieux (expérimentés) donc trop chers !!

  9. Entrepreneur, j’aurais préféré ouvrir ma crêperie au Canada, car en France j’ai l’impression de travailler benevolement pour l’état, les assurances et mes autres partenaires privés obligatoires. Je suis un peu ecoeurée mais je resiste. mais si une opportunité de mutation se présente pour mon conjoint, je fonce !

    1. L’entreprenariat est très encouragé au Canada, tellement que si vos affaires ne vont pas bien vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous-mêmes. Je sais que ce n’est pas le cas en France, même si je n’ai pas cette expérience puisque je l’ai quitté avant 🙂

    2. C’est peut-être aussi qu’il est plus facile d’ouvrir une crêperie au Canada où il n’y en a pas, que dans un pays où il y en a une à chaque coin de rue, parce que tout le monde pense que faire des crêpes et tenir une crêperie c’est facile…

  10. J’ai 26 ans et je rêve de partir au Canada depuis des années et j’ai enfin obtenu mon PVT 2017 ! 🙂

    Je me reconnais totalement dans votre article mais je ne pense pas quitter la France par dégoût non plus, j’ai juste le sentiment que quelque chose de mieux m’attend là bas ! Merci pour cet article en tout cas, il me tarde de partir ! ^^

  11. Je me reconnais dans votre article, merci. “Siphonner les batteries”, c’est exactement le terme. Je vis à l’Ile de la Réunion (il y a pire), mais l’insularité de l’île fait que tout cela ce ressent 2x plus, à mon avis, surtout au niveau du chômage. Après mon diplôme, des années de galère à essayer de trouver un travail, en trouver un mais pas du tout dans ta branche, essayer d’évoluer dans celui-ci, en vain, après des formations sans garantie de travail à la fin, des concours avec 2000 candidats pour 3 postes à échelon national…
    A la fin de l’année je quitte mon île avec mon conjoint pour le Québec, qui nous donne une chance, et qui nous fait tout simplement confiance, et je pense que cela va être la meilleure décision de toute notre vie.

  12. Je travaille pour le Cégep de Sept-Îles et depuis l’an dernier, j’ai le plaisir de participer à des activités de recrutement en France. Au début, j’étais étonnée d’entendre les jeunes français vouloir partir à tout prix de leur beau pays (à mes yeux). Après avoir discuté avec quelques uns, ils m’ont expliqué exactement ce que avez écrit. Je comprends mieux maintenant leur volonté de quitter. Nous les québécois, les canadiens, nous ne le réalisons pas toujours mais il fait bon vivre chez nous!

    1. La France est un “beau” pays, vu de l’extérieur mais dès que l’on y vit, on s’aperçoit de l’ampleur de la situation. Je suis à la fois infiniment reconnaissant d’avoir été aussi bien accueillit dans mon nouveau pays et tellement soulagé de ne plus avoir à composer avec tous ces problèmes.

  13. Comment ne pas être d’accord avec vous ??? Article qui décrit exactement le ressenti de tous les jeunes en France…
    J’ai 28 ans et je n’attends qu’une chose avoir le fameux sésame pour le Canada parce qu’on France l’espoir de la réussite est inexistant!

      1. Il n’y a malheureusement pas que les français qui quittent la France. Les étrangers qualifiés avec des diplômes supérieurs quittent massivement la France aussi. Certains diront que c’et bien pour la France de se débarasser des étrangers mais économiquement, culturellement et politiquement, c’est désastreux ! Y a qu’à voir comment le Canada les accueille à bras ouverts !

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada