Immigrer avec des enfants, est-ce perturbant pour eux ? - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > FAQ > Des familles qui s'installent > Immigrer avec des enfants, est-ce perturbant pour eux ?

Immigrer avec des enfants, est-ce perturbant pour eux ?

Immigrer avec des enfants, est-ce perturbant pour eux ?

Ecrit par: Angel10 6-12 à 12:53

Bonjour à tous

L’immigration en famille bien préparée peut-être une magnifique aventure humaine por les parents mais comment réagissent les enfants déracinés de leur pays d’origine qui débarquent dans un pays, même si celui-ci est fancophone, avec un nouvel environnement, une nouvelle école, des parents qui n’ont pas d’acivités professionnelles durant les premiers mois etc…. ?

Nous avons deux filles de 11 ans et 8ans et demi, et elles savent que nous engageront les démarches pour immigrer dans la belle province, cependant avant, nous irons ensemble au Québec pour un voyage de prospection afin de nous immerger dans notre future vie. Elles redoutent un rejet de la part des enfants québecois dû au fait de leur particularité de “françaises”.Elles sont à la fois curieuses et angoissées de par nos récits.(nous sommes allés au Québec tous les deux en 1999).

A vrai dire, si nous souhaitons partir, c’est parce que nous adorons le QUEBEC !!! mais surtout pour leur permettre de construire leur avenir sereinement.

———————————————–

Ecrit par: Nanne 6-12 à 14:32

Les enfants réagissent chacun selon leur caractère propre, selon leur vécu, selon…… la manière dont l’un va réagir, ne sera pas la même qu’un autre. Puis, le même enfant peut être vraiment content de partir et changer d’avis par la suite ou inversément……. Ce que l’on vit nous et ce que nous nous ressentons face à l’immigration, les enfants aussi le vivent et le ressentent, évidement à des degrés différents selon leur âge biensûr.
Ce qu’il faut faire selon moi, c’est bien les préparer en parlant beaucoup avec eux et ne pas leur cacher la vérité en leur disant que tout sera rose…. leur dire que oui, eux aussi auront des hauts et des bas, des coup de blues, des envies de retourner dans leur pays pour voir les amis, la famille…… mais qu’en fin de compte ils ont aussi la chance de vivre une formidable expérience , de découvrir un pays magnifique, de se faire de nouveaux amis……

En tout cas moi, sachant que c’était MON rêve et non le leur, je leur ai bien dit qu’à leur majorité si ils veulent retourner en Belgique, je les laisserai partir …… même si j’en serai très triste, ce sera leur propre choix de vie

Je trouve que c’est une très bonne idée de faire un ptit voyage avec les enfants avant le grand saut, j’avais fait pareil.

Nanne, maman de trois enfants de 15, 13 et 8ans

———————————————–

Ecrit par: Orphée 6-12 à 15:06

ben les miens … ils sont trois et ne regrettent rien du tout !

———————————————–

Ecrit par: schumarette 6-12 à 15:13

Les miens non plus ne regrettent rien ! Et tes enfants sont dans les âges où ils n’auront pas vraiment de problèmes. Les enfants québécois acceptent très bien les petits français. Malgré que je sois dans une région où on ne peut pas dire que les immigrants soient légions, tout s’est bien passé à l’école. Donc, ne t’en fais pas, les enfants s’adaptent très bien à leur nouvelle vie !!

———————————————–

Ecrit par: stephan et sa tribu 6-12 à 16:36

Salut, pas d’inquiétude les enfants s’adaptent mieux qu’on ne le pense, il suffit juste de les aider a avoir des repairs…

Nous on a l’idée de partir depuis quelques années et on a 4 enfants maintenant, nous sommes sur Avignon, mais il y a maintenant 8 ans nous avons commencés à nous déplacer, d’abord dans une autre région, et puis on a passé l’atlantique pour se déraciner et voir comment nous réagissions tous… les enfants impeccable, ils ont participés au carton, en respectant bien le fait de les laisser emballer leurs affaires et de leurs expliquer qu’ils les retrouveront dans un contener à l’arrivée… et puis de là nous avons entrepris de partir un jour au Québec alors on est revenu en france pour immigrer en Alsace afin de se faire à des températures assez fraiche en hiver, et puis les vosges et la forêt noire comma paysage de forêt … toujours ok pour les enfants…
Alors nous sommes repartis à nouveau dans les DOM pour deux ans, et là nous sommes revenus en début d’année dans notre famille pour y faire nos démarches et profiter de nos familles avant le grand saut définitif….
Les enfants sont super content, pourtant ils ont 10, 8, 6 ans et 18 mois, à part la dernière les trois grands comprennent bien, et participe au dossier…. ils ont juste souhaités finir l’année scolaire ici… on peut leur accorder ça… mais sinon attendent avec impatience de faire leur malle et carton….

Le tout s’est de les inclure dans le projet et de leur donner certaine chose à faire dans se déménagement, de partir tous ensemble… et ils suivent avec leurs grands yeux émerveillés à la découverte du monde….

———————————————–

Ecrit par: Orphée 6-12 à 16:47

Juste un petit commentaire pour dire qu’en fait les enfants sont souvent traumatisés… par leurs parents !
Si les parents savent expliquer correctement les choses et qu’ils ne sont pas angoissés eux-mêmes de partir, alors il me surprendrait qu’il y ait beaucoup de problèmes à ce niveau.

———————————————–

Ecrit par: isseo17 6-12 à 16:55

Bon, alors, je me lance….

Nous sommes là depuis 9 mois maintenant, et je n’ai que ce recul pour juger de l’influence de notre immigration sur le moral de nos enfants.

Plusieurs phases à distinguer:

Phase 1: L’annonce du projet

Là, c’est tout feu-tout flamme. Après l’incontournable question:” Mais qu’est-ce qu’on mange là-bas ?”, c’est l’exitation. La fierté de l’annoncer aux copains: “Moi, je vais aller habiter en Amérique…et y a des caribous et des indiens!”, la joie de se voir le centre d’intérêt de la classe, la lecture des guides touristiques…. et puis, le départ est encore si loin ! Une sorte de rêve quoi !

Phase 2: Le départ

Là, c’est une autre chanson. Les larmes…Beaucoup de larmes. Quitter les copains, la famille, un environnement connu…Tout ça pour un mot, qu’on répéte beaucoup, mais qui perd de sa magie au fur et à mesure que le grand saut se rapproche.

Le tout se passe dans une ambiance festive: fête en classe, fête chez les copains, fête avec les grands-parents… Quitter cet air de fête semble de plus en plus dur.

Heureusement: il y a l’attrait de l’avion, la découverte d’un aéroport .En 8 h (4 h de retard!), on a eu tout le temps de le découvrir!

Phase 3: le débarquement

Tout ce joue entre l’emmerveillement de la découverte, l’appréhension du manque de copain et la folie des choses à faire: magasinage, inscription, repas dans les divers fast food (il faut bien: pour que les parents puissent faire les paperasses administratives: nous sommes en région!)

On navigue donc entre sourire et vague à l’âme.Les copains de France ne manque pas encore, mais les enfants sont tendus comme des ” cordes à violon”! Prêt ;à craquer à tout moment, mais curieux et intéressés.

Phase 4: La rentrée en classe

Alors là, c’est super. L’accueil est merveilleux, les copains et copines se précipitent pour faire la connaissance des petits français, les enseignants sont aux petits soins pour que chacun se sentent bien dans son environnement.

Bref, ils sont les rois de la fête. Les langues se délient :plein de nouveautés à raconter, le vocabulaire québécois fait son apparition à la table familiale…Tout va bien!

Phase 5: La routine

Au bout de quelques semaines, l’intérêt des copains se relâche (très légitimement ), chaque gang se reforme…pas forcément autour du nouvel arrivant, qui n’est plus si nouveau que ça, et qui doit descendre de son pied d’estal. A chacun de faire sa place, doucement, discrétement….

Le changement est brutal et parfois dûr à avaler!

Le manque des amis de France se fait beaucoup plus pressant : ” Pourquoi on est venu? Là bas au moins, j’avais des copains…Ici personne me cause…Et puis on faisait ceci et cela…Et puis dès que j’ouvre la bouche, on me dit que je vais trop vite, qu’il faut que je me calme, que je ne suis plus en France…”

Retour des larmes (surtout le soir, au coucher! ) Rude épreuve pour les parents qui commencent à culpabilisés….(pas bien longtemps pour nous: c’est pas notre genre !).C’est dans ces moments que nous avons , enfin cédé pour le chien…. Depuis, à chaque fois que l’un des enfants émet l’hypothèse qu’en France ceci ou cela…les 4 autres rétorquent aussitôt: ” Oui, mais ici, on a Welcome!”

Phase 6: aujourd’hui

Nos 5 zoulous ont , enfin passé le déclin de la routine. Chacun a trouvé sa game, soit en classe, soit au scout, soit au dehors. On retrouve les copains à la piscine ou sur la plage, on s’invite les uns les autres…

Et oh! surprise! la fin de la classe n’a pas vraiment été accueillie avec l’enthousiasme habituel: quitter les amis, les enseignants, l’école et ses activités. Bof, d’accord…mais deux mois, ça semble bien long, quand même !

On ne parle pratiquement plus des amis de France, sauf pour en évoquer de bons souvenirs d’un coeur léger, ou pour leur raconter par mail, notre super vie Québécoise!

Les enfants sont heureux, ont plein de projets, tant pour l’année prochaine, en classe, que pour cet été (accueil de Mamie, bateaux, baignades, rencontres, visites, feux d’artifices…)

Voilà, pour leur coté,c’est partie gagnée!

Bien sûr, dans notre tête, comme dans la leur, nous ne sommes venus passer qu’une partie de notre vie au Québec. Quelques années durant lesquelles nous avons à découvrir et à nous enrichir moralement et psychologiquement d’une culture et d’un mode de vie différents.

Peut-être, au bout du compte, retourneront-ils en France…ou peut-être resterons nous tous ici. Ce qui est sûr, c’est que chacun de nous aura profiter de la grande chance qui nous est donné de nous ouvrir l’esprit et le coeur. Et ce , tous ensemble.

Je souhaite la même chance, à tous ceux qui sont dans l’attente de leur visa, et à tous ceux qui débarquent dans ce très beau pays!

———————————————–

Ecrit par: gudule79 6-12 à 17:37

Bonjour ISSEO 17
C’est avec un grand intérêt que nous avons pris connaissance de votre message.

Nous sommes une famille de 6 avec 4 enfants de 15, 12, 10 et 20 mois nous avons posté notre DCS début novembre et nous nous interrogeons sur les délais de traitement du dossier et sur la date à envisager pour notre départ.

Nous avons eu vos coordonnées par une de vos connaissances, lorsque je lui ai demandée comment s’y prendre pour faire voyager nos meubles car nous y tenons, Il semblerait que vous les ayez apportés par container, pouvez vous nous tuyauter sur votre parcours ?

———————————————–

Ecrit par: isseo17 6-12 à 18:53

Hello Gudule

Nous avons effectivement fait venir nos meubles par container avec DEMECO,après avoir fait faire trois devis. Nous avons été très satisfaits du service et ne le regrettons pas du tout.

Nous avons obtenu notre visa en dix mois. Nous sommes arrivés début octobre 2004. Nous avons ainsi pu profiter des couleurs flamboyantes dès notre arrivée et nous avons eu le temps de nous équiper pour l’hiver.

Je serais heureuse de pouvoir répondre à vos question.

———————————————–

Ecrit par: Didi30 6-12 à 22:25

Bonjour à tous,

ce message me touche beaucoup car nous venons d’arriver dans notre nouvelle vie et c’est vrai qu’après les différentes démarches administratives, la première préoccupation est le bien être des enfants dans leur nouveau chez-eux.
Nous avons 2 enfants, de 5 et 16 ans. Le grand trouve tout super. Pour le petit, il a l’air ravi de sa nouvelle école, de sa maîtresse et de ses nouveaux copains mais dès que je le contrarie (même pour des broutilles) j’ai le droit à :”c’est nul ici, moi je préfère en France et puis en France, tu ne travaillais pas”. La première fois, j’avoue m’être sentie déstabilisée et malheureuse. Mais maintenant, je lui demande qu’il m’explique ce qu’il trouvait mieux en France, en général il ne sait plus. Et plus, il me le dit de moins en moins.

Je pense que tout devrait rentrer dans l’ordre d’ici quelques semaines surtout qu’il a commencé à apprendre à patiner et çà il trouve çà super et voudrait y aller tous les jours.

———————————————–

Ecrit par: L’Italiano 6-12 à 22:42

Personellement j’ai vecu tellement de chose ou j’habite, en bien et en mal, que sa va etre très difficile de partir, malgès que je sais que je pourrais pas faire toute ma vie ou j’habite actuellement… Je trouve pour les enfants c’est mieux de demenager quand il sont jeunes, mais bon le quebec c’est incroyable, quand j’y suis allé je ne voulais plus repartir … Les remarques de tes enfants concernant, c’était mieux en france et tout, c’est juste des choses qui savent que sa fais reagirs les parents…. Mais bon en conclusions tout le monde fini par s’adapter, peut-importe l’endroit ou l’on vis… allez bonne continuation.

———————————————–

Ecrit par: Angel10 7-12 à 4:04

Merci, Isséo17, tu me rassures, quand mes enfants ont lu ton expérience ou plutôt celle de tes enfants, elles ont été rassurées et je dirais qu’elles ont maintenant hâte de partir…..
ENCORE MERCI

———————————————–

Ecrit par: LES L5 14-12 à 13:51

Bonjour

Nous avons immigré avec trois enfants, de 13, 10 et 3 ans !

Nos filles (meme la petite) ont participé à l’évolution du dossier de A à Z ! Lorsqu’on leur a parlé du projet, elles étaient très rapidement enthousiastes, et nous avons un peu fait tombé l’excitation en leur rappelant quelques réalité (éloignements familiale, amicales, etc…)
Mais, étonnemment, elles y attachaient moins d’importance que nous le pensions (il faut dire que cela faisait 4 ans qu’on les “balladait” à travers la France, et l’éloignement familiale était donc déjà vécu et bien vécu, quant aux amis , du fait des nombreux déménagements, il n’y en avait pas de suffisament important pour que cela prenne le dessus sur leur envie d’immigrer).

Donc, tout le dossier a été monté avec ELLES. A chaque question, nous avons essayé de trouver une réponse. Au travers de nos lectures, et recherches diverses, nous les informions de ce que nous trouvions et qui était susceptible de les intéresser. Face aux inquiétudes, nous avons chercher une solution (nous en avons trouvé plein) ! Et elles ont également participé du début à la fin aux ventes et déménagement ! Elles ont par exemple vendu leur chose (sous pour elles, et elles se sont rachetées des choses ici)

Donc tout ça pour dire qu’elles étaient très impliquées et engagées !

Le départ était émouvant pour ma grande, car ses amis avaient préparés une fete surprise, lui ont offert des cadeaux, etc… donc le jour J de quitter l’école ne s’est pas fait sans larmes.

L’arrivée pour la petite : extraordinaire, elle adorait la neige ! simplement ses jouets lui ont manqué très fort durant les 15 jours durant lesquels il a fallu attendre les cantines !

Ma seconde de 11 ans : idem ! une folle dada gaga de la neige ! elle est très sociable et s’est donc fait des amis en 3 jours chrono ! sa maitresse n’en revenait pas de la vitesse à laquelle elle s’était intégrée ! c’était comme si elle était là depuis toujours !

Ma grande, un début un peu difficile, car ses amis français lui manquaient, et le temps de prendre ses répères dans cette nouvelle école, se familiariser avec les casiers, prendre le pli de préparer son lunch….etc… il lui a fallu quelque chose comme 3 semaines pour lui faire retrouver le sourire !

Aujourd’hui j’ai deux jeunes filles scolarisées qui sont super bien dans leur peau et dans leur tete ! chacune apprécie son école et ses enseignants ! la pédagogie pratiquée, le coté ludique des cours, les lunchs (même si certains soir elle ne sait pas quoi mettre sans la boite ?) !

Elles se sentent bien, car elles trouvent qu’on leur met moins la pression ! il y a moins de stresse ! il y a plus de tolérance face à un devoir râté ou pas fait ! des solutions de rattrapage ! des cours de soutien entre midi et 13heures !

Leur journée sont moins lourdes (la grande commence à 9 h pour finir à 16 heures , et ma fille qui est en 6ème année de primaire commence à 8 heures pour finir à 15 heures !)
Y’a des devoirs, mais moins ! et ils sont plus orientés vers la recherche que vers l’application ou le par cœur !
Je trouve que les enseignants essaient vraiment de faire en sorte que l’enfant COMPRENNE ce qu’il apprend et ne se contente pas de l’écouter réciter un cours par cœur !
Ils se sentent impliquer, en travaillant sur des projets, soit tout seul, soit en groupe ! la famille elle même est insérer dans certains projet !
Même les cours de moral ne les ennuient pas, et je dirais bien au contraire !
Nous trouvons les choses bien organisées, facile d’accès, et à échelle humaine !
Les relations que l’on peut entretenir avec les enseignants sont vraiment agréable, car lorsqu’on leur parle de SARAH, ils savent bien qui elle est, et ils ont une approche de chaque élève qui est individuel ! et ça c’est vraiment agréable à constater !

Bref, vous faites pas de nœuds à l’estomac, laissez faire ! vos enfants devraient etre bien ici ! de l’accueil du premier jour à aujourd’hui, mes filles n’ont vraiment aucun regret, et ne souhaiteraient faire marche arrière pour rien au monde.

———————————————–

Ecrit par: Angel10 14-12 à 14:37

Merci à vous les L5, votre expérience nous met du baume au coeur et ne nous fait pas craindre l’avenir.
Nous sommes heureux pour vous si tout se passe bien dans votre immigration même, si on vous envie un peu !!!!

FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada