Priorité : emploi ! - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > Blogs > Priorité : emploi !

Priorité : emploi !

Priorité : emploi !!!

Aujourd’hui, je souhaite vous parler emploi. Parce qu’après-tout, on ne vit pas d’amour et d’eau fraîche et il faut bien payer ses factures.
Comme vous le savez certainement, la région de la Capitale Nationale, traduisez Ottawa-Gatineau, est une région de fonctionnaires. En tant qu’immigrant, n’imaginez pas obtenir un poste au fédéral sauf si vous êtes LE spécialiste mondial dans votre domaine mais admettez que c’est assez rare !!!
En fait, la priorité est donnée aux citoyens canadiens. Je sais de quoi je parle : comme beaucoup j’ai essayé, je m’y suis cassée les dents et pas qu’un peu. Bref, piste à oublier pour les 5 premières années.

Toutefois, l’Outaouais est aussi une région qui offre des emplois de service. Il existe d’ailleurs de nombreux métiers en demande. Vous trouverez une liste ici

Comme vous pourrez le constater, il y en 72, ce qui offre pas mal de possibilités. Certains emplois requièrent des diplômes, d’autres un transfert de compétences.

Pour infos, 2 fois pas année (mars et septembre), il y a un salon de l’emploi qui vous permets de rencontrer les grands employeurs de la région et de poser votre candidature. À garder en mémoire pour sauver du temps.

Vous trouverez partout un grand nombre d’annonces demandant un bilinguisme. Ce qu’il faut savoir, c’est que ce n’est pas parce que vous n’êtes pas bilingue que vous ne devez pas postuler. Il s’agit souvent d’une préférence pour le recrutement. Comme qui ne tente rien n’a rien, seul mot d’ordre : postuler, postuler, postuler. Au pire vous recevrez un refus, mais chaque entrevue est une bonne pratique. D’ailleurs, j’en profite pour vous indiquer que les entrevues sont bien différentes de l’Europe et qu’avant de vous planter royalement sur le poste rêvé, pratiquez-vous sur d’autres (même les premiers venus).

Petite anecdotes, il m’aura fallu 5 entrevues dans mon domaine pour comprendre ce qu’on voulait que j’explique. Non pas que je me sente stupide, j’avais une bonne idée des compétences à faire valoir. Mais ici, tu passes devant un jury (2-3 personnes) avec beaucoup de mises en situation dans mon cas. Oups, c’est tout nouveau ça !!!
Puis je recevais des lettres de refus sans explications, malgré mes demandes. Donc si j’ai un conseil à vous donner, l’analyse est primordiale pour imaginer ses forces et ses faiblesses. Fin de la parenthèse.

Autre point, je vous invite à faire, avant votre arrivée en terre promise, votre équivalence de diplôme. Vous gagnerez du temps puisque cela peut demander un délai de 3 mois et serez opérationnel immédiatement.

Si toutefois vous ne trouvez pas chaussure à votre pied, je vous invite à regarder les formations. Il existe 2 campus pour des études collégiales, 1 pour des études universitaires. Mais l’avantage, c’est que si l’on traverse la rivière, on retrouve encore d’autres collèges et universités offrant des programmes similaires mais avec parfois une durée différentes (comme 1 an au lieu de 2) ce qui n’est pas négligeable.
Ainsi, les possibilités sont énormes. Par contre, il faut bien se renseigner sur différents points : reconnaissance du diplôme au Québec, aides financières, durée de formation etc.

Pour finir, il faut savoir que par ici, les métiers médicaux et paramédicaux sont extrêmement demandés. C’est vrai dans tout le Québec, mais encore plus dans notre région. Donc si vous êtes dans ces domaines, prenez en considération notre région qui offre de multiples avantages : on se parle du volet culturel dans quelques semaines.

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada