Immigration en couple…lorsque les deux ne sont pas sur la même longueur d’ondes | S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada

Immigration en couple…lorsque les deux ne sont pas sur la même longueur d’ondes

Immigration en couple…

sven
18-11-2007 à 11:32
Bonjour à tous,
Je me souviens de ce gars que javais croisé au rayon fruit et légumes dIGA. Tout en emballant nos salades on avait échangé quelques paroles. Il était français installé au Québec depuis 10 ans. La conversation na duré que quelques minutes et je me souviendrais longtemps de ce quil ma dit : « jai rencontré ma femme au Québec. Cest aussi une française qui sest installée ici il y a quelques années. Lavantage cest quon a pas de compte à se rendre. On assume chacun personnellement le choix davoir quitté la France. Et cest franchement plus simple comme ça. »
Je lui avais répondu que ça nempêchait en rien le fait que lun ou lautre veuille retourner en France.
Alors il ma dit : « oui cest sûr. Mais on a chacun ambitionné sur le Québec et on a bien mûri la réflexion avant de prendre la décision de venir. Personne ne nous a influencés, cest un pur choix de vie personnelle. Du coup on sest battu pour aller de lavant durant les premières années. Et on avait personne derrière qui se cacher si lenvie nous prenait de rentrer en France. On aurait pu sen prendre quà soit même en cas déchec. Et ça, ça fait réfléchir et ça motive pour persévérer. »
Ce gars ma fait prendre conscience de la situation dans laquelle je me trouvais personnellement et des conséquences que cela allait avoir sur ma vie, mes ambitions et mes rêves.
Ma compagne na jamais vraiment eu la volonté de se battre et de persévérer au Québec. Nous sommes rentrés en France pour raisons familiale et notamment larrivée dun enfant.
Mais les vrais raisons sont ailleurs. Elles découlent tout simplement de la divergence de nos choix de vie individuels. Je me rend compte que ma compagne na jamais vraiment cru au Québec, elle nenvisageait pas plus quune expérience. Tandis que pour moi cétait louverture sur une nouvelle vie plus en adéquation avec qui je suis.
Vos témoignages personnels sont les bienvenus.

Neo-quebecois V.08
18-11-2007 à 11:38
merci pour ton temoignage!
pour ma part je ne pourrais pas dire si c vraiment la que je vais faire ma vie…. ce que je sais ( et j espere) c que les deux ou 3 prochaines annee je serais sans doute ici a acquerir une experience professionnelle pis je sais pas…ca dependra des opportunites que j ai et surtout aussi comment je me sentirais moralement…

lilie356
18-11-2007 à 14:01
C’est vrai que partir à deux n’est pas évident à la base, car l’idée vient toujours de l’un des deux, et il y en a donc une forcément qui « suit ». Au début mon chéri n’était pas super enjoué mais il a fait de nombreuses recherches sur ce que le Québec avait à lui proposer, et il a trouvé sa voie, et ça marche vraiment bien pour lui ici. Pour nous ça a été plus simple à partir de ce moment car nous partions avec les mêmes ambitions, chacun de nous a envie de vivre ici un certain temps…
le problème dans un couple, c’est le moment où l’un des deux doit faire un gros compromis, cela crée un écart entre les deux, et c’est difficilement gérable, surtout si pour toi le Québec comblait enfin tes attentes. Le meilleur moyen est d’en discuter je pense, car faire des compromis c’est bien mais pas au détriment du bonheur… Ta compagne a peut-être des craintes dont elles devrait te parler, peut-être tomberiez-vous d’accord, et puis ce n’est que temporaire, peut-être pouvez-vous envisager de revenir au Québec, quand vos enfants serons un peu plus grands qui sait…
En tous cas je comprends à quel point ce n’est pas évident, et espère que vous trouverez tous les deux une solution qui vous rende heureux.

juliette
19-11-2007 à 0:02
oui, il avait surement raison ce gars. Quand on est ici, plus que nous, à refaire ses preuves, réfléchir aux possibilités qui nous sont offertes, à ce que nous sommes prèts à prendre ou pas…la solidité du couple est importante.
partir de pas grand chose ici alors qu’en France on était reconnu, avoir un métier bloquant ici parce qu’on a pas fait ses études au bon endroit…que faire? refaire? autre chose? toutes ses questions qui tournent en rond, si en face il a les mêmes…que d’angoisses.
Mais aussi, que de discussions passionnantes, parfois radotantes, mais petit à petit les choses avancent et la vie se déroule. Quand on se retourne, on s’aperçoit qu’on a fait un bout de chemin encore ensemble…et ça fait 20 ans que c’est comme ça
quel bonheur cette aventure
Mais on ne se l’était pas dit…mais on pensait pareil…chacun à notre façon. On se rappelle tous les jours pourquoi on a fait ses choix..et on est bien d’accord..;encore pour quelques temps
Je peux comprendre ce que tu ressens….mais ça questionne des choses profondes dans votre entente. Tu es revenu en France avec elle…ici, il y a aussi pas mal de couple qui se sont séparés pour ces raisons. Qui a raison???

petiboudange
19-11-2007 à 0:08
De fait ça peut marcher aussi dans un couple mixte où l’on des deux ne vient que pour rejoindre l’autre. J’ai choisi le Québec avant de rencontrer mon chum. Je voulais y rester avant d’en être amoureuse. J’avais parti mon dossier avant qu’il me demande de l’épouser.
D’autres françaises et français qui étaient en procédure en même temps que moi sont venus rejoindre une blonde ou un chum. Ils n’ont pas tous adopté le Québec avant le partenaire. Alors je me demande toujours ce qui se passera quand la lune de miel sera fini… Vont-ils reprocher à l’autre de les avoir fait venir si cela ne fonctionne pas pour eux?
Ce sont des questionnements légitimes et réels et le gars était super censé je trouve. C’est pour ça aussi entre autre que je dis toujours qu’immigrer célibataire est peut-être mieux… être seul que mal accompagné

sven
19-11-2007 à 7:10
Je vous remercie de votre intérêt pour mon témoignage.
Je veux juste ajouter que dans un cas comme le mien il y a, je crois, toujours des signes annonciateurs au moment de la décision dentamer les démarches dimmigration avec son ou sa partenaire.
Il y a toujours un petit quelque chose qui cloche, des mots ou des attitudes qui laissent à penser que son ou sa conjointe na pas bien saisi toute la portée dun tel projet.
Mais grisé par le challenge et concentré sur le dossier de CSQ on a tendance à ny voir rien dautre quun peu de stress. Et je crois que cest se mentir à sois-même.
On veut tous à un moment ou un autre changer de vie. Mais nous ne sommes pas tous prêts à en accepter les conséquences. Et si sur le papier ou autour dun verre ça paraît merveilleux la réalité semble bien plus compliquée si lon est pas suffisamment informé.
Et cest là quest le problème : le manque dinformation et surtout le manque denthousiasme à rechercher linformation.
Il y a certainement des questions à se poser si son ou sa partenaire ne sinforme pas plus que ça sur les premiers problèmes à régler une fois au Québec, à savoir, la région, lemploi, le logement et surtout le relationnel.
On peut se dire quune fois sur place on saura soutenir celui ou celle avec qui on forme une équipe en plus dêtre un couple. Mais cest en fait difficile de mener sa vie et celle dune autre personne quand tout est à construire. Lautre napparaît plus comme étant un soutien potentiel et comme un équipier, il devient un « problème » supplémentaire parmi ceux que vous avez déjà à régler en période de galère.
Tout ça nenlève rien à lamour. De plus on ne peut pas en vouloir à son ou sa partenaire puisque si lon y réfléchit bien, et malgré les conséquences sur notre vie personnelle, on est responsable davoir surestimé ses propres capacités à combler les lacunes de lautre et surtout responsable de navoir pas voulu voir ces lacunes.

T&Z
19-11-2007 à 8:23
Bien dit et bien analysé, votre 2ème intervention complète la première, seulement elle reste vague pour moi, je veux plus d’éclaircissements si ça ne vs dérange pas et merci, est ce c’est la prédisposition à ne pas accepter le changement pour votre femme, ou il y avait d’autres raisons qui ont favorisé sa réticence. Merci pour vtre réponse, je vis la même situation car mon mari n’était pas très enthousiaste au début, mais il a changé son idée mais je crains les conséquences d’un tel changement sur notre vie de famille

sven
19-11-2007 à 13:28
Bonjour T&Z,
Selon moi, comme je lai dit plus haut, cest une chose que de vouloir changer de vie et cela en est une autre que den accepter les conséquences.
Cest, toujours selon moi, la raison pour laquelle :
– Une catégorie de personnes fera le nécessaire pour se donner la vie quelle souhaite en toute connaissance de cause, en étant bien informée et en acceptant les risques et les contraintes.
– Une deuxième catégorie de personnes débutera un changement de vie mais sera vite rattrapée par des réalités et des conséquences auxquelles elle navait pas songé, et ce, par manque dinformation.
– Tandis quune troisième catégorie de personnes ne prendra jamais le risque de changer de vie par peur de linconnu et convaincue quil vaut mieux sattacher à défendre ce quelle a déjà.

Bien-entendu je ne prends pas en compte les gens qui sont très bien dans leur vie et nont aucun besoin den changer.
Jimagine que chacun dentre nous se place dans une de ces trois catégories dépendamment de son éducation, tempérament, ouverture desprit, etc. Et là il ny a pas de jugement à avoir car au final chacun a le droit de mener sa vie comme il veut.

Mais il y a des « accidents » de parcours qui vous font basculer dune catégorie à une autre.
Ce qui est mon cas par exemple. Si on se réfère aux trois catégories, je pense me placer dans la première catégorie tandis que ma compagne semble se placer dans la deuxième.
En rentrant en France avec elle je suis donc passé de la première à la deuxième catégorie.

Ma conjointe nétait pas suffisamment informée au moment des démarches dimmigration tout simplement. Elle a été rattrapée par la réalité une fois sur place au Québec et sest aperçue à ce moment que cétait loin dêtre simple et que le Québec nétait peut-être pas pour elle.
Nous avons un enfant ensemble et pour moi il nétait pas question de rester au Québec loin de ma nouvelle petite famille.

Le Québec me manque profondément mais si ma compagne me proposait de repartir je dirais non tant quelle naurait pas prouvé par du concret sa réelle motivation.
Ce post est peut-être un peu long et pas très clair et je men excuse mais cest ce quil ressort de mon expérience personnelle et des nombreuses discussions avec ma compagne.

blueberry4579
19-11-2007 à 17:08
CITATION(petiboudange @ 18-11-2007 à 20:08)
Ce sont des questionnements légitimes et réels et le gars était super censé je trouve. C’est pour ça aussi entre autre que je dis toujours qu’immigrer célibataire est peut-être mieux… être seul que mal accompagné

Commentaire:
Oui ce sont des questions censees. Immigrer en tant que celibataire – comme dans mon cas!- presente certains avantages. Je sais que c’est mon choix, et que je reussisse ou non sera de ma seule responsabilite. Par contre ce n’est pas toujours evident d’etre celibataire. Dans les grands moments de solitude qui m’arrivent dessus de temps en temps, personne vers qui rellement se tourner ou sur qui compter. J’ai des amis, mais ce n’est pas la meme chose…

T&Z
19-11-2007 à 17:46
Merci bcp sven pour votre réponse, et je vs souhaite là où vs êtes plein de bonheur avec votre famille et cest le plus important.

petiboudange
19-11-2007 à 17:57
Stephanie.
Oui c’est pas faux mais en même temps dans certains moments de solitudes vis à vis de ma famille, mon chéri a beau être là, il ne peut pas forcément comprendre et il ne peut pas forcément les remplacer… pas plus que les amis dans le fond.

mission.qc
19-11-2007 à 18:22
Mais la question que je me suis toujours posée, c’est si on était si proche de nos amis et de notre famille, pourquoi on a immigré?

lilie356
19-11-2007 à 18:49
mission.qc, je pense qu’il y a proche et proche. Je suis très proche de ma famille, mais je n’ai pas besoin d’en être proche géographiquement pour savoir qu’ils me sont chers. Je les aime profondément, mais j’ai envie de vivre ma vie. Je pense que les deux sont combinables. Mais c’est évident que c’est une question qu’il faut absolument régler avant de partir. En France j’étais déjà éloignée de ma famille géographiquement parlant, donc l’éloignement je sais le gérer.
Mais d’autres ont besoin d’être en contact et d’être proche géographiquement de leur famille pour savoir qu’elle leur est chère. lol je sais pas si jme fais comprendre, mais pour moi c’est assez clair .
Si jme sens seule, un coup de fil et c’est bon, mais certaines personnes de mon entourage sont tjrs présentes à mon esprit quoi que je fasse, c’est une question de point de vue, et c’est pour cela que je me sens rarement seule. Tout dépend de la relation que l’on entretient avec sa famille.

petiboudange
19-11-2007 à 22:58
CITATION(mission.qc @ 19-11-2007 à 17:22)
Mias la question que je me suis toujours posé , c’est si on était si proche de nos amis et de notre famille , pourquoi on a immigré?

Commentaire :
Pour ma part je ne suis pas si proche que ça de ma famille. Vivre loin d’eux me convient parfaitement, je suis quelqu’un d’indépendant. Et je m’entends bien mieux avec eux quand je suis loin.
Mais je me marie cet été et j’avoue que c’est le genre de moment que j’aurais aimé partager avec ma mère, les essayages, la préparation de la déco, la visite de la salle. Eh oui, il y a des étapes de vie qui rapprochent une fille et sa mère et celle-ci est la première. La naissance d’un enfant sera la seconde. Et c’est là que l’immigration peut être douloureuse, même pour des gens comme moi qui ne sont pas dépendant affectivement de leur famille.
sven
20-11-2007 à 8:03
Je suis complètement d’accord avec petiboudange et lilie356.
D’autant que foncièrement les relations que l’on entretient avec sa famille et ses amis n’ont pas de lien avec le choix d’émigrer.
On peut ressentir un amour très fort pour son entourage mais avoir envie de changer sa vie dans sa globalité.
On sait simplement qu’il faudra gérer l’éloignement au mieux et en accepter les conséquences.
Je crois d’ailleurs, et pour répondre à mission.qc, qu’il vaut mieux se poser la question suivante:
 » Dois-je accepter ma condition de vie et ne rien tenter sous prétexte que je suis proche de ma famille et amis ? »

blueberry4579
21-11-2007 à 14:49
Oui, je suis aussi d’accord avec Petit Bout…et Lilie356. Je suis proche de ma famille, mais je suis aussi independante. Je n’ai pas besoin d’etre a cote d’eux pour me sentir proche et avoir de bonnes relations. Cependant, ces derniers mois, j’ai commence a ressentir l’eloignement geographique. Pour Noel, je ne rentre pas et c’est la premiere fois que je ne le passerai pas avec ma famille.
Parfois, je trouve ma situation tres paradoxale, voire contradictoire…. Nenamoins ma famille et mes amis n’ont pas eu forcement d’influence dans ma decision d’immigrer.

Ginie
22-11-2007 à 7:18
Bonjour,
Je suis toute nouvelle sur le Forum et c’est le témoignage de Sven qui m’a amené à m’inscrire.
Mon expérience est un peu particulière : Mon mari est moi avons immigré au Québec, selon la procédure normale, au cours de l’été 2000 avec nos deux valises et nos grandes espérances.
Nous avons trouvé rapidement du travail 2 à 3 semaines. Mais mon mari a rapidement déchanté. Ingénieur Commercial en France, il n’a pas trouvé de poste équivalent et a donc accepté un poste moindre car il était près à faire ses preuves. Mais rapidement, les problèmes de santé sont arrivés (pb psycho-somatique), la déprime et tutti quanti…. de mon côté cela se passait super bien (rapide augmentation, relations amicales avec les québécois….). et Bilan la cupabilité s’installe.
Nous avons tout vendu et pris la décision de rentrer en France en septembre 2001! Là, les pbs de santé ont disparu rapidement sans aucun traitement…
Nous avons retrouvé facilement du travail et on s’épanouie mais…. l’appel du Québec est toujours très fort: pour moi en tout cas. Mon mari travaille pour un grand groupe qui a une filiale à montréal, je le tanne donc pour partir: il a fait la demande mais il ne s’agirait pas d’expatriation (heureusement!) mais d’un contrat local.
Alors me revoilà à rêver…. Mais est-ce bien un rêve partagé? N’allons-nous pas revivre la même expérience? et à présent nous avons un petit gars de 5 ans….
Bref il faut être à l’écoute de l’autre mais franchement c »est pas évident!

Kiki
22-11-2007 à 8:06
petiboudange, excatement comme moi. Même si je suis un gars, ce n’est pas forcément les mêmes liens au moment du mariage ou de la naissance d’un enfant. Mais c’est vrai que j’y réfléchis de temps en temps et je me dis que lorsqu’on aura un enfant, celui-ci sera loin de ses grand parents (alors que moi j’étais au pire à 80 km) et que toutes les étapes de la vie seront aussi sans la famille ou si peu. Mais je pense que c’est plus de le peur interne à soi même, la peur quelque part de décevoir sa famille, de faire payer les conséquences d’une immigration à ses parents qui ne nous voient plus.

Pour revenir au sujet initial de Sven, je comprend aussi, c’est vrai que dans un couple qui immigre, il y a deux cas de figure, soit les deux font le projet en commun depuis le début, en ayant déjà été au Québec évaluer, y vivre quelques temps et là pas de surprise, si le couple se casse, c’est qu’il se casse pour autre chose, et que ça se serait passé en Frane. Soit l’un des deux est à fond et pas l’autre… et à ce moment faut s’attendre à un clash qui aménera soit de grosses concessions, soit une rupture.

Pour ma part, on est parti chacun de notre côté au Québec en stage, et on s’est rencontré là bas, on a chacun vécu indivicuellement là bas, on connaît ce qu’on va trouver et perdre, et on a tous les deux cette envie de partir depuis un moment. A part les petits points cités au dessus, il n’y a pas de doute sur ce qu’on fait.

petiboudange
22-11-2007 à 8:38
Moi c’est bien plus égoïste que de dire que l’enfant sera loin de ses grands-parents, mais j’ai grandit sans mes GP paternels et j’ai très peu vu mes GP maternels, donc je ne connais pas ce que c’est vraiment et cela ne me manque pas. Par conséquent je ne peux pas comprendre rationnellement ce que ça peut faire pour mon enfant de ne pas les voir. Quant à eux j’imagine que cela leur fera mal mais là encore je n’arrive pas à le comprendre rationnellement quand je vois que cela n’a jamais semblé manquer aux miens.
Mais c’est juste le fait de vivre la grossesse loin de ma mère, cette étape qui boucle le cycle, où de fille tu deviens mère. Tout simplement. Mais ça ne remet pas en cause mon immigration, ça remet en cause ma future maternité plutôt

sven
22-11-2007 à 11:31
Bonjour,
En réfléchissant et en tournant le problème dans tous les sens je dois admettre que je ne vois rien qui puisse susciter chez ma compagne un soudain revirement didée et un regain de motivation pour le Québec.
Nous avons échangé nos points de vue plus que de nécessité.
Je nai jamais cherché à linfluencer et encore moins à la convaincre de repartir car je crois que cest le pire à faire. Jai juste tenté de lui démontrer que les difficultés nétaient pas insurmontables et que la persévérance et la volonté étaient les clés de la réussite.

Je me demande dans quelle mesure on doit accepter de se plier aux choix de lautre et tirer un trait sur ses ambitions. Je me dis que ma fille na rien demandé et quelle est en droit de réclamer la présence de ses deux parents et je crois que la réponse à mes questions est justement là devant moi avec une tétine dans la bouche.
Prendre des risques pour assumer pleinement ma vie est une chose dont je suis capable. En revanche je ne veux pas prendre le risque de perdre ma fille.

Faut-il alors se résigner et concentrer ses efforts uniquement sur lépanouissement de cette famille dont on est le père ou la mère ?

Jaimerais être capable de répondre à la question que se pose Ginie à la fin de son post au sujet du risque de retourner au Québec.
Si jétais certain que ma compagne puisse assumer avec plaisir une autre tentative au Québec alors dans ce cas je ferais le nécessaire pour la pousser dans laction et alimenter sa motivation.

Vos recherches:

  • émigration célibataires ou en couple a canada
  • immigrer au canada en couple ou celiba
Avatar
FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut

Bienvenue au Canada