Attachement des Québécois au Canada : seulement 29 % - Immigrer.com
mardi , 16 juillet 2024
Accueil FAQ Attachement des Québécois au Canada : seulement 29 %
FAQMentalités et société

Attachement des Québécois au Canada : seulement 29 %

0
0
(0)

Attachement des Québécois au Canada : 29 %, et les autres Canadiens

Ecrit par: laurence 12-03 à 12:33

Bonjour,

Dans la suite des messages sur le Québec versus le reste du Canada. Un nouveau sondage vient de faire un peu plus la lumière sur le sentiment des Québécois.
Vous comprendrez peut-être un peu mieux la complexité du cas du Québec au sein du CANADA.

QUOTE
12 mars 2005

Photo: archives La Presse

Parade de la Fête du Canada au centre-ville de Montréal

Seulement 29 % des Québécois francophones ont un très fort sentiment d’appartenance au Canada

Les commandites ont raté leur but

François Berger

La Presse

Le controversé programme fédéral de commandite, censé promouvoir l’image du Canada au Québec et qui a dégénéré en scandale politico-financier, a apparemment raté son but puisque seulement 29 % des Québécois francophones, cible principale du programme, se disent très attachés au Canada.

C’est deux fois moins que le reste de la population, selon une enquête de Statistique Canada.

L’agence fédérale des statistiques a posé la question du sentiment d’appartenance des citoyens pour la première fois en 2003, à la fin du programme fédéral créé par le gouvernement de Jean Chrétien pour augmenter sa visibilité au Québec, après la mince victoire du Non au référendum sur la souveraineté de 1995.

Entre 1997 et 2003, 250 millions de dollars ont été consacrés au programme, qui offrait des commandites aux organisateurs d’événements sportifs et culturels en échange de « visibilité ».

Peine perdue, semble-t-il. Les Québécois de langue française se sentent très peu Canadiens, contrairement aux anglophones ou aux allophones du Québec et des habitants des autres provinces, qui se sentent très Canadians.

Selon l’enquête, qui n’a pas été répétée depuis, le « sentiment d’appartenance » au Canada varie peu au pays, sauf au Québec, où il plonge littéralement chez les francophones. À 29 %, la « fierté » d’être Canadien en prend un coup, malgré les efforts promotionnels déployés par le gouvernement fédéral. Par contre, les deux tiers des anglophones et des allophones du Québec disent éprouver un « très fort sentiment d’appartenance » au Canada, la plus haute cote au pays.

À l’extérieur du Québec, le sentiment d’appartenance au Canada est d’environ 55 %, selon l’enquête de Statistique Canada publiée l’automne dernier mais passée inaperçue. Les allophones sont un peu moins attachés à cette identité que les autres citoyens, en particulier chez les immigrés récents. Chez les francophones habitant dans d’autres provinces que le Québec, l’attachement à l’identité canadienne est élevé (57 %).

Inversement, les Québécois de langue française sont les plus attachés à leur province: 38 % d’entre eux manifestent un « très fort » sentiment d’appartenance au Québec. Dans les autres régions du pays, 31 % des citoyens se disent fortement attachés à leur province de résidence. Les anglophones du Québec sont peu attachés à la province (25 %), mais les allophones le sont davantage (36 %).

Dans le dernier recensement canadien, en 2001, les habitants du Québec se sont particulièrement distingués en inscrivant sur les formulaires la mention « Québécois » à la question sur l’origine ethnique. Près de 100 000 l’ont fait.

Les autres « origines ethniques » de type provincial (Albertain, par exemple) n’ont totalisé que 4400 cas dans tout le pays.

L’échec apparent du programme des commandites montre qu’il était « illusoire et même naïf de croire que la distribution de drapeaux et de cravates allait modifier le sentiment d’appartenance des Québécois », a commenté le directeur du département de sociologie de l’Université de Montréal, M. Arnaud Sales, en prenant connaissance des résultats de l’enquête de Statistique Canada.

La société francophone du Québec a une « forte identité culturelle où la question de la langue est centrale et agit comme une barrière » face au reste du Canada, a dit M. Sales pour expliquer le très grand écart entre l’attachement au Canada des Québécois et celui des autres Canadiens.

Mais « une ambiguïté subsiste chez les Québécois francophones, qui veulent tout de même conserver une référence au Canada », ajoute M. Sales en notant que 40 % d’entre eux se disent bilingues.

SENTIMENT D’APPARTENANCE AU CANADA

Canada : 51,7 %

Terre-Neuve et Labrador : 51,5 %

Île-du-Prince-Édouard : 64,8 %

Nouvelle-Écosse : 60,8 %

Nouveau-Brunswick : 59,1 %

Québec : 34,8 %

– Francophones : 29,0 %

– Anglophones : 66,3 %

– Allophones : 60,8 %

Ontario : 58,1 %

Manitoba : 59,0 %

Saskatchewan : 59,0 %

Alberta : 57,3 %

Colombie-Britannique : 52,0 %

Francophones hors Québec : 57,1 %

Anglophones hors Québec : 58,2 %

Allophones hors Québec : 49,8 %

source :www.cyberpresse.ca/actualites/artic…,63,0,032005,953395.php

————————————-

Ecrit par: karimamrani2002 12-03 à 12:41

Merci pour ce message Laurence. Il y a surement une raison culturelle et linguisitique a ce sentiment d’appartenance. J’ai entendu dire que les quebecois paient deux impots ( le federal et le provincial). Est-ce vrai ?

Une question d’ordre personnel : j’ai recu une offre d’emploi de Calgary mais j’ai signe une promesse d’etablissement au Quebec. S’il s’agit d’une compagnie Candienne ai-je droit d’habiter Calgary ? Est-ce que je ne risque pas de perdre mes droit de residences ?

————————————-

Ecrit par: jimmy 12-03 à 12:50

Et je suis dans le 71%

————————————-

Ecrit par: freeman2000 12-03 à 12:58

Chère madame merci beaucoup pour ton message,vive le Québec et le Canada.

————————————-

Ecrit par: bahadyna 12-03 à 13:08

Bonjour Laurrence,
Une quéstion, J’attend votre réponse SVP.
À quoi servent ces statistiques, si on peut pas en deduire s’il y a une chance ou non de gagner un eventuel referundum sur la souverainté de Québec, puisque les québecois ne sont pas nécessairement francophone?

————————————-

Ecrit par: Monikebek 12-03 à 13:09

Tous les Canadiens paient au provincial (ou territorial, selon s’ils habitent dans une province ou un territoire)… mais si l’impôt fédéral est identique dans tout le Canada pour une même tranche d’imposition, l’impôt sur le revenu québécois est élevé par rapport à d’autres provinces comme notamment l’Alberta (ou le Yukon …).

Et ta promesse pour le Québec, tu n’es pas obligé de la tenir. Du temps de notre immigration (2000) cela n’existait même pas… Sauf que si tu ne tu n’entres pas par Montréal pour devenir un “immigrant reçu” pour valider ton CSQ, tu ne seras pas considéré de la même façon ultérieurement… notamment au niveau des tarifs universitaires par exemple. Si tu restes ailleurs au Canada, hors Québec, pendant plus de trois ans, pas de souci, tu peux venir t’y installer ensuite sans aucun problème. Et tu peux tout à fait faire ton immigration proprement dite à Montréal et monter deux heures plus tard dans un avion pour Calgary.
Ton visa est un visa de résidant CANADIEN… pas Québécois. Le Québec présélectionne ses candidats à l’immigration et les identifie en leur attribuant le CSQ, mais c’est le Canada qui a le dernier mot et qui émet le visa en question, pas le Québec. Tu ne perds aucun droit de résidence, cher ami.

D’ailleurs si Calgary ne m’a pas séduite, sa proximité des Rocheuses, elle l’a fait… Et si le Yukon n’avait pas été le finaliste dans notre quête, c’est dans ce coin-là que nous nous serions installés. A une heure de Calgary, tu es au paradis. Mais bon, chacun ses goûts

Amicalement
Monika

QUOTE(karimamrani2002 @ 12-03 à 12:41)
Merci pour ce message Laurence. Il y a surement une raison culturelle et linguisitique a ce sentiment d’appartenance. J’ai entendu dire que les quebecois paient deux impots ( le federal et le provincial). Est-ce vrai ?

Une question d’ordre personnel : j’ai recu une offre d’emploi de Calgary mais j’ai signe une promesse d’etablissement au Quebec. S’il s’agit d’une compagnie Candienne ai-je droit d’habiter Calgary ? Est-ce que je ne risque pas de perdre mes droit de residences ?

————————————-

Ecrit par: jimmy 12-03 à 13:55

QUOTE: Et ta promesse pour le Québec, tu n’es pas obligé de la tenir

Humm, belle mentalité.

————————————-

Ecrit par: Monikebek 12-03 à 14:25

Toute signature faite sous une contraite est invalide (si tu ne signes pas, pas de CSQ… mais on ne t’explique pas vraiment que tu n’as pas besoin de ce document pour vivre ailleurs au Canada ou d’abord aller au ROC pour se rendre au Québec plus tard). Bref, je n’avais pas ce papier à signer, et mon intention était de vivre au Québec, et je suis restée 4 ans au Québec et j’ai aimé y vivre. Seulement j’ai, non, NOUS avons trouvé autre chose qui nous correspond mieux, et comme nous sommes de ceux qui vivent leur rêve au lieu de rêver leur vie, nous l’avons fait.
Ce n’est pas une critique du Québec, en aucun cas. Je ne suis pas Française non plus comme vous le savez de toute façon.
Je ne renie pas le Québec, je n’aime pas avoir laissé derrière moi les gens de notre entourage, et si j’avais pu vivre en Estrie comme je peux le faire ici au Yukon, je serais restée, même loin des Rocheuses.
Et Jimmy, moi j’aime vivre dans un trou et ce n’est pas forcément négatif, certainement pas à mes yeux. Sauf qu’il ne faut pas se fermer les yeux sur le reste du monde.
Mais c’est là l’objet d’un autre fil et débat, et je vais m’arrêter là.

————————————-

Ecrit par: jimmy 12-03 à 15:36

Bonjour Monikebek,

Le problême avec ca c’est que le Québec, après de difficiles négotiations avec le reste du Canada a obtenu (dans les années 70, l’entente Collin-Couture) le droit de choisir la moitié de ses immigrants. Évidemment le Québec voulait obtenir ce droit pour favoriser l’immigration francophone. Quand on dit francophone, on veut dire d’absolument n’importe ou dans le monde, y compris l’Allemagne, d’abord que les gens parlent le francais et on espère qu’ils vivront au Québec en francais.

Bon ceci dit c’est un pays libre ici. Vous pouvez en effet très bien “rentrer” au Canada par le Québec et ensuite aller vivre dans d’autres province si le Québec ne vous convient pas. De toute facon il est préférable que vous alliez vivre dans d’autres provinces plutôt que rester au Québec et être amer. (et devenir un MF par exemple).

Le point que je voulais simplement signaler, c’est ce que ce faisant, vous prenez la place d’un immigrant qui lui aurait peut-être aimé vivre en francais au Québec.
Il aurait donc mieux valu entrer au Canada par…le Canada et ne pas utiliser ce qui est déja un petit nombre d’immigrants qui nous sont si généreusement accordé par le magnifique Canada.

Donc je trouve un peu dur de dire que l’on peut renier sa promesse sans aucun petit ou minuscule remord.

————————————-

Ecrit par: Guillounette 12-03 à 19:15

Merci Laurence, ça permet de comprendre un peu mieux que contrairement aux autres provinces il y a une véritable identité québecoise.
On est québecois avant d’etre canadien, alors qu’on est canadien meme si on vit en Ontario (d’ailleurs je ne crois pas que “je suis Ontarien” veuille dire quoique ce soit )

Enfin … ça fait partie des sujets sensibles …

————————————-

Ecrit par: JayJay 12-03 à 21:04

QUOTE
On est québecois avant d’etre canadien, alors qu’on est canadien meme si on vit en Ontario (d’ailleurs je ne crois pas que “je suis Ontarien” veuille dire quoique ce soit

Pourtant le sentiment d’identité d’un Canadien de l’Ouest n’est pas du tout comme celui de l’Ontarien. Bien des Canadiens de l’Ouest se sentent “aliénés” du gouvernement central, et il y a une certaine forme de nationalisme “de l’Ouest”. Ils ont l’impression qu’Ottawa “vole” leur argent et que le gouvernement central (PAS le Québec) est la source de tous leurs maux. Vous seriez surpris d’entendre certains discours nationalistes de l’Ouest. Je vais sûrement en reparler un jour dans une chronique, car cette question m’intéresse depuis un bon moment. J’ai souvent l’impression que les Ontariens se sont appropriés l’appellation de “canadiens”, aux dépens des autres qui auraient peut-être bien voulu, mais qui ne sentaient pas issus de la même racine. L’autre conception erronée est que les Canadiens-anglais sont des Américains; dites ça à un Canadien et vous risquez de vous retrouver dans le lac Ontario à nager avec les moules zébrées.

————————————-

Ecrit par: jimmy 12-03 à 21:26

QUOTE
L’autre conception erronée est que les Canadiens-anglais sont des Américains; dites ça à un Canadien et vous risquez de vous retrouver dans le lac Ontario à nager avec les moules zébrées.

C’est tout a fait vrai que les Canadiens anglais considère comme une insulte de se faire dire qu’ils sont américains.

Et pourtant, ils ne regardent QUE la télé américaine. 9 émissions sur les 10 plus populaire au Canada anglais sont américaines. Au québec c’est le contraire, 9 émissions sur 10 sont Québécoise…et ne me dites pas que au Québec c’est a cause de la langue puisque les émissions américaines sont traduites en francais. Ce n’est donc pas une question de langue, c’est que les Québécois ne s’indentifie pas aux valeurs véhiculés par la télé américaine, alors que les Canadiens anglais eux, en sont friands.
C’est la même chose pour le cinéma. Le cinéma Canadien anglais n’est vu par a peu près personne dans le ROC. Par contre le cinéma américain est florissant.
Il n’y a pas de “star système” dans le ROC. Un artiste Canadien anglais pour être reconnu par ses pairs doit absolument être populaire aux États Unis, sinon c’est un “nobody”.
La publicité a la télé, au cinéma et dans les abribus du Canada anglais sont les même pub qu’aux états-unis. Au Québec, il est prouvé qu’un produit se vend mieux si la pub est faite et concu au Québec par des Québécois. Ce qui veut dire que les sensibilités, les émotions, la partie gauche du cerveau (celle du coeur) ne fonctionnent pas de la même facon qu’aux États-Unis. Alors qu’au Canada anglais , ils répondent aux même stimulis que les américains.

Enfin, je pourrais continuer longtemps comme ca. Les exemples sociologiques sont multiples.
Une des choses les plus drôles lorsqu’on intérroge les Canadiens anglais sur ce qui les différencient des américains, c’est que leur réponse est invariablement ceci: le système de santé et le bilinguisme.
Ce qui est drôle la dedans, c’est que la grande majorité des Canadiens anglais qui répondent ca, ne disent pas un mot de francais.

————————————-

Ecrit par: JayJay 12-03 à 21:39

Je suis d’accord avec toi Jimmy sur le plan de la culture de masse, mais ce n’est pas que la culture de masse qui distingue un peuple d’un autre. Il y a d’autres notions à envisager aussi, qu’on mésestime en général, mais je me tais car c’est le but d’une prochaine chronique et je ne veux pas tout révéler mes scoops tout de suite.

————————————-

Ecrit par: jimmy 12-03 à 22:31

Oui on veut les scoops, on veut les scoops

————————————-

Ecrit par: JayJay 12-03 à 23:01

Ouais bon, pas trop d’attentes irréalistes, non plus! On parle quand même du Canada anglais, là! C’t’une joooooke.

————————————-

Ecrit par: zohra-terry 13-03 à 4:25

ça a l’air assez compliqué à cerner cette histoire d’attachement au pays…personnellement, je n’envisage pas le québec sans le canada…mais n’étant ni l’une ni l’autre,ma vision reste superficielle.
cependant, quand j’ai connu mon fiancé, il a parlé des ses origines, en disant je suis canadien (il est québécois) et il ne semble pas du tout focalisé sur son seul attachement au québec…il doit faire partie de ses 29 %

————————————-

Ecrit par: Opal 13-03 à 5:00

Trés interressant et trés instructif

Cependant, j’ai une petite question: même en tant qu’immigrés francophones établis au Québec, on peut ne pas se sentir pris ou de prime abord concerné par cette distinction qui vous vient des tripes et qui visiblement ne peut bien se comprendre qu’à travers l’héritage et une lecture historique qu Québec. Donc ma question est : est-on ‘obligé’ en tant qu’immigré de faire partie des 71% (du moins en apparence, ce qui ne m’intéresse pas) pour bien réussir son intégration parmi les Québecois?

Ou alors, comprennent-ils (allo Jimmy? ) que n’étant pas imprégnés de ce vécu socio-culturel, le nouvel immigré considère qu’il a immigré au Canada et vit en Français au Québec? Avec le temps, sa perspective changera peut-être ou peut-être pas…

Personnellement, je pense que l’on peut émigrer au Québec, y vivre en français et en anglais, puisque le bilinguisme y est un fait, se sentir résident Canadien, sans pour autant devoir subir les foudres des 71%, n’est-ce pas?

————————————-

Ecrit par: JayJay 13-03 à 9:13

QUOTE
je pense que l’on peut émigrer au Québec, y vivre en français et en anglais, puisque le bilinguisme y est un fait

Bon… je pense qu’il y a un ti-problème de compréhension, là, qui explique certaines déceptions… Effectivement, ça peut sembler paradoxal, on demande souvent le bilinguisme dans certains emplois. Parfois il s’agit d’un simple bilinguisme fonctionnel. Mais la province n’est pas “bilingue”. Les services gouvernementaux peuvent être obtenus en anglais, mais il s’agit simplement d’une mesure pour accommoder les anglophones déjà présents au Québec. Officiellement, ce n’est PAS une province bilingue.

————————————-

Ecrit par: Petit-Prince 13-03 à 10:28

LRQ, chapitre C-11
“Charte de la langue française”

Art. 1
Le français est la langue officielle du Québec

Voilà la “cause” de 350 ans de mécontentement, de chicanes, d’émeutes même…

Bref, si Jacques Cartier s’était appelé Jack Carter, s’il avait précédé des meutes d’immigrants Britanniques, le problème ne se poserait pas… sauf qu’il s’agissait d’un Français, de l’installation de tout un peuple originaire de France en Amérique et qu’entre mourir dans l’oubli et exister à travers une culture, ces gens-là ont choisi de défendre leur spécificité.

Les Québécois apportent une différence insolante dans cette Amérique de Nord si influencée par l’Oncle Sam. Le jour où le Québec n’existera plus en tant que tel, sur quoi les Canadiens baseront leurs différences ?

Le Québec a tout intérêt à exister par lui-même, et non pas à travers des individus qui considère le “fait français”, comme un pis-aller avec lequel ils sont “pognés” depuis 1760 !

————————————-

Ecrit par: vanille79 13-03 à 11:31

QUOTE(jimmy @ 12-03 à 21:36)
Bon ceci dit c’est un pays libre ici. Vous pouvez en effet très bien “rentrer” au Canada par le Québec et ensuite aller vivre dans d’autres province si le Québec ne vous convient pas. De toute facon il est préférable que vous alliez vivre dans d’autres provinces plutôt que rester au Québec et être amer. (et devenir un MF par exemple).
Le point que je voulais simplement signaler, c’est ce que ce faisant, vous prenez la place d’un immigrant qui lui aurait peut-être aimé vivre en francais au Québec.
Il aurait donc mieux valu entrer au Canada par…le Canada et ne pas utiliser ce qui est déja un petit nombre d’immigrants qui nous sont si généreusement accordé par le magnifique Canada.
Donc je trouve un peu dur de dire que l’on peut renier sa promesse sans aucun petit ou minuscule remord.

Mais d’un autre côté si des immigrants francophones décident d’aller s’installer ailleurs qu’au Québec, par exemple, dans mon cas je vais m’installer à Ottawa alors que je suis passée par le Québec par facilité, et bien cela permet aussi de rendre les autres provinces plus francophones et ça c’est aussi bien pour la “survie ” de la langue française…
Mon copain est canadien anglophone et je vais vivre en Ontario mais je n’ai pas l’intention pour autant de perdre mon identité francophone et surtout je veux que mes enfants me parlent en Français et qu’ils aillent à l’école en français…Comme ça se seront de vrais petits Canadiens bilingues…

————————————-

Ecrit par: Guillounette 13-03 à 13:04

Ce qui me fait penser qu’il y a aussi une véritable identité des gens de Terre Neuve !!!

Hier soir je suis allé à un concert d’un groupe de la bas (super concert d’ailleurs !)

Donc la majorité des gens présents venaient de Terre Neuve et c’était marrant de les voir chanter en coeur, de voir des personnes de tous les ages faire la fete ensemble.

C’était marrant aussi de voir que les filles boivent des pintes et qu’elles ont du mal à marcher après … Meme vu une dame d’un certain age qui s’est endormie sur sa chaise (après avoir beeeeaaaauuuucoup bu et beeeeeaaauuuucoup dansé)

Enfin, du peu que j’ai pu comprendre de ce que disait le chanteur (ils ont quand meme un sacré accent), ils sont très fier de leur ile et trinquent toutes les 2 secondes (d’ailleurs j’ai toujours pas compris ce qu’ils disaient … ” One, Two, Three ..?????…)

————————————-

Ecrit par: Petit-Prince 13-03 à 13:07

Oui, et dans le cas de Terre-Neuve, le vote pour le rattachement au Canada a été TRÈS serré ! Il me semble (qu’on me corrige si je me trompe) qu’ils ont même dû faire deux référendum pour que cette île rejoigne la fédération canadienne.

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 0 / 5. nombres de votes: 0

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Écrit par
FAQ

La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!

Leave a comment

Centre Éducatif

Publicité

Les plus lus récemment

Publicité

Abonnez-vous à notre Newsletter

S’abonner

Publicité

Les plus commentés récemment

Derniers commentaires

Discussions en cours

Articles similaires

Document officiel : Équivalence des diplômes France Québec

4.9 (3209) Tableau comparatif études France – Québec Équivalence des diplômes entre...

Devenir policier au Canada, comment faire ?

4.7 (23) Bonjour, Actuellement je suis en France et je suis gendarme...

Amener ses lapins nains au Canada

5 (2) Voici un guide simplifié pour emmener des lapins au Canada...

Se mettre en “Neutre” à l’arrêt avec une voiture à boîte automatique

0 (0) J’ai acheté une voiture automatique et je me posais la...

>
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com