Apprendre de l’hiver, en attendant le temps des sucres - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Blogs > Apprendre de l’hiver, en attendant le temps des sucres

Apprendre de l’hiver, en attendant le temps des sucres

Dans sa biographie, Boucar Diouf, raconte ceci au sujet de son arrivée au Québec pour y poursuivre ses études universitaires : “avant mon départ, j’ai eu une semaine de cours intensifs sur le choc culturel et l’adaptation à la culture québécoise. Par contre, on avait omis de me parler du choc thermique. C’est ce que j’ai compris lorsque j’ai découvert l’hiver du Québec en robe africaine”.
On a beau s’y préparer, l’hiver canadien garde souvent des surprises. La dernière semaine de février nous avions des journées à +18°C. Une semaine plus tard, il a fallu ressortir les pelles et les grosses couvertures; la température ressentie était descendue à -30°C. L’hiver sera encore notre réalité pour plusieurs semaines. Mais cela n’empêche pas de déjà dresser un bilan sur les leçons à retenir.

Ce que j’aime toujours :

  • les enfants sont en pleine forme. Certes les températures sont relativement extrêmes mais le froid est sec et plus supportable qu’en Europe. Les aérosols et autres rendez-vous incessant chez le pédiatre sont un lointain souvenir.
  • les factures Hydro raisonnables malgré nos baies vitrées et les températures hivernales. Autant notre premier appartement était une passoire thermique, autant pour notre maison, je dois reconnaître, les canadiens maîtrisent le froid.
  • la surabondance d’activités gratuites ou à prix modérés : festivals des neiges chaque fin de semaine de janvier/février, pistes de ski à moins de 20 minutes de chez nous, patinoires sur lac, glissades sur tube, etc.
  • les grande tablées. La famille est toujours la bienvenue, mais nous pouvons aussi compter sur nos amis québécois pour venir partager un lapin à la bière, des pralines maison ou encore notre tiramisu au spéculoos.
  • un noël blanc avec toutes les maisons décorées de guirlandes lumineuses. Certains budgets se chiffrent joyeusement en milliers de dollars. Mais qu’importe : c’est beau.
  • profiter des paysage magnifiques autour d’un feu, avec des marshmallow grillés et un bon verre de vin chaud.

Ce que j’ai découvert :

  • le Yukigassen : une activité qui combine le hockey, le ballon-chasseur et le jeu du drapeau. Le but du jeu est d’éliminer ses adversaires pour voler leur drapeau. C’est un sport complet avec de la technique, un bonne dose de stratégie, et une rapidité d’exécution. A essayer. Ou à regarder.
  • le pelletage semble être une cause majeure de crise cardiaque. Du coup, cette année, j’ai revu ma technique.
  • les soirées Fondue locales : une occasion pour savourer des fromages et des vins québécois agréablement goûtus.
  • mes clés. Un matin de décembre, je m’étais rendu compte que j’avais perdu mes clés en jouant avec mes enfants. Mais avec près d’1m20 de neige tout le long de mon terrain, il aura fallu patiemment attendre le redoux pour retrouver mon trousseau de clés dans le jardin.

Ce que je vais devoir améliorer :

  • la constance dans l’effort. Un vendredi soir, j’étais trop fatigué pour déneiger et saler l’allée. Après tout, on peut bien s’accorder une pause, non ? Grave erreur. Le lendemain, impossible de bouger ma voiture. Trop de neige, trop de glace. Ce genre de procrastination se paie au prix fort.
  • les décorations solaires pour Noël. L’idée était de réduire les risques de court-circuit ainsi que les factures d’électricité. La mauvaise surprise : à cause d’un ciel couvert les lumières s’éteignaient trop vite, ou parfois même ne s’allument pas.
  • des semelles antidérapantes à crampons. Je pensais ne pas en avoir besoin jusqu’à ce que je me ramasse plusieurs gamelles dans ma propre cours. Manque de chance, à ce moment-là, le stock de crampons à 5$ était déjà écoulé dans tous les Canac de la région. Trop tard.

Une anecdote pour nouveaux arrivants
Le petit gars s’appelle Martin. On a largement eu le temps de faire connaissance lui et moi. Avec sa famille, il vient de France. Ils sont arrivés il y a moins d’un hiver. Son père travaille à l’occasion à Montréal. Et ce matin-là, ce dernier a fait ce qu’il a certainement fait à d’autres reprises : il est arrivé un peu plus tôt devant l’école, a fait un bref arrêt pour débarquer son fils de 10 ans et a rapidement repris la route en anticipant les impacts des conditions climatiques sur les 150km d’autoroute. Heureusement que le matin mon chemin passe devant cette école.

Il faudrait rappeler aux nouveaux arrivants de toujours surveiller les bulletins météo en hiver. Dès 7h du matin. Que ce soit à la télé, à la radio ou sur les réseaux sociaux. Déjà 2 fois cette année, les commissions scolaires de la région ont fermé les écoles à cause des conditions climatiques. Et chaque année, j’ai l’impression, il y a toujours un ou deux enfants étrangers qui se font malheureusement surprendre à un arrêt de bus ou devant un établissement fermé. Dans les meilleurs des cas.

Sans doute une autre leçon à retenir pour un hiver prochain.
En attendant, allons profiter du temps des sucres.

Jefke
En 2012, Jefke, cadre dans l'industrie automobile, quitte la Belgique, avec sa conjointe et leurs enfants de 3 et 5 ans. Apres avoir exploré le Nouveau Brunswick, l'Ontario, la Colombie Britannique et le Québec, c'est finalement dans la région de Sherbrooke qu'ils s'installent. Ce qu'ils trouvent dans les Cantons de l'Est les ravi : des opportunités professionnelles aussi intéressantes que dans les grands centres urbains mais surtout une qualité de vie incomparable. Sans oublier des paysages à couper le souffle.

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada