Parler québécois pour obtenir un emploi | S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada

Parler québécois pour obtenir un emploi

Certains recruteurs n’hésitent pas à demander aux candidats de parler avec l’accent québécois pendant l’entrevue d’embauche. Pourquoi ? Parce que, semble-t-il que les entreprises veulent que leurs clients aient l’impression d’être servis par des gens d’ici et qu’ils puissent s’identifier à leur interlocuteur.

Le problème c’est que lorsqu’on est francophone mais qu’on vient de l’étranger, il n’est pas toujours facile d’imiter cet accent. Aussi, certains considèrent cela comme de la discrimination à l’embauche, puisque c’est choisir un candidat, non pas sur ses compétences mais sur des caractéristiques sur lesquelles il n’a pas le contrôle.

Questionnée au sujet des offres d’emploi qui exigent le français québécois, la Commission ontarienne des droits de la personne répond que « la langue peut être un élément ou un facteur de discrimination fondé sur des motifs apparentés prévus dans le Code, tels que l’ascendance, l’origine ethnique, le lieu d’origine, la race, la citoyenneté et la croyance ».

Si certains employeurs se défendent de vouloir discriminer en exigeant le français québécois, certains chercheurs d’emplois décident de se disqualifier eux-mêmes à la vue de cette demande. « Ça bloque. L’emphase est mise sur ‘québécois’. Je ne me vois pas facilement là-dedans, car je parle un français hors du Québec. Donc un français de la francophonie plurielle », affirme Bruno Okoudowa, rencontré lors d’une foire d’emplois bilingues proche de Toronto. Même son de cloche de la part de Fritznel Clermont. « Ça pourrait intimider celui qui vient d’Afrique. Car, on parle de Québec. Il semble que le poste est pour les Québécois », lance-t-il.

Source : Le Droit

Vos recherches:

  • Beauport quebec prix des loyers
Avatar
Laurent Gigon
Cofondateur du site Immigrer.com
http://immigrer.com

Commentaires sur “Parler québécois pour obtenir un emploi

  1. Je suis québécoise, j’ai 15 ans et je vis en France maintenant avec mes parents depuis 4 ans. J’ai eu beaucoup de problèmes parce que j’ai un « accent » du Québec et que je ne parle pas supposément le vrai français… Nous avons parfois même de la difficulté à aller au restaurant sans nous faire importuner par les serveurs, c’est triste de voir le monde se comporter comme ça, mais il faut se demander le pourquoi de la chose? Peut-être qu’à la longue, à force se faire tomber dessus pour son « accent », on en a marre… Comme on dit au Québec ; à force de cracher en l’air, parfois ça nous retombe en plein visage… C’est bien drôle de se moquer pour des années des accents des autres, les critiquer et les ridiculiser, mais quand notre tour arrive, que c’est nous qui passons dans le tordeur, on trouve ça pas mal moins drôle et on s’offusque! Donc, excusez-moi de ne pas me scandaliser de ce que vous dites, car cela fait des années que les Québécois nous vivons cela en France.

    1. Bonjour Jessica,
      Combien y a t-il de délégations générales de France au Québec qui recrutent des Québecois? Aucune.
      Quelles sont les étapes pour un québecois qualifié pour immigrer en France?
      Combien cela coûte t-il?
      Quelles ont été les visites médicales avant votre départ?
      Quel test de français avez vous passé?
      Je n’attends pas de réponse, nous ne parlons pas du même sujet.

    2. J’ai vécu à Toulon, en Provence, dans les Alpes et maintenant en Bretagne et je ne me suis jamais sentie importunée. On remarque mon accent bien sûr et alors… C’est normal non ? Comme les québécois avec les français? Où est le problème ? De plus , ce n’est pas le sujet. Certe, quand l’ego est trop fort, il vaut peut être mieux de ne pas vivre à l’étranger. L’humilité est essentielle pour une intégration réussie.

  2. Bonjour,
    C’est de la discrimination pure et simple. Il y a 2 chartes au Québec !
    Au ministère de la justice, je n’ai jamais eu de véritable problème avec mon accent. Il y a même quelques « clients » qui me demandent d’où je viens et posent des questions.
    Il y a peut-être eu une fois, où la personne me demande de parler à un francophone :), mais c’est tout. Ca m’a fait rire.
    Il suffit d’articuler et de ne pas parler trop vite avec certaines personnes et d’intégrer les expressions québécoises.
    Cette discrimination n’est pas justifiée, d’autant plus que le Québec est une terre d’immigration avec des accents divers et variés.

