6 mois plus tard… - Immigrer.com
mercredi , 22 mai 2024
Études universitairesFAQ

6 mois plus tard…

0
0
(0)

De MyloSae

Allo les gens !

 

À mon tour de poster un premier bilan. Ok 6 mois c’est court, en effet, mais quand même, j’ai déjà noté quelques changements dans ma vie, qui s’ancrent de plus en plus dans ma façon d’être et d’appréhender le monde qui m’entoure. Donc je me lance :innocent:

 

Je suis donc partie de ma Franche Comté natale il y a 6 mois maintenant, où j’avais préparé mon départ depuis chez mes parents, une fois la belle ville de Lyon quittée (non pas sans un peu de tristesse, mais sans aucun regret :tongue:). Comme tout immigrant qui se respecte, j’ai dis au revoir à ma famille, mes amis, mon travail et mes repères pour rejoindre amour de canadien qui m’attendait depuis un bout sous la neige qui tombait de plus en plus. Le 8 décembre, décollage depuis Genève et arrivée à Montréal, avec mon manteau d’hiver, mes gants, ma tuque toute neuve et mon Permis d’Etude sous le bras. Je vous passe les détails du bureau de l’immigration, d’où je suis ressortie vivante et avec le grand sourire de celle qui réalise que : ca y est, j’y suis ! :yahoo:

 

Le premier mois fût le plus facile, celui de la (re)découverte : on fait le tour de Sherbrooke (où je vis présentement), on meuble le nouvel appartement, on fait des papiers adminstratifs (parce que, hé, des fois que ça nous manquerait (ou pas)), et on file chez la belle famille en Abitibi. 8 heures de paysages enneigés qui défilent sous mes gros yeux ecarquillés de petite française : l’estrie, les laurentides, puis le grand nord et son froid (bon les -30/40 ne m’étaient pas inconnus donc je reconnais que, pour ma part, ca n’a pas été le point le plus dépaysant pour moi ^^). Et là les vacances commencent : ski doo, noël au canada avec vue sur le lac gelé, balades dans la neige, bonnes bières de microbrasserie, steak d’orignal chassé par beau papa et cuisiné divinement par belle maman, et j’en passe ! Magnifique ! L’Abitibi est, à date, un de mes coins préférés ! (que j’ai pu visiter aussi à l’automne avec autant de ravissement).

 

Puis, la date de la rentrée approche et avec elle l’angoisse de la reprise des cours niveau 1 (traduire : première année de bac (malgré ma licence, dans le même domaine, acquise en France + 1 an de maitrise avec mention *tristesse un peu*) et surtout après 2 ans de petits boulots à Lyon, pas facile de retrouver les bancs de l’école.

Finalement tout se passe bien, j’ai même pu voir ma première année de bac se transformer en  année propédeutique niveau maitrise en l’espace d’une semaine grâce à un prof génial et hyper réactif.

À ce propos : première grosse différence par rapport au système francais : les profs répondent TOUJOURS à mes courriels (même en plein milieu de la nuit parfois !) et surtout, RAPIDEMENT. Je suis soufflée. Par contre, le rythme devient plus ardue. Je dois déjà comprendre le système de notation. Pour réussir ma propédeutique, il me faut une moyenne de 3 / 4.3 soit une moyenne de B. késako ? Détail reglé rapidement grâce à l’internet (en gros environ 14 – 15 /20). Beaucoup de travail à la maison, beaucoup de plus de livres à lire aussi mais au moins, on est en plein dedans, j’ai l’impression d’etre dans une école privée française parfois, plutôt qu’une université, tant le niveau de travail et d’exigence et différent. Je suis soufflée par la qualité des professeurs qui encouragent et poussent à la réussite. Finalement, après beaucoup de stress, de fatigue et de travaux rendus, j’ai réussi ma première session (en plus j’ai eu la bonne idée de prendre 6 cours alors que je pouvais en prendre seulement 5, et 5 de plus à l’automne (il faut 10 cours pour une année) #pourquoifairesimplequandonpeutfairecompliquerlolol, mais bon au moins septembre sera plus tranquille et je pourrai avoir un petit boulot en ayant quand meme du temps pour moi aussi, voix de publicité nulle* : et ca, ca fait plaisir !).

