Un retour n'est pas un échec... - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > FAQ > Déception, retour au pays > Un retour n’est pas un échec…

Un retour n’est pas un échec…

Tout d’abord je dois vous avouer qu’une de mes rubriques préférées du forum est la partie “Tranches de vies”, je pense d’ailleurs que c’est une addiction maintenant ! J’ai toujours aimer les reportages et les documentaires …bref avoir un nouveau point de vue et une perspective fraiche sur une situation.

Ces derniers temps j’ai remarqué qu’il y avait beaucoup de retours en France chez les résidents permanents plus particulièrement .. Beaucoup expliquent leurs départs après un bilan souvent négatifs avec des comparaisons France/Québec, ce qu’ils attendaient et leurs confrontations avec la vérité, leurs mauvaises expériences avec les “gens” etc.. mais toujours avec beaucoup de mélancolie comme s’ils voulaient restés mais ils étaient forcés de partir…

De mon coté, je ne peux vraiment pas me mettre à leur place vu que ma situation est bien différente ! Français marié avec une Québécoise depuis 2004, notre famille et nos 4 enfants (nés ici !) sont directement liés au Canada et un retour ou, plutôt dans le cas de ma femme, une installation en France ne fait pas partie de nos plans.

Mais la vraie question est celle-ci … Est-ce qu’un retour est un échec ? Dans mon livre à moi absolument pas !!

Chaque individu réfléchit énormément avant de déménager et les démarches et les délais aident en ce sens aussi ;), alors pourquoi des excuses ?!? On entend tous que lorsqu’on arrive au Québec ou dans n’importe quel pays ou l’on décide de s’installer qu’il faut recommencer à zéro, alors pourquoi comparer notre train de vie en France et celui au Canada ? Au lieu d’une comparaison il faudrait plutôt constater à quel point il a été rapide de trouver un logement etc.

Si toutefois malgré tout on arrive à la conclusion que le “Canada on n’aime pas ça !” c’est correct aussi ! Quel luxe de pouvoir repartir en France riche d’une nouvelle expérience ! Après tout …les voyages forment la jeunesse !! Et l’ouverture d’esprit est une très belle qualité. Chaque expérience est différente, et le Canada ou le Québec ont leurs propres caractéristiques. Alors on essaye et on voit si on aime, ou, si on aime pas.

C’est important de rester objectif aussi, certains sur le site sont clairement Pro-Canada dans le sens que tout est positif et que si certains ont de mauvaises expériences c’est entièrement de leur faute….mais la encore accordons le bénéfice du doute à l’auteur du billet.

En tout cas j’ai hâte de lire d’autres aventures !!

Au plaisir de vous lire

Sebster31


De glorfindel2001

Très bonne analyse Sebster31.

A propos de tranche de vie, j’ai publié un livre sur mes trois ans de vie à Montréal…

De retour en France depuis quelques années, j’ai toujours plaisir à découvrir les destins de chacun dans cette belle province du Québec.

Au plaisir,

GF


De melusine54

J’aime beaucoup cette réflexion. Mon mari et moi sommes revenus en Belgique après un an passé au Québec. Cette phrase résume bien aussi ma ligne de conduite: “comparaison/poison”. L’immigration est tellement complexe et souvent difficile à vivre, il n’est pas nécessaire de rajouter des “c’était mieux là…”. Mais c’est très tentant et fait sans doute partie du processus d’immigration en lui-même : quand j’étais au Québec, j’avais parfois la nostalgie de certaines choses en Belgique. Quand je suis revenue en Belgique, tout était mieux au Québec. Il est très compliqué de faire la part des choses et de ne pas être influencé par ces sentiments-là, qui sont naturels à mon avis. Alors, une solution: il faut prendre le meilleur de chaque, et faire en sorte d’éliminer ou de transformer “ce qui est mieux là” en “c’est bien ici aussi” !


De Racinette

Entièrement d’accord avec le titre. Encore faut-il immigrer en ne s’imposant aucune échéance et en ne s’en ayant pas trop vanté avant de partir.

De notre côté, nous avons vécu cela comme une expérience unique et très enrichissante. Je la conseille à tous ceux qui ont du mal ou se refusent à comprendre les problèmes des immigrés dans leur propre pays.


De kuroczyd

J’aime beaucoup cette réflexion. Mon mari et moi sommes revenus en Belgique après un an passé au Québec. Cette phrase résume bien aussi ma ligne de conduite: “comparaison/poison”. L’immigration est tellement complexe et souvent difficile à vivre, il n’est pas nécessaire de rajouter des “c’était mieux là…”. Mais c’est très tentant et fait sans doute partie du processus d’immigration en lui-même : quand j’étais au Québec, j’avais parfois la nostalgie de certaines choses en Belgique. Quand je suis revenue en Belgique, tout était mieux au Québec. Il est très compliqué de faire la part des choses et de ne pas être influencé par ces sentiments-là, qui sont naturels à mon avis. Alors, une solution: il faut prendre le meilleur de chaque, et faire en sorte d’éliminer ou de transformer “ce qui est mieux là” en “c’est bien ici aussi” !

C est une question de ressenti général et PERSONNEL par rapport à l endroit.
Et c est d autant plus vrai si la possibilité du retour est une réalité. Si tu viens d un pays bien plus pauvre ou en guerre, le retour, même si ton pays te manque ne pourra pas forcément être une option:
comme on le dit parfois, la possibilité du retour est une problématique de riche.


De Racinette

Il y a 9 heures, kuroczyd a dit :

comme on le dit parfois, la possibilité du retour est une problématique de riche.

Ou de gens ayant simplement la possibilité de le faire, ce qui était notre cas … et nous ne sommes pas riches pour autant.


De kuroczyd

il y a 8 minutes, Racinette a dit :

Ou de gens ayant simplement la possibilité de le faire, ce qui était notre cas … et nous ne sommes pas riches pour autant.

nantis, disons.


De Racinette

Il y a 11 heures, kuroczyd a dit :

nantis, disons.

Même pas. Avoir un travail et en vivre, c’est normal, il me semble, non ?

Et bien, quand nous avons quitté la France, aucun de nous deux n’était sûr de trouver un travail au Canada. Nous sommes partis quand même, nous y avons trouvé (très) rapidement du travail. Nous avons vécu de notre travail pendant plus de 7 ans puis nous sommes rentrés en France où mon mari a retrouvé du travail (le mien était assuré). Nous continuons donc à vivre de notre travail.

Je ne vois pas du tout où est le côté “nanti” dans tout ça.


De Chimel

Pour être parti vivre à Vancouver un jour sur un coup de tête …   Parfois on se découvre.   Je n’avais rien contre les gens qui y vivent. Je suis revenu à Montréal après avoir découvert que je préfère le vieux !   En Amérique ( le Québec est en Amérique )  beaucoup ce villes sont très ( trop ) récente.   J’ai acheté dans un coin de pays où les égouts sont en brique. On parle d’infrastructures qui datent du baron Haussman donc trèèèèèès vieilles  pour nous.   En fait ,je plaindrait plutôt les gens qui n’ont jamais bougé.  Peut-on rester dans son lieu de naissance toute sa vie ?  Si je l’avais fait, je ne serais pas la même personne.

PS : je ne suis pas riche non plus


De Rony

Le 21/4/2016 at 07:23, melusine54 a dit :

J’aime beaucoup cette réflexion. Mon mari et moi sommes revenus en Belgique après un an passé au Québec. Cette phrase résume bien aussi ma ligne de conduite: “comparaison/poison”. L’immigration est tellement complexe et souvent difficile à vivre, il n’est pas nécessaire de rajouter des “c’était mieux là…”. Mais c’est très tentant et fait sans doute partie du processus d’immigration en lui-même : quand j’étais au Québec, j’avais parfois la nostalgie de certaines choses en Belgique. Quand je suis revenue en Belgique, tout était mieux au Québec. Il est très compliqué de faire la part des choses et de ne pas être influencé par ces sentiments-là, qui sont naturels à mon avis. Alors, une solution: il faut prendre le meilleur de chaque, et faire en sorte d’éliminer ou de transformer “ce qui est mieux là” en “c’est bien ici aussi” !

Merci @melusine54


De Rony

il y a 8 minutes, Chimel a dit :

Pour être parti vivre à Vancouver un jour sur un coup de tête …   Parfois on se découvre.   Je n’avais rien contre les gens qui y vivent. Je suis revenu à Montréal après avoir découvert que je préfère le vieux !   En Amérique ( le Québec est en Amérique )  beaucoup ce villes sont très ( trop ) récente.   J’ai acheté dans un coin de pays où les égouts sont en brique. On parle d’infrastructures qui datent du baron Haussman donc trèèèèèès vieilles  pour nous.   En fait ,je plaindrait plutôt les gens qui n’ont jamais bougé.  Peut-on rester dans son lieu de naissance toute sa vie ?  Si je l’avais fait, je ne serais pas la même personne.

PS : je ne suis pas riche non plus

On ne peut pas rester dans son lieu de naissance toute sa vie, à moins de ne pas avoir le goût de l’aventure. Merci pour ton apport


De Chimel

Il y a 1 heure, Racinette a dit :

Même pas. Avoir un travail et en vivre, c’est normal, il me semble, non ?

Et bien, quand nous avons quitté la France, aucun de nous deux n’était sûr de trouver un travail au Canada. Nous sommes partis quand même, nous y avons trouvé (très) rapidement du travail. Nous avons vécu de notre travail pendant plus de 7 ans puis nous sommes rentrés en France où mon mari a retrouvé du travail (le mien était assuré). Nous continuons donc à vivre de notre travail.

Je ne vois pas du tout où est le côté “nanti” dans tout ça.

Non je crois que Kuroczyd voulais dire qu’il est facile de transiter entre 2 pays quand la situation économique est identique.  Je comprends que le retour n’est pas commode quand le pays d’origine vit des problèmes économiques ou même politique.  Je suis toujours abasourdi quand on me donne les salaires moyens dans des pays qui ne sont même pas au bas de la liste comme le Mexique ou le Brésil.

Il y a aussi la situation de celui qui voudrait retourner mais craint qu’on le voit comme un parvenu  ( les proches deviennent dépendant économiques )


De kuroczyd

Même pas. Avoir un travail et en vivre, c’est normal, il me semble, non ?
Et bien, quand nous avons quitté la France, aucun de nous deux n’était sûr de trouver un travail au Canada. Nous sommes partis quand même, nous y avons trouvé (très) rapidement du travail. Nous avons vécu de notre travail pendant plus de 7 ans puis nous sommes rentrés en France où mon mari a retrouvé du travail (le mien était assuré). Nous continuons donc à vivre de notre travail.
Je ne vois pas du tout où est le côté “nanti” dans tout ça.

Le côté nanti vient du fait que tu peux facilement et à loisir revenir dans ton pays si le pays d accueil ne te plait pas ça ce qui n est pas une option pour une personne qui vient d un pays sous une dictature politique ou religieuse ou un endroit où l on crève la dalle.


Vos recherches:

  • retour expérience expat montreal
  • emploi en france retour du canada
  • association d\aide au nouveaux immigrants
  • rmi france
  • forum retour au pays à la retraite
  • retour au maroc immigrant quebec
  • retour au payer canada immigration
  • retour au pays depuis le quebec
FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/
  • Henri

    Bon, je vais surement détonner un peu dans cette discussion.
    J’avais quitté la France en 1996 car je trouvais que le FN commençait à monter beaucoup trop haut. Tout le monde me disait que j’étais parano. Les faits m’ont finalement donné raison.
    Mais aujourd’hui, avec les attentats, les reportages chocs sur la montée de l’Islamisme intégriste en France, le port du voile intégral par des “françaises” je me demande qui a engendré le monstre que la France est devenu. Le FN ou les intégristes islamistes qui couvaient ? Malgré le bordel qui semble y avoir en France en ce moment, je dois dire que j’ai le goût de revenir. Montréal m’aura quasiment tué. Des infrastructures pourries, de la corruption institutionnalisée, des règlements municipaux liberticides, un analphabétisme politique à faire vomir. Une réduction des limites de vitesses à 30 km/h !!!! pas de blagues. L’administration municipales se targue d’avoir créer des pistes cyclables alors qu’il ne s’agit que de ligne de peinture sur des routes complètement cabossées qui rend la circulation à vélo encore plus dangereuse (emportiérage, chute).
    Les cyclistes urbains de leur côté, se croient tout permis, passant allégrement sur les feux rouges, les stop, les trottoirs. Une collision entre deux cyclistes sur le pont Jacques-Cartier a même été fatal ! C’est dire s’ils se respectent entre eux.
    Au niveau du Québec c’est la fête au niveau de contraventions. Opération radar quasiement 24/7. Photo-Radar passant de 15 appareils à plus de 160 en moins de 3 ans.

    Un système de justice, terminé, libérant des criminels notoires par “délais trop long” alors que le simple justiciable lui va se faire condamner pour une contravention de vitesse même 24 mois plus tard ! Cherchez l’erreur.
    Je suis entouré de gens qui, pour la majorité, ne visent qu’à faire de l’argent, à boire de la bière et à fumer du pot. Certains vont trouver que j’exagère, c’est vrai, c’est jamais agréable de ne souligner que les traits négatifs d’une communauté. Le taux d’impôts au Québec est sensiblement le même qu’en France avec beaucoup moins d’efficacité que les services que j’ai connus en 1996 avant de quitter. Évidemment, j’ai du suivre presque 7 ans d’études (pour valider ce que j’avais déjà appris en France gratuitement) avec en bout de ligne des frais de scolarité pas mal plus chers qu’en France et surtout un prêt étudiant que je rembourse encore à coups de 25$ par semaine, j’en ai jusqu’en 2022 à ce rythme-là.
    J’ai décroché du travail, 3 reconversions de carrière en 20 ans !, avec un peu de difficulté (sans réseau, pas de travail !). J’ai gagné jusqu’à 100 000$ par an en accumulant 2 emplois, ça use un homme ça ! J’en ai donné quasiment 50 000$ en impôts ! Je ne l’ai fait que durant un an ! Faut pas abuser des “bonnes” choses.
    Pendant ce temps, des entreprises transnationales se foutent royalement des lois fiscales en plaçant leurs dividendes dans des paradis fiscaux. Résultat moins bon financement des services publiques, mentalité de droitiste dominante.
    Je rencontre quelques français venus s’installer ici. Certains sont emballés, d’autres détestent. Si vous avez une fibre de gauche, vous ne devriez pas trop aimer.
    La nature en revanche est incroyablement belle, mais très peu accessible, les forêts étant presque toutes privées, ou alors les parcs nationaux facturent un droit d’entrée. Ça finit par couter cher pour se balader dans la nature.
    Les lacs sont quasiment tous entourés de villégiatures, donc leur accès est pas mal limité pour ceux qui n’habitent pas autour.
    La pêche, la chasse restent des sports très coûteux.
    La motoneige est hors de prix, les traineaux à chiens sont du domaine du folklore et du tourisme.
    Les indiens sont plutôt maltraités et ne portent depuis longtemps plus les plumes sur la tête. Ils roulent en voiture et consomment alcool et drogue.

    Bref, je commence à voir trop de choses négatives au Québec et je songe sérieusement à revenir en Europe (je ne dirai pas la France). Mais l’actualité qu’on nous diffuse ici semble indiquer que c’est pas mal le bordel de l’autre côté de l’Atlantique aussi. Que faire ?

    Revenir dans mon pays natal avec le risque de ne plus le reconnaitre ? Mourir ici à petit feu avec le sentiment d’avoir vendu mon âme au diable ?

    Je ne découragerai jamais personne de tenter sa chance, n’importe où dans le monde et que probablement le Québec pourrait même être la place la plus accueillante pour les francophones mais de grâce ayez un plan très précis de ce qui vous attend. Lisez plusieurs forum et tirez-en toutes les conclusions nécessaires. Retour aux études ? Niveau de vie ? Facilité d’intégration économique ? Quel projet, pour qui, pour quoi ? Et si un simple déménagement à l’intérieur de la France, de l’Europe suffisait à changer le mal de place ?

    • russell somene

      Huuummm!!!

Haut

Bienvenue au Canada