  3. Je suis française, au Québec depuis 18 années. J’ai souvent vécu ce genre de discrimination (?), sottise (?) dans des emploi que j’occupais et parfois en entrevue d’embauche. Ce genre d’attitude laisse largement présager dans quelle sorte équipe vous travaillerez…. Avez-vous vraiment envie de vous attarder là-dedans ?

  4. Je suis québécoise et cela fait 5 ans que je vis en Europe (France et Italie principalement). J’ai subi beaucoup de discrimination à cause de mon accent québécois et j’ai dû adapter de beaucoup mon accent pour m’éviter des problèmes dans le milieu du travail mais aussi au quotidien dans les cafés, restaurant et même avec les gens qu’on rencontre chaque jour, parfois cela arrive (trop souvent selon moi) au point même d’en être arrivé à éviter carrément certains endroits. Et quand je me sens choquée de ça et que j’ai malheur de le dire on me dit que c’est parce que l’accent québécois est trop fort, que ce n’est pas le vrais français (comme si la francophonie appartenait qu’a une nation et que la langue était quelque chose de statique!) et que cela justifie toutes ces remarques. Donc je ne dis pas que c’est bien, même que je dis le contraire, mais avant de réclamer, de s’offusquer et de dénoncer quelque chose, faudrait parfois se demander comment nous-même nous traitons les gens quand nous sommes chez nous… Donc pour moi de lire cela c’est rien de bien nouveau sous le soleil, à la seule différence que là c’est de l’autre coté de l’océan cette fois! Vraiment triste de voir que les préjugées, la discrimination et le racisme arrive aujourd’hui au Québec. Car pour le vivre ici en Europe, ma fille et moi nous savons à quel point cela peut être difficile et même permettez moi de le dire parfois carrément écoeurant…

    1. 14 ans que je suis en France et ça ne m’est jamais arrivée… au contraire j’ai même eu plus facilement du travaille de par mon origine. La plupart des Francais aiment les québécois et l’accent. Ceci dit, il est logique que pour se faire comprendre que nous devons mettre de côté nos expressions purement québécois.

    2. La question n’est pas de savoir si les français sont plus intelligents que les québécois. On a tous compris que les plaisanteries sur l’accent québecois peuvent être blessantes. La question est de comprendre pourquoi le Québec qui pratique une immigration choisie sur les diplômes et la capacité à s’intégrer, les discrimine une fois qu’ils sont arrivés, après une sélection de plusieurs mois, voire de plusieurs années.
      Une française de l’Ontario

    1. Vous contestez une évidence, c’est votre choix. La France ne pratique pas l’immigration choisie contrairement au Québec qui sélectionne en fonction des diplômes ce qui est censé vous assurer un emploi. Je n’ai pas connaissance de discriminations sur des diplômés en France et le chômage n’y est pas discriminatoire, il touche tout le monde.

      1. Vous préférez vous voiler la face, on ne parle pas de règles pour immigrer, on parle du traitement social des francophones qui n’ont pas un accent franco-francais. J’habite en France depuis 3 ans, j’ai dû casser mon accent pour ne plus subir les commentaires blessants comme quoi les Québécois sont bien gentils mais leur langue n’est pas du vrai français et qu’ils n’ont pas le niveau pour travailler en France (et pourtant je n’ai pas eu de mal à trouver du boulot).

    2. Bin, perso je parle avec un accent québécois. Je ne l’ai pas perdu sauf pour les québécois…. certains québécois ont même trouvé le moyen de me le reprocher. Après des années à l’étranger l’accent évolue.. on y peu rien. Pourquoi l’accent français dérange tant certains québécois ? J’ai ma petite idée…

    3. En france on a deja bien une dizaine d’accents différents, comme si l’accent marseillais ressemblait a celui du nord… on a également une forte immigration africaine avec différents accents, alors bien évidemment qu’on peut travailler avec un autre accent que le « français » quoi que je ne vois pas bien auquel vous faites référence du coup

  5. En fait, aujourd’hui on ose écrire ce que nous pressentions il y a plus de 15 ans, mais qui ne se disait surtout pas.
    Les francophones hors Québec subissent de la discrimination, du racisme serait plus juste.
    Une française de l’Ontario.

  6. Aha ha ha ha … je me souviens de l’état du Québec en 1997 quand j’y ai travaillé, ils faisaient moins les fiers avec nous autres Français, ils s’en mordront les doigts.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut

Bienvenue au Canada