 

Pour le reste de la vie de tous les jours, je me faisais une montagne pour pas grand chose sur bien des sujets. J’ai appris à me calmer peu à peu, mais clairement, les premiers temps étaient un peu déroutants, je ne sais toujours pas vraiment à quoi cela est dû, mais bon. Je me sentais un peu bête/épaisse lors de mes premiers achats avec mes dollars que je ne reconnaissais pas vraiment (les castors, les orignaux, les canards et les ours sont aujourd’hui mes amis :tongue:). Faire l’épicerie n’a plus de secret pour moi et je sais quoi trouver dans les pharmacies 🙂 Je goûte un peu à tout et j’ai découvert un péché mignon pour le Beef Jerky. Aussi, arrêter de fumer c’est avéré bien plus facile qu’en France : moins de fumeurs, les cigarettes ne sont pas en évidence dans les dépanneurs et il y a beaucoup trop de zones non fumeurs pour que  fumer reste une habitude, en tout cas pour moi (et en plus mon appartement aussi et non fumeur donc bon).

 

L’administration lente est par contre un fléau international, 4 mois et demi pour recevoir ma carte d’assurance maladie, à raison d’un coup de téléphone à la RAMQ une à deux fois par semaine… Mais bon une fois en main la vie devient plus simple :tongue:

 

Au jour d’aujourd’hui je prépare mon déménagement avec chérichou dans un très joli 4 1/2 à un prix, comme presque tous les appartement de Sherbrooke, défiant toute concurence française. Je vais vivre la grande semaine des déménagements québécois au coeur de l’action ! Je sais pas vraiment si j’ai hâte ou peur du bordel que ca va être (s’scusez ma familiarité).

Ah oui et je reviens d’un passage de 2 semaines en France pour voir un peu la famille !  Bon même si j’étais contente de retrouver les bonnes bouteilles de vin pas chères, le fromage qui pue et mes montagnes, je ne regrette en aucun cas mon expatriation et j’espère de tout mon coeur que mes études se passeront bien pour que je puisse rester ici le plus longtemps possible !

 

Bien sûr la famille et les amis me manquent terriblement, mais bon skype est une invention fabuleuse qui aide beaucoup 🙂

Ce que je retiens pour l’instant, c’est ma petite fierté d’avoir réussi brillamment ma première session (pourvu que ca dure) et que j’arrive de nouveau à voir de opportunités de vie que je n’imaginais plus possibles à Lyon : devenir enseignante, avoir une jolie maison, un bon cadre de vie avec des enfants (tout ca dans quelques années, entendons-nous), voyager etc etc.

 

J’espère garder ce cap et avoir un bilan l’an prochain riche et toujours aussi enthousiaste. Quoiqu’il en soit, cette décision a définitivement changé ma vie et la change encore un peu plus de jour en jour. J’ai l’impression que tout peut s’offrir à moi pour peu que je m’en donne les moyens. Bref, j’arrive à dire pour la première fois depuis un bon moment : Je suis heureuse !

———
De Ivy Bijou

C’est rafraichissant tout ça. Bonne continuation!

———
De MyloSae

merci ! 🙂

———
De Cherrybee

Allo les gens !

 

À mon tour de poster un premier bilan. Ok 6 mois c’est court, en effet, mais quand même, j’ai déjà noté quelques changements dans ma vie, qui s’ancrent de plus en plus dans ma façon d’être et d’appréhender le monde qui m’entoure. Donc je me lance :innocent:

 

Je suis donc partie de ma Franche Comté natale il y a 6 mois maintenant, où j’avais préparé mon départ depuis chez mes parents, une fois la belle ville de Lyon quittée (non pas sans un peu de tristesse, mais sans aucun regret :tongue:). Comme tout immigrant qui se respecte, j’ai dis au revoir à ma famille, mes amis, mon travail et mes repères pour rejoindre amour de canadien qui m’attendait depuis un bout sous la neige qui tombait de plus en plus. Le 8 décembre, décollage depuis Genève et arrivée à Montréal, avec mon manteau d’hiver, mes gants, ma tuque toute neuve et mon Permis d’Etude sous le bras. Je vous passe les détails du bureau de l’immigration, d’où je suis ressortie vivante et avec le grand sourire de celle qui réalise que : ca y est, j’y suis ! :yahoo:

 

Le premier mois fût le plus facile, celui de la (re)découverte : on fait le tour de Sherbrooke (où je vis présentement), on meuble le nouvel appartement, on fait des papiers adminstratifs (parce que, hé, des fois que ça nous manquerait (ou pas)), et on file chez la belle famille en Abitibi. 8 heures de paysages enneigés qui défilent sous mes gros yeux ecarquillés de petite française : l’estrie, les laurentides, puis le grand nord et son froid (bon les -30/40 ne m’étaient pas inconnus donc je reconnais que, pour ma part, ca n’a pas été le point le plus dépaysant pour moi ^^). Et là les vacances commencent : ski doo, noël au canada avec vue sur le lac gelé, balades dans la neige, bonnes bières de microbrasserie, steak d’orignal chassé par beau papa et cuisiné divinement par belle maman, et j’en passe ! Magnifique ! L’Abitibi est, à date, un de mes coins préférés ! (que j’ai pu visiter aussi à l’automne avec autant de ravissement).

 

Puis, la date de la rentrée approche et avec elle l’angoisse de la reprise des cours niveau 1 (traduire : première année de bac (malgré ma licence, dans le même domaine, acquise en France + 1 an de maitrise avec mention *tristesse un peu*) et surtout après 2 ans de petits boulots à Lyon, pas facile de retrouver les bancs de l’école.

Finalement tout se passe bien, j’ai même pu voir ma première année de bac se transformer en  année propédeutique niveau maitrise en l’espace d’une semaine grâce à un prof génial et hyper réactif.

À ce propos : première grosse différence par rapport au système francais : les profs répondent TOUJOURS à mes courriels (même en plein milieu de la nuit parfois !) et surtout, RAPIDEMENT. Je suis soufflée. Par contre, le rythme devient plus ardue. Je dois déjà comprendre le système de notation. Pour réussir ma propédeutique, il me faut une moyenne de 3 / 4.3 soit une moyenne de B. késako ? Détail reglé rapidement grâce à l’internet (en gros environ 14 – 15 /20). Beaucoup de travail à la maison, beaucoup de plus de livres à lire aussi mais au moins, on est en plein dedans, j’ai l’impression d’etre dans une école privée française parfois, plutôt qu’une université, tant le niveau de travail et d’exigence et différent. Je suis soufflée par la qualité des professeurs qui encouragent et poussent à la réussite. Finalement, après beaucoup de stress, de fatigue et de travaux rendus, j’ai réussi ma première session (en plus j’ai eu la bonne idée de prendre 6 cours alors que je pouvais en prendre seulement 5, et 5 de plus à l’automne (il faut 10 cours pour une année) #pourquoifairesimplequandonpeutfairecompliquerlolol, mais bon au moins septembre sera plus tranquille et je pourrai avoir un petit boulot en ayant quand meme du temps pour moi aussi, voix de publicité nulle* : et ca, ca fait plaisir !).

 

Pour le reste de la vie de tous les jours, je me faisais une montagne pour pas grand chose sur bien des sujets. J’ai appris à me calmer peu à peu, mais clairement, les premiers temps étaient un peu déroutants, je ne sais toujours pas vraiment à quoi cela est dû, mais bon. Je me sentais un peu bête/épaisse lors de mes premiers achats avec mes dollars que je ne reconnaissais pas vraiment (les castors, les orignaux, les canards et les ours sont aujourd’hui mes amis :tongue:). Faire l’épicerie n’a plus de secret pour moi et je sais quoi trouver dans les pharmacies 🙂 Je goûte un peu à tout et j’ai découvert un péché mignon pour le Beef Jerky. Aussi, arrêter de fumer c’est avéré bien plus facile qu’en France : moins de fumeurs, les cigarettes ne sont pas en évidence dans les dépanneurs et il y a beaucoup trop de zones non fumeurs pour que  fumer reste une habitude, en tout cas pour moi (et en plus mon appartement aussi et non fumeur donc bon).

 

L’administration lente est par contre un fléau international, 4 mois et demi pour recevoir ma carte d’assurance maladie, à raison d’un coup de téléphone à la RAMQ une à deux fois par semaine… Mais bon une fois en main la vie devient plus simple :tongue:

 

Au jour d’aujourd’hui je prépare mon déménagement avec chérichou dans un très joli 4 1/2 à un prix, comme presque tous les appartement de Sherbrooke, défiant toute concurence française. Je vais vivre la grande semaine des déménagements québécois au coeur de l’action ! Je sais pas vraiment si j’ai hâte ou peur du bordel que ca va être (s’scusez ma familiarité).

