6 ans…Déjà…Mais où tout commence vraiment? - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Blogs > 6 ans…Déjà…Mais où tout commence vraiment?

6 ans…Déjà…Mais où tout commence vraiment?

Voilà déjà 6 ans….En décembre 2000 j’atterrissais à Toronto, avec dans ma poche mon visa d’étudiant….Fini la petite serveuse du Buffalo Grill, bonjour les cours d’anglais pour 9 mois. Mon rêve se réalisait enfin, partir un an à l’étranger, partir un an au Canada….Pour comprendre mon histoire il faut revenir un peu en arrière….

Février 1978, mon père rentre un jour à la maison et annonce à ma mère : « ça y est, on fait nos valises…. »Ma mère lui répond « On va attendre que j’accouche d’abord. » Et oui, dans ce petit ventre c’était moi, alias Anne-Gaëlle….Née en mai 1978, nous partions pour les États-Unis en août 1978….J’avais deux mois et je prenais déjà l’avion. Nous y sommes restés deux ans. Puis nous sommes revenus. Toutes les années qui ont suivies, je n’ai fait qu’écouter les récits de ces deux ans. Regarder les photos et rêver, rêver qu’un jour je ferais de nouveau ce que nous avions vu. D’ailleurs je n’hésitais pas à leur dire qu’un jour j’irais là-bas. En attendant j’étais jeune et j’allais chez ma grand-mère en vacances. Elle ne parlait que du Canada, c’était son rêve d’y aller un jour (…), elle nous montrait sans arrêt son livre sur le Canada. Un livre qui montrait des photos. Celle dont je me souviens le plus était celle prise au Lac Louise. Je me souviens des arbres, de la montagne et la couleur du lac. De fil en aiguille ce rêve se développait petit à petit….

A 19 ans, j’annonce à mes parents : « J’aimerais partir un an à Montréal ». Mes parents me disent : « Oui, si tu veux. »….Oui, ils avaient dit oui, je n’ai pas attendu longtemps pour commencer à faire mes recherches sur les universités. Je pense qu’à ce moment-là, mes parents ont réalisé que j’étais sérieuse. Enfin, une rencontre en 1998, change tous mes plans….Je rencontre un Canadien qui joue au volleyball dans ma ville….Il vient de Toronto et son français est parfait, surtout après 2 ans en France. Alors me vient l’idée d’aller à Toronto pour réapprendre l’anglais et en même temps pour être encore un peu avec lui….

Après une licence en Arts du spectacle, je décide de trouver un petit boulot pour économiser avant le départ….Décembre 2000, ça y est, je pars….Je quitte mes Vosges, j’ai 22 ans et je vais vivre un an au Canada….C’est un vrai bonheur d’entrer dans cet avion….

9 mois plus tard je ne suis pas décidée à rentrer….D’abord, je prolonge mon visa étudiant ensuite je recherche un travail….J’ai toujours travaillé avec les enfants et je suis Française. C’est parfait, le Canada manque de prof de français. Je deviens prof de Français dans une école Montessori.
Nous voilà en 2002, j’adore la ville, j’aime mon boulot, j’aime ma vie et mon Canadien….Je veux rester ! Je fais ma demande pour la résidence permanente. Février 2003, je reçois un coup de téléphone. Mes parents m’appellent pour me prévenir de rentrer en France, je passe un entretien à Paris début mars. Je rentre à toute vitesse, laissant mon homme à l’aéroport, bizarrement je n’ai pas peur de le laisser, cette fois je sais que je reviendrai pour de bon….

En attendant mon retour au Canada, et en attendant dans l’espoir d’être prise par l’Ambassade, je prends un travail de directrice-adjointe dans un centre culturel. Ils me proposent le poste de direction du milieu culturel en contrat jeune, mais comme j’attends une réponse, je refuse. Enfin, la visite médicale début août….C’est bizarre, je ne reçois plus de nouvelles de mon homme….Je reçois un email un jour, c’est fini entre nous….Grosse remise en question. Trois jours après je reçois mon visa de résident permanent. Que faire ? Rester en France, ou continuer de croire en mon rêve ? Finalement je suis partie en octobre 2003, destination Toronto avec passage à Montréal. Cette fois c’est pour de bon….je fais ce voyage comme un premier, cette fois je suis toute seule, personne ne va m’attendre à l’aéroport. Je n’ai pas vraiment d’amis puisque tous les gens que je connaissais étaient des amis de mon ex. Je reprends tout à zéro, mais je suis contente.

Après des débuts un peu difficiles, je continue mon petit bonhomme de chemin. Trois ans ont passé et me voilà, 6 ans après, toujours à Toronto. Et je me demande où tout commence vraiment. Ce désir d’aller au Canada, ce désir de voyager, est-ce mes parents, ma grand-mère, mon ex ?
Après avoir collé tous les morceaux du puzzle de ma petite vie, je pense qu’il faut croire aux signes du destin….Ils n’apparaissent que lorsqu’on y pense vraiment, tous les signes, les moments, les personnes que l’on rencontre le long de notre route….
Et si je n’étais pas revenue il y a trois ans ? Hum….à méditer pour une prochaine fois.

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada