Une immigration réussie ?

Une immigration réussie ?

Lachtite
10-01-2007 à 22:13
Après avoir lu une pensée du jour de Laurence Nadeau Qu’est-ce que réussir son immigration ? je me suis posée des questions…

Quand peut-on dire qu’on a réussi son immigration ?
Avez-vous vous des critéres d’épanouissement personnels ou professionnels en tête ?
Y a t-il des cases à cocher ? (Une to-do list ??)
Est-ce que vous vous êtes fixés des objectifs ?
C’est quoi réussir son immigration ?
Y-a-t’il un jour où vous vous êtes dit : ça y est, mon immigration est une réussite ?
Des doutes en cours de route ?

Chaque réponse est forcément personnelle et liée au vécu de chacun, et justement c’est ce qui m’intéresse : votre vécu, votre ressenti ?

AugustClo
10-01-2007 à 22:56
La mienne je suis en train de la rater en beaute: je me suis rarement sentie aussi « hors du monde »

semago
10-01-2007 à 23:20
C’est une notion propre à chacun. ce qui convient à l’un ne fera jamais le bonheur de l’autre selon son vécu, ses traits de caractère, ses attentes de la vie et ses exigences…

Combien de fois çà m’est arrivé de m’entendre dire : « Que veux-tu de plus? » alors qu’il me semblait évident que j’avais tout raté…

A mon sens, l’immigration, c’est comme une greffe : tu peux faire un rejet sans savoir pourquoi, à n’importe quel moment…

Saga
11-01-2007 à 0:32
La poursuite du bonheur, l’immigration n’en est qu’une partie. Mais la question peut s’averer etre un gouffre sans fin: pourquoi sommes nous sur Terre ? comment puis je atteindre le bonheur ? en ais je les moyens ?

dracula
11-01-2007 à 6:18
Voilà une excellente question,si on réussis à y répondre on est certain de savoir ce qu’on vient chercher au canada.

TITNINI
11-01-2007 à 9:26
J’aurai tendance à croire que c’est un ressenti général pas forcément objectif.
Après je pense et je peux dire que j’ai réussi mon immigration temporaire, je ne sais pas encore ce qu’il en sera de mon immigration définitive.

mfera
11-01-2007 à 10:41
Bonjour ,
Personellement, je pense qu’immigrer est un processus qui prend depart , quand on commence a nourrir l’idee de partir pour un autre pays , en faite ce processus a un debut sans fin, a un certain moment immigrer est remplacer par Integrer ou immigration par integration.

Comment tous processes, il ya une phase d’evolution caracterisee par des hauts et bas .

L’attitude positive et l’aspiration a la réussite ( selon l’entendement de chacun) sont des ingrediens tres important sur ce cheminement .
Courage a nous tous .
Ing.Charlemagne Mfera

marionnette1979
11-01-2007 à 11:17
CITATION(TITNINI @ 11-01-2007 à 8:26)
J’aurai tendance à croire que c’est un ressenti général pas forcément objectif.
Après je pense et je peux dire que j’ai réussi mon immigration temporaire, je ne sais pas encore ce qu’il en sera de mon immigration définitive.

Je dis tout pareil immigration temporaire nickel après a long terme on ne peut pas savoir … on verra avec les aléas de la vie

peanut
11-01-2007 à 11:37
CITATION
La mienne je suis en train de la rater en beaute: je me suis rarement sentie aussi « hors du monde

Ce n’est pas l’impression que j’avais de tes derniers écrits, AugustClo!
Bon courage!

Opal
11-01-2007 à 12:42
Oh Boy, quelle question.
Dans mon cas, je considere qu’elle est bien commencee, donc plutot reussie jusque la. A aucun moment je n’ai regrette le fait d’etre venu ici. Il faut dire que je n’ai pas quitte beaucoup de famille en France (ma femme si), ma famille est disseminee un peu partout dans le monde, que je n’avais pas du tout une situation professionnelle satisfaisante (chomeur puis sous-employe), que j’habitais en banlieue parisienne avec deux garcons en bas age a elever et que cela me faisait plutot peur de les voir devenir adolescents dans cet environnement.

D’un autre cote, j’ai eu la chance de trouver assez vite un vrai job ici, j’habite dans une maison (mon fils me dit qu’il ne veut plus retourner dans un appartement, mais du haut de ses 8 ans, il ne realise pas le prix des maisons ici), je ressens au quotidien beaucoup moins voire pas du tout d’agressivite par rapport a Paris, je peux par exemple trainer au feu vert sans me faire klaxonner, je commence a avoir une vie sociale. Ma petite famille aussi se plait ici et chacun commence a avoir ses propres amis…bref c’est pas si pire, pantoute

Cela depend donc de ce que l’on quitte, de ce que l’on sacrifie (dans mon cas pas grand chose), de ce que l’on attend, et de la preparation psychologique et financiere avec laquelle on est venu. Il faut etre realiste dans ses objectifs ou espoirs, et ne pas viser l’eldorado, autrement on ne sera jamais satisfait ou on ne saura jamais apprecier ce que l’on a. Celui ou celle qui s’est prepare a « galerer » six mois minimum avec des petits boulots et s’y est prepare financierement, tout en esperant mettre les bouchees doubles apres le decollage, ne sera pas frustre rapidement et sera meme content de se faire des amis meme si ca prend du temps pour trouver le bon boulot. Celui qui en revanche est moins humble ou moins prepare et veut tout de suite le super job ou le super cercle d’amis, peut vivre son impatience comme un echec assez vite. C’est donc relatif. Une derniere chose, pour mieux s’adapter, il faut je crois, assez vite abandonner le reflexe de tout comparer avec d’ou l’on vient…

peanut
11-01-2007 à 12:46
Wow Opal!
Je trouve que tu as une très bonne philosophie et je suis sûre que ton immigration définitive sera réussie!
La seule erreur que tu as fait, c’est de ne pas être venu au Québec!
Bonne chance!

Opal
11-01-2007 à 13:00
Tu sais, je ne desespere pas d’avoir l’opportunite d’aller vivre au Quebec, j’adore Montreal, et il est possible que mon entreprise ouvre un bureau la-bas. Idealement, donc, meme si je me plais bien ici(tte), des que mon petit monde devient bilingue, ce serait bien de se poser pour de bon au Quebec. Apres tout, je ne veux pas indefiniment trahir la province qui m’a donne mon visa, n’est-ce pas ?

AugustClo
11-01-2007 à 17:09
Bah les choses ont changes depuis… mon chum s’est retracte pour nos projets et m’a meme dit qu’il souhaitait peut etre qu’on arrete de vivre ensemble car j’ai changé depuis mon immigration… En fin de compte, apres discussion avec lui j’ai l’impression que c’est le fait que je n’arrive pas a me reconstruire un reseau social qui le gene car du coup je me retrouve a passer les 3/4 de mon temps qui n’est pas au travail a la maison a m’ennuyer…. Je suis en train de perdre mon chum car j’ai perdu mes amis francais lors de mon immigration et je n’arrive pas a m’en refaire ici: je pense qu’on peut appeler ca rater son immigration en beaute quand on a immigre pour son chum.

sophie64
11-01-2007 à 17:24

Qu’est ce une immigration?
c’est le fait de trouver du boulot !!
c’est le fait d’aller dans une région que l’on ne connait pas!!
c’est le fait de quitter sa famille!!
c’est le fait de changer de vie!!
c’est certainement tout ça!! et même plus
ah oui j’oubliais le fait de s’intégrer!! très important

alors je pense que rien que le fait de déménager d’un département à un autre en France, c’est une immigration, tout recommencer à zéro avec les mêmes doutes et les mêmes peurs, et encore même pas sûr que dans son propre pays on n’ arrive à s’intégrer dans une nouvelle région!! Mais on ne se pose pas la question si on a réussi ou non, on vie!!

Mais je crois que c’est ça la vie, c’est se donner la peine d’essayer et de vivre ces envies.
Sauf que cette envie là on veut la vivre au CANADA, on l’a choisie et peut-être qu’il nous choisira aussi…

AugustClo
11-01-2007 à 17:40
Sophie64, es-tu deja installe? non parceque la j’ai l’impression que tu idealises pas mal… en France en 2 mois de travail je m’etais plus rapproche de mes collegues qu’en 6 mois ici et pourtant mes collegues sont au moins qussi sympathiques ici c’est juste que la culture et la maniere de faire est tres differentes… OUI il y a des differences culturelles entre les differentes regions en France mais elles sont loin d’etre aussi grande que la difference culturelles entre la France et le Canada… Pis traverser la France pour visiter sa famille ou ses anciens amis se fait bien mieux que traverser l’ocean car tu as plus de temps (5 semaines de conges) et ca coute bien moins cher… Sans compter que ta entalite evolue au contact d’une autre culture et tu finir par te sentir loin, tres loin de la mentalite de tes anciens amis (pour certains) et par les perdre… J’ai vecu dans 3 regions differentes en france et j’ai jamais eu autant de probleme d’integration qu’ici et mes amis de la premiere region sont restes mes amis tout le long… mais depuis mon installation ici je m’eloigne progressivement d’eux et a l’heure actuelle je ne peux plus considerer la plupart d’eux comme de vrais amis tellement on a de plus en plus de mal a se comprendre….
Reve en douceur mais fait attention reveil, il peut etre brutal.

Curieuse
11-01-2007 à 18:10
Si ce nest pas trop indiscret AugustClo, en quoi le Québec tas tant changé ?

AugustClo
11-01-2007 à 18:52
C’est pas le Quebec qui m’a change mais le fait de tout quitter et de devoir tout recommencer a zero avec des difficultes plus grandes que je ne l’aurais esperer: le fait de perdre ses amis et de ne pas reussir a s’en refaire, meme apres 6mois a la job… j’ai ete au party de Noel avec mon chum et on a quasiment passe la soiree juste tout les 2 car je n’y connaissais vraiment pas grand monde et le peu de gens que je connais c’est trop vague (des bonjours au-revoir) pour passer la soiree avec eux… A vrai dire j’ai rencontre 2 ou 3 personnes ce soir la avec qui on a passe la soiree: des gens que je ne connaissais pas du tout et que je n’ai jamais revu depuis.

Si tu veux tout savoir, j’ai l’impression de ne pas reussir à m’integrer ici, me refaire un reseau social, trouver des gens avec qui passer une soiree sympa (autre que les amis de mon chum évidemment), se rencontrer de temps en temps juste pour le fun, etc… et en parallele j’ai l’impression d’etre restee suffisamment longtemps ici pour avoir eu le temps de perdre les amis avec qui je faisais ça en France: on n’est vraiment plus dans le meme trip. Du coup, je suis perdue et je ne sais plus quoi faire: j’ai comme l’impression que perseverer ici ne me menera nulle part mais que si je rentre en France je devrai egalement tout recommencer… c’est ma joie de vivre que j’ai perdu…

MARTIAL-Gwada
11-01-2007 à 19:04
Tu es arrivée il y a 6 mois ? si oui c’est trop court comme laps de temps pour faire un bilan sur une intégration. Tu as du tout changer, habitude, boulot, cadre de vie, tu ne retrouvera pas ce que tu as perdue en 6 mois. Courage

sandy
11-01-2007 à 19:56
je considèrerais que mon immigration aura réussit quand j’aurais commencé à avoir une routine.

AugustClo
11-01-2007 à 19:59
Non ca fait 8mois que je suis la – je sais ca change pas grand chose 2 mois – les 6 mois c’est le travail

Curieuse
11-01-2007 à 20:03
Merci pour ta réponse AugustClo.

Cest certainement pas facile dêtre en transition et de navoir plus de repères. Cest un peu comme être assis entre deux chaisesMais daprès la plupart des témoignages dimmigrants que jai pu lire sur ce site en 4 ans, le tout semble se replacer après quelques temps. 8 mois, c’est quand même court.
En tout cas, bon courage à toi et oublie pas de te faire des petites douceurs de temps en temps…

zohra
11-01-2007 à 20:07
personnellement je sens que depuis quelques temps les choses se sont bien stabilisées. qqn parlait de routine,eh bien oui j’ai ma petite routine.j’ai même le sentiment d’avoir vécu ici tout le temps.
mon immersion 100% québécoise depuis mon arrivée y est pour beaucoup.j’ai des amis,essentiellement québécois,un bon travail,et à part ma famille,je ne regrette rien de la france.les amis que j’avais là bas,je les ai encore,malgré la distance rien n’a changé.
Quant à l’avenir, on en sait rien….faut vivre au jour le jour,en tout cas c’est ce que je veux faire.

ps: patounet,ça te rappelle pas une conversation ce sujet?
MARTIAL-Gwada
11-01-2007 à 20:23
CITATION(sandy @ 11-01-2007 à 19:56)
je considèrerais que mon immigration aura réussit quand j’aurais commencé à avoir une routine

Je suis assez d’accord avec ça. Mais si tu immigres pour quelqu’un et que cette personne trouve que ton intégration ne va pas assez vite, je trouves ça raide. J’aurais tendance à dire que c’est pas le bon chum. Le tout (mais là c’est mon côté maman qui parle) c’est d’avoir du boulot et d’être autonome.
Si l’objectif n°1 de l’immigration était de le rejoindre, je comprends ton désarroi.
Ne regarde pas non plus en arrière les amis que tu as laissé en France, ont pris un autre chemin et il y aura un réel décalage entre vous, donc ne fais pas l’erreur de tout plaquer pour eux.

zohra
11-01-2007 à 20:39
Augustclo,tes amis de france t’ont déjà délaissée? c’est sûr que l’éloignement c’est pas facile, mais si ce sont vraiment tes amis, la distance ne devra pas vous séparer.

Angela
11-01-2007 à 20:55
citation : Si ce nest pas trop indiscret AugustClo, en quoi le Québec tas tant changé ?

Hello, Curieuse! Ce n’est pas à moi que tu poses la question mais je veux te répondre: le Québec nous change de fond en comble. Voici quelques exemples:
1. Je suis née au Rwanda, et j’ai vécu aussi en France. Au début, je paniquais quand l’hiver s’en venait. À Noël, moi et mes enfants avions des visages allongés: pas de neige! Quelle misère! Le lendemain, il neigeait: quel bonheur! Si ce n’est pas un changement …
2. En venant ici, on se disait qu’on est francophones, mais arrivés ici, nous avons dû apprendre le français du Québec. Croyez-moi, c’est un apprentissage!
3. Quand on a grandi dans un endroit où le diplôme fait de vous une élite, tu arrives au Québec et tu trouves que ton papier n’intéresse personne. On doit même apprendre à faire son CV à la manière d’ici. Je travaille dans une place et personne ne m’a jamais demandé mon diplôme: tout ce qui intéresse, c’est ceci: qu’est-ce que je suis capable de faire? Essayez de trouver un emploi en France comme ça. Un changement, n’est-ce pas? Ici, on peut avoir son DEP ou conduire un taxi et réussir sa vie aussi bien que les cadres des grandes entreprises.
Je pourrais vous donner d’autres des exemples, mais je passe au pire. En arrivant ici, on apprend à voir la vie avec les yeux d’ici. Et on en vient à chialer, exactement comme les gens d’ici. Oubliées toutes les misères que nous avons quittées! On chiale, c’est la mode! Contre le gouvernement, l’école, les hôpitaux, le métro, les voisins, les routes, tout!
Dans la langue de chez nous, ça s’appelle prendre la couleur locale. Sauf que je me demande si c’est cela réussir son immigration.

MARTIAL-Gwada
11-01-2007 à 21:14
Euhhh c’est pas le sujet mais j’ai vécu à Kigali pendant mon adolescence, et on a à peu près le même âge

Sinon, c’est cette mentalité que je viens chercher, je travaille pour une administration française qui délivre les diplômes et c’est une horreur, il regarde de travers tous ceux qui n’ont pas au minimum un bac +5. Ils n’en n’ont rien à faire de ce que les gens savent faire, la question c’est : il a fait des étude oui ou non, et ça c’est excécrable.

Angela
11-01-2007 à 21:46
Wow! Si toi, tu as saisi ça, tu vas te tailler une belle place ici. Au Québec, les papiers et la valeur des gens, voilà deux affaires bien différentes. Savais-tu que 30% des entrepreneurs genre PME ont juste un diplôme du secondaire? Ici, la compétence, ce n’est pas le papier, c’est ce qu tu sais faire de tes 10 doigts et de ta tête. Ce sont ceux qui n’ont pas saisi cette vérité élémentaire qui passent leur temps à brailler.
Les MP ne marchent pas, sinon je t’aurais écrit, belle Sophie.

Lachtite
11-01-2007 à 22:12
Ça me fait vraiment mal de lire ça Augustclo, on est une petite gang à être arrivés un peu en même temps, et tous ceux que je connais ont vécu des moments plus noirs; des baisses de moral, et c’est normal, tu dois faire le deuil de ta vie d’avant, mais là Augustclo, tu es en train de t’enfoncer; tu sais j’ai envie de te secouer et de te tendre la main!

Je vais d’abord te secouer un peu : Oui les québecois sont différents de nous, et c’est pas au boulot que tu vas te faire des potes (surtt avec ton métier ) mais tu peux, tu dois te bouger, tu te le dois à toi-même, tu es en train de baisser les bras, tu ne t’aides pas là! et ton rêve vaut mieux que ça! Tes allers et venues n’ont pas aidé tes amis en France, hé ben, un ami qui n’est plus ton ami ne l’a jamais été, c’est dur, mais à certains moments il faut être dur, il faut refuser de se laisser gagner par le blues; faut se forcer, faut vivre ces sentiments plus sombres et ensuite il faut rebondir, ne te laisse pas le choix!!!!

Et ensuite je t’ai déjà proposé de sortir, d’aller boire un verre, patiner ou que sais-je!!! Ce qui compte c’est qu’à un moment tu réussisses à sortir de ça, là elle est loin d’être foirée ton immigration! T’as le plus dur : le boulot !!! Donc maintenant à toi de trouver l’envie de sortir, de faire des choses, de rencontrer des gens, de discuter, de découvrir!! Moi je suis partante, si tu veux, on peut faire ce que tu veux, un verre, un restau, ou chais pas quoi et je suis sure qu’on pourra engrainer quelqu’unes
Tu vas toujours à tes cours de cirque ? Fais-tu du bénévolat ? Tu as des choses à faire, tu as une vie à vivre! Pas pour ton chum mais pour toi! faut que tu trouves ton équilibre!!!!

AugustClo
11-01-2007 à 23:23
CITATION(zohra @ 11-01-2007 à 21:39)
augustclo,tes amis de france t’ont déjà délaissée? c’est sûr que l’éloignement c’est pas facile,mais si ce sont vraiment tes amis,la distance ne devra pas vous séparer.

À vrai dire je partage ma vie entre la France et le Quebec depuis 2004 deja avec des visas temporaire donc le fosse avait deja commencer a se creuser a ce moment la… pis pendant mes permis temporaires j’ai surtout rencontrer des etrangers en permis temporaires qui sont rentres chez eux depuis…

Lachtite, tu as raison, c’est ca qui me fait peur: je me vois sombrer en ce moment
Au moins j’ai parle avec mon chum et il comprend un peu mieux ma realite meme si il est encore un peu depasse car n’a jamais vecu ca…
J’ai arrete le cirque car la plupart des gens n’avaient meme pas 18 ans et franchement on etaient pas vraiment compatibles et les cours n’etaient pas plus passionnants que ca… le benevolat, je regarde toujours les offres mais rien qui me motive (je vous ai dis que plus rien ne me motivait :/)

Je suis sur un autre site ou j’essaie de monter un club jeux de societe histoire de voir des tetes differentes de celles de mon chum de temps en temps, meme si c’est juste pour une fois mais je suis pas sure que ca va marcher Anyway, on verra…

En tout cas, merci pour vos messages a tous, ca fait du bien de se sentir compris et soutenu mine de rien… meme si je ne pensais pas avoir besoinde parler comme je l’ai dit a beaucoup en prive, finalement ca fait du bien.

sandy
12-01-2007 à 5:03
oui en fait pour moi ça passera par la routine car je sais que je me plairais là-bas ,la seule chose qui me donne un peu le vertige c’est de m’y retrouver dans Montréal
j’ai fait une partie de la rue Sainte Catherine mais elle est tellement immense que je n’arrivais pas à retrouver certains magasins…ça me fiche les petohr ma recherche d’emploi.à part ça …

fortsympa
12-01-2007 à 7:20
AugustClo, non seulement parler fait du bien … mais c’est meme « obligatoire » pour aller mieux, car garder tout en sois, c’est ce qu’il y a de pire.

Jas06
12-01-2007 à 8:20
AClo,

Je vais y aller encore une fois de mes hypothèses car c’est tout ce qu’on peut faire sur un forum.

J’avais 26 qd j’ai quitté le Québec donc si tu remarques mon vieil âge, ça fait un bail. Il faut savoir qu’autour de cet âge, qu’on reste chez soi ou que l’on parte, c’est un âge de changement. Moi j’ai quitté une gang d’amis pour me retrouver nez à nez avec mon chum en France. GROS changement. Finies les sorties le soir ou presque, les soirées avec plein de gens que je connaissais, les partys.
MAIS, cette période festive s’est aussi peu à peu terminée pour mes amis du Québec. Certains ont eu des enfants, des boulots prenants, bref chacun entrait ds la vie d’adulte par son propre chemin.

Bref, certains de tes amis vivent autre chose et p-ê, si tu étais restée, l’écart se serait creusé de toute façon. Essaie tout de même de miser sur certains amis et lâche pas! Qd je suis partie, y’avait pas internet. J’écrivais inlassablement des lettres à mes copines. Ce qui fait qu’aujourd’hui, alors qu’il est fort possible que je reparte en mai, j’ai encore 3 bonnes copines et d’autres aussi qui je sais, m’apporteront du soutien. Mais je le répète, c’est MOI qui suis partie, c’est donc MOI qui ai fait le plus d’effort pour maintenir le lien.

Ensuite, il faut savoir aussi que la femme québécoise (ouh la la pardonnez-moi la généralisation) est tout de même plus autonome que la femme française. Ton chum québécois ne s’attendait sans doute pas de t’avoir à la remorque et que tu dépendes de lui ainsi. Ca, c’est culturel et fondamental ds votre relation. Reste à savoir si vous pouvez arriver à un juste milieu.
Si tu veux tenter le coup, pense plutôt à cette immigration comme un projet perso. Qu’est-ce que tu ferais si tu étais venue pour toi? Qu’est-ce que tu aimerais vivre au Québec si tu repartais demain?

Ou encore dis-toi que c’est une expérience unique d’être au Québec et prend-le comme tel. Ca durera p-ê pas avec ton chum, mais ça peut être une aventure sympa avant de rentrer chez toi. LE truc c’est d’enlever la pression d’une intégration vitesse grand V et de penser au moment présent qui est, malgré tout extraordinaire juste pcq tu n’es pas chez toi.

Enfin, je ne sais pas si ces mots peuvent te donner des idées. Mais en bref, pense à toi, ce que tu veux? Et vois ce qui est possible.

fortsympa
12-01-2007 à 8:35
Jas06, je trouve ton message remplie de sagesse (peut etre en raison de ton age (je taquine) )

pour ma part, j’ai revu tout mes amis en decembre et rien n’avait change malgres 21 mois d’absence, mais c’est vrai que j’ecris constament a propos de mes joies et de mes peines.

CITATION :Ou encore dis-toi que c’est une expérience unique d’être au Québec et prend-le comme tel. Ca durera p-ê pas avec ton chum, mais ça peut être une aventure sympa avant de rentrer chez toi. LE truc c’est d’enlever la pression d’une intégration vitesse grand V et de penser au moment présent qui est, malgré tout extraordinaire juste pcq tu n’es pas chez toi.

c’est tellement vrai

augusclo, profite de ta situation pour choisir ce que tu veux faire de ta vie et avec qui, choisie ta vie en fonction de ta definition de la vie ideale. (rassure toi, on passe tous par l’etape que tu vis ).

semago
12-01-2007 à 10:13
Aujourd’hui, oui mon immigration est réussie! Il neige, c’est magnifique, excellentissime, sublimissime c’est MAGNIFIQUE
Des mois que j’en rêvait et çà y est!!!! Elle est là!!!!!
Pourvu qu’elle reste cette fois

petiboudange
12-01-2007 à 10:55
Avant de répondre à Lachtite, je reviens sur toi AugustClo, d’abord parce que ça me fait plaisir de te revoir sur le forum et parce que cela m,attriste un peu ce qui t’arrive.
Sans jugement de valeur aucune, je me permets de répondre à deux choses qui m’ont surprise:

CITATION(AugustClo @ 11-01-2007 à 16:09)
En fin de compte, apres discussion avec lui j’ai l’impression que c’est le fait que je n’arrive pas a me reconstruire un reseau social qui le gene car du coup je me retrouve a passer les 3/4 de mon temps qui n’est pas au travail a la maison a m’ennuyer….

CITATION(AugustClo @ 11-01-2007 à 17:52)
j’ai ete au party de Noel avec mon chum et on a quasiment passe la soiree juste tout les 2 car je n’y connaissais vraiment pas grand monde et le peu de gens que je connais c’est trop vague (des bonjours au-revoir) pour passer la soiree avec eux… A vrai dire j’ai rencontre 2 ou 3 personnes ce soir la avec qui on a passe la soiree: des gens que je ne connaissais pas du tout et que je n’ai jamais revu depuis.
Si tu veux tout savoir, j’ai l’impression de ne pas reussir a m’integrer ici, me refaire un reseau social, trouver des gens avec qui passer une soiree sympa (autre que les amis de mon chum evidemment ), se rencontrer de temps en temps juste pour le fun, etc…

Pour reconstruire ton réseau, ça prend de l’investissement personnel et temporel. Tu as la chance de travailler déja, cela te lève un gros poids. Passons donc à l,étape suivante, construire le réseau social.
D’abord, prends ton annuaire, cherches-y tous les cours d’un sport que tu as toujours rêvé de faire et appelles les clubs pour savoir s’il y a des cours de débutants et s’ils prennent de nouvelles inscriptions. Si tu sors déja de chez toi pour ça, tu joindras l’utile (du sport c’est jamais mauvais) à l’agréable (faire une chose que tu aimes, hors de chez toi, avec peut-être de nouvelles rencontres à la clé).
Tu peux également combiner ceci avec une activité culturelle quelconque (art, langue, etc.) et tu passeras déja moins de temps chez toi, en donnant peut-être l,impression à ton chum que tu as pris du temps mais que tu es capable de t’investir hors de chez vous aussi.
Lorsque tu vas en soirée avec ton chum, lâches-le et jettes toi dans le bain. Tu ne connais pas ces personnes? Pas grave, part les découvrir. Tu as peur d’être ridicule? Au pire tu ne les reverras pas. Le but n’est pas de te faire des amis immédiatement, mais de réapprendre à aller vers les gens pour enfin, plus tard, reconstruire un vrai réseau. Mais rien t’empêche de prendre quand même les numéros de téléphone et de rappeler toi-même ces gens, même s’ils refusent tes invitations ou ne te retourne pas tes appels, tu auras essayer et tu prendras plus d’assurance. Et puis ça t’occupera quelques instants…
Ça à l’air facile à dire mais ce n’est pas le cas, c’est aussi du vécu, et crois-le ou non, il n’y a pas qu’au Québec ou en France que j’ai eu à faire ça !

Lachtite, je n’ai pas de réponse précise à la question de l’immigration réussie mais je peux déja te dire ce qui n’est pas réussie selon moi.
Durant mon bref séjour en Thaïlande, mon but était de m’y installer définitivement. L’ami avec qui je suis partie y avait fait un stage, nous avions des contacts avec l’Alliance française, l’ambassade et son service culturel, des postes potentiels sur le campus de Bangkok ou de Pathani (dans l’extrême sud, en frontière avec la malaisie), puisque travailler là-bas prend un gros réseau et juste une licence
Bref, j’arrive là-bas, prête à découvrir ce pays, cette culture, cette langue et ces gens.
Au bout d’un mois je ne supportais plus le regard des gens dans la rue qui me prenait pour une prostituée métissée avec son client occidental (mon chum de l’époque), les sourires que je croyais hypocrites (certains l,étaient sûrement mais en Thaïlande, la pire honte dans la vie c’est de perdre la face, littéralement c’est à dire de perdre son sourire même dans l’adversité, c’est donc un mode de vie), la langue, les odeurs, le riz (je rêvais de pain baguette toutes les nuits!), le grouillement des gens partout, les macdo qui livraient, les touk-touks qui tentent de te tuer en faisant une énième course contre d’autres falang, les vendeurs de trottoirs qui voulaient toujours nous vendre la même chose que le précédent mais attention c’est « same same but different », les trous dans les trottoirs dans lesquels tu manques de te blesser, les poussins fluos du marché principal…
J’en venais à vouloir tous les tuer, je les haïssais (et je pèse le mot!) tous…
On peut dire clairement que je n’avais pas réussi mon épreuve d’immigration. La grosse goutte qui a tout fait basculé a été lorsque l’ambassadeur, que nous avions dans l’événement que mon chum organisait au sein de son stage, a dit à mon chum « Oh c’est ta thaïlandaise » avec tout ce que cela impliqué dans ma tête et pas nécessairement dans la sienne…

Maintenant, qu’est-ce qui m’aurait fait dire que mon immigration était réussie? Le fait peut-être que dans le regard des gens j’ai cette impression d’être métisse mais sans être dévalorisée, bref de faire partie du groupe?
Le fait de me sentir chez moi, dans toutes les situations, de la plus triste à la plus heureuse? Peut-être…
Est-ce que c’est moi ça? Si oui, alors clairement, ça doit être ça ma réponse: mon immigration est réussi selon moi dès lors que je me sens chez moi dans toutes les situations de vie. Mets-en, ça va prendre du temps pour en être sûre, mais si je suis pas repartie au bout d’un mois et que j’ai récidivé en revenant m’installer pour de bon, ça doit être bon signe.

AugustClo
12-01-2007 à 13:40
Le probleme est bien la: a chaque fois qu’on se dispute suffisamment fort pour que l’idee de se separer nous traverse la tete, je me demande ce que je ferais si telle etait le cas et jusqu’a present je ne vois pas ce qui me retiendrait au Canada car j’ai l’impression d’y avoir vecu tout ce que j’avais a y vivre… mais je ne me vois pas rentrer en france non plus.

Pour les cours de sport, j’ai bien essaye : j’ai essaye de m’inscrire a des cours de tennis mais les seuls que j’ai trouve en septembre etaient complets, je viens d’essayer de m’inscrire a des cours de patinage mais c’est de 7h du matin a 8h30… et puis j’habite Longueuil sans voiture (mais pres du metro), ce qui ne facilite pas la chose car la rive sud sans voiture c’est clair que j’abandonnerai vite fait le cours, pis montreal ben c’est souvent beaucoup de trajet aussi: mon cours de cirque ca me prenait 45min 1h pour rentrer chez moi…

petiboudange
12-01-2007 à 13:49
Ben vois pour des bains libres en piscine, puis honnêtement, si tu veux tu peux, j’en suis sûre. Crois-tu que bosser de 7h45 à 1h du matin deux fois dans le semaine me plaît, avec les quelques 35 minutes de retour que ça me prend en pleine nuit? Ou que ce soit facile de bosser toute la semaine puis de prendre des cours le samedi et de faire du bénévolat? Non, mais ça vaut la peine pour mon couple, alors je le fais malgré la fatigue. Parce que malgré tout, je suis épanouie quand je suis active, hors de mon travail, et que sans ça, je n’aurai guère de choses à raconter à mon chum.
C’est pour ça que je suis sûre que tu peux, faut juste renoncer à quelques heures de confort par semaine.

Zelda
12-01-2007 à 13:54
Hum je sais qu’à Longueil il y a un centre communautaire qui organise des déjeuners-causerie et d’autres activités comme des ateliers de scrappbooking etc … et justement parmi mes connaissances il y a une bénévole qui anime là-bas. Aimerai tu que je te mette en contact avec elle ? Elle est pas mal fine.

Zangdaarr
12-01-2007 à 13:57
AugustClo au Quebec faut surtout pas hésiter à aller vers les gens, c’est complétement différent de la France, les gens sont très ouverts.

semago
12-01-2007 à 15:24
Oui mais entre les vacances et la vie quotidienne, l’approche n’est pas la même! et donc se faire des amis çà a l’air facile comme çà vu de France…

AugustClo
13-01-2007 à 13:34
Les dejeuners causeries ne m’interessent pas car je suis trop genee mais les ateliers de scrapbooking pourrait me plaire (a condition de ne pas avoir 30ans de moins que tout le monde ). Je veux bien que tu me donnes les coordonnees.

Zangdaar, je crois que Semago t’as tres bien repondu…. c’est facile de donner des conseils a des gens sur place en etant en France et en n’etant pas passe par la, mais attend d’etre sur place et tu verras que l’idee que tu te fais du quebec et des quebecois est bien erronee, meme si tu as fait plusieurs sejours au Quebec auparavent… c’est pas de l’amitie ce que tu as percu mais de la politesse

Sinon ne trouvant pas reellement d’activites qui me plaisent et qui soit compatibles avec mon emploi du temps et ma localisation, j’ai pris rendez vous pour prendre des cours de conversation anglaise. C’est des petits groupe donc ca ne me fera pas rencontrer beaucoup de monde, mais au moins ca me degenera deja sur ce point et l’anglais ne sera plus un obstacle a la rencontre… enfin j’espere

rama
13-01-2007 à 14:42
D’accord avec toi AugustClo sur les « amitiés » ici. Depuis mon arrivé à Montréal il y a un peu moins de 4 mois, toutes les bonnes relations que j’ai eues c’est avec des « immigrés » : européens de l’Est, américains du Sud, … J’évite les Francais, ils sont trop bavards (c’est une joke, hein )
Et ce qui est rassurant c’est qu’ils ont tous le même ressenti : c’est vraiment difficile de se lier avec des « autochtones », d’avoir des relations autres que de politesse ou de travail. Donc non, tu n’es pas un cas unique rejeté de la société québécoise
Mais attention, ce n’est pas une critique ciblée, car ce ne doit pas être plus facile pour quelqu’un qui débarque en France par exemple. En plus, c’est quand même plus sympa de se faire jeter avec le sourire
Il faut juste faire avec, peut-être avec le temps, quand on se sera « québécoirisé » …

Et c’est vrai que le truc qui aide à étendre son cercle de connaissances, c’est les activités extra-professionnelles. Les échanges se font plus naturellement car on a une passion ou un intérêt commun. Pour moi, faire parti d’un club de tennis m’a vraiment aidé à surmonter les coups de blues, ou les mauvaises passes au boulot. Je t’assure qu’avec seulement 2 heures de tennis (+1/2 heure à taper la discute avec ses partenaires de jeu) cela te met de bonne humeur pour le reste de la semaine. C’est dommage que tu soies si loin de Montréal, on aurait pu échanger quelques balles au stade Uniprix. Avis aux amateurs …

Et puis, comme cela ne fait pas trop longtemps que tu es arrivée ici, considère cela comme des vacances. Il y a tellement de choses différentes à voir, à essayer, à goûter. Le Club Med, quoi

Quoiqu’il en soit il suffit de pas grand chose pour à nouveau voir la vie en rose

AugustClo
13-01-2007 à 16:07
@Rama:

Merci pour ton message mais t’as pas tout suivi. Je m’explique:
1/ Les vacances au Quebec est un stade dépasse: je suis la depuis 2 ans et demi, je suis juste rentre attendre mon visa 6 mois en France et la date de mon profil correspond a la date de validation de ma RP.

2/ Je ne suis pas si loin que ca de montreal : 10 min environ Apres of course, ca depend de ou a Montreal: si tu veux que j’aille a cote vertu ca fait bien loin pour moi

3/ Question pour toi: j’ai cherche a prendre des cours de tennis et j’ai pas trouve (reserves en priorite aux habitants de Montreal, inaccessibles sans voiture, cours complets, horaires pour les gens qui travaillent pas, etc… enfin bref toujours un truc qui clochait), du coup peux tu me dire ou tu as pris tes cours, les horaires et les tarifs stp? Les coordonnees ca pourrait etre cool aussi Merci

rama
13-01-2007 à 20:54
Ah Ok, ok. J’ai vu installé le 05, ai pas fait d’enquête supplémentaire …

CITATION : 2/ Je ne suis pas si loin que ca de montreal : 10min environ Apres of course, ca depend de ou a Montreal: si tu veux que j’aille a cote vertu ca fait bien loin pour moi

3/ Question pour toi: j’ai cherche a prendre des cours de tennis et j’ai pas trouve (reserves en priorite aux habitants de Montreal, inaccessibles sans voiture, cours complets, horaires pour les gens qui travaillent pas, etc… enfin bref toujours un truc qui clochait), du coup peux tu me dire ou tu as pris tes cours, les horaires et les tarifs stp? Les coordonnees ca pourrait etre cool aussi Merci

En fait je ne prends pas de cours (chuis trop bon) . Mais j’ai trouvé un groupe de personnes qui se réunit tous les Samedi matin au Stade Uniprix pour faire des parties de tennis (attention à 7h00 du matin !). Le seul critère s’est de savoir déjà « assez bien jouer » (pour les filles, je dirais au moins niveau 4 pour le classement québécois, ou 30 et plus pour le classement francais). Car sinon tu t’amuseras pas et tu n’amuseras pas les autres non plus Il y a parfois une fille qui vient de temps en temps, mais s’est majoritairement des gars …

Par contre, pour prendre des cours je crois que les inscriptions pour les sessions d’hiver doivent être passées. Il faudrait attendre la session de printemps (je dirais en Mai, mais chuis pas sûr). Quoiqu’il en soit les places sont chères et il faut vraiment s’y prendre au plus tôt. Mais je pense qu’au printemps ce sera beaucoup plus facile puisque les courts en plein-air seront réouverts.
Je ne sais pas si tu connais ce site, il donne parfois des infos sur ou trouver des cours de tennis et autres :
http://www.tennismontreal.qc.ca/actualites.php

Sinon, tu peux t’inscrire sur ce site :
http://tennisville.ca/nouveausite.htm
qui te permet de trouver des partenaires de tennis selon ton niveau et différents critère (fille/garcon, tennis récréatif/compétitif, …).

PS: Souvent les gens jouent au stade Uniprix qui est station de Métro Castelnau (ligne bleue) ou Jarry (ligne Orange). C’est pas mal cher (comparé à la France: 10$ à 30$ l’heure !) mais tu en as pour ton argent d’après mois :
http://www.stadeuniprix.com/

N’hésite pas si tu as d’autres questions sur le tennis à Montréal …

Pouet
18-01-2007 à 11:03
Bonjour AugustClo,

Tout comme toi j’ai 24 ans mais je suis québécois (présentement à Paris) alors je suis peut-être en mesure de te filer quelques petits conseils car disons que je connais assez bien les moeurs québécois. Une première chose à savoir et qui n’est peut-être pas évidente à voir au premier coup d’oeil pour quelqu’un débarquant au Québec est l’importance qu’un québécois accorde au respect de la vie privée de l’autre. Les québécois en général détestent déranger les autres. On accorde beaucoup d’importance en autre au respect de l’espace vital de l’autre, la « bulle » comme on la nomme chez nous. Ce qui fait que les québécois sont généralement des gens qui n’aiment pas faire les premiers pas, prendre les devant pour discuter avec quelqu’un qu’ils ne connaissent pas non pas par snoberie mais parce qu’ils ont peur de déranger. Par contre, une fois la conversation engagée, il n’y a généralement plus aucun problème car nous sommes un peuple qui fait confiance et se lie d’amitié rapidement. C’est pour cela qu’il ne faut pas avoir peur d’engager la conversation pour n’importe quelle raison, le truc favoris de la plupart des québécois étant la météo. Dans le pire des cas, ton intercoluteur répondera de manière désintéressée car il n’a pas le goût d’engager la conversation mais bon tant pis, il y a tout plein d’autres qui en seront surement ravis. En plus ton accent t’aidera énormément car il attirera la curiosité des gens.

Bref, je te suggère d’essayer de passer par dessus ta timidité pour établir le contact et tu verras que tout s’arrangera. Une fois que tu t’auras fait quelques amis, le reste déboulera car tu auras un réseau qui te fera connaître d’autres gens. Les activités sociales et le travail sont de bons endroits pour rencontrer de nouvelles connaissances. Je te suggère particulièrement le bénévolat car la plupart des gens qui s’y inscrivent ont aussi comme but de rencontrer de nouvelles personnes. Les cours de langues sont aussi un endroit où il est naturel d’entamer la conversation.

Bon évidemment que tout ce que j’ai mentionné n’est que généralisation mais je crois que ça reflète bien le portrait d’ensemble. Bon courage et surtout ne soit pas trop dur avec toi même. Reconstruire son réseau social est quelque chose qui prend du temps alors reste positive. En espérant avoir été utile.

mardirar
18-01-2007 à 11:48
salam amis forumistes ,
oui les quebecois sont tres respectueux de la vie privé et je trouve ca tout a leur honneur.
c’est ce qui fait la beauté du quebec.

AugustClo
18-01-2007 à 12:32
Merci pour ces conseils

C’est drole, je dois etre quebecoise dans l’ame car moi aussi je n’aime pas deranger , alors entre le fait que j’aime pas deranger ni m’imposer et que je ne sais jamais quoi dire pour aborder les gens que je ne connais pas c’est pas gagner pour moi au Quebec

Anyway, je me suis inscrite a des cours de conversation en anglais, je commence lundi. C’est des petits groupes (3 a 7 personnes) alors je n’ai pas beaucoup d’espoir d’y rencontrer des gens avec qui je vais me lier d’amitie (il faudrait quand meme pas mal de chance) mais au moins ca me fera sortir de chez moi, voir de nouvelles tetes et progresser en anglais

Avatar
FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut