Mes parents ont beaucoup de mal à accepter - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > FAQ > Mes parents ont beaucoup de mal à accepter

Mes parents ont beaucoup de mal à accepter

Mes parents ont beaucoup de mal à accepter

Ecrit par: gmasse 6/04, 14:34

Bonjour tout le monde,

J’ai pas mal parcouru les FAQ de ce sujet mais j’avoue que je suis encore un perdu et que j’ai dû mal à me faire un jugement…En effet, la relation Parents-Enfants est très complexe, et un projet d’immigration ne simplifie pas les choses !

Mes parents ont beaucoup de mal à accepter que nous (ma femme et moi) partions au Canada cette année sans forcément savoir ce que l’avenir va décider…de plus je suis fils unique alors vous imaginez…

Depuis quelques semaines, c’est une vraie souffrance pour eux car ils sentent que l’échéance approche et ils ne s’y font pas du tout…je crois même que c’est de pire en pire. Ils avaient tout planifié en France avec nous : les petits-enfants, les week end en famille, les vacances, tous réunis ici et là….et boum…on leur fait faux bon…

Alors j’aimerai savoir si cette situation peut s’améliorer avec le temps ? Je souhaite juste quelques avis par rapport à du vécu…

————————–

Ecrit par: phil64qc 6/04, 15:01

Salut,

Je ne veux pas te dire quoi faire ou décider mais on a tous vécu un peu la même chose que toi.
Je te donnerai seulement un conseil: c’est toi qui fait ta vie et l’organise comme tu l’entends.
Personnellement, je n’aurais jamais accepter que mes parents, charmants, décident à ma place quoi faire et comment le faire.
Si j’ai pu t’aider!

————————–

Ecrit par: willy25 6/04, 15:07

La question qu’il faut se poser c’est: est-ce que tes parents préfèrent te voir malheureux ici ou heureux loin d’eux?

C’est peut-être un peu simpliste, mais c’est ça en fait qu’il faut leur faire comprendre. C’est ta vie et celle de ta femme, ont-ils toujours fait des choix qui ont fait plaisir à leurs parents? C’est vrai que la vie était différente avant et que maintenant on bouge plus.

Je vis loin de mes parents depuis l’âge de 19 ans (j’en ai 33) avec 6 déménagements (mutation boulot) , on se téléphone et on se voit en général une fois par an. Ils ont l’habitude, même si c’est toujours dur surtout maintenant que j’ai 2 enfants. En ce moment avec le projet d’immigration, ils ont du mal car ma mère ne supporte pas l’avion, ils vont bientôt être à la retraite et se voyaient très bien garder les enfants pendants les vacances scolaires MAIS en France!!!
Je sais que pour eux l’essentiel, c’est que je sois heureuse!!!!

Mon conseil: Vis ta vie et n’ai aucun remord ni aucun regret!!!!!!!

————————–

Ecrit par: harfang 6/04, 15:37

L’éloignement va vous rapprocher !!

Je suis certaine que vos parents vont (une fois la pilule avalée) sentir que vous allez bien que vous vivez pleinement et du coup faire des projets de voyages et venir vous voir….il ne faudra pas les laisser sans nouvelles…il faudra leur détailler vos activités ici, leur envoyer des photos et tout et tout…….

Difficile étape…même pour vous…alors soyer le plus proche d’eux avant votre départ et essayer de leur faire avouer que puisqu’ils veulent votre bonheur il faut qu’ils acceptent votre départ.

N’oubliez pas non plus de leur dire combien vous les aimez.

————————–

Ecrit par: Zogu 6/04, 15:37

La pomme tombe au pied du pommier.
Mais…
La samarre, elle, s’envole loin de l’érable!

Nos parents se prennent pour des pommiers, ils croient que nous sommes leurs fruits… paf, on sort de la maison et on emménage l’aut’ bord d’la rue… à 3 minutes de marche. Mais certains fruits ont des ailes!!! Les immigrants sont des samarres… ce n’est pas juste la bougeotte, c’est un vent fort qui nous porte.

Une manière de faire passer le pépin (!), c’est de planifier la première visite des parents à notre nouveau chez-nous, et ce dès l’annonce du départ. Du genre, “Maman, je déménage au Canada. Tu passes tes prochaines vacances chez moi! Tu vas voir, ça va être chouette.”

Faut leur présenter cela d’une manière constructive, les impliquer. Sinon, forcément, ils vont voir cela comme une perte immense pour eux. Car c’en est une.

Mais, surtout, surtout, ne pas leur demander la permission. Les mettre devant le fait accompli; le choix est fait, le projet est en branle. Leur ouvrir grand les porte pour qu’ils participent à ce projet. Car ce qui blesse le plus un parent, c’est lorsqu’il ne peut plus se sentir utile à son enfant.

Comment vos parents peuvent-ils participer à votre nouveau projet de vie? Peuvent-ils venir passer 3 semaines de vacances chez vous à chaque été, et voyager avec leurs petits-enfants, tout en découvrant l’Amérique? Peuvent-ils devenir des “passeurs” de produits du terroir français, que vous réclamerez souvent à grands cris désespérés? (Ensuite ils ramèneront des gallons de sirop d’érable, qu’ils écouleront sur le marché noir en camargue profonde. Et le cours de l’érable dégringolera à la bourse de Paris.)

PS: Je compte utiliser cette technique du “fait accompli + propositions” lorsque je dirai à ma mère que je déménage à Rimouski, à 6h de route de Mascouche. Je vous tiens au courant du résultat.

————————–

Ecrit par: pipitte 7/04, 04:02

C’est effectivement très difficile pour les parents de nous voir nous éloigner encore plus. Il y a 10 ans que je me suis “envolée” et même s’il n’y a que 500 bornes, c’est dur!

Alors, lorsque je leur ai annoncé que nous souhaitions partir à 6000 km, ils ne l’ont pas bien pris. Le fait d’avoir 2 enfants ne simplifie pas non plus la tâche.

Je ne sais pas si ça va s’améliorer (l’avenir me le dira…) même si les amis forumistes ont tenté de me rassurer dans un autre post mais même si je dois les décevoir, je partirais si tel est mon choix.

Bon courage à vous 2.

————————–

Ecrit par: gmasse 7/04, 05:01

Bonjour,

Merci à toutes et à tous pour vos messages de soutient et d’encouragement. Ce n’est pas facile tous les jours et j’avoue que de lire vos messages nous a fait beaucoup de bien.

Les prochaines semaines ou les prochains mois vont être difficiles pour mes parents mais nous ferons tout pour les aider et leur montrer que nos sentiments restent les mêmes malgré la distance.

————————–

Ecrit par: Mylène 7/04, 05:13

Salut gmasse!

En effet, c’est dur dur pour les parents … et c’est dur dur pour l’immigrant aussi …

Le déménagement n’est pas encore du vécu (nous partons en juillet), mais l’échéance approche.

Nous avons annoncé à ma famille en septembre dernier que nous partions au Québec. A ce moment-là, nous avions une idée de la date, mais on y est allé par étape, on a dit “dans l’année qui vient”.

Septembre, c’était 1 mois avant la naissance de leur premier petit-enfant, qui a aujourd’hui 5 mois 1/2.

Pour mon père, cela semble avoir été facile (quoique, au fond, on ne sait pas ce qui se passe): il comprenait très bien notre choix.
Pour ma mère, cela fut plus difficile. Bien qu’elle aime le Québec pour y avoir déjà été deux fois, elle avait du mal à nous imaginer vivre loin d’elle. Et surtout de ne pas voir grandir son petit-fils au quotidien. C’est dur … moi-même quand j’y pense, ça me fout encore le cafard .. mais bon, c’est la vie. On n’en a qu’une et il faut la vivre à fond ! Je refuse de mourir avec des regrets.

On en parle souvent, on essaye de les impliquer. Nous avons planifié leur voyage 1 mois 1/2 après notre arrivée au Québec (nous avons la chance d’y avoir déjà une maison). ce n’est pas le cas de tout le monde, je sais. Mais plus vite ce voyage est planifié, mieux c’est. Au moins, ils savent que la séparation ne sera pas très longue.

je pense qu’il faut faire des projets … par rapport à leur visite, par rapport à notre retour au pays, etc .. etc …

De notre côté, nous avons initié ma mère à Internet, à MSN et à l’usage d’une webcam. Tout cela l’horripilait grandement avant … mais, elle s’est vite rendu compte de la “magie” d’internet: la réception de photos faites quelques minutes plus tôt (de son petit-fils, de nous en train de faire les fous, ..), de nous voir et de voir Bébé en direct … Tout cela l’a très vite motivée à s’appliquer .. et maintenant, elle est prête à faire pareil lorsque nous serons partis! Elle a apprivoisé l’outil informatique !! Même si elle a 58 ans et détestait les PC. Aujourd’hui, elle est plus sereine, elle sait qu’elle va nous parler souvent, nous voir en direct via la webcam , etc …

Tout cela demande un minimum d’investissements matériels (appareil numérique et webcam, PC évidemment et connexion internet) et personnels (temps à consacrer à “discuter” via MSN). De notre côté, nous avons choisi d’investir pour la webcam et l’app. num. et mes parents de se raccorder à Internet via l’ADSL). Mais nous pensons, tous, eux comme nous, que cela en vaut la peine et atténuera la peine de la séparation.

Voilà, peut-être t’ai-je donné quelques idées ou pistes à exploiter …

Mais, même si ça se passe pas trop bien au début et qu’ils ne comprennent pas votre décision, une fois qu’ils vous verront installés et heureux au Québec, ils se feront une raison ….

Ah oui! Dans nos projets à long terme, nous avons envisagé la possibilité pour eux de venir s’installer au Québec, et, si le parrainage ne marche pas, ils viendront par période de 6 mois, une fois la pension arrivée. Ca leur a redonné du baume au coeur. On verra ce que l’avenir nous dira

Bye bye et bon courage … et beaucoup de bonheur surtout !!!

————————–

Ecrit par: Djoolaya 7/04, 06:16

ils avaient tout planifié… et vous ???

ben oui c’est là que les choix des parents s’arrêtent…

le plus dur c’est certainement de nous débarrasser de la culpabilité que ça entraine de devoir leur faire renoncer à leurs projets nous concernant… mais c’étaient leurs projets…

————————–

Ecrit par: maïder 7/04, 06:42

Je me rends compte que j’ai de la chance d’avoir des parents comme les miens. C’est sûr, dans le processus de l’immigration, le côté affectif est à prendre en considération, plutôt deux fois qu’une. Visiblement le mal du pays et la manque de la famille peut être très lourd à vivre pour certains une fois arrivés sur place. Ceci dit, il faut vivre notre vie, ne jamais se dire que c’est égoïste, ne pas culpabiliser. Et qui empêche nos familles de venir nous voir ? Mes grands-parents de 80 et 75 ans se font une joie de nous visiter bientôt à Québec ! Pourtant,ma fille (qu’ils ne voient déjà pas beaucoup) va leur manquer c’est sûr ! Mais ils trouvent que notre projet est beau, qu’il ne faut pas attende si on a envie de vivre cette expérience.
Les preuves d’amour de nos familles se trouvent aussi dans la liberté qu’elles nous laisse… même si c’est parfois difficile pour elles.

————————–

Ecrit par: nuitbleue 7/04, 07:32

QUOTE
Alors j’aimerai savoir si cette situation peut s’améliorer avec le temps ?

Le temps est un excellent allié dans ce genre de situation, c’est clair.

————————–

Ecrit par: Bouh 7/04, 08:06

Hello !
J’ai perdu mon père l’année dernière. Il ne me reste que ma mère. C’est d’autant plus difficile de partir en sachant qu’elle reste seule.
Elle m’a toujours encouragé dans mes projets, et je ne la remercierai jamais assez pour cela.
Mais là, c’était quand même un peu trop pour elle… C’est vraiment loin le Québec ! Même si elle n’a pas cherché à me décourager, sa déception était visible, et elle avait du mal à la cacher.
J’ai arrêté de parler de mon projet pendant quelques temps, pour lui donner le temps de la réflexion (et pour ne pas trop la saoûler avec ça, parce que c’est vite énervant pour les autres). Je faisais comme si de rien n’était.
Et puis un jour, le premier effet Kiss-cool étant dissipé, c’est elle qui m’en a reparlé.
Je lui ai montré toutes mes photos, sans excitation, avec toute l’objectivité dont j’étais capable. Je lui ai raconté mon projet, et surtout, je lui ai donné des détails bien “terre à terre” (où je vais dormir, qu’est-ce que je vais manger, qu’est-ce que je vais faire comme métier, comment je vais dépenser mon argent).
Je lui ai dit que quand elle viendrait me voir, elle pourrait aller faire son footing sans croiser personne, qu’elle pourrait aller faire de grandes balades en forêt, qu’elle pourrait souffler dans son hautbois sans avoir peur de gêner les voisins, qu’elle pourrait faire du ski de fond en sortant de la maison etc… en fait, je lui ai présenté tous les avantages qu’elle pourrait trouver là-bas, quand elle viendrai me voir. Et elle a commencé à voir les choses d’un oeil nouveau. Elle a entrevu la possibilité de passer d’agréables vacances dans un pays qu’elle ne connais pas mais dont elle a, depuis toujours, une excellente opinion. Elle s’est mise à l’ordinateur avec une ferveur que je ne lui connaissais pas. Elle sait maintenant écrire des mails, aller sur Internet etc… Je vais l’équiper avec une webcam et un micro. Je vais lui téléphoner souvent au début, et puis espacer les appels au fur et à mesure.
Voilà le plan de bataille…
Mais je suis consciente que chaque famille est différente, et que certains arguments qui vont convaincre les uns ne représenteront rien pour les autres.
En plus, je n’ai pas d’enfant. Ca facilite les choses… jusqu’à ce que j’ai le premier…
Je te souhaite beaucoup de courage. Il ne faut pas que tu renonces à ton projet pour leur faire plaisir. Ils finiront bien par comprendre, et tout comme Nuit Bleue, je pense que le temps arrange bien des choses.
Aie confiance en eux. Le premier effet kiss-cool dure peut-être un peu plus longtemps chez certaines personnes ?

————————–

Ecrit par: florenceetstephane 7/04, 08:48

Tout d’abord je tiens à vous dire à tous merci car vos commentaires sont extrêmement réconfortants et ça fait du bien de découvrir qu’on est pas tout seul.

Je ne dirai pas grand chose sur ce sujet qui est trop douloureux pour moi, mais je voulais juste dire qu’effectivement tous les parents ne réagissent pas pareil et que chez certains le premier effet est plus long à passer. Chez moi il n’est pas passé et il n’est clairement pas prêt de passer.

Notre décision semble avoir créé une fissure dans nos rapports et j’ai le sentiment que notre départ et le temps ne feront qu’accentuer tout ça.

Et c’est difficile de ne pas se sentir coupable quand on voit la souffrance qu’on a entraîné.

Heureusement tous les parents ne réagissent pas pareil et il faut souhaiter que tout doucement tes parents passent au-dessus de la déception, de l’inquiètude et de la douleur de vous savoir loin d’eux.

En tout cas bon courage

————————–

Ecrit par: Nicoco LePetit 7/04, 09:01

Moi je devrais le dire lundi prochain… … c’est clair qu’ils vont le prendre “personnel” comme on dit. M’enfin, j’ai la tête dur comme y disent

Enfin ce qui est pas drôle c’est que ça culpabilise

————————–

Ecrit par: FrenchPeg 7/04, 09:26

Oui, c’est un des sujets centraux à toute immigration..
Je suis pas mal d’accord avec l’idée de : préfèrent-il vous avoir malheureux (ou en tout cas frustré et plein de regrets) près d’eux ou heureux loin… ?
Moi c’est comme ça que ma mère le gère en public

C’est sûr qu’ils ne peuvent, à mon goût, pas vraiment ‘pardonner’ car ça leur complique leur existance…

Mais je suis foncièrement contre des relations trop fusionnelles entre parents et enfants…. Tout le monde s’accorde à peu près à admettre qu’un enfant doit faire sa vie à lui … Moins de personnes réfléchissent au fait que les parents aussi doivent faire leur vie sans les enfants…
Lorsque les parents n’arrivent pas à supporter l’absence d’un enfant, c’est qu’il y a eu déséquilibre…
Les enfants sont sencés quitter le foyer parental, c’est dans l’ordre des choses et tout le monde est sensé le savoir… que ça soit plus ou moins difficile à vivre est une chose… mais tout le monde se doit d’assumer…
On doit mettre au monde un enfant pour lui-même par pour soi-même… Si notre vie se résume à nos enfants, c’est qu’il y a un sacré problème dans nos vies ….
Il me semble que considérer cela sous ce point de vue, permet aux enfants de ne pas trop culpabiliser… Si les parents n’arrivent pas à vivre sans eux, c’est qu’ils se sont pas assez concentrer sur leur bonheur à eux-mêmes…

J’ai personnellement grandi dans une atmosphère où il était clair que la famille était importante mais que le couple de mes parents l’était tout autant voire plus puisqu’il en est la base… bref, j’ai été habituée à comprendre que leur amour “passait avant tout”…. Je trouve ça pas mal… ça permet de garder l’autonomie et l’indépendance de tout le monde (bon … on rentrera pas là dans les débats sur le couple mais bon…)

————————–

Ecrit par: La Féline 7/04, 09:53

Tout le monde (ou presque) rencontre ce problème. Quand j’en parlais il y a quelques années, ma famille croyait que cette idée me passerait (quand j’aurai trouvé un boulot stable, rencontré quelqu’un, etc…). Seulement, depuis que j’ai envoyé ma DPI et passé l’entrevue, elle s’est bien rendu compte que c’était du sérieux et que je ne ferai pas marche arrière quoi qu’il arrive. Ma mère en particulier se montrait plutôt réticente, enfin disons qu’elle ne partageait pas le même enthousiasme que moi. Mais maintenant, plus le visa approche et plus j’ai l’impression qu’elle comprend ; je l’ai même entendu dire en téléphonant à ma famille qu’elle était prête à m’aider (financièrement ?) et m’accompagner pour m’aider à déménager, à m’assister dans mes démarches (sûrement pour vérifier que je suis bien encadrée, histoire de se rassurer), etc.

Je pense en effet que la pilule est dure à avaler pour tous les proches, mais une fois qu’elle est passée, comme tout médicament, ça apaise !!

————————–

Ecrit par: drochbleck 7/04, 10:31

salut Gmasse,
C’est vrai que c’est dur pour les parents de voir leur fils partir loin.
Je pense qu’ils vont s’y résigner. A toi de leur montrer que tu ne prends
pas trop de risques.
Ils ont besoin d’etre rassurés.
Mets un maximum d’argent de coté, dis leur que c’est ça que tu fais plaisir, que
si tu ne le fais pas tu risquerais de le regretter toute ta vi ; que tu y as bien réfléchi ; que si tu es accepté par le service immigration c’est un privilège. Tout le monde n’a pas cette chance. S’ils te choisissent c’est qu’ils savent que tu as ttes tes chances.

En ce qui me concerne mes parents ne sont pas du tout chauds non plus. Mais je crois qu’ils se sont résignés avec le temps. C’est vrai que c’est toujours dur pour des parents et surtout pour une mère de voir son fils partir.
C’est une très belle destination pour qu’ils viennent passer qq vacances.
Ils ont un an pour se faire à l’idée, le temps de la procédure.

————————–

Ecrit par: guad 7/04, 11:10

Salut,
moi avec mes parents y a pas eu de soucis, je suis deja parti depuis 7 ans à environ 7500 kms d’eux car ils sont aux antilles , en fait au Québec je serait certainement plus près

La ou j’avais plus de doute, c’est avec ma belle mère, voudra t’elle laisser partir sa fille aussi loin?? et ben a ma grande surprise oui; et je pense qu’elle le prend tres bien car elle voit que l’on prépare notre départ et que c’e n’est pas juste sur un coup de tête.

En fait il faut préparer notre entourage psycologiquement, les faire participer a cette aventure car c’est une aventure.

D’ailleurs heureusement que les démarches sont si longues, même si parfois ca nous énerve un peu.

