Ecole bilingue sur Montréal ? - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > FAQ > Écoles primaires et secondaires > Ecole bilingue sur Montréal ?

Ecole bilingue sur Montréal ?

Ecole bilingue sur Montréal ?

Ecrit par: danielcaune 25-06 à 19:36

Bonjour,

Je recherche une école sur Montréal proposant une formation bilingue (français, anglais) pour ma fille de 5 ans qui va arriver au Canada pour cette nouvelle rentrée scolaire 2005. Existe-il de telles écoles, canadiennes ou françaises, dans un budget /raisonnable/ ?

————————————-

Ecrit par: JayJay 25-06 à 21:21

L’école publique en français est obligatoire au Québec où la seule langue officielle est le français.

Autrement il y a des écoles privées, à 6000-8000$/l’année, dont je ne ferai certainement pas la publicité.

————————————-

Ecrit par: nissart 26-06 à 1:05

Je comprends mieux les positions de JayJay, Stadack, Jimmy …..maintenant que je suis ici, même si mon opinion n’est pas forcement la même (Rome ne s’est pas faite en 1 jour )
En plus “vraiment bilingue” ce sera pas facile a trouver, ce sera soit Franco soit anglo , même dans le privée.Sinon école Francophone + cours d’anglais privé, comme ca t’équilibre bien leur education.(a mon avis perso)

————————————-

Ecrit par: zohra 26-06 à 2:57

il y a des écoles montessori bilingues.regarde sur le site du MEQ.par contre je n’ai aucune idée du coût.

————————————-

Ecrit par: ajacques 26-06 à 18:32

Article intéressant paru dans le Devoir: www.ledevoir.com/01/08/72112.html

Il s’agit de l’École Vision, www.vision-school.com/indexz.htm Problématique car la seule de la région montréalaise se trouve sur… la Rive-Sud.

On a une poignée de démagogues sur ce forum, d’où la polémique que ce genre de question suscite à tous les coups. Ce qu’ils oublient de mentionner, pourtant, c’est que l’anglais est *essentiel* pour décrocher une bon job à Montréal. (Je parle bien de Montréal, pour les autres “villes”, bah, à vous de voir.) C’est pas le système public en français qui va donner à ton enfant le niveau d’immersion dont il a besoin pour fonctionner. Le gouvernement a beau donner des cours de français aux immigrants; il ferait bien d’en donner pour l’anglais aussi, compte tenu des exigences de la majorité des emplois. Ça c’est la RÉALITÉ des choses.

————————————-

Ecrit par: nissart 26-06 à 19:23

Yes, meme pour un boulot a 8$.
Je comprends que l’on veuille preserver le francais mais meme un concierge doit parler anglais (remarque des fois il y en a qui ne parlent ni francais, ni Anglais.)
L’autre jour sur emploi-quebec : poste propoosé =emballeuse;francais tres bonne connaissance et anglais tres bonne connaissance
bon aprés si on a de la chance on peut tomber sur un boulot pas si pire sans parler Anglais, mais bon avec du bol…
Tout ca pour dire…ajacques t’as raison.

————————————-

Ecrit par: Éric70 26-06 à 19:44

Pas d’accord, je dois être un démagogue alors !!!

J’ai 35 ans je travaille à Montréal et sur la rive-sud, j’ai appris l’anglais pour vrai à 31 ans…. Et j’ai toujours bien gagné ma vie et j’utilise l’anglais dans environ 1% de mes conversations avec mes clients… Surtout des clients têtus !!!

Ceci dit, oui la connaissance de l’anglais est un gros bonus à Montréal surtout dans les compagnies d’exportation et d’importation mais faut pas en faire tout un plat. Vous pouvez très bien gagné votre vie convenablement à Montréal en ne parlant pas anglais.

————————————-

Ecrit par: Didi30 27-06 à 5:07

Bonjour tout le monde,

Excusez-moi d’être ignorante mais je croyais (enfin je l’avais lu sur un site de l’éducation) que l’anglais était obligatoire dès la première année si la langue d’enseignement était le français.
Est-ce faux?

Didi30 qui ne parle pas très bien l’anglais (çà ne m’a jamais vraiment dérangé) et qui a eu des problèmes parce qu’elle ne parlait pas l’allemand en France!

————————————-

Ecrit par: isseo17 27-06 à 8:33

Hello

Mes enfants sont à l’école, francophone, bien sûr, dans un village de l’Estrie.

L’anglais y est enseigné dès la troisième année, comme en France, d’ailleurs.

Un peu plus rapidement qu’en France, cependant ,car le niveau de ma fille qui vient de terminer sa première année d’anglais est nettement supérieur (au moins pour l’oral et le vocabulaire!) à ce qu’à pu être le niveau de ses ainés au même age !

Ma fille de 11 ans, qui passe en sixième année, a était acceptée dans la classe d’anglais intensif ( proposé au sein de l’école francophone , je le rappelle) : les 5 premiers mois, les cours seront dispensés en français, et tout le reste de l’année se passera en anglais.

En secondaire, l’anglais est considéré comme une matière principale, comme français et math. L’enfant peut avoir des cours de rattrapage d’été dan ses trois matières. Le test d’anglais de l’examen final a le même coèfficient que celui de math ou français.

Et j’ajoute que le niveau exigé est plus élevé que celui exigé en France au même age.

Donc, un enfant suivant une scolarité normale au Québec, sortira du système avec la capacité de s’exprimer, de lire, de regarder un film, bref, de communiquer en anglais.

Voilà, tous ça pour dire que les écoles ici ne me semblent pas complètement obtues, et comme toutes les écoles occidentales, ont fait entrer l’anglais dans leurs matières enseignées. Sans pour cela en faire tout un plat

————————————-

Ecrit par: Lizzie 27-06 à 12:40

j’ai travaillé dans un centre d’appel avec pas mal de québécois…beaucoup d’entre eux sont des québécois francophones ayant été dans les écoles francophones, n’ayant jamais vécu au Canada anglophone et parlent un excellent anglais malgré tout….

Ici, l’anglais est partout et donc dès leur plus jeune âge, les enfants y sont confrontés. Avec des efforts et de la volonté, on peut facilement apprendre l’anglais en dehors de l’école (et à l’école aussi d’ailleurs).

————————————-

Ecrit par: cherry 27-06 à 13:14

Parfaitement d’accord avec isseo17 et Lizzie: les cours d’anglais donnés à l’école publique francophone sont généralement suffisants, fournissent la base nécessaire pour pouvoir évoluer dans un environnement anglophone. Si on est frustré et on qu’on ne sent pas tout à fait à l’aise encore, il suffit de s’aider soi-même: ne pas choisir la facilité en écoutant des séries TV ou des films traduits mais écouter les originaux; lire des livres en anglais; converser en anglais quand on peut… En tout cas, dans mon cas, je me démerde plutôt bien en anglais et je n’ai jamais suivi de cours intensif. Il y aurait peut-être de petits changement à apporter au programme – JayJay pourrait confirmer si elle est toujours là – mais c’est tout.

————————————-

Ecrit par: laurence 27-06 à 13:59

Bonjour,

Voici ce que j’ai écrit à ce sujet il y a quelques semaines sur ce même forum afin d’expliquer pourquoi les écoles ne sont pas bilingues et que les immigrants doivent envoyer leurs enfants à l’école française à leur arrivée au Québec.

QUOTE
Au Québec, selon la loi 101, les enfants de parents immigrants (dont aucun des parents n’a fréquenté l’école anglophone au Québec) ne peuvent fréquenter l’école anglaise. Cette mesure est prise parce que justement les immigrants ont tendance à envoyer en général leurs enfants à l’école anglaise. Et que le Québec qui compte en partie sur les immigrants pour se peupler ne veut pas être englouti dans le continent nord-américain déjà très anglophone. C’est de la survivance du Québec francophone dont il est question ici, cela explique un peu les réactions épidermiques.

J’ai moi-même suivi le cursus québécois en français et mon niveau d’anglais est suffisant pour travailler n’importe où au Canada. Ainsi on peut très bien suivre une scolarité en français au Québec et développer un très bon niveau d’anglais car les professeurs sont généralement de langue maternelle anglaise et de nombreuses sources d’info et de divertissements peuvent se faire en anglais pour pratiquer ou améliorer cette langue. Vous n’êtes pas en France, le Québec étant au coeur d’un océan anglophone, ce n’est pas les opportunités qui manquent.

————————————-

Ecrit par: stadak 27-06 à 15:45

Oh oh. Mon nom est apparu sur le forum. Un démagogue de plus. Et sur qui vais-je tirer ?

rrrrrrrr (roulement de tambour)

… sur personne !

Pourquoi ?

Bien parce que je parle anglais, comme la majorité des Québécois, et ce, figurez-vous donc sans être allé dans une école anglaise et sans être anglophobe.

