Fêter Noël plus de 6000 km de sa famille... #angoisse - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Blogs > Fêter Noël plus de 6000 km de sa famille… #angoisse

Fêter Noël plus de 6000 km de sa famille… #angoisse

maison en pain d'épices

Tu angoisses à l’idée de passer ton PREMIER Noël loin de ta patrie et de ta famille ?

C’est normal, et je compatis, pour l’avoir vécu il y a quelques années.

Il est vrai que même si on n’aime pas vraiment les traditions ni les fêtes religieuses (ni les repas de famille), Noël est une fête spéciale, que l’on aime passer en famille.

Et cela fait bizarre de s’imaginer la passer ailleurs, autrement, et avec d’autres personnes (voire seul-e…), surtout la première fois.

Alors on va faire simple… Sache que tu as deux solutions :

  • pleurer toutes les larmes de ton corps et te lamenter sur ton triste sort (pas assez d’argent pour te payer le billet d’avion, solde “vacances” à 0, pas de boulot, …)
  • assumer (je te rappelle au passage que c’est quand même toi qui as choisi de venir vivre au Canada, avec les avantages ET les inconvénients que cela comporte) et adopter une “positive attitude”, dans le genre : “Je suis vraiment troooooop chanceux/chanceuse de fêter Noël iciTTE !”

(Ben oui, j’ai été une coach québécoise dans une vie antérieure, tu savais pas ?) ;)

Alors voici 3 bonnes raisons destinées à te faire changer d’avis et d’humeur (et si c’est pas le cas, relis-les tous les matins d’ici le 24 décembre au soir, selon la méthode Coué*) et faire prendre conscience de la chance que TU as de vivre ce moment extraordinaire (à savoir un “Noël à l’étranger”), que peu de proches auront vécu 1 fois dans leur vie :

1- Le compte en banque

L’intitulé t’interpelle ? Tant mieux ! ;)

Mais avant, mettons les choses au clair : je suis la première à ne pas vivre pour l’argent, et à le clamer haut et fort…

Cependant QUI cracherait sur un massage d’une heure, un resto panoramique en amoureux, un week-end avec sa petite famille dans un super chalet, une virée en traîneau à chiens, une paire de chaussures dont le prix nous fait rougir, hmmmm ? #PasMoiEnToutCas

Alors première bonne nouvelle : tu vas pouvoir assouvir un de tes fantasmes !

Comment ?

Facile : avec la fortune l’argent non “gaspillé” que te coûtent , chaque année, les cadeaux de Noël destinés aux membres de ta famille (neveux, cousins, fils du mec de ta mère, beau-frère, belle-soeur, facteur, concierge, etc.)

NB : J’ai mis du plus sympa au pire, selon MES critères, mais tu as le droit de changer l’ordre !)

Si tu étais rentré pour Noël, tu aurais dépensé cet argent : alors profite de cette belle excuse pour TE gâter et t’offrir un cadeau indécent !

C’est tellement rare de pouvoir penser à soi : cette fois, donnons-nous l’autorisation, soyons FOUS !

2- Un VRAI décor de Noël

Si comme moi tu as passé ta jeunesse à regarder des dessins animés et des films où TOUS les Noëls ont lieu dans des décors féeriques, sous la neige, et que tu n’en as jamais vécu un, ton jour est arrivé : toi aussi, ENFIN, tu vas pouvoir enfin vivre la magie de Noël, et au pays de l’hiver en plus ! :)

Retrouver ton cœur d’enfant, aller patiner dehors emmitouflé, faire une partie de boules de neige et/ou un bonhomme de neige et/ou une descente en luge dans un décor blanc, regarder par la fenêtre la neige tomber, écouter les musiques de Noël en boucle** dont les Canadiens sont fous (mais pas moi…), sentir la vraie odeur de sapin en rentrant chez toi…

Reconnais que ça dépasse de loin le sapin en “plastoc” de tes parents, les éternelles couronnes de houx de la belle-mère, les arbres sans feuille dehors, la pluie fine qui te rentre dans les os, et la patinoire municipale intérieure tellement noire de monde que tu perds tes amis au bout de 5 minutes !

3- Partager ce moment

Si tu es seul ou en couple (avec un autre patriote, de surcroît), il te faut agir vite, car il est inconcevable de fêter Noël à 1 ou à 2 !!!!

Noël est un moment qui se partage : décorer à plusieurs le sapin, faire ensemble les préparatifs, faire plaisir aux autres, etc.

Alors voici plusieurs options qui s’offrent à toi :

  • Version “comme au bercail” :

Si tu as la chance d’avoir des proches venus passer les vacances chez toi : youpi, c’est le top, je suis super contente pour toi !!! Vous allez pouvoir ensemble découvrir la magie d’un Noël “à l’étranger”. Enfin un Noël original ! :D

  • Version “Jef t’es pas tout seul”  :

Si tu connais d’autres personnes sans famille (collègues, voisins, autres expats, etc) ou dont les proches ne le sont pas (proches…), propose-leur de fêter Noël ensemble : réfléchir au menu, trouver un petit cadeau pour ces personnes, leur faire une spécialité de chez toi, voilà de quoi “pimenter” ton Noël et le rendre bien excitant, non ? Sans oublier les liens d’amitié qui vont se tisser grâce à cette soirée.

  • Version “à la sauce locale” :

Si tu as la chance de te faire inviter par une famille Canadienne : vas-y, fonce ! De beaux souvenirs en perspective .
J’ai testé et approuvé  :
– Le menu, pour commencer :
Tourtière, ketchup fait maison (qui n’a rien à voir avec le Heinz !), ragoût de pattes de cochon**, tarte au sucre, sucres à la crème, cidre de glace, … MIAM, je salive, rien qu’en y pensant !
– L’ambiance également :
Décoration intérieure et extérieure (comme de nombreux Canadiens, ils avaient mis une guirlande sur un sapin, enneigé bien sûr, du jardin, sur le toit et les bacons), musique de Noël**, remise des cadeaux, … : j’avais l’impression d’être dans un décor de film !
– L’accueil :
On était chez des Québécois, qui ont été à la hauteur de leur réputation (avenants, généreux, pleins d’humour) et ont fait de ce Noël un moment inoubliable très chaleureux, malgré les -15 extérieurs !


Voilà, tu sais tout !

J’espère que ce billet t’aura permis d’aborder ton “Noël au Canada” plus sereinement, voire de t’en réjouir, même si tes proches sont loin et que tu seras le seul absent à la table familiale.

Ce serait malhonnête de ma part de ne pas avouer de faire mon possible pour “rentrer au pays” pour les Fêtes, et de passer sous silence le pincement au cœur que je ressens quand je ne peux pas.

Mais j’ai à mon actif 2 Noël au Canada (en 10 ans d’expatriation) et ils font partie du Top 3*** de tous les Noëls dont je me souvienne. :D

En conclusion : il ne tient qu’à TOI d’en faire un moment inoubliable… ;)

* Pas besoin de vérifier sur Wikipédia : cette méthode, basée sur l’autosuggestion censée entraîner l’adhésion du sujet aux idées positives qu’il s’impose et ainsi un mieux-être psychologique ou physique, s’écrit bien “Coué”, et non “Kwé” (le “hello” des Amérindiens) , et encore moins “Cauet” (animateur Français de radio et de télé)… ;)

** Ce sont des réjouissances de Noël dont je ne suis pas fan, dont je me lasse vite, et dont je me passerais bien, je l’avoue !… mais cela fait partie du jeu. ;)

*** Le 3ème Noël à mon Palmarès “Top Noël” est celui où mes parents m’ont acheté un vélo vert de “femmes”, alors que j’avais 13 ans, ex-aequo avec l’année où ils m’ont offert une couverture chauffante quand j’étais étudiante à Paris !

PS : Si tu as aimé ce billet, va faire un tour sur mon blog “Expatriation, Tourisme & Compagnie” et abonne-toi ! ;)

Laurence Comet
Après avoir vécu 10 ans en Amérique du Nord et installée depuis en Espagne, je n’ai pu résister à l’envie de partager ma vie d’expatriée au quotidien, mes découvertes, mes coups de coeur et mes humeurs. Parallèlement, je mène une vie de famille (2 enfants nés au Québec et un mari musicien) et professionnelle: après avoir travaillé comme salariée durant 18 années dans des entreprises renommées, je suis devenue Community Manager (gestionnaire de communautés) à mon compte et Consultante en Média Sociaux, dans des domaines qui me passionnent: l’expatriation bien sûr, le voyage, les différences culturelles, et la gastronomie. À bientôt, bye bye, hasta luego, Laurence
http://www.immigrer.com

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada