Consultant indépendant: mode d'emploi pour un conseiller en entreprise - S'expatrier, travailler et étudier au Québec, Canada
Vous êtes ici
Accueil > FAQ > Créer son entreprise > Consultant indépendant: mode d’emploi pour un conseiller en entreprise

Consultant indépendant: mode d’emploi pour un conseiller en entreprise

Bonjour,

Je compte m’établir prochainement au Québec en y exerçant mon activité de conseil en entreprise.

Quelqu’un a-t-il déjà vécu ce type d’installation ?

Où peut-on trouver des informations ou un forum dédiè à ce type de problématique ?

——————————

Ecrit par : Zogu 23-08 à 15:00

Tu est consultant d’affaires (business consultant)? Peux-tu décrire le genre de mandats que tu remplis, ainsi que les services que tu as offerts? Aussi, as-tu l’habitude de faire partie d’une boîte de consultants, ou bien tu es à ton compte?
Ces renseignements pourront aider les forumistes à te diriger vers l’information la plus pertinente.

——————————

Ecrit par : steeve 23-08 à 16:47

clientéle : société de production de biens industriels situés dans des pays “low cost” (europe de l’est, inde, chine, …).
prestation : optimisation des flux de production, mise en place de processus d’amélioration continu, …
forme : indépendant sous contrat ponctuels ou sous contrat de type “régie”

Merci encore pour l’aide.

——————————

Ecrit par : O’Hana 23-08 à 20:18

Salut,

Je suis dans le conseil et à mon compte également mais dans un domaine différent (GRH) et à temps partiel seulement.

Si tu ne le connais pas, je te suggère de regarder du côté dewww.icriq.com/fr/index.html qui est une sorte de banque de données des entreprises industrielles québécoises avec des informations intéressantes comme la nature de l’activité de l’entreprise, les noms des dirigeants, etc.

Regarde également du côté des www.acldq.qc.ca/francais/acldq/miss… qui, dans chaque région, ont pour objectif de fournir un support aux entreprises et aux entrepreneurs. À cet effet, ils font régulièrement appel, selon les besoins organisationnels exprimés bien entendu, à des consultants dans diverses expertises.

Cherche aussi les ordres professionnels, les associations ou les www.comites-sectoriels.qc.ca/ qui peuvent exister dans ton domaine ou dans la région d’installation que tu vises. Ces entités organisent régulièrement des déjeuners-rencontres ou des soupers-conférences qui servent à se faire connaître, développer des contacts, etc.

Itou avec le www.mdeie.gouv.qc.ca/ (palier provincial) : je travaille régulièrement avec un de leurs conseillers, spécialisé en contrôle de gestion, qui fait appel à moi quand il y a un volet GRH dans son mandat.

Pour les firmes – au-delà des Big Five dans le domaine : KPMG, Arthur Andersen, PWHC, etc – ce n’est pas ce qui manque au Québec. Les Big Five se concentrent surtout sur Montréal et Québec bien entendu mais il y aussi les Deloitte & Touche par exemple. Et à côté une galaxie de petites firmes de conseil en tout genre de portée régionale. Et un univers de consultants travailleurs autonomes pigistes (comme moi ).

Si je me fie à ton domaine d’expertise, tu offres quelque chose de très intéressant pour ce que je connais du tissu industriel québécois. L’important c’est de te faire connaître, comme c’est le cas dans pratiquement n’importe quel secteur d’activité au Québec.

——————————

Ecrit par : steeve 24-08 à 16:12

Merci pour ces indications précieuses.

Mon activité est en fait exercée exclusivement à l’extérieur du Canada.

Quelques questions en vrac :
– les prélévements sur salaire sont-ils les mêmes pour les consultants indépendant que pour les employés ?
– quelle forme de structure juridique est la plus répandue pour ce type de business ?
– J’ai lu que les exportations de conseils sont exonérées de TVS/TVQ, ais-je bien lu ?

——————————

Ecrit par : Zogu 24-08 à 16:50

Pour les structures juridiques il y a le travail autonome (à ton nom propre), l’enregistrement et l’incorporation. Dans ton cas, il faudrait bien connaître ton secteur d’activités car il arrive qu’une entreprise exige que ses consultants et partenaires d’affaires soient incorporés, pour des raisons de responsabilité professionnelle. Sache toutefois que les assurances responsabilité civile et dommages peuvent coûter très cher.

Actuellement je suis consultant et ma femme est traductrice. Nous sommes copropriétaire de notre propre boîte, qui est enregistrée. Nous avons été obligés de prendre une assurance professionnelle qui couvre 1 million de dollars… elle nous coûte 100$ par mois. C’est cher, mais sans cette assurance nous pourrions perdre de gros contrats!

Note bien que la création d’une entreprise est très facile au Québec. Les étapes ne sont ni coûteuses ni compliquées.

——–

OUI les services rendus à des clients extra-territoriaux ne sont pas taxés.

Pour les services rendus à des clients canadiens, et si tu fais plus de 30 000$ ou dépendamment de ton statut juridique, tu devras prendre un numéro de TPS.

Dans tous les cas, il est possible de faire sa comptabilité soi-même mais je te conseille de trouver un bon comptable, qui connaîtra les lois et qui trouvera les meilleurs arrangement pour maximiser tes gains nets.

———

Au niveau des impôts, cela dépend de la forme juridique de l’entreprise et de certains choix quant à la structure d’imposition. Par exemple si tu es incorporé, tu devras payer de la RRQ… mais tu pourras peut-être bénéficier du calcul simplifié pour le remboursement de TPS. Si tu es travailleur autonome, tu peux soustraire certaines dépenses (frais de voiture, téléphone, resto, ordinateur) de tes revenus et ainsi réduire ton taux d’imposition. Encore une fois, la meilleure manière de s’en sortir c’est de parler à un comptable.

FAQ
La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!
http://www.immigrer.com/faq/

Laisser un commentaire

Haut

Bienvenue au Canada