Allez bon courage

————————–

Ecrit par: loutre 7/04, 11:38

nos chers parents ….vaste sujet!!!!
il y a dans tout ça , pas mal de pression des l’annonce du projet, et de plus en plus de culpabilité à l’approche d’un départ….
bien sur ils disent qu ils veulent notre bonheur…mais essaient tjrs de nous retenir, avec des moyens plus ou moins corrects d’ailleurs si on en croit ce qu’on peut lire ds la FAQ à ce sujet….!
je suis tjrs assez effarée de voir jusqu’ou peuvent aller des parents, pour essayer de retenir leurs enfants, pourtant adultes, des qu’ils manifestent l’envie d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs…on dirait que ça ne rentre pas dans un schéma classique de la famille…unie, tout le monde s’entend bien, et on se retrouve le dimanche!!!
je suis un peu ironique à ce sujet, car c est un comportement qui me pèse bcp….je le comprend un peu , mais pas assez pour l’accepter.
je crois que le plus difficile est que, lorsqu’on prend la décision de partir, on s’affranchit réellement de nos parents…on va desormais vivre sans eux, et ils se sentent inutiles, et n’ont plus le pouvoir de nous dire ce qui est mieux pour nous….
on va apprendre à vivre ds un endroit qu ‘ils ne connaissent pas, donc leurs conseils ne seront plus “valables”…pas facile à gérer pour eux ni pour les enfants.
c est aussi plus dur quand il y a des petits enfants….
malgré tout il faut continuer son chemin…n est ce pas une des choses que nous apprenent nos parents? l’autonomie….
avec un peu de temsp ils vont se faire à cette idée, et l’accepter…

————————–

Ecrit par: Redflag 7/04, 16:55

Salut la gang,
De mon côté, je m’aperçois que j’ai des parents “tête dure” et réfractaires à la technologie. Toujours pas de PC à la maison. Je les ai bassinés avec ça pendant 1 an ou 2, rien à faire. Récemment, les choses ont semblé changer, mais l’achat d’un PC a été repoussé à l’automne. N’oublions pas que nous avons eu la télé couleur en 1987 (!) et le lave-vaisselle en 1992 (!!).

Le fait accompli est bien sûr la meilleure solution. Reste ensuite à essayer de faire passer la pilule en expliquant. De mon côté, je crois qu’elle n’est jamais vraiment passée, enfin je sais pas trop, c’est pas un sujet dont on parle, et les impliquer, alors là c’était rêver en couleurs ! En revanche, ils m’encouragent (timidement) dans mes projets actuels. Il semble qu’ils ont compris que pour moi la France c’était fini, mais je crois que je reste coupable de “haute trahison” ou un truc comme ça pour mon père
Je suis certain qu’ils espèrent qu’un jour je rentrerai, mais ne m’en parlent pas. De ce côté là ils sont cools, ils n’essaient pas de me convaincre de revenir.
En même temps, ils ne manifestent aucun intérêt à revenir me visiter au Québec (ils sont venus une fois en 2000, et ça s’est pas super bien passé…).
Au final : ils sont bien chez eux, je suis bien chez moi… C’est dur car on aime toujours ses parents, et encore plus quand on ne nous a jamais appris à dire qu’on les aime.

————————–

Ecrit par: Garion 8/04, 05:09

Bonjour à tous,

Ah la la quel sujet délicat …
En ce qui me concerne, c’est plutôt comme pour “florenceetstephane” (je ne sais pas qui a écrit le message).
Mon père est au courant et m’encourage autant qu’il le peut … c’est à dire pas beaucoup. En effet, ma mère et ma soeur (eh oui, il n’y a pas que pour les parents pour qui c’est difficile) ne sont pas au courant pour l’instant et ça ne facilite clairement pas les choses.

Je SAIS que les choses vont mal se passer. La première fois que j’ai parlé de partir à l’étranger, il y a presque 5 ans, ça s’est déja mal passé, et ça n’a fait que empirer depuis. C’est aussi pour ça qu’aujourd’hui, j’ai décidé de les mettre devant le fait accompli, et ne pas les laisser encore une fois me polluer.

Je ne crois pas que le temps arrange les choses, non, je suis persuadé qu’il n’arrangera pas les choses et je me prépare a des temps difficiles avant et après mon départ (j’aimerai éviter le “pendant” en faisant en sorte qu’ils ne m’accompagnent pas à l’aéroport, mais ça va être dur). Je vais avoir droit à des coups de fil plutôt durs …

Mais bon, comme beaucoup l’ont dit ici, c’est ma décision, ma vie, et c’est tout. Je suis devenu très dur avec ma mère, mais tant pis.

La seule chose pour laquelle je ne suis pas prêt, c’est quoi répondre à la question “c’est à cause de nous (moi) ?” (et je sais que je vais y avoir droit, puisque j’ai droit régulièrement à des questions “avoisinantes”).

Bref, je me rends compte que c’est pas très gai tout ça, mais au contraire, je suis heureux car aujourd’hui, je peux enfin vivre MA vie, à (bientôt) 30 ans il était temps …

————————–

Ecrit par: pipitte 8/04, 05:34

Je me retoruve un peu dans le message de Redflag.

QUOTE
mais je crois que je reste coupable de “haute trahison” ou un truc comme ça

Effectivement, les miens ont parlé de vouloir renier ses racines et plaquer tout ce qui pouvait me rattacher à eux. C’est complètement faux mais je crois qu’ils ne comprendront jamais.

J’ai tenté le coup du PC avec webcam mais rien à faire: vaut mieux le bon home cinéma dont on ne sait pas trop se servir mais qu’est ce que ça fait bien dans le salon! Donc, même si on a découvert la TV couleur avant 1987, ils ne sont pas + ouverts.

Voire pire car pour le moment, à 58 ans, ils sont trop vieux pour prendre l’avion!

Le point positif qui me fait dire qu’ils nous aiment malgré tout, c’est qu’ils ne nous retiendront pas. C’est notre vie même si notre choix les rend tristes.

Et si toutefois, on devait revenir, leur porte est grande ouverte en cas de besoin.

Merci papa et maman!

————————–

Ecrit par: carolinecdm 8/04, 06:53

QUOTE (guad @ 7/04, 11:10)
moi avec mes parents y a pas eu de soucis, je suis deja parti depuis 7 ans à environ 7500 kms d’eux car ils sont aux antilles , en fait au Québec je serait certainement plus près
La ou j’avais plus de doute, c’est avec ma belle mère, voudra t’elle laisser partir sa fille aussi loin?? et ben a ma grande surprise oui; et je pense qu’elle le prend tres bien car elle voit que l’on prépare notre départ et que c’e n’est pas juste sur un coup de tête.

Moi c’est juste l’inverse de toi. Mon cheri est de Martinique et c’est finalement plus proche pour ses parents et en plus France ou canada c’est toujours loin. Et pour moi (la fille) mes parents l’on bien pris même si le projet est pour dans 2 ans environ ma mère se demande déja quelles genre de botte il lui faut pour l’hiver….Et mes soeurs se voient bien faire un débarquement en force pour les vavances avec mari et enfants…..

————————-

Ecrit par: Redflag 8/04, 07:32

Salut Guad et Caroline,

QUOTE
Tu as eu l’occasion d’allé rendre visite a ta soeur?

Une fois en 5 ans, c’était en 2000. Heureusement je l’ai revue en France l’an dernier et elle était aussi venue au Québec en 2000.
D’ailleurs, petite mauvaise nouvelle pour vous qui voudrez sûrement aller aux Antilles : seules Air Canada et Air Transat desservent les Antilles françaises (Guadeloupe et Martinique), de façon saisonnière seulement, avec très peu de vols (1 par semaine je crois) et en général c’est l’hiver, avec des prix super élevés, du genre 1000-1300$, ce qui représente ici une somme très importante. Rien à voir avec les petits prix pratiqués depuis Paris…
L’avantage : seulement 4h de vol (si pas d’escale, car Air Transat dessert toujours les deux îles sur le même vol, soit à l’aller, soit au retour) et pas de décalage horaire.

Pour revenir aux parents… Dans mon cas je crois que mon père me pense plus coupable de “trahison” envers la France qu’envers lui-même… ! C’est qu’il a une très haute idée de la France, voyez-vous…

————————–

Ecrit par: schumarette 8/04, 07:55

Salut !!

je pense en effet que pour beaucoup de parents, ils ressentent ça comme de la trahison.

Mes beaux parents, en tout cas, eux. le voient comme ça.

Nous aussi, avant de partir, on les a initié à la webcam, aux mails, mais ça ne veut pas dire qu’on les voit très souvent sur internet : en 15 mois, pas plus de 5 fois !! Bon, d’accord, ils n’ont pas encore la haute vitesse (ça arrive dans 10 jours), donc c’est l’excuse, mais je ne suis pas certaine que nos rencontres via le net sera plus fréquent après !!

La plupart de mes connaissances d’Immigrés reçoivent régulièrement de leurs familles de petits colis de gourmandises qui nous font défaut ici : nous jamais !! Pas un seul !! Même pas une petite proposition !! Et lorsqu’Ils téléphonent, c’est toujours pour nous faire regretter d’avoir immigrer (enfin, c’est ce que Eux pensent vouloir nous faire) : exemple, le 4, c’était l’anniversaire de mon fils donc ils appellent et : “tu verrais, les arbres sont tous en fleurs, les jonquilles sont fleuries, les tulipes en sont pas loin : c’est pas comme ça chez vous hein ?”dans le sens : votre pays, c’est l’hiver et pas nous !!

Je le prends comme ça arrive car au fond, moi qui suis maman, je les comprends un peu : c’est sûr que si un jour, un de mes enfants part à 7000 kms de moi, j’aurai surement un petit pincement au coeur, mais si c’est ce qui lui permettra de s’épanouir et d’être heureux, je serais heureuse pour lui.

J’aime beaucoup les paroles de Goldmann dans la chanson là bas : je te perdrai peut être là bas, mais je me perds si je reste là.

Ça résume tout à fait mon sentiment à moi et que j’aimerai que ma famille comprenne, mais ça, c’est une autre paire de manche.

En tout cas, vivons pour nous : on n’a qu’une vie, alors vivons là pleinement

————————–

Ecrit par: VaneSteph 8/04, 08:57

Ce qu’il y a de bien avec ce forum c’est de voir qu’on vit tous la même chose !

Chez mes parents il y a eu d’abord des grincements de dents parce que “ça fait loin”, quand je leur ai expliqué qu’il fallait 8 heures pour arriver à Montréal et 12 pour arriver chez eux à Hyères (près de Toulon), ils n’ont plus rien dit. Et pendant des mois on n’en a plus parler. Maintenant que ça approche on a eu droit à “mais vous partez vraiment ?”. Non, non, on a juste donné environ 15 000 FF au Canada pour le plaisir
Depuis, ils se sont mis à internet et s’intéressent même à notre déménagement.

Pour les beaux-parents, chez différent. Depuis le début ma belle-mère nous dit que c’est notre vie, qu’on a raison et qu’on doit faire ce qui nous plait (merci joli-maman ), quant à joli-papa, il ne parle jamais, alors de ce côté là, il n’a pas changé.
J’ai eu joli-maman au téléphone ce matin (elle a déjà vendu nos meubles à une de ses collègues !) et elle m’a dit que joli-papa était triste, que se serait dur pour lui, qu’il avait pleuré ce week-end… et elle s’est mise à pleurer. C’est dur d’entendre la famille pleurer au téléphone parce qu’on ne sait pas trop quoi faire, mais bon. Ils ont déjà prévu de venir nous voir en septembre mais ne se sont pas encore mis à internet.

Deux familles deux façons différentes de prendre les choses.

————————–

Ecrit par: Happytaz 8/04, 15:43

Bonjour,

Et bien j’ai les même craintes. J’annonce dans une semaine et demie à mon père que je parts 1 an à Vancouver. Ce qui me fait le plus peur c’est que je n’arrive pas du tout à prevoir sa réaction. Bref j’ai peur d’entendre les reproches du genre ” tu as un CDI, pourquoi partir ?”… Bla bla bla.

J’aimerai de tout coeur qu’il le prenne bien surtout que lui même jeune a bcp voyagé.

Mais je pense que nos parents ont eu les même désirs que nous étant jeunes. C’est à dire de bouger et de voir d’autres endroits… Alors d’un côté je me dis pourquoi le prendrait-il mal?

De toute façon je pense que nos parents doivent prendre en considération le fait que nous soyons independant et que nous sommes aptes à prendre nos propres décisions. Même si nous seront tjs leurs petits bébés.

Ma mère par contre est au courant et après quelque temps elle s’y est faite. Mais j’ai toujours était plus proche de ma mère que de mon père.

Bref je crois que cette situation est un des élèments les plus difficile à vivre lors d’une immigration.

Vos recherches:

  • Mon enfant unique est à létranger
FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada