Contrairement à la France, pourquoi Canada est-il tourné vers l'avenir ? - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Actualité > Contrairement à la France, pourquoi Canada est-il tourné vers l’avenir ?

Contrairement à la France, pourquoi Canada est-il tourné vers l’avenir ?

Il y a un peu plus de 20 ans, je posais mes valises sur le sol Québécois, et, sans m’en douter, j’allais découvrir quelque chose d’aussi extraordinaire qu’inattendu. Quelque chose qui a définitivement changé ma vie et pour lequel il n’y a pas de retour en arrière possible.

Je suis mon pire ennemi


Lorsqu’on se prépare à aller vivre dans un autre pays, on se renseigne sur l’emploi, la santé, la météo, la culture, l’éducation, toutes ces choses qui nous semblent essentielles à notre survie et à notre épanouissement; cependant on oublie souvent un paramètre : soi-même.
Ce soi-même vient avec vous et avec tous ses vécus, expériences, préjugés, faiblesses, certitudes, etc.

La France est un terreau fertile à la distorsion cognitive

Dans certains cas, au moment où vos pieds touchent le sol du pays d’accueil, vous pouvez devenir votre pire ennemi, particulièrement si vous venez de France. Pourquoi de France en particulier ? Une multitude de raisons, d’abord parce que j’y suis né et y ai vécu, et je base mon analyse sur ma propre expérience, ensuite parce la France est un terreau fertile à la distorsion cognitive. Ce phénomène a été observé et défini par un psychiatre américain dans les années 60 mais il semble que ses travaux ne se sont pas rendus jusqu’en France. La distorsion cognitive se décline en plusieurs aspects, dont le rejet du positif, tiens, ça vous rappelle quelque chose ?

Le Nouveau Monde tourné vers le futur, la France vers le passé

Le Québec, et par extension le Canada et l’Amérique du nord font partie du Nouveau Monde, on y associe trop facilement technologie et modernité mais dans les faits c’est plus complexe que ça et particulièrement inaccessible lorsqu’on est passé par le moule français, cette sorte de rouleau compresseur que constitue le modèle d’éducation en place dans l’hexagone.
Au Canada, la santé mentale de la population est prise très au sérieux, autant que la santé physique, et pour y parvenir on utilise des outils scientifiques basés sur la psychologie comportementale (béhaviorisme), développés depuis les années 60 aux États-Unis. En France, c’est Freud (ou Lacan) qui domine, avec la psychanalyse. Comme je me doute que vous n’avez pas nécessairement le goût de passer au travers de tout ça, je vais résumer : La psychologie comportementale est une science qui utilise des outils concrets pour pallier nos problèmes, alors que la psychanalyse se tourne vers le passé, et invariablement c’est la faute de votre mère… Vous me suivez toujours ?
Une méthode qui se tourne vers le futur en vous fixant des objectifs à atteindre à l’aide d’outils, et l’autre qui vous ressasse votre passé. Je vous laisse conclure sur l’efficacité des résultats obtenus dans chacune des méthodes.

Quel est le rapport avec mon immigration au Canada ?

En vivant en France, nous sommes abreuvés de ces fameuses distorsions cognitives à un point où elles en deviennent notre ennemi à combattre. La France est l’endroit où le verre est toujours à moitié vide alors qu’au Canada il est toujours à moitié plein. Je vous le dis de suite, et pour vous faire gagner du temps dans votre cheminement, si vous trouvez que le verre à moitié plein est une vision rose et édulcorée des choses, restez en France, vous y vivrez en paix avec vous-même. Les nord américains ont une aversion pour le négativisme, si vous avez déjà visité ce territoire, vous avez sans doute remarqué ce phénomène de positivisme. Et bien cela s’étend à toutes les sphères de la société, aussi bien personnelles que professionnelles. Ici on n’aime pas les gens qui déchargent leurs problèmes sur les autres, à moins qu’il y ait un but précis. Appelez ça du lubrifiant social ou ce que vous voulez mais c’est un état de fait et il est inutile de le remettre en question.

Jacques Attali vient de donner une entrevue où il explique qu’un pays est bloqué lorsqu’il pense que c’était mieux hier, et il ajoute que la France est aveugle face à l’avenir ce qui amène à un pessimisme généralisé. CQFD.

Atteindrez-vous ce point de non-retour ?

Vous aurez compris qu’une fois imprégné de ce genre de tissu social, il n’est pas possible de revenir en arrière et c’est particulièrement criant lors de mes retours en France de constater à quel point ce pays est pratiquement exempt de toute forme de pensée positive et rempli de ces fameuses distorsions cognitives, où l’on juge les personnes au premier regard, où nos émotions dictent notre mode de vie, où il est de coutume de décharger ses frustrations sur les autres. Le cynisme qui en résulte est nauséabond et contre-productif.

Le but de ma réflexion n’est pas tant de critiquer la France mais surtout de vous préparer à une métamorphose que l’on attend de vous, cette transformation sera nécessaire à votre réussite sur ce continent, et vous ne vous en porterez que mieux. Je vous souhaite autant de réussite, de bonheur et d’accomplissement que j’ai pu en avoir au cours de ces 20 dernières années.

Vos recherches:

  • que sera la france a lavenir?
Laurent Gigon
A quitté la France en 1995 pour s'établir au Québec, puis a cofondé immigrer.com en 1999.
http://immigrer.com
  • Val-au-Canada

    Comme vous le dites si bien.. “pays d’accueil”.. alors je dirais plutôt “Il y a un peu plus de 20 ans, je posais mes valises sur le sol Canadien”… désolée mais sauf erreur, le Québec n’est pas encore un pays….
    Pour le reste je suis pas mal d’accord.

  • Corinne

    Formidable écrit ! Je m’y retrouve complètement, vous avez réussi à coucher sur écran mes ressentis et mis le doigt sur l’aspect psychologique des choses qui va les bouleverser jusqu’au point de non-retour. Ce n’est pas donné à tout le monde, nombreux sont ceux qui résistent. Il y a parmi eux, ceux qui restent tout de même ! Je préfère encore ceux qui partent!

  • Dave et sophie

    Bonjour,bonsoir,

    Extraordinaire article, excellent,moi qui avait pris rendez -vous chez le psych, pour connaitre les raisons

    qui mon toujours poussez à allez à la rencontre de ce pays .J’ai économisé 150 Euros,merci encore.

  • Benoit

    étonnant de constater à chaque fois cette habitude d’opposer la France et le Quebec…n’y a-t-il pas de bonne chose de chaque côté? Quand au système de santé…hum hum. l’économie hum hum. Tous les défauts “Français” énoncés sont ceux d’individus, pas d’une nation. je partage ma vie dans les deux pays et chacuns à ses qualités et ses défauts

  • Yves Langlois

    Félicitations cher voisin. En tant que psy, je trouve cette analyse très intéressante et éclairante, surtout pour mes prochains voyages en France. Il faudra qu’on en discute.

  • Fabrice

    Votre article est génial. Vous formulez admirablement ce que je ressens à chaque fois que je me rends au Québec.
    Ce pays a foi en l’avenir quand toute l’Europe (pas seulement la France : l’Allemagne; le Belgique, le Luxembourg et l’Espagne aussi à des degrés divers pour ce que j’ai pu voir) crains l’avenir et se cramponne désespérément à sa gloire passée.
    Moi je ne supporte plus cet état d’esprit figé. J’ai besoin d’élan, j’ai besoin de challenge, j’ai besoin d’explorer le champ des possibles. Alors je vais tenter la traversée : je prends des contacts professionnels au Québec et je pars à la première occasion.

  • je ressens ce même mouvement de positivisme à chaque retour au qbc . C’est si rassurant de voir comme ce peuple est heureux , on dirait parfois qu’ils vivent dans leur monde.

  • Cecile

    Juger TOUTE la population d’un pays pessimiste, n’est-ce pas pas déjà une distorsion cognitive ?

  • Les pionniers qui partent vers le nouveau monde espèrent y trouver un monde meilleur, plus libre et moins verrouillé. Les immigrants sont donc par essence optimistes.
    D’autre part, une fois sur place, ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour trouver des solutions à leurs problèmes, puisqu’ils n’ont ni famille, ni amis à leur arrivée, en général. S’ils veulent s’en sortir, ils doivent donc rester optimistes et se concentrer sur les solutions concrètes à leur portée!
    Voilà pour l’explication simple… Votre analyse est plus cérébrale, mais je la trouve intéressante également!

  • AlexandreCA

    @Val-au-Canada En effet, le sol Canadien et non Québécois. L’auteur de l’article doit être encore un souverainiste rêveur d’un pays imaginaire. C’est désolant a entendre, et qui fait croire que le Quebec est un pays, alors que c’est une simple province….

    Pour le reste du topic:

    Pour le positivisme? On en reparle OK? 5 ans que je vis dans la province de Quebec, et j’ai jamais vu des gens aussi dérisoire, le négativisme, et le chialage constant sans aucune logique, voir réaction. Sa chiale et sa en reste la.. Cette mentalité de mouton (désolé de nommer sa de même me la fait quitter pour la Province d’Ontario, et la, les francophones sont totalement différents, t’elle indiqué dans l’article. Mais pas dans la Province de Quebec.

  • arktika33

    Généraliser les moeurs et définir un état d’esprit commun d’une culture ou d’une autre, c’est bien dommage… quant à utiliser la distorsion cognitive de cette façon, revoyez votre compréhension de cette notion avant et si vous n’êtes pas psy, il vous manque certainement quelques bases pour la comprendre… de même que résumer le béhaviorisme et la psychanalyse comme vous le faites avec (a priori) un manque probable de connaissances de ces deux courants théoriques, me laisse navrée… pour vous surtout! Quand on veut écrire des choses dans un domaine, il faut savoir un minimum de quoi on parle… En revanche, l’idée de départ est intéressante, elle mériterait juste d’être mieux explorée et réfléchie de votre part… en étant un peu moins binaire !

  • Yves Langlois

    Il est intéressant de constater le négativisme contre-productif dont il est question dans ce texte en lisant le commentaire arktika33 (11-02-2016 à 22:01:30) qui en est un illustration désolante mais révélatrice.

  • fifibrindacier

    Bonjour,

    Analyse intéressante même si je ne partage pas votre présentation de la psychologie comportementale mais bon vous faites un résumé et la présentation est éclairante. Effectivement, la France semble tournée vers le passé. Est-ce la réalité? Oui si l’on écoute les médias, les politiques et certains comme M. Attali justement. En France, nous avons la chance d’avoir un Parti Socialiste qui depuis 1981 maintient la France dans un esprit de repentance s’agissant de la colonisation, d’une défense du multiculturalisme, des 30 Glorieuses, des années fric de la décennie 80. Nous avons des syndicats peu représentatifs mais auréolés de leur action passée, qui protègent et ont protégé des acquis et ceux qui ont un travail mais oublient les chômeurs. Nous avons une France qui brandit les Droits de l’Homme, répugnent à passer des contrats avec n’importe quel pays, mais s’arroge le droit d’intervenir continuellement en Afrique francophone. Une France qui ne choisit pas son immigration, accepte le travail au noir. Une France qui compte beaucoup de retraités qui ont connu le plein emploi, sont le soutien de la silver économie et qui ne veulent pas que leur confort soit touché. Enfin, une France qui a peur de se réformer et de perdre tous les petits privilèges (exonération d’impôts, allocations, impunité sur la route, j’en passe et des meilleures). Bref un pays au bord de l’explosion.
    Pour autant, j’aime mon pays car il a une vraie âme, de vrais talents, une vraie culture, une seule langue, un seul drapeau et même si mon pays a participé à la colonisation, a guerroyé, la France a permis la création de certaines régions comme le Québec, n’est pas responsable de l’éradication d’une civilisation indienne, n’est que peu influencé par une culture américaine ou anglo-saxonne et ne construit pas son économie en faisant un tri drastique de sa main d’oeuvre. Sa langue est vivante!
    Choisir de quitter son pays est une expérience à vivre surtout actuellement avec la mondialisation, les transports , etc…mais chaque pays a sa culture, son évolution et la France a toujours avancé par succession de bonds et de surplace. C’est ainsi. Nous sommes à la veille d’un bond, c’est certain.

  • emma1068

    Bon, il y a du vrai dans ce que vous dites; par contre, garder un sens critique sur la société dans laquelle nous vivons est important à mes yeux. Les gens d’ici ne regardent pas la société de la même façon et c’est encore différent dans les provinces anglophones. Côté lologue, ici, au Canada, on ramène un peu tout à cela. Je pense que les gens doivent aussi se prendre en charge. Se tourner vers le passé, ce n’est pas forcément toujours mauvais; d’aller regarder les apparences, ça aussi, c’est mauvais!

  • Bonjour, ceci est un commentaire.
    Pour supprimer un commentaire, connectez-vous et affichez les commentaires de cet article. Vous pourrez alors les modifier ou les supprimer.

Haut

Bienvenue au Canada