Hiver, cher hiver… Mardi soir... - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Blogs > Hiver, cher hiver… Mardi soir…

Hiver, cher hiver… Mardi soir…

Hiver, cher hiver….

Mardi soir, c’est le « soir à Karine ». Je vais toujours à pied à notre rendez-vous. Je crois même que ces 2 fois 15 minutes de marche d’un côté à l’autre du centre participe à me faire tant aimer ces mardis soirs.
Sauf que là, là, ce que je vois tomber par ma fenêtre et qui semble essayer de couler sans y arriver et qui reste figé sur la vitre doit pas mal glisser sur le trottoir. Et oui, pluie verglaçante, ma seule inquiétude de l’hiver.

J’ai bien envie d’y aller à pied quand même, mais j’avoue que, me recasser le scaphoïde comme il y a 3 ans ne me tente pas. Quand on est à son compte, c’est autrement plus embêtant de ne plus pouvoir travailler… Je demande à ma québécoise de service donc si c’est idiot de le tenter. Elle me répond simplement : « Ben….. Ça glisse pas mal…. ». Ça m’aide pas. Je regarde par la fenêtre, il y a du monde qui marche. Bon, au pire, je prendrais un taxi en route.
Je me prépare. Je me chausse de mes bottes de neige super adhésives, de mon parka traditionnel du Yukon et de mes gros gants. Première erreur…. si c’est de la pluie verglaçante c’est qu’il fait pas si froid que ça…. Bref, en route, j’ai trop chaud, mais c’est égal car de toute façon, je suis concentrée sur le trottoir. C’est pas si pire, mais quand même, je vais pas prétendre être phénoménalement à l’aise quand même.
C’est l’heure des sorties de bureau, tout le monde fait attention, enfin presque…. y’en a pourtant qui ont l’air très à l’aise, c’est énervant. Et y’en a plein en baskets! (ou plutôt en runners, running shoes, espadrilles, etc. comme on dit icitte). Y’a rien de plus casse-gueule que les baskets et autres tennis sur la glace. Comment ils font?!
Bref, la plupart des trottoirs ont été saupoudrés de graviers et autres substances cracra et la chaussée elle n’est plus glissante car la pluie ne gèle pas assez vite et devient au fur à mesure de la slosh (de la bouette donc, dans le langage à Karine).

Mon instant préféré de la promenade, bref, succulent : l’homme d’un couple de pure-laine fin trentaine qui sort du bureau et qui glisse un peu sur le trottoir lâche un : « âh!…. c’dégueulââsse », même pas si énervé que ça, presque amusé. Moi je souris sous ma capuche bordée de fourrure blanche du Yukon. J’aime que le temps et la nature nous rappelle que nous sommes de simples hommes et qu’on ferait bien de rester humble plus souvent…

J’arrive à notre point de rencontre habituel, 5 minutes en retard, je vois Karine qui rentre, juste devant moi. Elle a horreur de l’hiver; forcément, elle est québécoise! 🙂 « Ça pas d’bon sens, calvaire! J’ai cru que j’me rendrais jamais jusqu’icitte! ». Les préposés au déglaçage de trottoir sont en grève du côté de Condordia, ça l’amuse pas du tout du tout.

Bref, on mange, on jase, on boit, on rigole, on lance un œil aux écrans de hockeys qui montrent les marches juniors qui ressemblent beaucoup plus à des matchs de boxe en groupe. J’en suis étonnée à chaque fois. Les joueurs font des figures presque de type parades nuptiales sur leurs patins en retirant leurs gants pour se faire comprendre qu’ils sont prêts et pensent très fort « Ostie, mon câlisse de niaiseux, j’va t’pêter la gueule »…. Tellement drôle! Karine s’étonne, en ce moquant et de moi et d’eux, que je n’aie jamais vu le geste hautement viril de faire tomber les deux gants à la fois d’une secousse des bras pour faire encore plus d’effets. Je suis « déçue » moi, pendant le seul match de hockey que j’ai vu de ma vie, au centre Bell, premier match où les Canadiens ont recommencé à gagner, y’a pas eu une seule ombre de petite bagarre du tout! C’pas juste…. 😉

Trois heures et quelques plus tard. Bon, « on se pousse » (on lève l’ancre, quoi). Il faut bien, y’en a qui se lève pour aller prendre le métro et travailler demain….
Dehors, oh demi-surprise!, il a dû neiger, il repleut et la petite couche assez lamentable de glace du début de soirée s’est transformée en une bonne couche de bouette, mélange neige fondue et eau. Un plaisir! Là, ce n’est plus dangereux pour les os, mais beaucoup plus risqué pour le désir général de ne pas se retrouver trempée de neige noire par un automobiliste trop pressé n’ayant pas fait attention aux nombreux nids de poule des rues de Montréal… mais, conciliants, beaucoup ne le font pas exprès quand même et y vont doucement. Il faut aussi négocier les remontées de trottoir à chaque rue qui, comme à la fonte des neiges, sont interdites par des flaques d’1m ou 1m50 de 5-10 cm d’eau…. Mais au moins ça ne glisse plus du tout là…. Tout n’a pas encore fondu, je retrouve les stalactites sur les rampes d’escalier le long du chemin (signe typique des pluies verglaçantes) ainsi que les petites gouttes figées dans les branches de sapins des décorations de Noël du Musée McCord. La rue McGill est belle comme tous les ans. Toujours les petites ampoules blanches autour des arbres et les grappes de ce que j’ai décidé devaient être des piments mexicains pour réchauffer tout le monde. Deux des balcons de mon immeuble sont joliment décorés pour Noël. La fourrure toute blanche de mon parka yukonnais a triste mine, pas conçue pour être toute mouillée de pluie et a sans doute hâte, comme moi, à la vraie grosse neige.
Je suis contente d’être ici. Mon cher hiver est là et les québécois vont pouvoir commencer à sacrer sérieusement. ☺

24 décembre….
Cette semaine n’a fait aucun sens climatiquement parlant. Je me régale! ☺ J’ai écrit mes cartes de vœux a destination de la France dimanche soir, exercice difficile pour moi qui ne sait presque plus écrire avec un stylo, mais nécessaire cette année puisque je ne vois pas la famille. Dedans je disais entre autre par exemple « Aujourd’hui il fait super beau, même pas froid, à peine -2°C ». Lundi matin, je m’en vais donc envoyer mes cartes me disant que de toute façon elles n’arriveront jamais à l’heure et oh surprise… -24°C au thermomètre de ma fenêtre! Bon, c’est malin, je vais pas décacheter les enveloppes pour dire…. « euh…. finalement, si, il fait froid …. mais toujours un bon gros soleil blanc…. sublime lumière qui nous vient droit du Labrador ». Tant pis…. cette fois mon manteau yukonnais, qui me fait ressembler à une Mère-Noël qu’aurait oublié de manger cette année, est bien utile ainsi que tout le reste. Y fait-tu frette!! Et pourtant, ça sourit dehors…. Ça sourit vraiment. Vous aurez beau entendre les gens chialer qu’ils aiment pas l’hiver ici, enlevez-le-leur leur hiver, vous verrez les réactions 😉
Mardi, il fait moins froid et il a neigé presque toute la journée avec un ciel gris-blanc. Bon, mercredi, ça a dû être pareil, me souviens plus. Mais là, hier, c’est quoi ça!… 12°C!! Et il a plu! Évidemment, ça a fait tout fondre ma neige. C’est quoi l’idée!!! Et nous on voulait un Noël blanc! Bon dans la soirée, ça tourne en pluie verglaçante…. M’en fous. Je boude d’abord! Aujourd’hui, pas vraiment de neige à l’horizon, mais une température un peu plus acceptable, -12°C avec un petit peu de soleil.

Bref, l’hiver s’amuse à nous énerver à pas savoir quoi faire de ses pouvoirs magiques.
Voyons les choses du bon côté. Mes fenêtres sont dégelées et donc on peut voir à travers car le chauffage a été augmenté dans l’immeuble. Ce soir avec la raclette en plus et le Sauterne pour le foie gras et le gâteau, on va pas avoir froid ☺.

FrenchPeg

Cette Française originaire du Mans est arrivée au Québec en bateau en 2001. Elle a participé activement aux blogs du forum au début des années 2000. Peggy a toujours continué de travailler en traduction au Québec. Elle a pris racine à Montréal et a fait un bilan en 2017 de son immigration dans la Belle Province.
https://www.immigrer.com/equipe-chroniqueurs-frenchpeg/

http://www.immigrer.com

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada