Je n’ai pas pu changer de planète alors je suis venu au Canada

Cela fait 10 ans que je suis arrivé et j’avoue avoir gardé mon côté chialeux sur beaucoup de choses (la bouffe trop chère et mauvaise pour la santé, l’école qui n’apprend ni le français ni à réfléchir, l’hôpital qui ne soigne pas faute de médecins, les transports inexistants au profit de la voiture individualiste, la corruption partout à tel point que personne de local ne la voit, le moutonnisme où on accepte une idée à la hâte sans se poser de question, la délation partout au travail, le racisme pour les non québécois ou celui qui ne pense pas la même chose, la stupidité de certains systèmes qui se contredisent où l’incompétence et la contre productivité sont reines).

Mais lorsque je quitte le Canada ne serais ce que pour des vacances dans mon propre pays, le Canada me manque et je me sens touriste chez moi ! Je remarque que les choses ont changé de façon drastique pendant ces 10 années écoulées au Québec et pas forcément en bien dans mon pays d’origine.

Je me suis rendu compte que la corruption existe partout ailleurs, que les systèmes qui m’ont permis de grandir et d’étudier se sont effondrés, idem pour le système de santé, les routes, même la bouffe ça ne va plus.. alors je me dis que ce pour quoi je chiale au Québec n’est finalement pas mieux ailleurs. Il s’agit de choses pour lesquelles on a 2 options, vouloir crier ou vivre sans s’en rendre malade. Je tend à aller vers l’option 2 ? Je dois dire que rien ne m’a été donné ici.

J’ai dû me battre pour tout ! Étudier, me faire accepter, trouver un travail payé au lance pierre, éviter les pièges de la délation omniprésente et j’en passe ! Mais tout ceci, ces embûches, les envieux, les hypocrites, les terroristes du savoir, les condamnés à la bêtise humaine ne m’ont empêché de contempler la myriade de chances qu’on ne pouvait absolument pas m’offrir ailleurs.

J’ai pu finir mes études, trouver un travail, une bonne rémunération, je suis propriétaire, je me projette dans l’avenir, j’ai la citoyenneté, un permis une voiture, j’ai le luxe de pouvoir partir en vacances, de reprendre mes études sans qu’on me regarde de haut ou qu’on me dise que l’école c’est fini pour moi passé 25 ans, je n’entends plus de vieux préjugés de mon pays d’origine, on m’offre tellement de choses qui font pencher la balance vers ce 51% de bonnes choses contre ce 49% d’idioties sur lesquelles je n’ai de toutes manières pas de contrôle.

Je vous le dis, si je reste c’est que j’ai toujours gardé espoir qu’un avenir est possible au Canada contrairement à beaucoup de pays. Ça a été très dur de se reconstruire au Québec mais j’ai considéré chaque chose que j’ai faite ici comme un investissement pour mon avenir et celui de ma famille, et toute bonne chose prends du temps à mûrir et nous fait passer par des hauts et des très bas parfois.

Le résultat de cette équation est toujours positif. Ne perdez pas espoir si vous êtes futur arrivant. Vous ne partez pas en vacances ! Vous devez avoir l’estomac bien accroché et savoir vous remettre en question car c’est tout le propos d’un déracinement ! Ne pas avoir peur de repartir de zéro, après tout c’est ça la vie, on la prend et on croque dedans sans en laisser une miette, bonne ou mauvaise, on en tirera toujours quelque chose de positif ou du moins de constructif à la fin !

Une chose pour ce qui est du Québec, lisez son histoire, comprenez que la mentalité est un héritage du passé, instruisez-vous des dilemmes de cette province et de sa lutte contre les batailles anglo franco qui ont érigé ce bout de Canada. Et si vous n’aimez pas le Québec, partez en Ontario, en Colombie Britannique, en Alberta bref, allez voir les autres provinces elles seront peut être meilleures où à votre goût. Soyez curieux, même si se faire des amis québécois n’est pas évident (quasi improbable) allez vers eux, devenez bénévole dans une association, cherchez des points d’intérêts communs (beaucoup sont très instruits et instructifs), cherchez les villes de tailles plus réduites où l’accueil est hyper chaleureux et évitez de tout comparer même si on ne peut pas s’empêcher à tous les coups car on SAIT que telle chose est meilleure ou mieux à tel ou tel endroit du globe (il y a toujours un prix à payer en contrepartie car aucune société n’est parfaite).

Une phrase que j’aime à me remémorer et que j’ai prononcé il y a 10 ans déjà, « je ne peux pas changer de planète alors je suis venu au Canada ». C’est un pays d’une nature exceptionnelle, où ne vit pas les uns sur les autres, où le rêve canadien existe je vous assure, où on peut se faire et se refaire à l’infini, où les opportunités d’emplois et de carrières sont exceptionnelles, où la limite de votre évolution dans la vie est entre vos mains. Bref, 10 ans après, je déteste toujours les mêmes choses mais j’apprends encore à adorer ce qui me retient ici.

Message de Nolan dans les commentaires d’un bilan

Message du jour
Les messages du jour sont les meilleurs messages du forum concernant les bilans et témoignages d'immigrants, nouveaux travailleurs et étudiants publiés récemment sur le forum de discussion de la communauté d'immigrer.com.
https://www.immigrer.com/categorie/message-du-jour/
  • Bonjour aux membres,
    J’aimerais savoir si chacun de vous a vécu dans le sud de l’ONTARIO (Windsor, Lakeshore, Tecumseh, etc).
    Est-ce qu’un français peut facilement trouver du travail dans le domaine comptabilité ou assistanat export ?

  • Bon texte. Moi c’est 13 ans au Canada, je suis au Québec en ce moment mais je suis passé pas 3 autres provinces. La question du racisme est spécifique au Québec, on ne le ressent pas du tout dans les autres provinces. Mais je ne ressens pas du tout le côté délation par contre, j’imagine que ça dépend des jobs et des entreprises, comme partout. Pour rien au monde je ne retournerai en France surtout depuis les problèmes d’énergies et les mauvaises gestions des centrales nucléaire. Rien à craindre ici avec l’électricité la moins cher du monde! Il y a beaucoup d’avantage à vivre ici et je regrette juste d’avoir quitté la France trop tard.

  • Bonjour, j’aime beaucoup votre texte et suis en accord avec pas mal de choses, genre je suis heureuse de rentrer « chez moi » quand je reviens d' »ailleurs »…. cependant je mets un bémol car quand vous parlez du Canada, vous parlez en fait du Québec…. et ceux qui habitent ailleurs au Canada savent que le Québec est bien à part dans le paysage canadien, à plein d’égards… avec les plus et les moins, comme partout bien sûr… par exemple « ailleurs » (j’ai vécu dans 3 autres provinces, grande ville, petite, trou du….) je n’ai pas senti ce racisme et la délation dont vous parlez…. moi on m’a juste dit qu’on m’avait payée pour venir (hahaha la bonne blague, mon visa m’avait coûté un bras), mais comme on dit, des cons y en a partout !
    Bravo pour votre positivisme et bonne continuation ???

    • Les seniors sont refusés. Pour des gens évolués qui ont une mentalité de gagnant où le diplôme passe après la compétence. Les seniors ont de la compétence, de l’expérience. Les voisins américains ont des personnes âgées au boulot. Et quand bien même, vous souhaitez vous installer avec votre autonomie financière, le Canada suspecte que votre âge et donc votre probable santé ça défaillir et cela engendrera un coût.
      Il y a aussi le visa entrepreneurs mais la aussi, le ticket d’entrée est élevé.
      Venez, vous êtes les bienvenus, on a besoin de bras, de fric etc… Mais là liste des conditions est tellement importante qu’on se demande si le Panama, les îles des caraïbes après tout sont plus accueillants et le soleil en plus.

  • Bonjour ,ça fait bientôt 23 ans que je suis venu avec ma famille ( 5 personnes )vivre à Montréal . Ayant 48 ans à l’époque et venant de Paris ,ça n’a pas été facile. Je partage à 100% vos constatations , mais si j’ai immigré c’est que dans mon pays ( France ) la vie devenait intenable surtout pour mes enfants (ados ).J’espère que mes enfants pourront être heureux dans ce pays , qui n’est pas si mal ,vu la mauvaise évolution qui se passe en France .Je souhaite une bonne continuation.

  • très beau texte, et beau retour juste et clair de cette expérience canadienne. En effet, peser les choses de la vie entre un pays et un autre, d’une part ça ne sert à rien une fois qu’on a fait un choix, et comme rien n’est vraiment comparable, et d’autre part, c’est si vrai que partout, plein de choses se dégradent…en tous cas, c’est rare de lire quelque chose d’aussi équilibré. Bravo

  • Haut
    Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
    © 2022 immigrer.com
    Advertisement Advertisement
    >