Encore plus étonnant, je suis né à Québec, et j’y vis depuis toujours, exclusivement en français. Et je parle anglais quand même !

C’est-tu pas assez fort pour vous ?

Mais il doit y avoir un truc, n’est-ce pas ?

Oui, il y a un truc. Le même que le vôtre, en Europe. On nous enseigne une langue seconde. C’est tout. Dans des écoles francophones. Incroyable, non ?

————————————-

Ecrit par: Dariane 27-06 à 17:02

Oh là là! Comme j’aimerais que ce fusse vrai pour moi aussi! Euh je ne parle qu’en mon nom personnel, mais j’ai fait 4 écoles secondaires différentes (privé et plublic) dans trois régions différentes et je ne parlais pas un traitre mot d’anglais lorsque j’ai terminé mon secondaire V! Comment l’expliquer???

Peut-être était-ce moi qui n’était pas réceptive aux méthodes d’enseignement ou peut-être suis-je tout simplement un cancre?

Je n’ai appris cette langue qu’en faisant une école d’immersion ayant des cours intensifs pendant deux mois et par la suite je l’ai gardée en lisant et en allant au cinoche en anglais. De plus la Licence d’anglais que j’ai faite en France aura consolidé le tout et même aidé à développer mes connaissances de la langue, notamment la grammaire (enseignement de la grammaire explicite) puisque je n’ai jamais rien appris sur ce plan-là au Québec! Mais encore mon niveau ne me satisfait pas amplement. Je voudrais pouvoir me débrouiller encore mieux, surtout que je me rends compte qu’à Montréal on nous demande de l’anglais pratiquement partout. C’est inévitable ou presque!

Hum je travaille pour une entreprise québécoise mondialement connue nommée le Cirque du Soleil (ça vous dit quelque chose???) eh bien croyez-le ou non, mais une très grande partie de mon travail se passe en anglais! Rédaction de documents (internes !!!) en anglais exclusivement, collègues anglophones/allophones parlant mal le français ou ne le parlant pas du tout, réception de mails internes rédigés uniquement en anglais ou lorsqu’ils sont bilingues la partie français est reléguée en second… Je m’insurge à chaque fois. Je peste contre ces écarts à la charte de la langue et en même temps je me dis que je n’aurais pas ce travail relativement bien payé si je n’avais pas fait de cours intensifs en anglais il y a 11 ans… Oui j’ai failli ne pas parler anglais et ça me fait freaker parce que je me demande où je serais si je n’avais pas fait les cours intensifs! Et encore les RH m’ont dit que mon niveau n’était pas encore tout à fait suffisant

C’est étrange, d’un côté je veux défendre ma langue coûte que coûte mais d’un autre côté je ne peux que me rendre à l’évidence: l’anglais est primordial surtout à Montréal. Comment trouver un compromis?

Ainsi en me basant sur MA propre expérience j’avoue que moi aussi je partage parfois l’opinion de certains quant à la possibilité d’envoyer mon futur kid dans une école bilingue puisque pour ma part le système a carrément failli à m’enseigner l’anglais et à me donner le bon niveau dont vous nous parlez tous ici! Mais peut-être suis-je une exception (ce que je souhaiterais tant) et/ou un cancre…

————————————-

Ecrit par: O’Hana 27-06 à 17:56

QUOTE
Mais peut-être suis-je une exception (ce que je souhaiterais tant) et/ou un cancre…

Alors tu es l’exception qui confirme la règle Dariane selon moi. Ce que le système scolaire n’a pu t’apporter, tu es allée le chercher par toi-même, ce que je privilégie considérant l’a priori que je nourris de plus en plus face au système éducatif.

QUOTE
C’est étrange, d’un côté je veux défendre ma langue coûte que coûte mais d’un autre côté je ne peux que me rendre à l’évidence: l’anglais est primordial surtout à Montréal. Comment trouver un compromis?

Si c’est une évidence, elle est nécessairement économique : le Québec a largement prouvé que, culturellement et même économiquement, il est viable. Donc, si l’évidence est économique, elle réfère à l’intégration socioprofessionnelle dans un contexte bien défini (le Québec au sein d’un continent anglophone). Alors que l’évidence de défendre ta langue maternelle relève davantage, à mon sens, de l’évidence culturelle. Beaucoup plus importante à mes yeux.

Et si l’on tient absolument à l’évidence économique, sa logique voudrait que ça soit non plus l’anglais mais plutôt le chinois mandarin vu le contexte actuel

Je comprends cependant que je ne vis pas à Montréal : l’exigence d’utiliser mon anglais au travail est donc beaucoup moins forte de mon côté.

————————————-

Ecrit par: laurence 27-06 à 18:24

Bonjour,

Ne t’inquiète pas tu n’es pas un cancre Dariane !

Peut-être que je me suis mal exprimée, j’ai jamais dit que les cours à l’école suffisaient pour apprendre l’anglais. La deuxième partie de mon texte que tu n’as pas publié insistait sur ce point : la pratique. Je pense que l’environnement au Québec est propice pour apprendre l’anglais pour deux raisons, en plus des cours à l’école, y’a la possibilité de faire des efforts pour se perfectionner soit par des cours intensifs, des boulots bilingues, de lire les journaux en anglais, avoir des amis anglos…Pour ma part, depuis l’âge de 15 ans j’ai eu des jobines qui m’ont permis de travailler en anglais et en français, ce qui permet de vraiment me pecfectionner. Il ne faut pas compter que sur l’école, y’a rien de mieux que la pratique et tu peux facilement l’avoir au Québec.

————————————-

Ecrit par: BiscuitDérable 27-06 à 18:25

Idem pour moi et plusieurs de mes amis. Pour ma part, j’ai amélioré la langue de sheakspear en lisant beaucoup de livres informatiques et en lisant des livres de grammaire/vocabulaire pour l’anglais. Je me suis également procuré un cours de prononciation de 12h sur cassette. Aujourd’hui, mon anglais est fonctionnel, mais j’ai de la difficulté à retenir mes notions puisque je n’ai absolument jamais à parler cette langue.

Si un jour j’ai des enfants, ils iront à l’école en français. Par contre, ils auront probablement beaucoup de DVD! Ce médium est absolument génial, car il contient souvent les pistes audio de l’anglais, comme pour le français, en plus des sous-titres. Rien pour devenir bilingue, mais suffisant pour avoir une bonne base.

————————————-

Ecrit par: glm 27-06 à 19:06

salut,

ah lala, comme j aimerais etre bilingue…

je confirme ce que disent les autres, l ecole ne t apporte qu’une base et cette meme base tu dois la travailler, si tu la laisses dormir on fond de toi elle ne te sert pas a grand chose et donc tu en es toujours au meme point.

je me debrouille en anglais, mais je voudrais vraiment le parler j espere que cette obstacle ne sera pas de trop le jours ou je viendrai immigrer a Montreal

mais c est vrai que l ideal c est de lire, de regarder des films et des amis qui meme s’ils parlent français t obligent a parler anglais…

————————————-

Ecrit par: Dariane 27-06 à 19:57

Euh je parlais de documents INTERNES rédigés entièrement en anglais! On a beau avoir des partenaires et des clients de tous azimuts, je ne comprends ni n’admets que des documents internes soient rédigés en anglais ou lorsqu’ils sont bilingues, que la partie anglaise vienne avant le français! Et le siège social n’est pas dispersé partout dans le monde, il est ici à MONTREAL au QUEBEC où en 1977 on a instauré la Charte de la Langue Française qui était déjà en vigeur lorsque le Cirque est né (1984). Donc oui je crois que cet exemple est bon pour montrer qu’il y a encore un ENORME travail à faire du point de vu du français en entreprise au Québec ou du moins dans la région métropolitaine!

Un autre exemple: dernièrement j’ai assisté à une conférence aux studios du cirque qui était donnée exclusivement pour les employés (donc très majoritairement francophones) et la femme qui a fait l’introduction du conférencier a fait son speech à 50% en anglais !!!! Et 50% je suis gentille!

Je ne trouve pas cela normal! On prend trop souvent pour acquis que les francos parlent forcément anglais alors que ce n’est pas vrai! Si au moins les cours au secondaire nous rendaient vraiment bilingues! Ou du moins hautement fonctionnel tant à l’oral qu’à l’écrit (la plus grosse lacune de l’enseignement que j’ai reçu)!

Le problème est qu’on nous forme mal et après lorsque vient le moment d’aller dans le monde du travail on se fait virer de bord parce qu’on a pas un niveau suffisant! Et je sais de quoi je parle puisque j’ai une amie RH. Et ce ne sont pas tous les parents qui peuvent payer des cours intensifs à leurs enfants! Comment font-ils ceux qui ne peuvent se le permettre? Encore une fois je vais devoir vous renvoyer aux théories bourdieussiennes (n’est-ce pas O’Hana ).

On veut protéger sa culture certes (et je n’ai pas fait des études de Français pour rien, c’est pour la défendre), mais jusqu’à maintenant ce n’est pas la culture qui paie mon loyer et mes factures. Donc je n’ai pas le choix de me tourner vers l’évidence économique tout en restant très consciente de ma culture et de tenter de la protéger et la préserver…

Dans un monde idéal le Québec et surtout Montréal se vivrait entièrement en français mais ce n’est pas le cas malheureusement! Je ne peux donc pas en vouloir aux gens ayant l’argent de vouloir envoyer leurs enfants dans des écoles bilingues… Il me semble que c’est un bon “compromis” entre l’évidence culturelle et économique

Mais si on veut éviter que les gens soient tentés d’envoyer leurs gamins dans une école anglophone il faudrait que le Ministère se réveille et dispense de VRAIS cours d’anglais où l’on apprendra vraiment la langue! Ils devraient se baser sur les méthodes du Cégep pour l’espagnol ou l’allemand, j’avais de bonnes notions dans ces deux langues après seulement deux semestres!

————————————-

Ecrit par: laurence 27-06 à 20:33

Bonjour,

Je trouve franchement choquant l’attitude du Cirque du Soleil, cette entreprise est supposée être un des fleurons de l’économie québécoise et elle n’en respecte même pas ses propres lois. Bel exemple. Vraiment désolant tout ce que tu racontes Dariane. Le problème avec la “police de la langue” comme l’office de la langue française, c’est qu’ils font ce qu’ils peuvent mais si les entreprises sont délinquantes, ils ne peuvent tout de même pas les fermer.

Pour ce qui est des cours d’anglais, pour moi ça été très bénéfique, j’avais des profs anglos. Peut-être que ton problèmes est avec l’anglais, puisque ça allait dans les autres langues !

————————————-

Ecrit par: O’Hana 27-06 à 21:00

QUOTE
Je ne trouve pas cela normal! On prend trop souvent pour acquis que les francos parlent forcément anglais alors que ce n’est pas vrai! Si au moins les cours au secondaire nous rendaient vraiment bilingues! Ou du moins hautement fonctionnel tant à l’oral qu’à l’écrit (la plus grosse lacune de l’enseignement que j’ai reçu)!

Ben justement … Si les canadiens-anglais prennent pour acquis que les québécois parlent forcément anglais alors que les cours d’anglais au secondaire ne font pas des tits québécois de vrais bilingues, le problème ne vient pas de l’école mais des canadiens-anglais, tsé veut dire

QUOTE
Comment font-ils ceux qui ne peuvent se le permettre? Encore une fois je vais devoir vous renvoyer aux théories bourdieussiennes (n’est-ce pas O’Hana  ).

C’est vicieux comme processus et il ne faudrait surtout pas l’officialiser : avec ce raisonnement, seules les familles les plus aisées pourront offrir de “meilleures armes” à leurs enfants. Déjà que le système éducatif en soi renforce les inégalités sociales (merci Bourdieu ), on renforce l’abscès au lieu de le crever une bonne fois pour toutes.

QUOTE
On veut protéger sa culture certes (et je n’ai pas fait des études de Français pour rien, c’est pour la défendre), mais jusqu’à maintenant ce n’est pas la culture qui paie mon loyer et mes factures. Donc je n’ai pas le choix de me tourner vers l’évidence économique tout en restant très consciente de ma culture et de tenter de la protéger et la préserver…

Ben là … c’est dans quelle catégorie qu’on pourrait classer les produits que vend ton employeur, tu sais, celui qui te permet de payer ton loyer et tes factures ?? (désolé, mais quand on me tend une perche moi je l’attrape petit naïf que je suis ). Je ne dis pas si tu travaillais chez Bombardier qui ne fait pas dans le culturel même si ce dernier est aussi un fleuron de l’économie québécoise.

Bon, je fais pas avancer le débat, désolé

FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/
  • Emeric Prevot

    Bonjour isseo17,
    Nous venons de planifier notre immigration avec mon employeur pour juillet 2018 (donc on a le temps) et j’ai 2 filles qui entrerons en 2nde pour la plus grande et en en 5ème pour la plus petite à la rentrée de septembre 2018 ?
    Que conseillez-vous :
    Système scolaire Québécois ou Français ?
    Si québécois, écoles privé ou public ?
    Merci à vous pour votre partage d’expérience et pour ce super forum !
    🙂
    Emeric

Haut

Bienvenue au Canada