Ah oui et je reviens d’un passage de 2 semaines en France pour voir un peu la famille !  Bon même si j’étais contente de retrouver les bonnes bouteilles de vin pas chères, le fromage qui pue et mes montagnes, je ne regrette en aucun cas mon expatriation et j’espère de tout mon coeur que mes études se passeront bien pour que je puisse rester ici le plus longtemps possible !

 

Bien sûr la famille et les amis me manquent terriblement, mais bon skype est une invention fabuleuse qui aide beaucoup 🙂

Ce que je retiens pour l’instant, c’est ma petite fierté d’avoir réussi brillamment ma première session (pourvu que ca dure) et que j’arrive de nouveau à voir de opportunités de vie que je n’imaginais plus possibles à Lyon : devenir enseignante, avoir une jolie maison, un bon cadre de vie avec des enfants (tout ca dans quelques années, entendons-nous), voyager etc etc.

 

J’espère garder ce cap et avoir un bilan l’an prochain riche et toujours aussi enthousiaste. Quoiqu’il en soit, cette décision a définitivement changé ma vie et la change encore un peu plus de jour en jour. J’ai l’impression que tout peut s’offrir à moi pour peu que je m’en donne les moyens. Bref, j’arrive à dire pour la première fois depuis un bon moment : Je suis heureuse !

 

J’ai l’impression de lire mon bilan.  :smile:    Félicitations ! Et plein de bonheur !

———
De Shore

Bonne suite des choses, et vive les régions et la campagne comme dit mon copain Gaston :biggrin2: .

« Je pense que les villes ne sont pas faites pour les humains! » affirme Gaston, conscient de l’énormité de ses propos. Loin de vouloir les amoindrir, il en remet une couche en ajoutant, sourire moqueur en coin, que « c’est correct que les villes existent, parce que ça débarrasse la campagne ».

http://www.laterre.ca/decouvertes/la-campagne-vu-par/le-besoin-visceral-de-grands-espaces-de-gaston-lepage.php

Bonne journée

———
De Jusqu_ici_tout_va_bien

une fois la belle ville de Lyon quittée (non pas sans un peu de tristesse, mais sans aucun regret :tongue:).

 Le 8 décembre, décollage

 

Ah non ! Le départ le 8 décembre, ça c’est criminel, même pour une lyonnaise d’adoption 🙂

———
De MyloSae

je saiiiis !! je crois qu’en fait c’est mon seul regret de les avoir loupées cette années 🙁 Des amis m’ont envoyés des photos pour compenser, c’est mieux que rien :p

———
De passager 777

Allo les gens !

 

À mon tour de poster un premier bilan. Ok 6 mois c’est court, en effet, mais quand même, j’ai déjà noté quelques changements dans ma vie, qui s’ancrent de plus en plus dans ma façon d’être et d’appréhender le monde qui m’entoure. Donc je me lance :innocent:

 

 

Merci pour votre récit…..

———
De Leonard

J’adore ton récit. Il est honnête et ça fait du bien de lire ce genre de message.

Ca donne envie d’y croire une fois arrivé sur place….même si l’énergie, l’envie et l’impatience se mélangent avant le grand départ, il y a toujours un peu de stress quand on part avec deux enfant (5 ans et 1an 1/2  :biggrin2: )

mais quand je te lis, je vois ce cadre de vie que l’on cherche dans ce projet …. et c’est agréable.

on aura nos coups durs comme nos moments d’euphorie (non non, on est pas bipolaires  :Crylol: ) mais il en reste que l’expérience (et quoi qu’il arrive) en sera plus belle.

Merci à toi et bonne continuation dans cette nouvelle VIE !!!!!!!

Belle soirée !

———
De MyloSae

merci c’est gentil comme tout 🙂 bien sur que les coups de blues arrivent, les premiers temps j’ai eu quelques soirs difficiles : toute seule loin de mes proches… le moment du coucher n’est pas evident et j’avoue avoir eu quelques larmes, mais le lendemain ca va mieux et je pense que j’aurais eu ces larmes en France aussi si je n’avais pas pu partir donc au final rien de bien grave. Et puis bon comme je le disais, avec Skype la distance se gère plus facilement aussi. C’est vraiment une expérience que je ne regrette pas de faire 🙂

———
De piwi

Allo les gens !

 

À mon tour de poster un premier bilan. Ok 6 mois c’est court, en effet, mais quand même, j’ai déjà noté quelques changements dans ma vie, qui s’ancrent de plus en plus dans ma façon d’être et d’appréhender le monde qui m’entoure. Donc je me lance :innocent:

 

Je suis donc partie de ma Franche Comté natale il y a 6 mois maintenant, où j’avais préparé mon départ depuis chez mes parents, une fois la belle ville de Lyon quittée (non pas sans un peu de tristesse, mais sans aucun regret :tongue:). Comme tout immigrant qui se respecte, j’ai dis au revoir à ma famille, mes amis, mon travail et mes repères pour rejoindre amour de canadien qui m’attendait depuis un bout sous la neige qui tombait de plus en plus. Le 8 décembre, décollage depuis Genève et arrivée à Montréal, avec mon manteau d’hiver, mes gants, ma tuque toute neuve et mon Permis d’Etude sous le bras. Je vous passe les détails du bureau de l’immigration, d’où je suis ressortie vivante et avec le grand sourire de celle qui réalise que : ca y est, j’y suis ! :yahoo:

 

Le premier mois fût le plus facile, celui de la (re)découverte : on fait le tour de Sherbrooke (où je vis présentement), on meuble le nouvel appartement, on fait des papiers adminstratifs (parce que, hé, des fois que ça nous manquerait (ou pas)), et on file chez la belle famille en Abitibi. 8 heures de paysages enneigés qui défilent sous mes gros yeux ecarquillés de petite française : l’estrie, les laurentides, puis le grand nord et son froid (bon les -30/40 ne m’étaient pas inconnus donc je reconnais que, pour ma part, ca n’a pas été le point le plus dépaysant pour moi ^^). Et là les vacances commencent : ski doo, noël au canada avec vue sur le lac gelé, balades dans la neige, bonnes bières de microbrasserie, steak d’orignal chassé par beau papa et cuisiné divinement par belle maman, et j’en passe ! Magnifique ! L’Abitibi est, à date, un de mes coins préférés ! (que j’ai pu visiter aussi à l’automne avec autant de ravissement).

 

Puis, la date de la rentrée approche et avec elle l’angoisse de la reprise des cours niveau 1 (traduire : première année de bac (malgré ma licence, dans le même domaine, acquise en France + 1 an de maitrise avec mention *tristesse un peu*) et surtout après 2 ans de petits boulots à Lyon, pas facile de retrouver les bancs de l’école.

Finalement tout se passe bien, j’ai même pu voir ma première année de bac se transformer en  année propédeutique niveau maitrise en l’espace d’une semaine grâce à un prof génial et hyper réactif.

À ce propos : première grosse différence par rapport au système francais : les profs répondent TOUJOURS à mes courriels (même en plein milieu de la nuit parfois !) et surtout, RAPIDEMENT. Je suis soufflée. Par contre, le rythme devient plus ardue. Je dois déjà comprendre le système de notation. Pour réussir ma propédeutique, il me faut une moyenne de 3 / 4.3 soit une moyenne de B. késako ? Détail reglé rapidement grâce à l’internet (en gros environ 14 – 15 /20). Beaucoup de travail à la maison, beaucoup de plus de livres à lire aussi mais au moins, on est en plein dedans, j’ai l’impression d’etre dans une école privée française parfois, plutôt qu’une université, tant le niveau de travail et d’exigence et différent. Je suis soufflée par la qualité des professeurs qui encouragent et poussent à la réussite. Finalement, après beaucoup de stress, de fatigue et de travaux rendus, j’ai réussi ma première session (en plus j’ai eu la bonne idée de prendre 6 cours alors que je pouvais en prendre seulement 5, et 5 de plus à l’automne (il faut 10 cours pour une année) #pourquoifairesimplequandonpeutfairecompliquerlolol, mais bon au moins septembre sera plus tranquille et je pourrai avoir un petit boulot en ayant quand meme du temps pour moi aussi, voix de publicité nulle* : et ca, ca fait plaisir !).

 

Pour le reste de la vie de tous les jours, je me faisais une montagne pour pas grand chose sur bien des sujets. J’ai appris à me calmer peu à peu, mais clairement, les premiers temps étaient un peu déroutants, je ne sais toujours pas vraiment à quoi cela est dû, mais bon. Je me sentais un peu bête/épaisse lors de mes premiers achats avec mes dollars que je ne reconnaissais pas vraiment (les castors, les orignaux, les canards et les ours sont aujourd’hui mes amis :tongue:). Faire l’épicerie n’a plus de secret pour moi et je sais quoi trouver dans les pharmacies 🙂 Je goûte un peu à tout et j’ai découvert un péché mignon pour le Beef Jerky. Aussi, arrêter de fumer c’est avéré bien plus facile qu’en France : moins de fumeurs, les cigarettes ne sont pas en évidence dans les dépanneurs et il y a beaucoup trop de zones non fumeurs pour que  fumer reste une habitude, en tout cas pour moi (et en plus mon appartement aussi et non fumeur donc bon).

 

L’administration lente est par contre un fléau international, 4 mois et demi pour recevoir ma carte d’assurance maladie, à raison d’un coup de téléphone à la RAMQ une à deux fois par semaine… Mais bon une fois en main la vie devient plus simple :tongue:

 

Au jour d’aujourd’hui je prépare mon déménagement avec chérichou dans un très joli 4 1/2 à un prix, comme presque tous les appartement de Sherbrooke, défiant toute concurence française. Je vais vivre la grande semaine des déménagements québécois au coeur de l’action ! Je sais pas vraiment si j’ai hâte ou peur du bordel que ca va être (s’scusez ma familiarité).

Ah oui et je reviens d’un passage de 2 semaines en France pour voir un peu la famille !  Bon même si j’étais contente de retrouver les bonnes bouteilles de vin pas chères, le fromage qui pue et mes montagnes, je ne regrette en aucun cas mon expatriation et j’espère de tout mon coeur que mes études se passeront bien pour que je puisse rester ici le plus longtemps possible !

 

Bien sûr la famille et les amis me manquent terriblement, mais bon skype est une invention fabuleuse qui aide beaucoup 🙂

Ce que je retiens pour l’instant, c’est ma petite fierté d’avoir réussi brillamment ma première session (pourvu que ca dure) et que j’arrive de nouveau à voir de opportunités de vie que je n’imaginais plus possibles à Lyon : devenir enseignante, avoir une jolie maison, un bon cadre de vie avec des enfants (tout ca dans quelques années, entendons-nous), voyager etc etc.

 

J’espère garder ce cap et avoir un bilan l’an prochain riche et toujours aussi enthousiaste. Quoiqu’il en soit, cette décision a définitivement changé ma vie et la change encore un peu plus de jour en jour. J’ai l’impression que tout peut s’offrir à moi pour peu que je m’en donne les moyens. Bref, j’arrive à dire pour la première fois depuis un bon moment : Je suis heureuse !

 

 

Merci Mylosae pour ton bilan et surtout bonne continuation pour tes projets….

Le Québec comme le Canada ne sont pas difficiles à vivre pour un peu que l’on veuille y voir les bons côtés…..

———
De immigrer.com

Bravo, quel beau témoignage d’étudiant! Bonne chance pour la suite. Votre témoignage est en page d’accueil du site. 

———

Évaluez cette page

Cliquez sur l'étoile pour voter

Note moyenne 0 / 5. nombres de votes: 0

Aucun vote! Soyez le premier à voter

Nous sommes désolés que vous ayez trouvé cet article peu utile

Améliorons cet article!

Dites-nous comment l'améliorer ?

Écrit par
FAQ

La Foire aux Questions (FAQ) est la sélection des meilleurs messages du forum de discussion archivée selon une centaine de rubriques allant de l'ouverture de compte, aux différents métiers et au système de santé ou d'éducation. Merci de participer à la mémoire du forum et du site en recommandant des sujets!

Leave a comment

Centre Éducatif

Publicité

Les plus lus récemment

Publicité

Abonnez-vous à notre Newsletter

S’abonner

Publicité

Les plus commentés récemment

Derniers commentaires

Discussions en cours

Articles similaires

Document officiel : Équivalence des diplômes France Québec

4.9 (3207) Tableau comparatif études France – Québec Équivalence des diplômes entre...

Devenir policier au Canada, comment faire ?

4.7 (23) Bonjour, Actuellement je suis en France et je suis gendarme...

Amener ses lapins nains au Canada

5 (2) Voici un guide simplifié pour emmener des lapins au Canada...

L’UQAM offrira une voie rapide pour les enseignants dès septembre

0 (0) L’Université du Québec à Montréal (UQAM) introduira, dès septembre, un...

>
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com